Angkor Vat

Angkor Vat



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Angkor Wat est un énorme complexe de temples du 12ème siècle au Cambodge et le mieux conservé de son genre.

Incroyablement grandioses et richement décorés, les bâtiments couleur sable d'Angkor Wat s'élèvent pour former cinq tours, représentant la demeure des divinités hindoues. Des frises et des sculptures sont présentes partout, illustrant à la fois la vie quotidienne depuis sa construction et les événements religieux.

Alors que le complexe d'Angkor aurait été fondé vers 980 après JC par Yasovarman I, roi de la dynastie khmère, Angkor Vat lui-même remonterait au XIIe siècle.

C'est le roi khmer Suryavarman II qui a construit Angkor Wat entre 1113 et 1150. Il l'a dédié à la divinité hindoue Vishnu et il y a des images de Suryavarman comme Vishnu dans tout Angkor Wat sous la forme de sculptures. On pense également qu'Angkor Wat était le site de la tombe de Suryavarman.

Envahi par des raiders thaïlandais en 1431, Angkor et son temple sont restés inconnus jusqu'au 19ème siècle.

Aujourd'hui, Angkor Wat est l'un des sites touristiques les plus populaires du Cambodge. Il y a une quantité incroyable à voir et c'est une bonne idée (bien que relativement chère) d'avoir un guide agréé.

Angkor Wat est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1992.


Empire Khmer

Les Empire Khmer (khmer : ចក្រភពខ្មែរ ), ou le Empire angkorien (Khmer : ចក្រភពអង្គរ ), sont les termes que les historiens utilisent pour désigner le Cambodge du IXe siècle au XVe siècle, lorsque la nation était un empire hindou/bouddhiste en Asie du Sud-Est. L'empire s'appelait Kambuja (sanskrit : कम्बोज vieux khmer : កម្វុជ khmer : កម្ពុជ ) ou Kambujadeśa (sanskrit : कम्बुजदेश vieux khmer : កម្វុជទេឝ khmer : កម្ពុជទេស ) qui étaient des termes anciens pour le Cambodge. L'empire est né des anciennes civilisations de Funan et de Chenla, a parfois régné sur et/ou vassalisé la plupart de l'Asie du Sud-Est continentale [3] et certaines parties du sud de la Chine, s'étendant de la pointe de la péninsule indochinoise vers le nord jusqu'à la province moderne du Yunnan, en Chine , et du Vietnam vers l'ouest jusqu'au Myanmar. [4] [5]

Son héritage le plus notable est peut-être le site d'Angkor, dans l'actuel Cambodge, la capitale khmère à l'apogée de l'empire. Les monuments majestueux d'Angkor, tels que Angkor Wat et Bayon, témoignent de l'immense puissance et richesse de l'empire khmer, de son art et de sa culture impressionnants, de sa technique architecturale, de ses réalisations esthétiques et de la variété des systèmes de croyance qu'il a protégés au fil du temps. L'imagerie satellitaire a révélé qu'Angkor, à son apogée entre le XIe et le XIIIe siècle, était le plus grand centre urbain préindustriel au monde. [6]

Le début de l'ère de l'Empire khmer est conventionnellement daté de 802 lorsque le roi Jayavarman II s'est déclaré chakravartin (« souverain universel », titre équivalent à « empereur ») sur Phnom Kulen. L'empire a pris fin avec la chute d'Angkor au 15ème siècle.


Histoire

Lorsque la capitale de l'empire khmer a déménagé d'Angkor à Phnom Penh, le site a été pratiquement ignoré. Au cours des cinq cents ans depuis que l'empire khmer a abandonné l'établissement, les moines bouddhistes ont pris soin du site, il était connu du peuple khmer et visité depuis le XVIe siècle (Venerable, 2005). Le premier occidental à décrire Angkor Wat fut Antionio da Madalena, un moine portugais, en 1586 (Hingham, 2001). Il a écrit que le site était « impossible à décrire avec un stylo ». Cependant, Henri Mouhot est crédité du modern découverte d'Angkor Vat (Venable, 2005). Mouhot est né trois cents ans après la première observation de da Madalena et était un naturaliste et explorateur français au milieu du XIXe siècle. Ce qui distingue Mouhot des nombreux autres qui ont rencontré Angkor Wat, ce sont les croquis détaillés du monument et ses descriptions écrites exhaustives. Il a souvent juxtaposé Angkor Wat avec celui des Pyramides ou de Michel-Ange dans son effort pour expliquer sa beauté et l'immense travail qui a été mis pour construire une ville entière de cette monstruosité. Bien que Mouhot ne soit pas, en fait, le véritable découvreur du site, il est chargé de le populariser en Occident (Cité perdue d'Angkor Vat, Nat Geo).

Les fouilles et la restauration du XXe siècle ont eu tout un travail d'élimination de la végétation et de la terre accumulée. Cela a été aidé par les douves qui protégeaient en fait une grande partie de la jungle envahissante au cours des années qui s'étaient écoulées (Cité perdue d'Angkor Vat, Nat Geo). Les fouilles ont montré des signes d'un village environnant qui a été fait avec du bois non préservé. Les petits bâtiments ont été anéantis avec des années de succession secondaire. Il ne restait que de vagues contours de rues. La recherche a suggéré que le groupe ethnique du Vietnam, appelé les Chams, a attaqué et brûlé la ville (“Lost City of Angkor Wat”, Nat Geo). Lorsqu'il a été reconstruit, c'est à ce moment-là que le mur d'enceinte extérieur a été construit autour de lui pour protéger la ville et les habitants en temps de guerre. Le peuple khmer a travaillé la terre pendant cinq cents ans, sous la supervision de vingt-deux rois, jusqu'à ce qu'elle leur fasse défaut. Les récoltes de riz des rizières ont commencé à baisser et le bâtiment en pierre du temple était à l'arrêt. Au XVe siècle, le gouvernement du Siam a effectué des raids fructueux sur le monument qui ont conduit à une bataille épique vers 1431 qui a finalement conduit à la fin de l'empire khmer à Angkor Wat ('Cité perdue d'Angkor Wat', Nat Geo).


Angkor Vat

Angkor Wat à Siem Reap, Cambodge est le plus grand monument religieux au monde. Angkor Wat, traduit du khmer (langue officielle du Cambodge), signifie littéralement « Temple de la ville ». En ce qui concerne les noms, c'est aussi générique que possible. Angkor Wat n'était pas le nom original donné au temple lors de sa construction au XIIe siècle. Nous avons peu de connaissances sur la façon dont ce temple était appelé à l'époque de son utilisation, car il n'y a aucun texte ou inscription existant qui mentionne le temple par son nom - c'est assez incroyable si l'on considère le fait qu'Angkor Wat est la plus grande construction religieuse. projet en Asie du Sud-Est.

Une raison possible pour laquelle le nom original du temple n'a peut-être jamais été documenté est qu'il s'agissait d'un monument si important et célèbre qu'il n'était pas nécessaire de s'y référer par son nom. Nous avons plusieurs références au roi qui a construit le temple, le roi Suryavarman II (1113-1145/50 de notre ère), et aux événements qui ont eu lieu au temple, mais aucune mention de son nom.

Contexte historique

Angkor Wat est dédié au dieu hindou Vishnu qui est l'un des trois principaux dieux du panthéon hindou (Shiva et Brahma sont les autres). Parmi eux, il est connu comme le « Protecteur ». Le principal mécène d'Angkor Wat était le roi Suryavarman II, dont le nom se traduit par le « protecteur du soleil ». De nombreux érudits pensent qu'Angkor Wat n'était pas seulement un temple dédié à Vishnu, mais qu'il était également destiné à servir de mausolée au roi dans la mort.

Angkor Vat. Siem Reap, Cambodge, 1116-1150 (photo : Benjamin Jakabek, CC BY-NC-ND 2.0)

La construction d'Angkor Wat a probablement commencé en 1116 de notre ère, trois ans après l'accession au trône du roi Suryavarman II, et s'est terminée en 1150, peu de temps après la mort du roi. Les preuves de ces dates proviennent en partie des inscriptions, qui sont vagues, mais aussi de la conception architecturale et du style artistique du temple et de ses sculptures associées.

La construction de temples par les rois khmers était un moyen de légitimer leur prétention à des fonctions politiques et aussi de revendiquer la protection et les pouvoirs des dieux. Les temples hindous ne sont pas un lieu de congrégation religieuse, ce sont plutôt des maisons du dieu. Pour qu'un roi puisse prétendre à sa charge politique, il devait prouver que les dieux ne soutenaient ni ses prédécesseurs ni ses ennemis. À cette fin, le roi a dû construire le plus grand temple/palais pour les dieux, celui qui s'est avéré plus somptueux que tous les temples précédents. Ce faisant, le roi pouvait rendre visible sa capacité à exploiter l'énergie et les ressources pour construire le temple et affirmer que son temple était le seul endroit où un dieu envisagerait de résider sur terre.

La construction d'Angkor Wat a probablement nécessité quelque 300 000 travailleurs, dont des architectes, des ouvriers du bâtiment, des maçons, des sculpteurs et des serviteurs pour nourrir ces travailleurs. La construction du site a duré plus de 30 ans et n'a jamais été complètement terminée. Le site est entièrement construit en pierre, ce qui est incroyable car un examen attentif du temple démontre que presque toutes les surfaces sont traitées et sculptées avec des détails narratifs ou décoratifs.

Bas-reliefs sculptés de récits hindous

Il y a 1 200 mètres carrés de bas-reliefs sculptés à Angkor Wat, représentant huit histoires hindoues différentes. Le récit le plus important représenté à Angkor Wat est peut-être le Barattage de l'océan de lait (ci-dessous), qui dépeint une histoire sur le début des temps et la création de l'univers. C'est aussi une histoire sur la victoire du bien sur le mal. Dans l'histoire, devas (les dieux) combattent le asuras (démons) afin de récupérer l'ordre et le pouvoir pour les dieux qui l'ont perdu. Afin de retrouver la paix et l'ordre, l'élixir de vie (amrita) doit être libéré de la terre cependant, la seule façon pour que l'élixir soit libéré est que les dieux et les démons travaillent d'abord ensemble. À cette fin, les deux parties sont conscientes qu'une fois l'amrita libérée, il y aura une bataille pour l'atteindre.

Barattage de l'océan de lait (détail), Angkor Wat, Siem Reap, Cambodge, 1116-1150 (photo : John Brennan, CC BY-ND 2.0)

Le relief représente le moment où les deux côtés barattent l'océan de lait. Dans le détail ci-dessus, vous pouvez voir que les dieux et les démons jouent une sorte de bras de fer avec le Naga ou le roi serpent comme corde divine. Le Naga est tourné sur le mont Mandara représenté par Vishnu (au centre). Plusieurs choses se produisent pendant le barattage du lait. Un événement est que la mousse du barattage produit apsaras ou des jeunes filles célestes qui sont sculptées en relief dans tout Angkor Vat (on les voit ici de chaque côté de Vishnu, au-dessus des dieux et des démons). Une fois l'élixir libéré, Indra (le dieu védique qui est considéré comme le roi de tous les dieux) est vu descendre du ciel pour l'attraper et sauver le monde de la destruction des démons.

Angkor Vat comme montagne du temple

Vue aérienne, Angkor Wat, Siem Reap, Cambodge, 1116-1150 (photo : Peter Garnhum, CC BY-NC 2.0)

Une vue aérienne d'Angkor Wat montre que le temple est constitué d'un vaste mur d'enceinte, qui sépare le terrain du temple sacré du fossé protecteur qui entoure l'ensemble du complexe (le fossé est visible sur la photo en haut de la page). Le temple proprement dit est composé de trois galeries (un passage sur toute la longueur du temple) avec un sanctuaire central, marqué par cinq tours de pierre.

Galerie, Angkor Wat, Siem Reap, Cambodge, 1116-1150 (photo : fmpgoh, CC BY-NC-ND 2.0)

Les cinq tours de pierre sont destinées à imiter les cinq chaînes de montagnes du mont Meru, la maison mythique des dieux, à la fois pour les hindous et les bouddhistes. La montagne du temple en tant que conception architecturale a été inventée en Asie du Sud-Est. Les architectes d'Asie du Sud-Est ont littéralement imaginé des temples dédiés aux dieux hindous sur terre comme une représentation du mont Meru. Les galeries et les espaces vides qu'elles ont créés entre les uns et les autres sont envisagés comme les chaînes de montagnes et les océans qui entourent le mont Meru. Le mont Meru n'est pas seulement le foyer des dieux, il est également considéré comme un axe-monde. Un axe-monde est un axe cosmique ou mondial qui relie le ciel et la terre. En concevant Angkor Vat de cette manière, le roi Suryavarman II et ses architectes avaient l'intention que le temple serve de demeure suprême à Vishnu. De même, le symbolisme d'Angkor Wat servant d'axis mundi était destiné à démontrer la place centrale du royaume d'Angkor et du roi dans l'univers. En plus d'envisager Angkor Wat comme le mont Meru sur terre, les architectes du temple, dont nous ne savons rien, ont également ingénieusement conçu le temple de sorte qu'une carte du cosmos (mandala) ainsi qu'un dossier historique soient intégrés à la construction du temple. du patron du temple.

Angkor Vat en mandala

Selon les anciens textes sanskrits et khmers, les monuments religieux et plus particulièrement les temples doivent être organisés de manière à être en harmonie avec l'univers, c'est-à-dire que le temple doit être planifié en fonction du soleil levant et de la lune, en plus de symboliser la récurrence séquences temporelles des jours, des mois et des années. L'axe central de ces temples devrait également être aligné avec les planètes, reliant ainsi la structure au cosmos afin que les temples deviennent des centres spirituels, politiques, cosmologiques, astronomiques et géophysiques. Ils sont, en d'autres termes, destinés à représenter des microcosmes de l'univers et sont organisés en mandalas, des diagrammes de l'univers.

Angkor Vat aujourd'hui

Angkor Wat continue de jouer un rôle important au Cambodge même si la majorité de la population est désormais bouddhiste. Depuis le XVe siècle, les bouddhistes ont utilisé le temple et les visiteurs d'aujourd'hui verront, parmi les milliers de visiteurs, des moines et nonnes bouddhistes qui adorent le site. Angkor Wat est également devenu un symbole important pour la nation cambodgienne. Aujourd'hui, le drapeau cambodgien arbore la silhouette d'Angkor Vat.

Au magnifique temple d'Angkor Vat, le World Monuments Fund restaure le Barattage de la mer de lait Galerie. De l'eau de pluie et des sels nocifs se sont infiltrés par le toit de la galerie, qui forme la moitié sud de la façade est proéminente d'Angkor Vat, endommageant la surface fragile de la frise. Sans traitement, la détérioration augmentera à un rythme alarmant, risquant à terme la perte de ce que la plupart des historiens considèrent comme les sculptures en pierre les plus ambitieuses et les plus finement réalisées de l'art khmer.

Ressources additionnelles:

Coedes, George. Angkor : une introduction. Hong Kong : Oxford University Press, 1963.

Freeman, Micheal et Claude Jacques. Angkor antique. Bangkok, Thaïlande : Riverbooks, 2003.

Jessup, Helen Ibbitson. Art et architecture du Cambodgeune. New York : Tamise et Hudson World

Rooney, Aube. Angkor, Quatrième édition. Hong Kong : Airphoto International Ltd., 2002.

Zhou Daguan. Un record du Cambodge, de la terre et de son peuple. Traduit par Peter Harris.


Histoire d'Angkor Wat - Redécouverte d'Angkor Wat et de son architecture

L'histoire d'Angkor Wat montre qu'il a été redécouvert par l'explorateur français Henri Mouhot dans les années 1840 qui savait que le site était une merveille architecturale et l'a également décrit comme "plus grand que tout ce qui nous a été laissé par la Grèce ou Rome". il était censé représenter la maison des dieux, le mont Meru, mentionné par les principes des religions hindoue et bouddhiste. Les cinq tours d'Angkor Wat représentent les cinq sommets proéminents du magnifique mont Meru. Les murs d'enceinte et les douves représentent les gigantesques chaînes de montagnes et la mer jaillissante.

Le style architectural khmer reflète l'utilisation exquise du grès. En explorant le temple d'Angkor Wat, il devient évident que le grès a été utilisé pour sculpter ce temple majestueux. Un mur solide de 15 pieds de haut, ainsi qu'un fossé, s'y trouvent. Ensemble, ils ont veillé à ce que le temple reste à l'abri de toute forme d'invasion.


Angkor Vat - Histoire

Les temples antiques m'ont toujours fasciné… comment les ont-ils construits ? Comment était-il possible que la Grande Muraille de Chine soit si grande qu'elle puisse être vue depuis l'espace ? Comment le Machu Picchu s'est-il perché dans le ciel ? Chichen Itza, Stonehenge, la grande pyramide de Gizeh… tous construits avec une telle précision, planification et détail, dans un temps vide de technologie et pourtant ils ont résisté… au moins sous une forme discernable, pendant des millénaires. …. des lieux immensément puissants, construits autant avec la pierre qu'avec une importance historique, offrant à des millions de personnes un lieu pour apercevoir quelque chose de plus grand, au fil des générations.

Ce n'était pas une surprise de ce sentiment croissant d'émerveillement tout au long de ma vie, qu'un jour je me sois retrouvé dans un autre endroit mystérieux et magique, Angkor Wat, au Cambodge. ..Riche en splendeur architecturale et en histoire khmère fascinante, c'est en fait la plus grande structure religieuse du monde et la 8ème merveille du monde…

Temple de Ta Prohm, Angkpr Vat

En partant de Kuala Lumpur, j'ai réservé un vol pour l'aéroport international de Siem Reap, et une fois au sol, moins de 20 minutes plus tard, j'étais au centre de Siem Reap même, une ville porte d'entrée pour les touristes, libre d'explorer le Site du patrimoine mondial de l'UNESCO de l'ancien empire khmer ou profitez simplement de la beauté naturelle du plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud-Est, « Tonlé Sap », également connu sous le nom de « Grand Lac » du Cambodge.

Jusqu'à il y a une demi-décennie, Siem Reap n'était qu'une ville de province au Cambodge, puis les afflux de touristes ont commencé à affluer dans la ville, principalement à la recherche de ces magnifiques temples angkoriens.

La rue des pubs, Siem Reap
Le boom économique qui l'accompagne pour le pays et la ville en particulier de ce boom a transformé le paysage et la société en son sein... et une industrie touristique lucrative.

Là où il y a des touristes, vous avez généralement une vie nocturne… et le quartier de Pub Street est fait pour eux, et célèbre pour son atmosphère vibrante. Ici, vous pouvez trouver une abondance de Backpacker Party Pads ou d'hôtels branchés dans chaque rue et place latérale… Siem Reap peut également revendiquer une expérience culinaire de classe mondiale, avec un large éventail de cuisines, de somptueux spas, des marchés commerciaux locaux, tous ouverts 24h / 24. 7, ainsi que des Eco-Tours pour tous les types d'aventuriers.

Alors, après le menu proprement dit… qu'y a-t-il au menu, en termes d'activités ? Eh bien, vous pouvez visiter le plus grand cirque du Cambodge, ou visiter le musée national d'Angkor Wat, pour un aperçu encore plus approfondi de l'histoire d'Angkor, avant de commencer votre Exploration des temples.

Puisque vous êtes dans la région, essayez de ne pas manquer « Wat Preah Prohm Roth », un temple bouddhiste traditionnel au cœur de Siem Reap, juste à l'extérieur du quartier de Pub Street.

Alors à Angkor Wat lui-même… pas trop loin du centre-ville, où dans un rayon de 7 km, vous découvrirez l'un des complexes de temples antiques les plus emblématiques du Cambodge : l'expression ultime du génie architectural khmer - un complexe grandiose et grandiose , mais toujours avec de superbes détails complexes partout.

Le Parc Archéologique d'Angkor est aussi une merveille : s'étendant sur une superficie de plus de 400 km²… Il a été popularisé en Occident par l'écrit évocateur du naturaliste français Henri Mouhot de 1860 « Voyages au Siam, au Cambodge et au Laos » complété de croquis détaillés, comparant Angkor aux Pyramides, il dit :

A Ongcor, il y a... des ruines d'une telle grandeur... qu'à première vue on est rempli d'une profonde admiration, et on ne peut que se demander ce qu'est devenue cette race puissante, si civilisée, si éclairée, les auteurs de ces œuvres gigantesques ?

Mais la véritable histoire d'Angkor Wat a été reconstituée bien plus tôt que par Mouhot, ou l'exploration française… Des découvertes récentes ont conclu que les temples remontent au début du IXe au début du XVe siècle et représentent le plus grand complexe collectif de monuments religieux sur Terre. Construit à l'origine comme une demeure sacrée dédiée au dieu hindou Vishnu, Angkor Wat représentait le temple de l'État du roi, la capitale de l'empire khmer, devenant finalement un mausolée pour le roi lui-même. Ce n'est que vers la fin du XIIe siècle, progressivement, qu'il s'est transformé en sanctuaire bouddhiste.

Le berceau de l'empire khmer, qui a duré plus de 600 ans, couvrirait désormais le Cambodge et le Laos d'aujourd'hui, ainsi que de vastes régions du Vietnam et de la Thaïlande, et il a été entretenu par des moines bouddhistes, entre le 15 et le 19. siècle. C'est uniquement grâce à eux que le complexe a été si bien conservé, à ce jour.

Top 3 des temples incontournables d'Angkor Wat

Construit par le roi khmer Suryavarman II au début du XIIe siècle, le temple d'Angkor Wat a été conçu pour représenter le mont Meru, la maison des "Devas" (divinités) dans la mythologie hindoue, avec une importance similaire pour les Khmers, comme le mont Olympe l'était pour les Grecs …. Encore une fois, pour son temps, il est architecturalement ambitieux et résonne avec la dévotion spirituelle hindoue, aidée par sa forme unique de montagne de temple.

Il n'y a pas eu d'autres habitations, maisons ou autres établissements… y compris des ustensiles de cuisine, des armes ou des vêtements trouvés sur le site… qui correspondent aux preuves des monuments eux-mêmes, peut-être utilisés par les grands prêtres et le roi, seuls. Les bas-reliefs remarquables entourant les rituels funéraires brahmaniques, indiquant que le temple était, en effet, destiné à faire partie des arrangements funéraires du roi, dès le début… un peu comme les pyramides…

Le temple a fait l'éloge de ses proportions symétriques classiques et de ses éléments finement sculptés, avec ses tours en forme de bourgeons de lotus, menant à des galeries axiales et à de larges passages, gravés de bas-reliefs de scènes narratives - figures dansantes, animaux cabrés et devatas (divinités), représentant des épisodes de la mythologie hindoue – Ramayana et le Mahabharata. Pratiquement toutes les surfaces, colonnes et toits ont été sculptés en kilomètres de reliefs illustrant des scènes de la littérature indienne.

L'ensemble du complexe a un mur extérieur, encadrant une superficie d'environ 800 m², ainsi que la structure centrale orientée vers l'ouest. Le deuxième niveau de l'enceinte aurait été à l'origine inondé d'eau pour représenter l'océan autour du mont Meru. Trois séries de marches, une de chaque côté, mènent aux Gopuras (tours du Temple) de la galerie intérieure, tandis que les escaliers très raides et leur hauteur représentent la difficulté de monter au Royaume des Dieux.

Les quatre petites cours étaient peut-être à l'origine remplies d'eau. Les architectes khmers ont utilisé le grès comme matériau de construction principal, avec un liant encore inconnu. mais ils pointent vers les résines naturelles ou la chaux éteinte. Certains des blocs étaient maintenus ensemble par des mortaises et des tenons, et simplement par gravité dans certains cas, et devaient avoir été mis en place par une combinaison d'éléphants, de cordes, de poulies et d'échafaudages en bambou… car c'était à peu près tout ce qu'ils avaient à travailler à l'époque… Selon la légende locale, cependant… on croyait que le Temple avait été construit en une seule nuit, de la main d'un architecte divin.

Les calculs ont révélé que le Monument était probablement composé d'environ 5 à 10 millions de blocs de grès, avec un poids maximum de 1,5 tonne chacun... une quantité incroyable de matériel, au milieu de la jungle... En fait, toute la ville d'Angkor consomme des quantités de pierre bien plus importantes que toutes les pyramides égyptiennes réunies, tout en occupant une superficie nettement plus grande que le Paris d'aujourd'hui !… blocs de grès... ce qui signifie qu'ils doivent avoir été amenés de 40 à 90 km de distance ! Cela représenterait une main-d'œuvre nécessaire pour extraire, transporter, tailler et mettre en place tous les blocs et éléments décoratifs, qui doivent se compter par milliers…

Aujourd'hui, il est devenu un site majeur du patrimoine mondial de l'UNESCO et attire plus de 2,5 millions de personnes chaque année et env. 60% des touristes étrangers entrant au Cambodge.

Couvrant des centaines de kilomètres carrés, ce site occupera sûrement de nombreux visiteurs pendant des jours.

Temple du Bayon

Alors que les rois khmers successifs s'efforçaient d'éclipser leurs ancêtres à travers des constructions de plus en plus colossales, avec de plus grandes représentations créatives d'événements mythologiques ou de l'histoire khmère, pendant le règne du roi Jayavarman VII, à la fin du XIIe siècle, le temple Bayon a été construit.

Les apsaras, nymphes divines ou danseuses célestes, sont des personnages de la mythologie indienne.

Entouré de plus de 200 visages souriants gigantesques de 'Avalokiteshvara', également connu sous le nom de "Seigneur qui regarde vers le bas" - le Seigneur qui a créé le Soleil et la Lune, Shiva, Brahma, la Terre et le Ciel, signifiant que Bayon était le premier sanctuaire d'Angkor dédié à Bouddha, incorporant une synergie d'éléments hindous et bouddhistes de la cosmologie.

Certains ont dit que le roi Jayavarman VII se considérait peut-être comme Devaraja ou «dieu-roi» et s'identifiait à Bouddha et au Bodhisattva, en décrivant les visages comme des représentations de lui-même.

« Ta Prohm » est un majestueux temple bouddhiste au cœur d'Angkor Thom. Construit en 1186, il était à l'origine connu sous le nom de « Rajavihara » ou « le monastère du roi » et la personnification de la sagesse, sur le modèle de la mère du roi.

Le sanctuaire abritait plus de 12 000 personnes, soutenues par une population de 80 000 personnes qui travaillaient dans les villages voisins pour fournir de la nourriture et des fournitures, qui sont toutes représentées dans les inscriptions des temples.

Mais ce qui est vraiment fascinant à propos de Ta Prohm, c'est son mélange fascinant entre le chaos et la structure, ce qui est organique et artificiel, ce qui est bois et pierre. …Ce Temple, entouré de centaines d'années, décor de troncs d'arbres sans fin poussant à travers les Ruines…. est le décor d'Indiana Jones ou d'Alan Quartermain.… Le coton-soie et les figuiers étrangleurs s'enfoncent profondément dans les pierres du temple lui-même, qui a été incroyablement construit entièrement, sans mortier.

En fait, l'ensemble du sanctuaire a été récupéré et réhabilité à partir de la jungle elle-même, car l'ordre de la nature a dû être revendiqué et rétabli au fil des siècles. Cet état de Temple est délibérément et délicatement maintenu, et ce faisant, révèle une étonnante fusion de la Nature et de l'Architecture.

La nature a non seulement remodelé Ta Prohm, mais elle a également conféré une profondeur de mysticisme et un charme obsédant, entrelacés dans ses bas-reliefs, couverts de mousse, de lichen et d'autres plantes, jetant un voile verdâtre sur toute la scène.

Pour moi : l'ensemble du parc archéologique d'Angkor est l'incarnation de la force et de la beauté créative, avec un élément qui se démarque le plus et que vous ne pouvez tout simplement pas manquer - le cadre charmant de Ta Prohm : vous pouvez presque sentir les racines de l'aventure elle-même, s'enfouissant dans le Terre ici.Temple Ta Prohm, Angkpr Wat

Comment aller là

Mis à part les ruines antiques enchanteresses et largement répandues, j'ai été surpris par la facilité et la sécurité de se déplacer et d'explorer des zones qui, il n'y a pas si longtemps, étaient littéralement un territoire inexploré de la jungle. Il existe en fait une multitude d'options pour voyager, mais le moyen le plus pratique de découvrir la campagne est le moteur, le cheval, le vélo ou le tuk-tuk. Chacun vous coûtera entre 10 $ et 15 $ pour une journée entière, et ils sont parfaits si vous planifiez des visites de photographie et de nature.

Avoir ça en tête: Je peux dire que Siem Reap est très sûr, convivial et accueillant pour tous les types de voyageurs, avec un choix apparemment infini de divertissements, de restaurants et d'hébergements, c'est une incarnation des contrastes, qui me rappelle certaines des zones les plus populaires de Thaïlande (Krabi , Koh Samui, Chiang Mai). Dans d'autres endroits, cela ressemble à la vie calme et sereine des Philippines, par exemple, avec de petites communautés qui vivent de l'agriculture et de la pêche.

Quelle est ma pensée la plus mémorable de mon voyage à Siem Reap et Angkor Wat ? ..le niveau de complexité en Architecture, de sophistication en Art et de précision, des Maisons à l'artisanat. Un travail majestueux qui a traversé différentes époques, des siècles de guerres et de batailles, non seulement avec l'humanité, mais avec la nature elle-même… Qui sait, finalement comment ils ont été construits ..mais une chose est sûre : ils étaient, sont et seront toujours être des chefs-d'œuvre qui constitueront les pierres angulaires de la culture, pour les générations à suivre et à respecter.


Angkor Vat (c.1115-1145) Architecture et sculpture du temple khmer


Sculptures en relief d'Angkor Vat
devatas (dieux ou esprits hindous).

Avec le temple Kandariya Mahadeva à Khajuraho, en Inde centrale, et le Taj Mahal dans le nord de l'Inde, le complexe du temple khmer cambodgien d'Angkor Wat se classe parmi les plus grands exemples d'architecture religieuse de toute l'Asie, comparable aux plus beaux spécimens d'architecture gothique. ou l'architecture baroque en Europe. Situé à environ 6 km au nord de la ville moderne de Siem Reap dans le nord-ouest du Cambodge (Kampuchea), le temple a été construit vers 1115-1145 à Angkor, la capitale de l'empire khmer, par le roi Suryavarman II (règne 1113-1150 ), pour lui servir de mausolée. Angkor Wat a fonctionné d'abord comme un sanctuaire hindou dédié à Vishnu, puis comme un temple bouddhiste Theravada à la fin du 13ème siècle. Aujourd'hui, Angkor Wat est le site d'art religieux le plus célèbre du Cambodge et sa silhouette apparaît sur le drapeau national cambodgien. Le temple est réputé pour son style très classique d'architecture khmère, ainsi que pour la quantité stupéfiante de ses sculptures en relief et ses sculptures architecturales. Des artefacts prélevés sur le site et de grandes sections moulées dans les bâtiments du temple ont été exposés à Paris en 1867, annonçant une grande civilisation inconnue rivalisant en sophistication avec le travail des plus grands architectes d'Occident. En 1992, avec un temple jumeau Angkor Thom, Angkor Wat a été proclamé site du patrimoine mondial de l'ONU.

La ville d'Angkor (ancien nom : Yasodharapura) était la capitale royale à partir de laquelle les rois khmers régnaient sur l'un des royaumes les plus grands et les plus sophistiqués de l'histoire de l'Asie du Sud-Est. À partir de 890, lorsque le roi Yasovarman I a déplacé sa capitale à Angkor, jusqu'à environ 1210, les rois d'Angkor contrôlaient une zone qui s'étendait de la pointe sud de la péninsule d'Indochine au nord jusqu'au Yunnan et du Vietnam vers l'ouest jusqu'au golfe du Bengale. À cette époque, ces rois ont mis en œuvre une série de projets de construction massifs conçus pour se glorifier à la fois eux-mêmes et leur capitale dynastique. Après la mort du roi Jayavarman VII (1181-1215), l'empire d'Angkor est entré en déclin, même si jusqu'en 1280, Angkor était encore une métropole florissante et l'une des villes les plus magnifiques d'Asie. Cependant, le grand boom de la construction était terminé, Angkor Wat avait été transformé en sanctuaire bouddhiste et les armées thaïlandaises regardaient. En 1431, ils saccagent la ville qui est alors abandonnée.

Du début du XVe siècle à la fin du XIXe siècle, l'intérêt pour Angkor se limitait presque entièrement au complexe du temple d'Angkor Vat qui, après avoir été entretenu par des moines bouddhistes, est devenu l'un des sites de pèlerinage les plus importants d'Asie du Sud-Est. Avec le temps, le complexe est tombé en ruine et tout ce qui restait était les ruines des temples antiques recouverts de jungle et les vestiges de la magnifique série de voies navigables, bien qu'il n'ait jamais été complètement abandonné et que ses douves aient aidé à le préserver contre un engloutissement total. Après que les Français ont pris le contrôle du Cambodge en 1863, ils ont lancé un programme de reconstruction approfondi, dans le cadre duquel les bâtiments, les réservoirs et les canaux d'Angkor Vat ont été restaurés à quelque chose approchant leur grandeur d'origine. Les bouleversements politiques et militaires qui ont eu lieu au Cambodge durant la période 1935-1990 ont mis fin à ce programme, mais n'ont par ailleurs pas causé de grands maux de tête. Le seul problème sérieux du site restait l'empiètement de la jungle.

Architecture et construction

Le temple d'Angkor Wat est composé de 6 à 10 millions de blocs de grès, chacun pesant en moyenne 1,5 tonne. The city of Angkor required more stone than all the Egyptian pyramids combined, and originally occupied an area considerably greater than modern-day Paris. Given the additional complexity of the overall building scheme, it is clear that Angkor was designed and managed by some of the finest architects in southeast Asia.

The temple was designed and built on the basis of religious and political ideas imported from India, albeit adapted to local conditions. From the time of King Yasovarman I, for whom the city (originally called Yasodharapura) was named, Angkor was designed as a symbolic universe modelled on traditional Indian cosmology, and its temples were built in order to provide a means whereby Khmer kings could be assured of immortality by becoming closely identified with Shaiva or one of the other important deities of the realm. Angkor Wat, for instance, was built by King Suryavarman II as a huge funerary temple and tomb to serve as a home for his earthly remains and to confirm his immortal and eternal identitification with Vishnu.

Angkor Wat defines what has come to be understood as the classical style of Angkorian architecture: other temples designed in this idiom include Banteay Samre and Thommanon in the area of Angkor, and Phimai in modern Thailand. It combines two basic features of Khmer temple architecture: the temple-mountain and the galleried temple, founded on early Dravidian architecture, with key features including the "Jagati" - a raised platform or terrace upon which many buddhist and hindu temples were built. In addition to Angkor Wat, another famous shrine with a jagati is the Kandariya Mahadeva Temple, at Khajuraho.

Built on rising ground and surrounded by an artificial moat, the temple of Angkor Wat is laid out symmetrically on tiered platforms that ascend to the central tower (one of a quincunx), which rises to a height of 213 feet (65 metres). Long colonnades connect the towers at each stepped level in concentric rings of rectangular galleries, whose walls are lined with sculpture and relief carvings. The temple is approached across the moat, via a stone causeway lined with stone figures. The ascending towers represent the spiritual world and mountain homes of the gods and were probably built in homage to ancestral deities. The temple's structures are chiefly built in stone with detailed bas-reliefs carved into the walls the corbelled blockwork and pseudo-vaulted towers are covered with highly animated figures chiseled into the sandstone and volcanic rock.

The Angkor Wat temple is world famous for its stone sculpture which can be seen on almost all of its surfaces, columns, lintels and roofs. There are literally miles of reliefs, typically in the form of bas-relief friezes illustrating scenes from Indian mythology, and featuring a bewildering array of animal and human figures, as well as abstract motifs like lotus rosettes and garlands. They include: devatas (Hindu gods or spirits), griffins, unicorns, lions, garudas, snakes, winged dragons, dancing girls and warriors. Khmer sculptors - surely some of the greatest sculptors in southeast Asia - paid meticulous attention to the headdresses, hair, garments, posture and jewellery of the deities and human figures. In addition to reliefs, Angkor Wat contains numerous statues of Buddhas and Bodhisattvas.

Carved pediments and lintels decorate the entrances to the galleries and to the shrines. While the inner walls of the outer gallery, for example, are decorated with a series of large-scale scenes depicting episodes from Hindu sagas like the Ramayana and the Mahabharata. On the southern gallery walls there is a representation of the 37 heavens and 32 hells of Hindu mythology, while the eastern gallery houses one of the most celebrated friezes, the Churning of the Sea of Milk, featuring Vishnu showing 88 devas and 92 asuras.

More Articles about Asian Art

• Japanese Art (c.14,500 BCE - 1900): Guide to the Arts & Crafts of Japan.

• Sanxingdui Bronzes (1200-1000 BCE): Sculptures of Human Faces & Masks.

• Chinese Buddhist Sculpture (100-present): Characteristics, History, Statues.

• Chinese Porcelain (c.100-1800): Types and Characteristics.

• Indian Sculpture (3300 BCE - 1850)
From Indus Valley culture to the Mughal school of plastic art.

• Classical Indian Painting (Up to 1150 CE)
From Ajanta Caves to late classical Buddhist art in Bengal.

• Post-Classical Indian Painting (14th-16th Century)
From Vijayanagar painting to Hindu art in Orissa.

• Mughal Painting (16th-19th Century)
From Babur and Akbar schools to the painters of the Deccan.

• Rajput Painting (16th-19th Century)
From to the Upper Punjab schools.


Faits et informations clés

Historical Background

  • Angkor Wat, built by Khmer King Suryavarman II in Yaśodharapura (present-day Angkor), the capital of the Khmer Empire, was his state temple and eventual mausoleum. It was originally constructed as a Hindu temple dedicated to the god Vishnu for the Khmer Empire and gradually transformed into a Buddhist temple towards the end of the 12th century.
  • The temple became known to the Western world after one of the first Western visitors, Portugal’s António da Madalena, visited Angkor Wat in 1586.
  • Madalena’s description of Angkor Wat inspired the awe of many Europeans. He explained that the temple’s extraordinary construction could not be described by a pen and that it was a monument of unparalleled beauty.
  • Another visit by a European also encouraged a wave of expeditions to Cambodia. French naturalist Henri Mouhot wrote extensive descriptions of the temple that were published after his death.
  • Mouhot, who visited Angkor Wat in the middle of the 19th century, described the monument as grander than any architectural legacy of the Greeks or Romans.
  • Since that time, Angkor Wat has been the subject of significant research. Expeditions from various countries have attempted to discover the secrets of the temple complex, and millions of tourists have flocked to Cambodia from all corners of the globe. Thus, Angkor Wat continues to fascinate and inspire awe up to the present day.
  • It was built in the first half of the 12th century (113-5 B.C.). The temple has been estimated to have taken 30 years to construct. While Suryavarman II may have planned Angkor Wat as his funerary temple, or mausoleum, he was never buried there as he died in battle during a failed expedition to subdue the Dai Viet (Vietnamese). The work appeared to have ended shortly after the king’s death, leaving some of the bas-relief decorations unfinished.
  • The sandstone blocks from which Angkor Wat is built were quarried from the holy mountain of Phnom Kulen, more than 50km away, and floated down the Siem Reap River on rafts, requiring the labor of thousands. According to inscriptions, the construction of Angkor Wat involved 300,000 workers and 6,000 elephants, yet it remains uncompleted.

Legends of Angkor Wat

  • Several legends are associated with the building of the monument, and towards the 12th century, Angkor Wat became a center of Buddhist worship.
  • According to legend, the construction of Angkor Wat was ordered by Indra to serve as a palace for his son, Precha Ket Mealea.
  • According to the 13th-century Chinese traveler, Zhou Daguan, some believed that the temple was constructed in a single night by a divine architect.
  • From a distance, Angkor Wat appears to be a colossal mass of stone on one level with a long causeway leading to the center, but close up it is a series of elevated towers, covered galleries, chambers, porches and courtyards on different levels linked by stairways.
  • The height of Angkor Wat from the ground to the top of the central tower is greater than it might appear: 213 meters (699 feet) achieved by three rectangular or square levels (1-3). Each one is progressively smaller and higher than the one below, starting from the outer limits of the temple.
  • Covered galleries with columns define the boundaries of the first and second levels. The third level supports five towers – four in the corners and one in the middle – and these are the most prominent architectural feature of Angkor Wat.
  • The central tower rises from the center of the monument symbolizing the mythical mountain, Meru, situated at the center of the universe. Its five towers correspond to the peaks of Meru. The outer wall corresponds to the mountains at the edge of the world, and the surrounding moat, the oceans beyond.
  • While pictures of the temple are beautiful and show it’s grandeur, it must be seen to be fully understood and appreciated.
  • The Angkor Wat Gallery of bas-reliefs, surrounding the first level of Angkor Wat, contains 1,200 square meters (12,917 square feet) of sandstone carvings. The reliefs cover most of the inner wall of all four sides of the gallery and extend two meters (seven feet) high from top to bottom.
  • The reliefs are meant to be seen in a counter-clockwise direction. Each section of the bas-relief depicts a story and most of them are about battles between gods and demons.

Temple Etiquette

  • Angkor Wat is a UNESCO World Heritage Site.
  • As the temples of Angkor represent a sacred religious site to the Khmer people, visitors are asked to dress modestly. It is not permissible to visit the highest level of Angkor Wat without the upper arms and knees covered.
  • Local authorities have recently released visitor ‘code of conduct’ guidelines and a video to encourage appropriate dress, as well as reminding tourists not to touch or sit on the ancient structures, to pay attention to restricted areas, and to be respectful of monks.
  • Angkor Wat has become a symbol of Cambodia, appearing on its national flag, and it is the country’s prime attraction for visitors.
  • Angkor Wat means “City of Temples” or simply “City Temple”.
  • Khmer or Cambodian is the language of the Khmer people and the official language of Cambodia.
  • Wat is the Khmer name for temple, which was probably added to “Angkor” when it became a Theravada Buddhist monument, most likely in the sixteenth century.
  • The temple is mostly constructed of sandstone as the main building material. Le liant utilisé pour joindre les blocs n'a pas encore été identifié, bien que des résines naturelles ou de la chaux éteinte aient été suggérées.
  • The temple contains more than 1,800 carved apsara and hundreds of meters of bas-reliefs.
  • It is the only Khmerian temple that has been in continuous use since its construction.

Angkor Wat Worksheets

This is a fantastic bundle which includes everything you need to know about Angkor Wat across 28 in-depth pages. Ceux-ci sont ready-to-use Angkor Wat worksheets that are perfect for teaching students about the Angkor Wat which is the largest religious monument in the world, measuring 162.6 hectares. It is the heart and soul of Cambodia and a source of fierce national pride. As it is the best-preserved temple at the site, it is the only one to have remained a significant religious center since its creation.

Liste complète des feuilles de travail incluses

  • Angkor Wat Facts
  • Angkor Wat the Magnificent
  • Thumbs Up or Down?
  • Decorum
  • “WAT” is that Picture?
  • The Explorer!
  • Wat a Relief!
  • Search for the Right Words
  • Unscramble it!
  • Color Me Happy!
  • Make the Right Choice!

Lier/citer cette page

Si vous référencez le contenu de cette page sur votre propre site Web, veuillez utiliser le code ci-dessous pour citer cette page comme source originale.

Utiliser avec n'importe quel programme

Ces feuilles de travail ont été spécialement conçues pour être utilisées avec n'importe quel programme d'études international. Vous pouvez utiliser ces feuilles de travail telles quelles ou les modifier à l'aide de Google Slides pour les rendre plus spécifiques aux niveaux d'aptitude de vos élèves et aux normes du programme d'études.


ANGKOR WAT: History, Architecture and Style

It seems like Cambodia is quickly becoming one of the hottest places on earth for tourists to select for where they will spend their vacation. We are not just talking about hot as in temperature, but are instead talking about making this the place to go.

There are beautiful beaches, amazing wildlife to see, and unbelievable waters to snorkel, swim and scuba dive in. Some of the most unusual species of animals exist in this country. In fact, in Ream National Park, a nature preserve located in the southwest portion of Cambodia, there is the largest number of threatened and endangered species of animals, plants, and insects on the planet Earth. This makes it so that tourists and visitors can see wildlife that they would find nowhere else on earth.

While Cambodia is known for all of these incredible attractions and sites that are drawing tourists and visitors to them, this ancient land also holds a large number of historical sites that make it a truly spectacular place to visit. None of these is more impressive than Angkor Wat.

Tell Us More About Angkor Wat

For those who are unfamiliar with this incredible location, this is a beautiful temple built nearly 900 years ago. This is such a majestic and beautiful site that it has been deemed as one of the seven Wonders of the World. Clearly this designation says a whole lot about how incredibly beautiful this temple is.

The Angkor Wat is not only the largest temple in Cambodia, but is actually the largest religious monument in the entire world. The temple monument covers 1,600,000 square meters and was originally built as a Hindu monument during the Khmer Empire. In less than 100 years this temple site would be transformed into the largest Buddhist monument on the planet, and still exists in this fashion today.

The site of the monument seems odd to many tourists and visitors because it is deeper within the Cambodian nation, however it needs to be understood that in the early 12th century Angkor was the capital city of the Khmer Empire. The work on this temple began under King Suryavarman II, but he would die long before the project was completed. It would later be finished under King Jayavarman VII.

This incredible monument began as to showpiece for the Khmer Empire, but is now become one of the most important monuments in all of Cambodia. Millions of people come to see this site each year, and it is used in much of the tourist literature to attract visitors to the nation. Beaches and scuba diving may be a key factor of why so many people want to come to this country on vacation, but Angkor Wat is the real highlight for any vacationer.

History of Angkor Wat

Angkor Wat is located about 3.5 miles away from the modern city of Seam Reap. L'emplacement a été choisi parce qu'Angkor Wat allait devenir la nouvelle capitale de l'empire khmer. Several other ancient temple structures are built in small regions near the site, but this was to be the granddaddy of them all.

The purpose of the temple was to become the new palace for PrechaKetMeelea, the son of Indra. According to the Chinese traveler Daguan Zhou, the temple was supposed to have been built in one single night as part of the divine intervention of the Hindu gods. This same traveler also proposed a story of the temple being built for the King son.

According to historical records the temple began to be constructed during the reign of Suryavarman II around the year 1113. It was dedicated to the Hindu god Vishnu and was built to be the kings personal temple and headquarters for his new capital city.

Much of the early history related to Angkor Wat has come from word-of-mouth or documents from other civilizations speaking about the temple. There are no legal documents remaining from the early decades when the construction began, with the exception of references being made about it being dedicated to Vishnu.

From what historians have been able to surmise, construction of the temple area ended shortly after the death of Suryavarman. This may have been due to the city being sacked by the enemies of the Khmer, the Chams, which left the Empire in disarray for quite some time.

For nearly 27 years the temple complex remained dormant, as construction completely ended in the Empire was looking to try to regain its prior prominence. When King Jayavarman came to power he rebuilt the Khmer Empire, but decided to move his temple and capital city a few miles north from Angkor Wat. This led to the construction of Angkor Thom, however, he did decide to complete the building of the temple. This led to the final appearance of Angkor Wat, to include its decoration, carvings, and statues.

Oddly enough, despite the fact that the temple had been completed, there was still no real use for it within the Hindu faith of the region. With the new temple being built in Angkor Thom the one in Angkor Wat became virtually unnecessary. This allowed for it to move from a center of Hindu worship into one used by Buddhists. This is still true today.

For centuries after its completion, it was used as a Buddhist temple, but not one that was widely known about. This meant that a small number of monks maintained the structure, but large numbers of people did not flock to the temple for prayer or meditation.

Despite its massive size, the world was quite oblivious to the 12th century temple complex, that is until 1586. In that year, Antonio da Madalena, a monk from the nation of Portugal, came to Cambodia and became the first known westerner to lay his eyes on the complex. He was truly captivated by grandeur of the complex, and documented his discovery. Of the temple complex he wrote, “it is of such extraordinary construction that it is not possible to describe it with a pen, particularly since it is like no other building in the world. It has towers and decoration and all the refinements which the human genius can conceive of.”

His description did not inspire many to come to see this beautiful complex, and so for nearly 100 years Angkor Wat was a temple used by Buddhists, but was largely abandoned for the most part. The temple seemed destined to become one of the greatest man-made inventions that no one knew about. That is until 1632.

In that year a group of Buddhists from the country of Japan came to visit the historic site. They chose to celebrate the Khmer New Year at Angkor Wat making it the largest celebration at the temple complex in over 400 years.

In the 1800s the cat was finally out of the bag. The great French explorer Henri Mouhot came to the site and published a series of notes and drawings depicting how spectacular the temple site was. Within 10 years of his discovery photographers came capturing images for the entire world. It had been wondered if this beautiful wonder of the world would lay unrecognized by most of the world, but that rapidly came to an end with the pictures drawn by Mouhot.

As an interesting side note, it was his discovery that led the French government to determine that they wanted to make Cambodia one of their protectorates. The government found this site to be of such universal importance that they wanted to prevent invading armies and thieves from Siam from taking the treasures or destroying the temple area. On August 11, 1863, the French named Cambodia as one of their protectorates nations, and dispatched an armed garrison to protect the temple complex and its treasures. A French colonial flag flew over the temple for over 90 years before Cambodia gained its independence from France on November 9, 1953.

A Description of the Site and Its Architecture

Angkor Wat is located in a mountainous area of Cambodia. In fact, the primary temple of the complex is located at the peak and is intended to honor Mount Meru, the mythical temple of the Hindu gods. The central geometric pattern was to symbolize the five peaks of this mount, while the walls in the moat surrounding the temple complex were to represent mountain ranges in the ocean where the gods lived.

During the early years that the temple existed all were welcome to enjoy the entire complex and to pray or meditate anywhere within the complex itself. It was built with the idea that all would be welcome despite the fact that the king chose to build this complex as a way to please the gods and to leave a long lasting legacy to himself. Over the years, certain portions of the complex, especially the upper areas of the temple have been restricted so that only the highest members of the Buddhist faith were allowed in while the laity were only allowed in the lower levels.

One of the interesting aspects of this temple is the fact that it is a variant it to the West rather than to the east. Many have believed that this was due to the fact that Suryavarman built the complex as a funerary temple. Support for this idea has come from the fact that the normal process by which the temple and its artifacts would appear, known as the bas-reliefs, is in a counterclockwise direction, the reverse of what would be normally true in Hindu temples. Others summarize that the Western orientation is because it is dedicated to the god Vishnu, who was associated with the West.

The Style of Angkor Wat

This incredible religious site is a prime example of the Khmer architecture. In fact, this style has become so synonymous with the temple area that the classical style is now referred to as Angkor Wat style. The architects of the time were quite skilled in using sandstone, thus the majority of the structure is built out of this material. As a biding agent they used natural resins and slaked lime.

From an architectural standpoint, the building uses a wide variety of different structures, including such things as redented towers that looks very much like lotus buds, half galleries that brought them into passageways, axial galleries that were used to connect various enclosures, and cruciform terraces which are built along the main axis of the temple. Angkor Wat is a truly spectacular architectural innovation, making it easy to see why it is considered one of the great Wonders of the World.

Key Features of Angkor Wat

There is a great deal to like about this beautiful complex. It starts with the outer wall, which has dimensions of over 1000 m by over 800 m wide, with a wall that is over 15 feet high. Stretching out from the outer wall is a moat that is 620 feet wide and in circles around the beautiful complex. Wooden bridges are placed strategically across the mode at several places allowing tourists the opportunity to enter the temple area and view the true majesty of this complex.

There are beautiful galleries that run between the towers. The access to these galleries is provided by large gates, referred to as the elephant dates, which were large enough to allow animals to be able to enter the complex. The ceiling of the temple is decorated with lotus rosettes, and the West face of the wall with a series of dancing figurines. On the east face of the wall are spectacular and enormous windows, decorated with dancing male figures on prancing animals.

The central area of the temple stands on a terrace that raises the level of the temple higher than the city itself. Constructed of three rectangular galleries which rise to display the central tower, the architects design this so that each level is higher than the previous. The Hindu gods Brahma and Vishnu are centrally displayed in the central tower and are important figures within the Hindu faith. Interestingly enough, when Buddhist monks took over the temple area they did not find it necessary to remove these depictions or statues from the Hindu faith.

The Great Tourist Attraction

Since the early 1990s Angkor Wat has been one of the most sought after tourist destinations for people around the world. Is incredible as this temple is it is easy to see why so many would find it an incredible place to visit. There were not only Buddhists who wish to take a pilgrimage to this historic landmark, but people who just want to see the beautiful structure that is existed for over 800 years.

Tourism to the site really began to pick up following 2004. In 1993 the government of Cambodia castoff the Khmer Rouge tyranny and a new democratic legacy began in the southeast Asian nation. In that year 7,650 visitors sought visas to come to the site. Just 10 years later that number increased to over 500,000 people coming from foreign countries to visit the spectacular landmark. Just four years later over 1 billion people have come to Cambodia to see the spectacular temple.

The increased traffic flow to Angkor Wat has created issues. The large number of people have led to destruction and graffiti in areas of the temple, as well as natural wear and tear from so many people visiting the site. Consider that for centuries very few people even knew about Angkor Wat and now millions of people are coming to it each and every year it’s a population explosion the temple appears not to of been ready for.

Fortunately, the government of Cambodia has been quick to ensure that its national treasure is being properly cared for. The government has made it so that 28% of ticket revenue used to reach the Angkor site is given directly to the restoration and protection of the religious temple. This has insured that the sanctity and beauty of this spectacular landmark has been well maintained and kept safe from those seeking to do what harm.

Planning a Trip to See This Incredible Landmark

Clearly, this is a location that everyone should have the opportunity to see some point in their lifetime. It is such a beautiful look at the history of this nation that has been so well-maintained that you will not believe that this is survived nearly intact for over 800 years.

If you wish to get here the most sensible thing to do is to plan a trip to the city of Seam Reap. There you will find incredible hotel accommodations or resorts to stay in that are very reasonably priced. Once there you can buy tickets to come tour Angkor Wat. The cost ranges from $25-$50, depending on the sites you wish to see in the duration of time you wish to spend their, and often includes your travel from the city out to Angkor Wat to spend the day. The moment you step off the bus and take a look at this ancient city you will find that the prices well worth it.


Tips About Visiting Angkor Wat Temple Cambodia

WHAT TO WEAR:

There isn’t a strict dress code on what to wear unlike other Buddhist temples in South East Asia. Although, since Angkor Wat is still a temple, holy to the local people cover yourself appropriately. Wear loose and comfortable clothes since humidity will be at its peak, no matter when you go.

I will recommend knee-length shorts, skirts or dresses along with light knit t-shirts. Cover your shoulders, apart from the culture, to avoid sunburn. Do not wear heels or even wedges. The terrain will be rough and I will recommend only wearing sneakers, sports shoes or sandals here. Also, carry a hat and sunglasses to protect yourself from scorching heat.

In Southeast Asia? Here is our complete checklist on what to pack to Southeast Asia

RESPECT THE TEMPLE:

Do not go climbing on the Bayon faces or posing inappropriately around the temple. Trust me, you will see a lot of them doing so. But it’s not cool and the locals do not appreciate it. It is a holy site for millions of people and getting a sexy Instagram photo with out-of-context behaviour will not be largely appreciated.

RESPECT THE MONKS:

You will find many monks in the area. Be extremely respectful to them. Do not touch them, especially females since it will break their holy vows. If you want to take a picture of them, ask them first and politely. Don’t try to get too overfriendly suddenly.

TAKE SOMETHING TO EAT:

Even though there are a few eateries inside the complex, take snacks and water along with you. It may take a while exploring one of these places and eateries are far from each other. Apart from that, take your trash home. Even if you cannot find a dustbin in the vicinity, take your trash home.

TAKING NOTHING WHICH IS FREE:

Scams are common in Cambodia. Sometimes it’s your luggage, other times it’s just a dollar. But don’t let anyone take your passport or your mobile phone or it can be used against you. Even if someone offers you to give an interesting tip about a place, change notes for you or take a photograph, they will probably ask for money for the exchange.

DON’T RIDE AN ELEPHANT:

For the sake of the animals, don’t. The elephants are not treated well and often abused. Don’t support the people running it, even if others do.


Voir la vidéo: The Buried Mysteries Of Angkor Wat. The City Of God Kings. Timeline