Tombes antiques restaurées dans l'ouverture du temple Khonsu à Louxor

Tombes antiques restaurées dans l'ouverture du temple Khonsu à Louxor

Quatre anciennes chapelles égyptiennes et deux tombeaux de temple doivent être ouverts aux visiteurs dans le temple Khonsu à Karnak, à Louxor.

Entre 1189 et 1077 av. Alors que les âmes de ces hommes entreprenaient des aventures dans l'au-delà, leurs tombes ont été scellées par leurs partisans pour ne plus jamais être ouvertes, jusqu'à présent.

Dimanche, une équipe collaborative d'archéologues du Centre de recherche américain en Egypte ARCE et le ministère des Antiquités en Egypte a célébré l'achèvement d'un projet de restauration complexe qui a été entrepris avec une subvention de 2,13 $ (EGP 35) de l'Agence américaine pour le développement international (TU AS DIT).

Tombes d'un scribe sacré et grand prêtre d'Amon

Un article d'Ahram Online explique que le projet du temple Khonsu à Karnak nécessitait le nettoyage, la documentation et la restauration des quatre chapelles du temple et des deux tombes. Les correctifs des travaux de restauration précédents dans les années 1960 et 1970 ont été retirés et remplacés à l'aide de la technologie actuelle et des réparations structurelles majeures ont été effectuées sur les architraves et les plafonds des tombes anciennes.

Les tombes du temple Khonsu à Karnak ont ​​été restaurées et seront ouvertes aux visiteurs. (Ahram en ligne)

D'après les représentations sur les reliefs muraux, le premier des tombeaux restaurés appartenait à Raya, de la 19e dynastie, qui était le quatrième prophète d'Amon. Le sacerdoce d'Amon adorait constamment et faisait des offrandes au dieu Amon et le sacerdoce de Thèbes avait quatre prêtres de haut rang dirigés par le prophète en chef d'Amon à Karnak, autrement connu sous le nom de prêtre en chef.

Le second tombeau, daté de la 20e dynastie, appartient à Niay qui était le scribe de la table. Tout le monde dans l'Egypte ancienne ne savait pas lire et écrire et les connaissances détenues par les scribes étaient perçues comme des arts magiques. Seuls les scribes étaient autorisés à avoir cette connaissance sacrée que la plupart d'entre nous tenons pour acquise aujourd'hui.

L'archéologie collaborative renforce la paix au Moyen-Orient

Alors que le Sacerdoce d'Amon, les constructeurs de tombes, ont tout fait pour s'assurer que les restes physiques de ces deux hommes restent intacts, afin de ne pas perturber l'existence de leur âme dans l'au-delà, contrairement à cette mission une nouvelle passerelle de visite, pour faciliter l'accès à l'espace autrefois sacré, a été installé.

  • Pourquoi des babouins ont-ils été inscrits sur les murs de cette tombe égyptienne récemment découverte ?
  • Le temple monumental d'Hibis : Souvenirs des jours de gloire du dernier pharaon égyptien de Kemet
  • Les péchés et les gloires du pharaon Ay

Une nouvelle passerelle pour les visiteurs a été installée dans la zone des tombes du temple Khonsu. (Ahram en ligne)

Le ministre des Antiquités Khaled El-Enany a déclaré que le projet est un bon exemple de "la coopération qui a lieu entre l'Égypte et les États-Unis", une relation qui, selon le site Web de l'ambassade d'Égypte à Washington DC, est depuis des décennies un " alliance significative et fonctionnelle » fondée sur un engagement mutuel à faire progresser la paix, la prospérité et la stabilité au Moyen-Orient.

Cette nouvelle installation est l'une des nombreuses qui ont récemment ouvert en Égypte alors que des tentatives sont faites pour reconstruire l'industrie touristique du pays à la suite du ralentissement important après la révolution de 2011 qui a renversé l'homme fort de longue date Hosni Moubarak.

En juillet de cette année, Khaled el-Anany a déclaré aux journalistes de DW qu'une paire d'anciennes pyramides s'ouvraient aux touristes pour la première fois depuis 1965. La pyramide courbée de 79 mètres de haut et une autre pyramide voisine sont situées à environ 25 miles ( 40 kilomètres) au sud de la capitale, Le Caire, et ont été construits à la IVe dynastie vers 2 600 av. J.-C. par le fondateur du pharaon Sneferu.

En juillet 2019, l'Égypte a ouvert la Pyramide Bent pour le tourisme pour la première fois depuis 1965. (Lexie / CC BY-SA 2.0 )

Khaled el-Anany se dit "très fier" de ces efforts pour préserver le patrimoine et l'humanité de l'Egypte et il souhaite plein succès aux associations américaines dans son nouveau poste et il promet de contribuer à la création d'emplois durables et à la prospérité en Egypte. Le dollar touristique mis à part, ce qui est vraiment formidable dans tous ces récents efforts de conservation et de commercialisation en Égypte, c'est que 59 jeunes archéologues et conservateurs ont été formés sur le terrain pendant la restauration de ces chapelles et tombes.

Les travaux archéologiques apportent un sentiment de sécurité

Bien que je puisse avoir l'air d'un président controversé, ce dont l'Égypte a vraiment besoin, ce sont des emplois. Beaucoup d'emplois. Des emplois comme vous n'en avez jamais vus auparavant. En mai, un article de l'Arab Weekly indiquait que le taux de chômage en Égypte diminuait considérablement mais que le Caire avait besoin de stimuler la croissance économique et « d'attirer les investissements étrangers ». Et l'archéologie est un superbe vaisseau pour y parvenir.

Pour faciliter le travail de conservation sur place et la formation, l'ARCE a créé et équipé un laboratoire de conservation en 2008, doté d'équipements, d'une salle de classe et d'espaces administratifs. (Ahram en ligne / Utilisation équitable )

Le taux de chômage égyptien est tombé à 8,1% au premier trimestre de 2019, ce qui est le plus bas depuis 20 ans, mais en comparaison, selon le Bureau of Labor Statistics, au premier trimestre de 2019 aux États-Unis, le taux de chômage national est resté à 3,7. %. Dans un article paru dans Egypt Independent, le professeur d'économie à l'Université du Caire, Yumn al-Hamaqi, a déclaré que le fait que plus de gens travaillent est bon pour l'économie car une baisse du taux de chômage signifie plus de demande sur le marché, plus de production et plus encore " stabilité sociale et économique ».

Et, en réalisant la « stabilité sociale et économique », l'Égypte reviendra à ses années d'or entre 1189 av. J.-C. et 1077 av. Tant et si bien que les dignitaires et les grands prêtres ont été enterrés dans les centres urbains sans craindre qu'ils ne soient jamais dérangés, surtout pas par des civilisations avancées comme nous le prétendons.


Conservation de la tombe d'Anen

L'ARCE restaure une tombe thébaine d'un prêtre de la 18e dynastie ayant des liens royaux.

  • Epoque 18ème dynastie
  • Directrice de projet Lyla Pinch-Brock
  • Localisation Louxor
  • Affiliation Centre de Recherche Américain en Egypte (ARCE)
  • Sponsor du projet USAID
  • Dates du projet 2002-2003
  • Porteur de projet ARCE

Situé au point culminant de la colline de la nécropole royale de Cisjordanie à Louxor, le tombeau d'Anen appartenait à un ancien prêtre égyptien qui a servi sous le règne d'Amenhotep III. Le temps et la négligence ont laissé la tombe endommagée et pleine de décombres jusqu'à ce que l'ARCE se lance dans un projet de restauration et d'ouverture au public au début des années 2000.

Une scène des peintures murales de la tombe d'Anen Photo : Francis Dzikowski / Lyla Pinch Brock

Anen a probablement servi dans l'armée avant de rejoindre la prêtrise et a remporté un certain nombre de titres honorables, dont celui de gardien du palanquin, deuxième des quatre prophètes d'Amon et plus grand des voyants. Au-delà de son haut rang spirituel, Anen est également issu d'une lignée royale notable. Le frère de la reine Tiye, Anen était le beau-frère d'Amenhotep III, un oncle maternel d'Akhenaton et un grand-oncle maternel de Toutankhamon.

L'importance spécifique et la valeur scientifique de la tombe d'Anen en ont fait un bon candidat pour un projet de restauration intensif soutenu par l'ARCE et dirigé par l'archéologue Lyla Pinch-Brock. L'effort s'est concentré sur la détérioration des peintures murales colorées de la tombe, ainsi que sur l'intégrité structurelle globale, et a rendu la tombe accessible aux chercheurs et aux visiteurs pour la première fois.

Vue d'ensemble de la scène rekhyt terminée avec Lyla Pinch Brock à l'échelle humaine Photo : Francis Dzikowski

Composé d'une salle principale et d'une chambre funéraire intérieure, la disposition en forme de T de la tombe d'Anen est typique de la 18e dynastie. Deux reliefs muraux principaux représentent une série d'images puissantes, y compris rekhyt oiseaux, un hiéroglyphe aux ailes battantes élevé en adoration. Cette image symbolique était unique à la période du Nouvel Empire et représente des captifs liés ou les ennemis capturés de l'Égypte. Une deuxième image extrêmement détaillée montre Amenhotep III et la reine Tiye recevant l'hommage de visiteurs étrangers. Les figures inclinées sous les trônes représentent les Neuf Arcs, ou les chefs des dynasties étrangères dominées par l'Egypte à l'époque : Minoa, Babylonie, Libye, Bédouins, Mitanni (les Assyriens), Kush, Irem (Haute Nubie), Iuntiu-seti (nomades nubiens) et Mentu-nu-setet (levant côtier). Le relief regorge de mouvement et de symbolisme : un chat tient un canard par le cou sous le trône de la reine Tiye et un singe bondissant et des ennemis étrangers gisaient sur le coussin de pied du roi Amenhotep III, écrasés sous le poids des pieds du pharaon.

À un moment donné de l'histoire de la tombe, le toit s'est effondré et a rempli les chambres de gravats. L'exposition à une lumière et à une chaleur extrêmes, ainsi qu'à des inondations peu fréquentes mais intenses, ont laissé les reliefs des murs gravement détériorés. De plus, les pillards ont découpé des sections des reliefs des murs et jeté des fragments dans la tombe, et ont ciselé les visages du tableau principal d'Amenhotep III et de la reine Tiyé.

La conservatrice du projet, Ewa Parandowska, a d'abord travaillé sur le rekhyt soulagement. Elle s'est appuyée sur des images répétitives pour réparer les sections de la mission et a recollé les fragments avec du mortier spécial. L'équipe a stabilisé et renforcé le mur, et nettoyé mécaniquement le relief avec des brosses et des scalpels.

La conservation du relief d'Amenhotep III et de la reine Tiye était plus difficile. Le relief est présenté dans une peinture de Nina de Garis Davies enregistrée pour une expédition du Metropolitan Museum of Art en 1929 et toujours exposée au musée aujourd'hui. Parandowska a utilisé la peinture comme ligne directrice pour restaurer les sections endommagées ou ciselées du relief. Ces reproductions se différencient facilement de la peinture originale et imitent une technique de peinture ancienne où les artisans esquissaient les images en relief à l'encre rouge avant de les remplir de couleur.

Comme dernière précaution, l'équipe a construit une boîte d'exposition protectrice sur les deux reliefs muraux restaurés pour les protéger des dommages humains ou environnementaux et a construit une série de murs bas inclinés le long des bords supérieurs de la tombe pour détourner l'eau de pluie. Du point de vue de la conservation, ces solutions moins invasives sont préférables à l'installation d'un tout nouveau toit dans la tombe, qui aurait considérablement modifié l'apparence et les matériaux de ses murs et de son sol d'origine.

S'exprimant sur le succès de la restauration, le directeur du projet Pinch-Brock a expliqué que la tombe d'Anen est un « bon exemple de ce qui peut être fait pour restaurer une tombe apparemment sans aide. Les projets de conservation de l'ARCE tels que celui-ci peuvent ouvrir des tombes autrement inaccessibles aux érudits et approfondir notre connaissance de l'histoire égyptienne.


Louxor – L'ancienne Thèbes

La ville de Louxor est connue pour être le plus grand musée en plein air du monde. C'est sur le site de l'antique Thébas, la capitale « des Pharaons » à l'apogée de leur pouvoir au 16ème siècle avant JC. La ville se situe entre les rives est et ouest de la rivière qui est traversée quotidiennement par les touristes et les habitants avec des felouques et des ferries.

Aucun endroit au monde ne se compare à la grandeur et à l'échelle des monuments qui ont survécu de l'ancienne Thèbes (Louxor). La ville est célèbre avec de nombreux monuments antiques à ne pas manquer. Ces sites sont soit situés sur la rive est du Nil comme le temple de Louxor et Karnak Tample, soit sur la rive ouest comme Tomb of the Nobles, The Valley of Kings et The Valley of Queens. Les deux grands temples de Louxor sont les temples de Louxor et de Karnak reliés par l'avenue du Sphinx qui a été récemment rénovée.

Le temple se trouve au cœur de Louxor, sur la rive est du Nil. Il a été construit par le pharaon Amenhotep III (1390-1352 av. Les murs sont décorés de certaines des plus belles sculptures d'Égypte et protégés car une grande partie du temple a été enterrée jusqu'en 1885.

Le temple aurait été entouré dans les temps anciens par des dédales de maisons en briques crues, de magasins et d'ateliers, mais se trouve maintenant sous la ville moderne. En 1885, des travaux de fouilles ont commencé qui ont déblayé le village et les débris des siècles pour découvrir ce que l'on peut voir du temple aujourd'hui. Devant le temple se trouve le début de l'avenue des Sphinx qui s'étendait jusqu'aux temples de Karnak (3 km au nord) et est maintenant presque entièrement découverte.

L'emplacement du temple en fait un site très facile à visiter même lorsqu'il n'est pas ouvert aux visiteurs, le temple est visible lors d'une promenade sur la corniche du Nil ou dans le centre-ville de Louxor.

Le temple de Karnak, situé sur la rive est du Nil, est un extraordinaire complexe de sanctuaires, de pylônes et d'obélisques dédiés à la triade thébaine mais aussi à la plus grande gloire des pharaons.

Son site couvre plus de 2 km 2 ce qui est assez grand pour contenir une dizaine de cathédrales. La construction du Temple a commencé il y a environ 4 000 ans et s'est poursuivie jusqu'à il y a environ 2 000 ans, lorsque les Romains ont pris le contrôle de l'Égypte. Chaque souverain égyptien a fait sa propre marque dans le travail architectural du temple. Le temple de Karnak était le lieu de culte le plus important en Égypte à l'époque du Nouvel Empire. Au cœur du temple se trouve le temple d'Amon-Rê, la "maison terrestre" du dieu local. Cette structure principale est entourée des maisons de la femme d'Amon, Mout, et de leur fils, Khonsou.

La dégradation chimique associée à l'intensification de l'irrigation agricole et à la montée de la nappe phréatique au cours du dernier siècle, a causé de nombreux problèmes de conservation et accéléré les dommages aux pierres, fondations et colonnes qui sont restées en place depuis l'Égypte ancienne. Ce type de détoriation entraîne de lourdes pertes pour les archives historiques car de nombreuses surfaces contiennent des gravures et des hiéroglyphes uniques en leur genre qui sont activement menacés dans le sens de l'intégrité du site et compromettent la capacité des chercheurs à comprendre la signification de ces objets décoratifs. éléments.

Ces tombes sont quelques-unes des attractions les plus visitées sur la rive ouest de la

Le Nil. Il est situé entre le Ramesseum et le temple d'Hatchepsout. Les nobles croyaient à l'au-delà instantané, alors ils ont décoré les tombeaux avec des passages cryptiques du Livre des morts pour les guider dans l'au-delà et ont fait de merveilleuses décorations avec des scènes détaillées de leur vie quotidienne. Bien qu'il y ait eu plusieurs découvertes à flanc de colline ces dernières années, ces tombes sont toujours à l'étude. Ils sont divisés en groupes ouverts au public comme les tombeaux de Khonsou, Ouserhet et Benia, les tombeaux de Menna, Nakht et Amenenope, les tombeaux de Neferronpet, Dhutmosi et Nefersekheru.

Il n'y a pas de rival aux temples d'Hatchepsout. La structure unique à plusieurs niveaux est nichée contre les falaises de calcaire à l'épaule de la vallée de la rivière, une vue vraiment époustouflante. Le site a été utilisé comme monastère au cours des premiers siècles qui a connu une détérioration et a nécessité une restauration lourde.

Dans l'histoire de l'Egypte ancienne, Hatchepsout était la seule femme pharaon. Après la mort de son père, elle accéda au pouvoir à l'époque du Nouvel Empire. Le statut d'Hatchepsout en tant que seule femme à gouverner l'Égypte n'est pas la seule raison de sa renommée, mais elle était aussi un pharaon très réussi. Elle a régné sur une ère de paix, de prospérité et d'expansion des routes commerciales lucratives. Cet accomplissement est immortalisé dans les sculptures de son temple. Elle a également contribué de manière significative à de nombreux temples tels que Karnak Tample. Jusqu'au milieu du XIXe siècle de notre ère, le nom d'Hatchepsout est resté inconnu pour le reste de l'histoire de l'Égypte. Lorsque ses monuments publics ont été détruits, Thoutmosis III a déposé l'épave près de son temple à Deir Elbahri. Au XIXe siècle de notre ère, des fouilles ont mis au jour ces monuments et statues brisés, mais personne ne savait lire les hiéroglyphes à cette époque. Certains d'entre eux pensaient qu'il s'agissait de décorations, son nom a donc été perdu dans l'histoire.

L'égyptologue Zahi Hawass a localisé sa momie d'une tombe de la Vallée des Rois à proximité jusqu'au musée du Caire et a prouvé son identité. L'examen de cette momie montre qu'elle est morte dans la cinquantaine. Elle est une présence louable dans l'intégralité de l'histoire du monde d'aujourd'hui et est le modèle même pour les femmes que Thoutmosis III a peut-être essayé d'effacer du temps et de la mémoire.

La Vallée des Rois est située sur la rive ouest du Nil, près de Louxor, c'est le site le plus connu pour les fouilles d'antiquités uniques et de vestiges antiques. La construction de tombes faisait partie des anciennes croyances égyptiennes de l'au-delà et de leurs préparatifs pour le monde à venir. Ils croyaient en l'au-delà où il leur était promis de continuer leur vie et aux pharaons de s'allier avec les dieux.

La momification était importante pour préserver le corps du défunt afin de permettre le réveil de l'âme éternelle dans l'au-delà. Ils comprenaient les tombes avec tous les effets personnels des défunts dont on pensait qu'ils pourraient avoir besoin dans l'au-delà. Ces tombeaux contenaient de nombreux types d'aliments et de boissons ainsi que des objets précieux destinés à aider le défunt à passer dans l'au-delà, ils ont même enterré certains des compagnons préférés des pharaons et ont servi avec eux dans le même site.

À travers l'immense région, il y a de nombreuses structures, tombes et temples fascinants comme Seti, Toutankhamon et Ramsès II. Il y a aussi des tombes de la plupart des 18 e , 19 e et 20 e reines,

grands prêtres et prêtresses et autres élites de ces siècles. La Vallée des Rois était le principal lieu de sépulture de la plupart des pharaons royaux pendant la période du Nouvel Empire. Des fouilles sont en cours dans certains d'entre eux et jusqu'à présent, elles surprennent continuellement les archéologues, mais beaucoup sont ouvertes aux visiteurs selon un calendrier permettant la restauration. Voir les décorations sur les murs de ces tombes en fait une visite digne même pendant les mois les plus chauds.

Il est situé sur la rive ouest du Nil à Louxor. L'intention de la Vallée des Reines était de cacher l'entrée des tombes pour les préserver des pillards afin que toute la décoration ait été retrouvée sous terre. Bien que les constructeurs ici n'aient pas moins réussi à cacher ces tombes au cours des millénaires qu'ils ne l'étaient dans la Vallée des Rois, aucune des tombes n'a été retrouvée intacte, mais certaines des décorations sont remarquablement préservées et elles sont similaires aux tombes de la Vallée. des rois.

Les tombeaux de la Vallée des Reines n'étaient pas seulement réservés aux reines, ils étaient utilisés pour les reines, les princes, les princesses et divers membres de la famille royale. Certaines des tombes les plus célèbres de la vallée sont celles des fils de Ramsès III, la construction de Medinat Habou et la tombe de Néfertari. Medinat Habu est une vue impressionnante avec son pylône et beaucoup de ses murs encore intacts et avec une grande partie de la peinture d'origine encore visible sur ses surfaces sculptées. La tombe de Néfertari était considérée comme l'une des attractions les plus belles et les plus célèbres d'Égypte. Il a été entièrement peint avec des scènes représentant Néfertari guidé par des dieux.

À environ 1 km de la Vallée des Reines, se trouve le village des ouvriers, une ancienne ville où vivaient et étaient enterrés les ouvriers et artistes qui ont créé les tombeaux des Vallées des Rois et des Reines. Les tombes de certains ouvriers sont de belles œuvres de art et vaut vraiment le détour.

Tous ces lieux magnifiques font de la participation à la 4 e Conférence internationale sur la conservation du patrimoine architectural (CAH) une excellente occasion de vivre une aventure inoubliable. La conférence aura lieu à bord d'une croisière sur le Nil naviguant d'Assouan à Louxor en Égypte du 31 janvier au 2 février 2020.


S'élevant majestueusement dans le ciel, ce monument historique colossal domine la ligne d'horizon, vous réduisant à des proportions de fourmis. Le temple de Karnak ou ce berceau de la religion égyptienne a mis plus de 1 500 ans à construire et parcourir ses colonnes vous fait voyager dans le temps où les fables sur Amon, Mout et Khonsou imprégnaient l'atmosphère et les pharaons y ajoutaient des temples et des sanctuaires.

Complexe du temple de Karnak en Egypte

Commencez votre voyage sur l'avenue des Sphinx et explorez les 134 piliers du Karnak, savourez les motifs complexes et admirez la beauté du reflet du temple au bord du lac sacré.


Serez-vous harcelé ?

J'ai trouvé l'Égypte particulièrement difficile à voyager et au moment où nous avons atteint Louxor, mon compteur de conneries atteignait des limites catastrophiques. J'ai écrit sur nos frustrations ici, mais cela a vraiment abouti à ce que je veuille m'asseoir dans un coin, me couvrant la tête avec les bras tout en tapant sur mes jambes et en criant 'laisse moi seul‘.

Donc, je suis heureux d'annoncer que bien que l'entrée du temple de Karnak soit occupée avec des stands et des guides qui vantent tous votre attention, une fois que vous êtes à l'intérieur du complexe, il n'y a pas eu de harcèlement. Phew!


Tombes anciennes restaurées dans l'ouverture du temple Khonsu à Louxor - Histoire

Temple de Louxor :

Musée de Louxor :

Temple de Karnak :

Temple de Ramsis III :

L'ensemble du temple de Ramsis III, du palais et de la ville est enfermé dans un mur défensif. L'entrée se fait par la Highgate, ou Migdol, qui, en apparence, ressemble à un fort asiatique. Juste à l'intérieur de la Highgate, au sud, se trouvent les chapelles d'Amenirdis I, Shepenwepet II et Nitoket, épouses du dieu Amon. Au nord se trouve la chapelle d'Amon.

Ces chapelles étaient un ajout ultérieur datant de la 18e dynastie, par Hatsepsout et Tutmose II. Des rénovations ultérieures ont été effectuées par les rois ptolémaïques de la XXV dynastie.

À l'ouest se trouve le temple proprement dit, qui a été nommé d'après le Ramesseum. Sur le mur nord du temple se trouvent des reliefs représentant la victoire de Ramsis avec les Sardes, les Crétois, les Philistins et les Danu.

Près du temple se trouvent les restes d'un nilomètre. Ces « avertissements de crue » étaient placés stratégiquement le long de la rivière pour déterminer la position de la rivière chaque année. Non seulement ceux-ci enregistraient la hauteur de la rivière, mais déterminaient également la quantité de limon qui se déposait.

La Vallée des Rois :


a- Tombeau de Seti I :


c- Tombeau de Toutankhamon :

Le pharaon égyptien le plus célèbre est Toutankhamon. Le jeune roi est décédé à la fin de son adolescence et est resté en repos dans la Vallée des rois d'Égypte pendant plus de 3 300 ans.

La tombe de Toutankhamon a été découverte en novembre 1922 par l'égyptologue britannique Howard Carter qui faisait des fouilles au nom de son patron Lord Carnarvon. Sa tombe a presque échappé à la découverte et aurait pu être inconnue à ce jour.

Carter cherchait la tombe depuis un certain nombre d'années et Carnarvon avait décidé que suffisamment de temps et d'argent avaient été dépensés avec peu de retour. Cependant, Carter a réussi à persuader son patron de financer une saison de plus et quelques jours après la reprise, la tombe a été retrouvée.

La tombe contient toujours les restes du pharaon, cachés à l'intérieur des trois cercueils les plus extérieurs. Il est le seul pharaon résidant encore dans la Vallée des Rois.

La tombe elle-même est très petite et semble avoir été destinée à quelqu'un de moindre importance. La disparition prématurée inattendue de Toutankhamon a vu la modification précipitée de la tombe pour accueillir le pharaon.

Les trois premières chambres étaient sans fioritures, avec des preuves d'une entrée précoce à travers l'un des murs extérieurs. La chambre suivante contenait la plupart des objets funéraires. Le sarcophage était composé de quatre sanctuaires en bois doré, l'un à l'intérieur de l'autre, à l'intérieur desquels se trouvaient le sarcophage en pierre, trois cercueils de momification, l'intérieur étant en or massif, puis la momie.


Contenu

, Le nom grec est Thèbes ou Diospolis, le nom copte sahidique ??, vient de Demotic p.t "l'adyton", qui, à son tour, est dérivé de l'égyptien. Les formes grecques ?? et ?? proviennent de la même source. [3] Le village égyptien Aba al-Waqf (arabe : أبا الوقف ‎, grec ancien : Ωφις ) partage la même étymologie. [6]

Le nom Louxor est presque une traduction littérale d'un autre toponyme grec et copte (τὰ Τρία Κάστρα ta tria kastra et ⲛ̀ⲕⲁⲥⲧⲣⲟⲛ pshomt enkastron respectivement, les deux signifient "trois châteaux" [3] ) et vient de l'arabe al-ʾuqṣur ( الأقصر ), allumé. « les palais » [7] ou « les châteaux » du collectif pluriel de qaïr ( قصر ), [8] qui peut être un emprunt au latin castrum "camp fortifié". [9]

Louxor était l'ancienne ville de Thèbes, la grande capitale de la Haute-Égypte pendant le Nouvel Empire, et la glorieuse ville d'Amon, qui deviendra plus tard le dieu Amon-Rê. La ville était considérée dans les anciens textes égyptiens comme était.t (prononciation approximative : « Waset »), qui signifiait « ville du sceptre », et plus tard en égyptien démotique comme ta jpt (conventionnellement prononcé comme « tA ipt » et signifiant « le sanctuaire/temple », faisant référence au jpt-swt, le temple maintenant connu sous son nom arabe Karnak, signifiant « village fortifié »), que les anciens Grecs ont adapté comme Thebai et le Romains après eux comme Thebae. Thèbes était aussi connue sous le nom de « ville aux 100 portes », parfois appelée « Héliopolis méridionale » (« Iunu-shemaa » en égyptien ancien), pour la distinguer de la ville de Iunu ou Héliopolis, principal lieu de culte des dieu Ra dans le nord. On l'appelait aussi souvent niw.t, qui signifie simplement "ville", et était l'une des trois seules villes d'Égypte pour lesquelles ce nom était utilisé (les deux autres étaient Memphis et Héliopolis), il était également appelé d'abord, « ville du sud », comme la plus méridionale d'entre elles.

L'importance de la ville a commencé dès la 11e dynastie, lorsque la ville est devenue une ville prospère. [10] Montouhotep II, qui a uni l'Égypte après les troubles de la première période intermédiaire, a apporté la stabilité aux terres à mesure que la ville grandissait. Les pharaons du Nouvel Empire, lors de leurs expéditions à Koush, dans le nord du Soudan actuel, et sur les terres de Canaan, de Phénicie et de Syrie ont vu la ville accumuler une grande richesse et prendre de l'importance, même à l'échelle mondiale. [10] Thèbes a joué un rôle majeur dans l'expulsion des forces d'invasion des Hyksos de la Haute-Égypte, et de la 18e à la 20e dynastie, la ville était devenue la capitale politique, religieuse et militaire de l'Égypte ancienne.

La ville a attiré des peuples tels que les Babyloniens, les Mitanni, les Hittites d'Anatolie (Turquie actuelle), les Cananéens d'Ugarit, les Phéniciens de Byblos et de Tyr, les Minoens de l'île de Crète. [10] Un prince hittite d'Anatolie vint même se marier avec la veuve de Toutankhamon, Ankhesenamun. [10] L'importance politique et militaire de la ville s'est cependant estompée au cours de la période tardive, Thèbes étant remplacée comme capitale politique par plusieurs villes du nord de l'Égypte, telles que Bubastis, Sais et enfin Alexandrie.

Cependant, en tant que ville du dieu Amon-Rê, Thèbes resta la capitale religieuse de l'Égypte jusqu'à l'époque grecque. [10] Le dieu principal de la ville était Amon, qui était adoré avec sa femme, la déesse Mout, et leur fils Khonsu, le dieu de la lune. Avec l'ascension de Thèbes en tant que première ville d'Égypte, le dieu local Amon a également pris de l'importance et est devenu lié au dieu solaire Ra, créant ainsi le nouveau «roi des dieux» Amon-Ra. Son grand temple de Karnak, juste au nord de Thèbes, fut le temple le plus important d'Egypte jusqu'à la fin de l'Antiquité.

Plus tard, la ville a été attaquée par l'empereur assyrien Assurbanipal qui a installé un nouveau prince sur le trône, Psamtik I. [10] La ville de Thèbes était en ruines et a perdu de son importance. Cependant, Alexandre le Grand arriva au temple d'Amon, où la statue du dieu fut transférée de Karnak lors de la fête d'Opet, la grande fête religieuse. [10] Thèbes est restée un site de spiritualité jusqu'à l'ère chrétienne, et a attiré de nombreux moines chrétiens de l'Empire romain qui ont établi des monastères au milieu de plusieurs monuments anciens dont le temple d'Hatchepsout, maintenant appelé Deir el-Bahri ("le monastère du nord") . [dix]

Archéologie Modifier

En avril 2018, le ministère égyptien des Antiquités a annoncé la découverte du sanctuaire du dieu Osiris-Ptah Neb, datant de la 25e dynastie dans le temple de Karnak. Selon l'archéologue Essam Nagy, les restes matériels de la région contenaient des pots en argile, la partie inférieure d'une statue assise et une partie d'un panneau de pierre montrant une table d'offrandes remplie d'un mouton et d'une oie qui étaient les symboles du dieu Amon. [11] [12] [13]

En novembre 2018, l'Université française de Strasbourg a annoncé la découverte de deux sarcophages estimés à plus de 3 500 ans avec deux momies parfaitement conservées et environ 1 000 statues funéraires dans la vallée d'Assasseef près de Louxor. L'une des tombes avec des peintures où le corps féminin a été retrouvé a été ouverte au public devant les médias internationaux, mais l'autre a été précédemment ouverte par des responsables des antiquités égyptiennes. [14] [15]

En octobre 2019, des archéologues égyptiens dirigés par Zahi Hawass ont révélé une ancienne "zone industrielle" utilisée pour fabriquer des objets décoratifs, des meubles et des poteries pour les tombes royales. Le site contenait un grand four à céramique et 30 ateliers. Selon Zahi Hawass, chaque atelier avait un objectif différent - certains d'entre eux étaient utilisés pour fabriquer de la poterie, d'autres pour produire des objets en or et d'autres encore pour fabriquer des meubles. À environ 75 mètres sous la vallée, plusieurs objets soupçonnés d'avoir orné des cercueils royaux en bois, tels que des perles incrustées, des bagues en argent et des feuilles d'or ont été déterrés. Certains artefacts représentaient les ailes de la divinité Horus. [16] [17]

En octobre 2019, la mission archéologique égyptienne a déterré trente cercueils en bois bien conservés (vieux de 3 000 ans) devant le temple funéraire d'Hatchepsout au cimetière d'El-Assasif. Les cercueils contenaient les momies de vingt-trois hommes adultes, cinq femmes adultes et deux enfants, qui appartiendraient à la classe moyenne. Selon Hawass, les momies étaient décorées de sculptures et de motifs mixtes, notamment des scènes de dieux égyptiens, des hiéroglyphes et du Livre des morts, une série de sorts qui permettaient à l'âme de naviguer dans l'au-delà. Certains des cercueils portaient les noms des morts gravés dessus. [18] [19] [20] [21] ¸

Le 8 avril 2021, des archéologues égyptiens dirigés par Zahi Hawass ont trouvé Aten, une « cité dorée perdue » vieille de 3 400 ans près de Louxor. C'est la plus grande ville connue de l'Egypte ancienne à avoir été déterrée à ce jour. Selon Betsy Brian, professeur d'égyptologie à l'Université Johns Hopkins, le site est "la deuxième découverte archéologique la plus importante depuis la tombe de Toutankhamon". [22] Le site est célébré par l'équipe de déterrement pour avoir donné un aperçu de la vie ordinaire des anciens Égyptiens vivants alors que les découvertes archéologiques passées provenaient de tombes et d'autres lieux de sépulture. De nombreux artefacts se trouvent à côté des bâtiments tels que des poteries datant du règne d'Amenhotep III, des bagues et des outils de travail quotidiens. Le site n'est pas complètement déterré au 10 avril 2021. [23]


Guide de voyage de Louxor

Louxor est situé sur le Nil dans le sud de l'Egypte. Le Nil divise la ville en deux zones, la Cisjordanie et la Cisjordanie. Louxor est construit sur et autour du site de l'ancienne Thèbes, the capital of Egypt, during the period of the Middle Kingdom and New Kingdom eras. In ancient times, Egyptians believed the eastern side of the Nile, where the sun rises, was the home of the living. The temples were built on the East bank. The western side of the Nile, where the sun sets, was considered the land of the dead. It was here that the ancient Egyptians created a necropolis of royal tombs and funerary complexes.

Ever since I was young, I wanted to travel to Egypt and visiting Luxor was such a highlight of my trip and a dream come true. There is a lot to see and explore in Luxor, plan to spend 2 – 3 days here to get the most out of this fascinating place.

EAST BANK

KARNAK TEMPLE

Karnak Temple is Egypt’s largest temple complex. It was built up over the years by various pharaohs. Each new ruler who came into power would add to the temple and expand it. The temple is dedicated to Amun, Mut and Khonsu.

Karnak Temple is one of the busiest attractions in Luxor. Our group arrived at the opening (6am) and were the first group to enter the site that morning. It was incredibly peaceful and magical arriving at sunrise. The morning light made it perfect for taking photos in the Hypostyle Hall. The Great Hypostyle Hall with 134 massive stone columns is one of the most famous aspects of Karnak. Every space on the columns, walls, gateways, and all exposed surface are decorated in inscriptions including hieroglyphic texts, religious scenes, ritual scenes and scenes of battle. The glow of the columns in Hypostyle Hall as the sun rises was unforgettable.

You can easily spend several hours wandering around the massive columns, colossal statues, obelisks, courtyards and temples. Our group was given an hour to take photographs and explore the site on our own before rejoining the group lead by our Egyptologist/tour guide. Our guide was extremely knowledgeable and passionate. He showed us the most hidden and interesting spots while sharing the history of the site.


Top 10 Facts about the Temple of Luxor

Luxor Temple is a huge Ancient Egyptian temple compound located on the east bank of the Nile River. It is known by the name Luxor from ancient Thebes. The temple was constructed in 1400 BCE.

The Egyptian refer to it by its native name, ‘ipet resyt’, meaning the southern sanctuary. At the site of the temple, there are several great temples on the east and west banks.

The four main attractions at the site that were frequented by travellers are the Temple of Seti I at Gurnah, the Temple of Hatshepsut at Deir el Bahri, the Temple of Ramesses II.

Unlike the other temples in Thebes, Luxor temple was not devoted to any god or a sacred version of the pharaoh in death by the Egyptians.

Instead, it was dedicated to the coronation of new kingship. It has served as a ceremonial place for most pharaohs of Egypt who received crowns.

When the Romans ruled the region transformed a chapel inside the temple that was dedicated to goddess Mut into a church. Here are 10 facts about the Temple of Luxor.

1. It is said to be the world’s largest outdoor museum

The temple of Luxor earned the title, the world’s largest outdoor museum because the site’s compound has some of the most exotic landmarks attracting millions of tourists annually.

The temple sits at the ancient Egyptian capital in Thebes. Some of its top attractions include Valley of the Kings, Hatshepsut Temple, Colossi of Memnon, and splendid Karnak Temple.

Most of the ruins and artefacts at the site have been preserved and they are as still in their original forms.

The monuments and beautiful carvings still intact have impressed many that have visited the site. Making it the most visited historic monument in Egypt.

Two pharaohs that were involved in the development of the temple have left a significant mark on the architecture of the temple.

There are several towers at the temple that stretch up to 70 yards long. Its northern entrance is lined in a sacred way and is also known as the avenue of sphinxes.

Its massive courtyard has some the preserved columns on its eastern side, the courtyard dates back to the first pharaoh of Egypt.

There are at least 32 columns that lead to the inner chambers that served as a church during the Roman empire.

The birth shrine built by the Pharaoh III and a boat shrine that was used by Amun and built by Alexander is still in good shape.

2. It has always been a sacred site

By Marc Ryckaert-Wikimedia

As its name suggests, the site was treated as a sacred site since it was constructed. It served as a temple for the pagans in Egypt and later when the Romans took over, they used a chapel in the Temple as a church and a monastery, a Coptic church is on the west side on the temple’s compound.

The temple got buried beneath the streets and houses of Luxor as the city expanded. Later on, a mosque was erected over it in the 13 th century, the Abu el-Haggag Mosque and exist till date as a place of worship.

Before the pharaohs constructed the temple, the site had a much older temple and is believed to have been built by the fifth Pharaoh of the 18 th century. After the new structures were brought up, only a small pavilion of the older temple was left.

The older temple is believed to have a shrine dedicated to the god Amun.

3. The temple was built to celebrate the Opet festival

The Temple of Luxor was built to serve the purpose most temples built in the New Kingdom era as a place of worship and a ceremonial site.

The Pharaohs built the temple specifically for the Opet festival. This is an annual celebration where the statues of gods Amon, Mut, and Khonsu, were carried and followed by a large procession. It was celebrated when the Nile river flooded.

The celebrations marked rebirth, fertility and marriage. The celebration would culminate with the re-coronation of a pharaoh to reinforce his claim to the throne.

One temple the stands out at Luxor is the Karnak temple. It is connected to temple of Luxor through a long street that is 2 miles long and has around 700 sphinxes carved out of sandstone.

This street was built by the monarchs of the 30th Dynasty who had improved the features of the sphynxes by giving them the resemblance of a human head.

The Opet procession would start from the Karnak temple and proceed to the Luxor temple. The festival lasted between 11 days to almost a month.

4. The temple served as a burial site for the royals

The pharaohs built the Temple of Luxor to serve their different needs. On of the purpose of the temple was to be resting place for the pharaohs.

The burials at the temple were based on religious beliefs as they believed it was the home to Amun the god. The Egyptian royalty believed they were immortal and gods too.

On the west bank of River Nile lies the valley of the Kings this is where the noblemen and pharaohs were buried in tombs that were carved into the rocks.

These tombs were among the recent excavations that were unveiled by Egypt’s ministry of antiquities.

5. It is one of the most preserved temples

Several ancient temples in the world are archaeological sites today but most are in ruins with little preservation and have been vandalized.

This is not the case with Luxor temple, it is considered as one of the well-preserved temples of all of the ancient monuments.

Most of the structure massive pylons, sculptures, and carvings are still undamaged. this makes Luxor Temple one of the most outstanding tourist attraction in the whole of Egypt.

Due to the frequent flooding of the Nile River, parts of the temple’s compound were buried under the mud and silt that had accumulated over time. This was after the temple was abandoned after the reign of the pharaohs.

When the careful work of excavation was done, they unveiled the mosque which was still in good condition and is an important part of the site to date.

The Luxor compound was used as a sanctuary for most of the pharaoh’s treasures. These massive tombs were called the temples of a million years, they were meant to last for eternity.

6. Separate sections of the temple served different purposes

By Olaf Tausch – Wikimedia

This grand temple is a glorious structure with many separate sections, each of which was designed with a specific purpose with and most specifically relating to their annual festival.

Parts of the temple served as a coronation area for new and existing pharaohs, another served as a shrine for the god Amun, another served as a vault for their treasures that was to last forever.

The temple also served as a place of worship for the pagans, Christians and Muslims.

7. Parts of the Artefacts excavated from the site of the temple are in The British Museum

By © Hans Hillewaert-Wikimedia

Historians believe that the first modern European explorer to discover the city of Thebes was a Jesuit, Claude Sicard who visited the area in 1715.

When he went back home and shared his findings, he got his fellow Europeans excited and curious about the new land, Egypt.

A group of European explorers then headed to Egypt to see the city for themselves, this group was part of the Napoleon army.

The explorers them measured and took records of the Temple of Luxor in the early 19 th century.

During their expedition they came across the Rosetta stone that has inscriptions of a decree that was issued in Memphis Egypt, it was written in hieroglyphics.

The Rosetta Stone can be found in the British National Museum, it has been there since 1802.

Other statues and crypts found at the site can be viewed at the Luxor Museum in Egypt.

8. One pillar from the Temple was swapped for a mechanical clock

Other than Britain, Paris also owns one of two pillars that were erected at the back of the courtyard of the Temple of Luxor.

They were the largest pillars at the temple and were erected by Ramses II.

The pillars, made of red granite, are both 25meters long and are more than three thousand years old. One still stands at the Temple while the other is the centre of Place de la Concorde.

Muhammad Ali Pasha, the ruler of Ottoman Egypt, gifted it to France in 1833 in exchange for a French mechanical clock that was discovered to be faulty. The clock was mounted at the clock tower at Cairo Citadel, it still does not work.

9. Only two of the six gigantic statues at the temple remain

The ancient Temple of Luxor had 6 massive statues of the pharaoh Ramesses the Great. He was the third pharaoh of the 19th-century reign.

Presently, only two of the statues are still intact. These two were discovered between 1958 and 1961 after excavation by archaeologist Dr Mohamed Abdel-Kader.

The statues however disintegrated and the Egyptian government decided to restore them using its original red granite stone although this raised a lot of controversies. The statues were restored to the Osirian position also known as death position with the statue’s feet equal, this is contrary to how statues of Kings were placed.

10. There is a shrine in the temple for Alexander the Great

In one of the huge halls in the Temple of Luxor, is a granite shrine that was dedicated to Alexander the Great. The shrine is surrounded by two rows of papyrus columns to replicate the papyrus plant in the bud.

The shrine was initially dedicated to Amun-re and is also known as the Antechamber. Alexander the Great reconstructed the shrine.

The representation in the shrine of Alexander the Great is him standing before figures of the ithyphallic Amun.

Lilian

Discover Walks contributors speak from all corners of the world - from Prague to Bangkok, Barcelona to Nairobi. We may all come from different walks of life but we have one common passion - learning through travel.

Whether you want to learn the history of a city, or you simply need a recommendation for your next meal, Discover Walks Team offers an ever-growing travel encyclopaedia.

For local insights and insider’s travel tips that you won’t find anywhere else, search any keywords in the top right-hand toolbar on this page. Happy travels!


Location & Weather of Luxor City

Luxor city is located in upper or Southern Egypt on the east bank of the Nile river. It has an area of 417 square km (161 sq mi) and a population of 506,558 individuals.
climat

The climate of Luxor city is quite a hot desert weather, Luxor is one of the sunniest and driest cities in the world. The summertime from May to August, the temperature is at 40 C (104 F) while in the winter months from October to March the temperature is at 22 C (71.6 F). There is an average humidity of 39.9%, with a maximum of 57% during winter and a minimum of 27% during summer.


Voir la vidéo: Les Mystères de lÉgypte: Deir El Bahari: le fabuleux temple dHatshepsout!