Carte du Kenya avec la rivière Tana indiquée

Carte du Kenya avec la rivière Tana indiquée


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Carte du Kenya avec la rivière Tana indiquée - Histoire

Bedford Biofuels Ltd a proposé d'établir des plantations de Jatropha sur 6 ranchs dans le delta de Tana sur 64 000 ha. La première phase commencerait sur 10 000 ha dans le ranch de Kitangale, la phase 2 prendrait 30 000 ha supplémentaires dans 4 autres ranchs, tandis que la phase 3 ajouterait 24 000 ha supplémentaires.

Nature Kenya, EAWLS et les organisations partenaires étaient contre le projet au motif qu'un plan d'utilisation des terres du delta de Tana était inexistant. Des recherches récentes suggèrent que dans des conditions sèches, le Jatropha ne produira pas suffisamment de graines ou d'huile pour rendre les plantations économiquement viables Les plantations de jatropha, à l'exception des clôtures/haies, les corridors fauniques indiqués dans l'EIE sont insuffisants et certains des ranchs abritent des zones humides critiques pour les oiseaux migrateurs de l'extérieur de l'Afrique. Le 6 mai 2011, NEMA a accordé au développeur une licence pour la 1ère phase de 10 000 ha en tant pendant 2 ans pour permettre à la NEMA de prendre une décision finale sur les autres phases.

Le directeur de la conformité qui a approuvé le projet a ensuite été suspendu car il avait accordé la licence de manière irrégulière malgré les preuves scientifiques croissantes indiquant que le jatropha n'était pas viable. Les écologistes se sont demandé comment un projet de 10 000 ha pouvait être considéré comme un pilote.

En réponse, NK et EAWLS ont déposé une requête le 20 juillet auprès du Tribunal national de l'environnement contestant la délivrance de la licence. Ils se sont ensuite retirés pour permettre au ministre de l'Environnement de révoquer le permis, car ils n'auraient pas poursuivi une affaire en instance devant les tribunaux.

Des menaces de violence ont été signalées, le personnel de NK à Tana et un greffier local de Kadhi menacés de menaces de mort pour avoir remis en question le projet. La culture du jatropha a commencé de fin 2011 à 2012. En juin 2013, Bedford Biofuels s'est retiré de son projet de plantation de biocarburant Jatropha en expliquant que la situation politique et économique n'était pas bonne pour les affaires et a fermé ses activités au Kenya.

Nom du conflit :Bedford Biofuels Jatropha, Delta de Tana, Kenya
Pays:Kenya
État ou province:Province de la côte
Lieu du conflit :District du delta de Tana
Précision de l'emplacementMOYEN (niveau régional)
Type de conflit. 1er niveau :Biomasse et conflits fonciers (forêts, agriculture, pêche et gestion de l'élevage)
Type de conflit. 2ème niveau :Conflits de plantation (y compris Pulp
Conflits d'acquisition de terres
Gestion des zones humides et des zones côtières
Produits spécifiques :Éthanol
Jatropha
Compensations carbone
Terre

Bedford Biofuels (Tana Delta) Limited a négocié des sous-locations auprès de six ranchs pour faire pousser du Jatropha, en investissant environ 68 730 625 USD. La NEMA a approuvé la première phase du Kintangale Ranch, qui prévoit de cultiver le Jatropha sur 10 000 ha pour un budget total de 12 355 000 USD. Le projet comprend les étapes suivantes : Défrichage initial et modification du sol et construction des infrastructures associées Culture de plants de Jatropha dans une pépinière temporaire pour plantation manuelle Gestion et exploitation des zones de plantation, y compris la récolte et Améliorations de la gestion des zones de non-plantation dans le ranch Bedford prétend s'engager à verser 3 600 000 USD au programme EMPOWER pour financer des projets de développement communautaire, même si d'autres projets précédents ont promis le paradis mais ont livré peu et un coût pour l'environnement.

IntensitéMOYEN (manifestations de rue, mobilisation visible)
Stade de réactionRésistance PREVENTIVE (phase de précaution)
Groupes se mobilisant :Les agriculteurs
Groupes autochtones ou communautés traditionnelles
Ejos internationaux
Ejos locaux
Paysans sans terre
Gouvernement local/partis politiques
Voisins/citoyens/communautés
Pasteurs
Scientifiques/professionnels locaux
Les pêcheurs
Formes de mobilisation :Développement d'un réseau/action collective
Implication des ONG nationales et internationales
Procès, affaires judiciaires, activisme judiciaire
Activisme médiatique/médias alternatifs
Objections à l'EIE
Lettres de plainte officielles et pétitions
Campagnes publiques
Impacts environnementauxVisible: Déforestation et perte de couvert végétal
Potentiel: Perte de biodiversité (faune, agro-diversité), Réchauffement climatique, Erosion des sols, Perturbation à grande échelle des systèmes hydrologiques et géologiques
Impacts socio-économiquesVisible: Augmentation de la Corruption/Cooptation des différents acteurs, Déplacement, Dépossession des terres
Potentiel: Perte de moyens de subsistance, Perte de paysage/sentiment d'appartenance
L'état du projetProposé (phase d'exploration)
Résultat/réponse au conflit :Changements institutionnels
Délimitation des terres
Renforcement de la participation
Ciblage violent des militants
Nouvelle évaluation/étude d'impact environnemental
Projet suspendu. Le bureau du Premier ministre, avec un financement de UK Aid, a mis en place un comité, avec environ 20 représentants du gouvernement, pour faciliter la préparation d'un plan stratégique et d'une évaluation environnementale stratégique pour le delta. Cela permettrait de développer des moyens de subsistance durables pour les populations tout en préservant l'environnement dont dépend l'économie locale.
Développement d'alternatives :1. Nature Kenya travaille avec les communautés locales d'éleveurs, d'agriculteurs, de pêcheurs et de groupes de conservation afin de prendre des mesures contre les développements proposés dans le delta de la rivière Tana et de faire avancer des propositions positives pour améliorer les moyens de subsistance.
2.Élaborer des directives appropriées sur la production durable de biocarburants avant l'approbation de tout projet commercial de biocarburant.
3.Réaliser une analyse coûts-avantages pour évaluer si la culture d'une culture de biocarburant entraîne un coût énergétique ainsi que des coûts environnementaux et sociaux.
Considérez-vous cela comme un succès de justice environnementale? La justice environnementale a-t-elle été rendue ? :Oui
Explique brèvement:La NEMA a accordé la licence au développeur même si des preuves scientifiques indiquaient que les plantations de Jatropha n'étaient pas viables et que l'on craignait que la taille de 10 000 ha ne soit trop grande pour être pilote. Cependant, l'entreprise s'est maintenant retirée et le projet est arrêté.

Constitution de la République du Kenya, 2010 Forests Act, 2005 Forest Policy Wildlife (Conservation and Management) Act of 1976 Environmental Management and Co-ordination Act (EMCA) of 1999 Environmental PolicyWater Act, 2002 Water Policy (Politique nationale sur la gestion des ressources en eau) Loi sur l'agriculture, chap. 318 Loi sur les collectivités locales, chap. 265

Biocarburants durables : perspectives et défis, Royal Society, 14 janvier 2008.
[clique pour voir]

Le défrichement des terres et la dette de carbone des biocarburants, Joseph Fargione et al, février 2008.
[clique pour voir]


Autres rivières importantes et préoccupations environnementales

Le plus grand fleuve à traverser le Kenya, le Nil, s'étend sur un total de miles 4,258 dans 11 pays. Certains des autres grands fleuves du pays sont le Dawa à 280 miles et partagé avec la Somalie, le Turkwel à 211 miles et partagé avec l'Ouganda, et le Nzoia River à 160 miles. Les rivières du Kenya jouent un rôle économique et écologique important, et des problèmes tels que la pollution et la déforestation doivent être traités de manière adéquate pour assurer la durabilité des rivières.


Où est le Kenya ?

Le Kenya est un pays d'Afrique de l'Est. Il est situé dans l'hémisphère oriental. L'équateur traverse le pays. Cinq pays bordent le Kenya. Il s'agit respectivement de l'Éthiopie, du Soudan du Sud, de l'Ouganda, de la Tanzanie et de la Somalie au nord, au nord-ouest, à l'ouest, au sud et à l'est. Le Kenya a un littoral sur l'océan Indien au sud-est.

Cartes régionales: Carte de l'Afrique


Rivière Tana (Kenya)

La CA. 1000 km de long Rivière Tana est le plus long fleuve du Kenya et donne son nom au comté de Tana River. [1] Son bassin versant couvre env. 100 000 km² et peut être divisé entre les sources et le cours inférieur du Tana, constitués de la section en aval de Kora où la rivière coule pendant env. 700 km à travers des plaines semi-arides. [2] Ses affluents comprennent le Thika, la rivière Ragati du Mont Kenya ainsi que plusieurs rivières plus petites qui ne coulent que pendant la saison des pluies. La rivière prend sa source dans les monts Aberdare à l'ouest de Nyeri. Elle court d'abord vers l'est avant de tourner vers le sud autour du massif du mont Kenya. Une série de barrages hydroélectriques (les stations hydroélectriques de Seven Forks ou le programme Seven Forks) a été construit le long de la rivière. Ceux-ci comprennent (par ordre de cascade) le barrage de Masinga (mis en service en 1981 avec une capacité installée de 40 MW), le barrage de Kamburu (1974, 94,20 MW), le barrage de Gitaru (1978, 225,25 MW), le barrage de Kindaruma (1968, 72 MW ) et le barrage de Kiambere (1988, 168 MW). [3] [4] fr [5] [6] Le réservoir de Masinga et le réservoir de Kiambere, créés respectivement par les barrages de Masinga et de Kiambere, ont un double objectif : la production d'énergie hydroélectrique (HEP) et l'irrigation agricole. Les trois autres sont utilisés exclusivement pour la génération HEP. Une étude de 2003 a indiqué que les deux tiers des besoins en électricité du Kenya étaient fournis par la série de barrages le long de la rivière Tana. Beaucoup de gens croient que cette rivière a de l'eau souterraine en dessous, mais ce n'est pas le cas. [7] L'électricité est ensuite fournie au réseau national et distribuée dans tout le pays via une série de sous-stations, de transformateurs et de câbles. [8]

En aval des barrages, la rivière tourne vers le nord et coule le long de la frontière nord-sud entre les réserves nationales de Meru et North Kitui et Bisanadi, Kora et Rabole. Dans les réserves, la rivière tourne vers l'est, puis vers le sud-est. Il traverse les villes de Garissa, Hola et Garsen avant d'entrer dans l'océan Indien dans la région de la baie d'Ungwana-Kipini, au bout d'un delta fluvial qui atteint environ 30 km en amont de l'embouchure de la rivière elle-même.<ref-name=Nakaegawa2012/> Il traverse une zone semi-aride et irrigue les terres environnantes.

Le débit annuel est supérieur à 5 000 millions de mètres cubes (MCM) en moyenne, mais varie considérablement au cours des années et d'une année à l'autre, et comprend deux saisons de crue chaque année Entre 1944 et 1978, le débit total moyen (à Garissa) était de 6 105 MCM, variant de seulement 1 789 MCM en 1949 à 13 342 MCM en 1968. [9] Au cours de la période 1982-1996, le débit annuel est également resté supérieur à 5 000 MCM. [10] L'eau est tirée de la rivière par les grands projets d'irrigation suivants : projet d'irrigation et de peuplement de Bura, programme d'irrigation de Tana et projet d'irrigation du delta de Tana. [11]


Les Gusii

Les Gusii qui s'appellent eux-mêmes �gusii” sont une petite tribu bantoue qui occupent la partie la plus au sud-ouest de la partie occidentale fraîche et fertile des hauts plateaux du Kenya. Entre eux et le lac Victoria se trouve le nilotique Luo. A l'Est et au Sud-Est, ils sont bordés par les Kipsigis et les Maasai. Au sud, bien que séparés par un couloir de Luo, se trouvent les proches “Tende,” qui se font appeler �kuria.”

Les traditions du peuple Gusii telles qu'énoncées par William Robert Ochieng indiquent que dans un passé lointain, ils étaient le même peuple que les Kuria, les Logoli, les Suba, les Bukusu (Kitosh), les Kikuyu, les Meru, les Embu et les Kamba. Ils déclarent en outre que sur leur chemin vers le sud, à partir d'un pays qu'ils identifient comme « Misiri », ils étaient avec les Ganda et les Soga. Les Ganda et les Soga auraient bifurqué du reste des migrants autour du mont Elgon, en direction sud-ouest.

Les kikuyu, les Meru, les Embu et les Kamba auraient voyagé vers l'est dans ce qui est maintenant les hauts plateaux du centre du Kenya, tandis que les Bukusu semblent être restés autour du mont Elgon. Le groupe restant, les Gusii, les Kuria, les Suba et les Logoli auraient migré vers le sud et, suivant le cours de la rivière Nzoia, sont arrivés sur les rives orientales du lac Victoria, il y a environ quinze à seize générations, probablement vers 1560 après JC. Tournant vers l'est, ils voyagé le long des rives du lac et finalement ils ont érigé leur colonie autour de Goye dans l'emplacement de Yimbo, et à partir de Goye, leurs propriétés semblent s'être étendues à travers Urima, Ulowa, Sare et Ramogi. C'est dans cette zone générale que la première vague d'immigrants Luo dans l'ouest du Kenya les a trouvés.

Les Gusii eux-mêmes parlent de Mogusii comme du fondateur de leur société et de la personne qui a donné son nom à leur tribu. Ils disent aussi que le père de Mogusii s'appelait Osogo, fils de Moluguhia, fils de Kigoma, fils de Ribiaka, qui était fils de Kintu. C'est Kintu, disent-ils, qui a dirigé la migration de “Misiri” vers le mont Elgon, et ils semblent y être restés pendant environ trois à quatre générations, avant de finalement se disperser.

Les traditions Gusii indiquent également que Molughia, le grand-père de Mogusii, avait un certain nombre de fils qui ont fondé les diverses sous-tribus ou clans Baluyia, et que parmi ses fils dont on se souvenait se trouvaient Osogo et Mogikoyo. Les descendants d'Osogo auraient fondé les tribus Gusii, Kuria, Logoli et plusieurs suba, tandis que les descendants de Mogikoyo sont devenus les tribus Kikuyu, Meru et Embu et, selon quelques anciens, les tribus Kamba également.

Référence : William Robert Ochieng (1974). Une histoire précoloniale des Gusii du Kenya occidental (A.D. 1500-1914.). Bureau de la littérature d'Afrique de l'Est. Nairobi.


Découvrez le comté de Tana River

Localisation spatiale du comté de Tana River au Kenya

Bref aperçu du comté de Tana River

De son pas dans la chaîne de montagnes Aberdare à sa fin de ligne au delta de la rivière Tana, se jetant dans l'océan Indien, la rivière Tana coule sur près de 850 km, ce qui en fait le plus long fleuve du Kenya, et son importance pour la production d'hydro- l'énergie électrique et le maintien des moyens de subsistance de centaines de milliers de personnes le long du bassin de la rivière Tana sont clairement et inextricablement liés. Depuis les Aberdares, la rivière Tana coule vers l'est, le nord, l'est à nouveau avant de commencer sur le long parcours sud de 500 km bordant l'ensemble des francs nord et ouest du comté de Tana River, un titre qui répond à la présence superlative de cette puissante rivière. Le comté de Tana River est dominé par un écosystème complexe composé de forêts côtières à canopée spectrale, de bandes riveraines, de broussailles boisées, de fourrés avec des plaines herbeuses et des marais de mangrove. De loin, les écologies les plus frappantes du comté de Tana River sont le delta de la rivière Tana et son littoral de 72 km peu fréquenté.

Outre la rivière Tana, il existe plusieurs petites rivières, des laghas plus appropriées, qui coulent dans la direction ouest-est des comtés de Kitui et de Makueni et se jettent toutes dans la rivière Tana. Même ainsi, le comté de Tana River est une zone à prédominance aride avec peu d'utilisation des terres. Les Pokomo, remarquables comme la plus grande communauté ethnique, survivent grâce à un travail du sol de subsistance exigu le long du Tana dans la mesure où les tribus minoritaires Orma et Wardei sont des pasteurs, habituellement en déplacement à la recherche de pâturages pour le bétail. Les communautés pastorales représentent environ 14% de la population. Les niveaux de pauvreté s'élèvent à 77%, faisant du comté de Tana River le 5e comté le plus pauvre du Kenya. Il y a sept grands ranchs dans le comté – Wachu (307 km2), Kibusu (250 km2), Haganda (120 km2), Kitangale (200 km2), Idasa Godana (510 km2), Giritu (433 km2) et Kondertu ( 200 km2) – et sur les sept ranchs, seul Idasa Godana Ranch peut être considéré comme actif, avec environ 10 % de sa superficie exploitée.

La principale ligne de communication dans le comté de Tana River est la route B8 Malindi-Garissa, qui traverse Garsen et Hola (Bura), qui est orientée nord-sud et s'étend à seulement 30 km à l'extérieur de la frontière orientale sur 347 km de Malindi à Garissa. La deuxième route, un peu plus engagée, relie la route B8 Malindi-Garissa à la route A3 Thika-Liboi à Garissa, et celle-ci se déplace d'est en ouest sur environ 70 km dans la zone nord du comté en passant par Bangali. En raison des précipitations relativement faibles et de la pratique indigène du surpâturage, avec à la fois des bovins et des chèvres, le profil de la végétation sur une grande partie du comté de Tana River est principalement du type buisson épineux épais avec une herbe restreinte, à l'exception des zones riveraines le long de la rivière Tana marquées par une abondance de verdure et de bois. Le terrain est en pente vers le sud avec quelques petites collines. La rivière Tana est l'un des six comtés de la région côtière. Il borde le comté d'Isiolo (au nord), le comté de Garissa (à l'est), le comté de Lamu (au sud-est), le comté de Kilifi (au sud) et le comté de Kitui (à l'ouest).

Vue aérienne du delta de la rivière Tana. Image reproduite avec l'aimable autorisation de David Beatty

Caractéristiques principales du comté de Tana River

  • Numéro de comté 04
  • Superficie – 38 862 km2
  • Altitude – 6200 pi
  • Villes principales – Hola, Madogo, Galole, Bura
  • Frontières – Kitui, Garissa, Isiolo, Lamu, Kilifi

Brève histoire du comté de Tana River

Bien que le comté de Tana River soit une région peu peuplée, il a une longue saga de conflits tribaux. D'autres revers qui ont transposé le comté de Tana River au-delà des solutions locales incluent : sa marginalisation économique et politique, sa résistance longue et impliquée à l'assimilation, son épuisement des ressources, les changements démographiques à la traîne, ses conditions climatiques, son vol de bétail et la prolifération des armes légères, et les politiques gouvernementales. Le conflit tribal dans le comté de Tana River remonte au 17ème siècle lorsque différentes communautés ont commencé à s'installer le long des rives de la rivière Tana - en particulier les communautés d'Éthiopie et de Somalie.

Le monument du massacre de Hola à Hola. Image reproduite avec l'aimable autorisation de WikiWand

District de la rivière Tana

La rivière Tana, longue de 440 milles, est la plus longue rivière du Kenya et donne son nom au district de la rivière Tana. La rivière prend sa source dans les monts Aberdare à l'ouest de Nyeri. Il s'étend d'abord vers l'est avant de tourner vers le sud autour du massif du mont Kenya. La rivière se transforme ensuite en réservoirs de Masinga et Kiambere créés par les barrages de Kindaruma. Au-dessous du barrage, la rivière tourne vers le nord et coule la frontière nord-sud entre les réserves nationales de Meru et North Kitui et Bisanadi, Kora et Rabole. Dans les réserves, la rivière tourne vers l'est, puis vers le sud-est. Il traverse les villes de Garissa, Hola et Garsen avant d'entrer dans l'océan Indien à la baie d'Ungwana.


ReliefWeb

Pièces jointes

Situation de sécheresse et classification de phase EW

Le comté a reçu quelques précipitations au cours du mois sous revue.

L'indice de l'état de la végétation (VCI-3Month) montrait une augmentation de 10 pour cent par rapport au mois précédent.

Le VCI indiquait une verdure normale de la végétation. Cependant, la phase globale de sécheresse dans le comté était normale en décembre.

L'état du fourrage était bon dans toutes les zones de moyens d'existence au cours du mois.

Indicateurs socio-économiques

Toutes les espèces animales présentaient une bonne condition physique.

Les cultures étaient au stade de la récolte dans toutes les zones de subsistance.

La production de lait a diminué et est inférieure à la LTA par rapport au mois de novembre précédent.

Les termes de l'échange étaient favorables aux agriculteurs plutôt qu'aux éleveurs dans les zones de modes de vie mixtes et pastoraux respectivement.

L'accès à l'eau pour les humains et le bétail était bon et a diminué dans toutes les zones de moyens d'existence.

Consommation de lait réduite et supérieure à la moyenne à long terme.

La proportion d'enfants à risque de cas de malnutrition a diminué et au-dessus de la plage normale, comme indiqué par le pourcentage de la circonférence de la partie supérieure du bras (MUAC).

La stratégie d'adaptation moyenne insignifiante a diminué par rapport au mois précédent.


ReliefWeb

Pièces jointes

Situation de sécheresse et classification de phase EW

Indicateurs biophysiques

&bull Le comté a reçu des précipitations saisonnières inférieures à la moyenne en mai. &bull L'indice de l'état de la végétation (VCI-3Month) montrait une diminution significative de 4 pour cent par rapport au mois précédent. &bull Le VCI indiqué au-dessus de la verdure normale de la végétation. La phase globale de sécheresse dans le comté était à Normal en mai. &bull L'état du fourrage était passable à bon dans toutes les zones de moyens d'existence au cours du mois.

Indicateurs socio-économiques

Indicateurs de production

&bull Toutes les espèces de bétail présentaient une condition physique passable à bonne. Les agriculteurs de &bull Crops étaient à différents niveaux de stades, certains au niveau du genou et d'autres au stade de la germination dans toutes les zones de moyens d'existence. &bull La production de lait a augmenté et est inférieure au LTA par rapport au mois d'avril précédent.

Indicateurs d'accès

&bull Les termes de l'échange étaient favorables aux agriculteurs plutôt qu'aux éleveurs dans les zones de modes de vie mixtes et pastoraux respectivement. &bull L'accès à l'eau pour les humains et le bétail était bon à passable respectivement selon les sources d'eau dans la zone. &bull La consommation de lait a diminué et est inférieure à la moyenne à long terme. Indicateurs d'utilisation &bull La proportion d'enfants à risque de cas de malnutrition a légèrement diminué et se situe au-dessus de la plage normale, comme indiqué par le pourcentage de la circonférence de la partie supérieure du bras (PB). &bull La stratégie d'adaptation moyenne a augmenté de 9,4 pour cent par rapport au mois d'avril précédent.


Voir la vidéo: Route tana vers Mahajanga


Commentaires:

  1. Abjaja

    À mon avis, vous admettez l'erreur. Je peux défendre ma position.

  2. Conary

    Quels sont les bons mots ... super, bonne phrase

  3. Avisha

    Informations merveilleuses et très précieuses

  4. Fremont

    Bravo, tu viens d'avoir une pensée brillante

  5. Willifrid

    Bravo, la phrase excellente et est opportune



Écrire un message