Le gouvernement vietnamien a-t-il une estimation du nombre de civils tués par les bombardements américains dans le nord du pays ?

Le gouvernement vietnamien a-t-il une estimation du nombre de civils tués par les bombardements américains dans le nord du pays ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Ainsi, en 1994, l'Agence France Presse (IIRC) avait un article dans lequel ils rapportaient que la nouvelle estimation du gouvernement vietnamien (à partir de ce moment-là) pour les décès de civils au Vietnam, pendant la guerre avec l'Amérique, était de 2 000 000, la majorité dans la partie sud. du pays (c'est-à-dire au Sud-Vietnam). Maintenant, le chiffre pour le Nord-Vietnam que je vois habituellement (de R.J. Rummel à Nick Turse) est de 65 000, mais cela va à l'encontre de l'analyse insuffisamment motivée de Guenter Lewy sur le sujet.

Rummel inclut un chiffre inférieur de 50 000 dans sa gamme et estime un maximum de 70 000. J'ai lu une partie d'un livre d'un ancien écrivain militaire qui disait 100 000, mais sans fondement indépendant apparent. Le site Web de PBS disait au moins 182 000 pour Rolling Thunder, ce que j'ai pu déterminer plus tard était probablement une citation erronée du total des civils blessés. et tués là-dedans, puisque 52 000 en étaient le sous-ensemble, et 52 000 est le chiffre de Pentagone Papers (IIRC) que Lewy utilise pour obtenir 65 000 (+13 000 pour les bombardements post-RT dans le NV).

Maintenant à l'autre extrémité du spectre, cependant, la République socialiste du Vietnam (gouvernement unifié d'après-guerre) a publié un document intitulé Vietnam : Destruction et dommages de guerre (je crois que ça s'appelle ; je crois que c'est sur le site Texas Tech pour ce genre de documents), en 1979 je crois, qui dit vaguement que les bombardements américains ont tué « des centaines de milliers » de civils nord-vietnamiens. Cela signifie n'importe quoi à partir de 200 000, probablement moins de 1 000 000 en fin de compte, mais je le pense sûrement. Je veux dire, je n'ai jamais découvert de preuves substantielles que l'USAF était particulièrement destructrice de la vie civile au Nord-Vietnam, *** par rapport à d'autres cas de toute façon (à ce moment-là), auxquels je reviendrai dans un instant.

Ainsi, l'estimation de Pentagon Papers/Lewy est douteuse car, eh bien, elle vient de la partie la plus biaisée de l'équation, après tout. Mais les autres estimations semblent venir de nulle part en particulier ou être trop vagues : l'estimation SRV n'est pas seulement donnée comme un ordre de grandeur, mais est communiquée à l'IIRC le Comité sur les réfugiés et les victimes civiles (ou quoi que ce soit d'autre Ted Kennedy (?) a été le fer de lance du Congrès à cette époque). Cependant, je n'ai jamais réussi à trouver un chiffre de plus de 200 000 décès de civils NV, dans les sections des rapports de ce comité, que j'ai réussi à examiner au fil des ans.

Strictement, étant donné les chiffres ci-dessus, je dirais que nous dirions simplement qu'il y a une plage d'environ 50 000 à 200 000, ici, et peut-être que nous pourrions simplement ajouter et diviser pour obtenir un chiffre moyen décent, si nous avions même besoin ou en voulait un (pour une raison de comparaison politique, peut-être). OTOH J'ai l'impression que les recherches réelles du gouvernement vietnamien, qui ont conduit à la déclaration de 1994, incluent probablement un compte rendu plus avancé du sujet, étant donné que le document SRV date de plus d'une décennie plus tôt. Mais je n'ai jamais trouvé d'analyse plus précise du côté vietnamien de l'équation, qui répondrait du tout à ma question, ici.

Je ne dis pas que j'irais carrément avec même un nombre moderne, des analystes vietnamiens. Ils peuvent aussi avoir leur parti pris. Maintenant, pour leur défense, revenir au tract SRV de 1979, bien qu'il soit manifestement écrit sur un ton propagandiste, ne contient en fait clairement aucune fausse déclaration. Par exemple, la section qui va quelque chose comme "Le Vietnam était la nation la plus physiquement dévastée de l'histoire", est techniquement vrai, je veux dire, 5 000 000 de tonnes de bombes, 7 000 000 d'artillerie, etc. équivaut à des dizaines ou des centaines d'armes nucléaires. (selon les équivalences TNT utilisées dans l'analogie), donc en termes physiques purs, il est vraiment vrai qu'aucun pays n'a jamais été soumis à une telle dévastation.

Ce que j'ai également dû garder à l'esprit, alors, c'est que dans trois des quatre pays bombardés par les États-Unis, le tonnage des bombardements était à peu près égal, sinon significativement (ou dans le cas du Sud-Vietnam, inimaginable) supérieur à la quantité de bombardement tout le monde pendant la Seconde Guerre mondiale a utilisé ensemble. AFAIK, j'ai vu 1 000 000 tonnes pour le Nord Vietnam, en revanche.

Je ne peux pas simplement supposer un ratio facile comme : prendre le ratio tonnage-mort du Japon (disons), et le reporter : cela impliquerait, je crois, que les États-Unis auraient éradiqué toute vie en Indochine, ce qui n'a manifestement pas été le cas. se passe dans cet univers. J'ai fait un calcul où j'ai utilisé un double ratio, de tonnage et la taille de la population, ce qui donnait un nombre plus réaliste, et j'ai pensé à essayer de prendre en compte la durée des différentes campagnes et ainsi de suite, pour avoir des idées plus précises.

Une chose qui est apparue dans les détails de l'analyse concernant le Sud-Vietnam est que les estimations officielles des États-Unis sur les décès de civils dus à leurs actions sont comprises entre environ 1,5 et jusqu'à 10 fois inférieures aux estimations plus élevées (possibles). Mon Lai, par exemple, varie de 347 (États-Unis officiels) à 504 (vietnamien --- bien que je reconnais que ce dernier puisse être plus élevé en raison de l'application à plus ou moins que la structure connue sous le nom de "Song My", ou vers plus ou moins de hameaux ou… en gros, j'ai encore du mal à visualiser la différence entre hameaux et villages). Nick Turse rapporte que l'analyse interne de Speedy Express comprend un nombre de morts parmi les civils de 5 000 à 7 000. Pour un épisode proche du Têt, situé à Saigon, j'ai vu Turse donner le chiffre officiel de 100, mais une autre source en cite 500. Ensuite, dans l'écart le plus surprenant que j'ai vu, le nombre officiel de morts civils de l'offensive du Têt sont 12.500/14.000+ (les numéros US/RVN); mais Francis Fitzgerald fait référence à un "commandant allié" anonyme (c'est en Feu dans le lac je crois) qui prétendait 165,000, ce qui, je n'en doute pas, était tout à fait possible. La densité de population de Saigon était la plus grande sur Terre à l'époque, deux fois celle de Tokyo (notes Turse). Je ne sais pas à quel point le nombre américain (~ 6000 je crois) est sous-estimé pour ce cas, mais si John Paul Vann (je pense que celui que Turse cite pour les 100 décès dans l'épisode du mini-Tet) pouvait offrir un sous-compte d'un facteur 5, pour un incident qui s'est produit dans une situation moins volatile, alors il est possible que bien plus de 10 000 civils aient été tués par les forces américaines, à Saigon, pendant l'offensive du Têt.

D'autres cas que je pourrais trianguler incluraient le Laos, le Cambodge, la Corée du Nord et la Corée du Sud (pour des exemples directs, des bombardements américains). En fait, il y a beaucoup de détails aléatoires qui peuvent être additionnés pour obtenir des nombres différents dans tous ces cas, des nombres qui ne sont pas vraiment exactement justifiés, mais ils sommes justifiés comme indicateurs d'ordres de grandeur. Personne ne croit qu'exactement 6 000 000 de Juifs sont morts pendant l'Holocauste. En fait, il est possible que plus d'un million Suite mort dans l'Holocauste, qu'on ne le suppose généralement. Nous n'avons pas de chiffres éternellement satisfaisants pour l'URSS, par exemple, et de plus petits ajustements à la hausse dans les autres cas s'ajoutent à une augmentation considérable à l'extrémité du spectre au total. Maintenant, avec le Vietnam, nous obtenons beaucoup moins de convergence, mais il y a toujours une certaine convergence.

Je veux dire ceci principalement en ce qui concerne le Sud-Vietnam, ma question est donc la suivante : le gouvernement vietnamien moderne a-t-il une estimation officielle du nombre de civils tués par les bombardements américains dans le nord du pays ?

*** La politique officielle au plus haut niveau semble avoir été d'éviter les pertes civiles au Nord Vietnam, ne serait-ce que pour des raisons de publicité. D'un autre côté, l'analyse juridique d'Anthony D'Amato sur la question fait remarquer que nous ne déduisons pas qu'une politique existe simplement parce qu'un gouvernement le dit, même dans des documents internes. Un modèle d'action suffisamment répandu de la part d'agents gouvernementaux connus équivaut à une politique acceptée (pour le gouvernement concerné). Mais de plus (comme le note D'Amato), une grande partie du bombardement du Nord Vietnam a apparemment été décidée localement, contrairement à l'affirmation habituelle selon laquelle Rolling Thunder (par exemple) était planifié de manière centralisée, avec des pilotes lançant arbitrairement d'énormes quantités de munitions dans le sud du Nord. Vietnam, heurter quoi que ce soit en mouvement ou debout (pour ainsi dire), effaçant au moins une ville entière (la ville de Vinh ; ceci est référencé dans le travail de Chomsky, je vais essayer de me souvenir du livre exact mais c'était Probablement (je crois que ça s'appelle) An 500 : la conquête continue; Christian Appy (?) cite également un pilote qui a été surpris de découvrir que les États-Unis avaient détruit une ville entière, bien que je ne sache pas s'il faisait référence à Vinh), et aurait été filmé en train d'attaquer une colonie de lépreux de renommée mondiale à plusieurs reprises. encore une fois, tuant beaucoup de patients, d'infirmières et de médecins.


Voir la vidéo: Rush Hour Traffic with motorcycle in Ho Chi Minh city - Vietnam