Cérémonie du thé chinois

Cérémonie du thé chinois


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Cérémonie du thé Gongfu

Les cérémonie du thé gongfu ou cérémonie du thé kung fu (chinois : 工夫茶 ou 功夫茶 ), est une sorte de cérémonie du thé chinoise, [1] [2] impliquant la préparation et la présentation rituelles du thé. Il est probablement basé sur les approches de préparation du thé originaires du Fujian [3] et de la région de Chaoshan dans l'est du Guangdong. [4] Le terme signifie littéralement "faire du thé avec habileté". [5] L'approche implique souvent l'utilisation de récipients de brassage plus petits et un rapport feuille-eau plus élevé que dans le brassage de style occidental. Aujourd'hui, l'approche est couramment utilisée par les salons de thé proposant du thé d'origine chinoise et par les connaisseurs de thé comme moyen de maximiser le goût d'une sélection de thés, en particulier les plus fins.


Contenu

Le concept de culture du thé est appelé en chinois chayi ("l'art de boire du thé"), ou cha wenhua ("culture du thé"). Le mot cha (茶) désigne la boisson qui est dérivée de Camélia sinensis, le théier. Avant le 8ème siècle avant notre ère, le thé était connu collectivement sous le terme 荼 (pinyin : tú) avec un grand nombre d'autres plantes amères. Ces deux caractères chinois sont identiques, à l'exception d'un trait horizontal supplémentaire dans le lettrage chinois 荼, qui se traduit par thé. Le caractère plus ancien est composé du radical 艸 (pinyin : cǎo) dans sa forme réduite de 艹 et du caractère 余 (pinyin : yú), qui donne l'indice phonétique.

Il existe plusieurs circonstances particulières dans lesquelles le thé est préparé et consommé dans la culture chinoise, et est entièrement conservé en Chine continentale et à Taïwan.

Un signe de respect Selon la tradition chinoise, les membres de la jeune génération doivent montrer leur respect aux membres de la génération plus âgée en offrant une tasse de thé. Inviter leurs aînés au restaurant pour le thé est une activité traditionnelle des fêtes. Couple nouvellement marié servant du thé aux membres plus âgés de la famille. Dans le passé, les personnes d'une classe sociale inférieure servaient du thé à la classe supérieure de la société. Aujourd'hui, avec la libéralisation croissante de la société chinoise, cette règle et ses connotations se sont estompées. Pour s'excuser Dans la culture chinoise, le thé peut être offert dans le cadre d'excuses formelles. Par exemple, les enfants qui se sont mal conduits peuvent servir du thé à leurs parents en signe de regret et de soumission. Pour montrer leur gratitude et célébrer les mariages Dans la cérémonie de mariage traditionnelle chinoise, les mariés s'agenouillent devant leurs parents respectifs, ainsi que des parents âgés tels que les grands-parents et leur servent du thé puis les remercient, ensemble qui représente une expression de leur reconnaissance et respect. Selon la tradition, les mariés servent les deux familles. Ce processus symbolise l'union des deux familles.

Tapoter légèrement avec les doigts est une façon informelle de remercier le maître de thé ou le serveur de thé pour le thé. Pendant ou après que sa tasse est remplie, le destinataire du thé peut taper l'index et le majeur (un ou plusieurs en combinaison) pour exprimer sa gratitude à la personne qui a servi le thé. [1] Cette coutume est courante dans le sud de la Chine, où leurs repas sont souvent accompagnés de nombreuses portions de thé.

Cette coutume serait originaire de la dynastie Qing lorsque l'empereur Qianlong voyagea déguisé dans tout l'empire et que ses serviteurs qui l'accompagnaient reçurent l'ordre de ne pas révéler l'identité de leur maître. Un jour, dans un restaurant du sud de la Chine, l'empereur versa du thé à un serviteur. Ce fut pour ce serviteur un immense honneur que l'empereur lui verse une tasse de thé. Par habitude, il voulait s'agenouiller et s'incliner pour exprimer ses remerciements à l'empereur, mais il ne pouvait pas le faire car cela révélerait l'identité de l'empereur. Au lieu de cela, il tapota la table avec les doigts pliés pour représenter l'agenouillement devant l'empereur et exprimer sa gratitude et son respect. En ce sens, les doigts pliés signifient censément un serviteur qui s'incline.

Dans les cérémonies du thé formelles, hocher la tête ou dire « merci » est plus approprié.

Les différentes manières de brasser le thé chinois dépendent de variables telles que la formalité de l'occasion, les moyens des personnes qui le préparent et le type de thé brassé. Par exemple, les thés verts sont plus délicats que les thés oolong ou les thés noirs, par conséquent, le thé vert doit être infusé avec de l'eau plus froide. La méthode la plus informelle d'infusion du thé consiste simplement à ajouter les feuilles dans une casserole contenant de l'eau chaude. Cette méthode se retrouve couramment dans les ménages et les restaurants, par exemple, dans le cadre de dim sum ou miam cha dans les restaurants cantonais. Une autre méthode pour servir le thé consiste à utiliser un petit bol à couvercle appelé gaiwan. L'empereur Hongwu de la dynastie Ming a contribué au développement du brassage du thé en vrac en interdisant la production de thé comprimé.

Gongfu cha (thé Kung fu) Modifier

Gongfu cha, qui signifie "faire du thé avec habileté", est une méthode populaire de cérémonie du thé en Chine. Il utilise de petites théières Yixing d'une capacité d'environ 100 à 150 ml (4 ou 5 fl.oz.), la taille étant pensée pour améliorer l'esthétique et "arrondir" le goût du thé infusé. De petites tasses à thé sont utilisées avec les théières Yixing. Le thé Gongfu est mieux consommé après le repas pour aider à la digestion. Le brassage du thé dans une théière de Yixing peut être fait pour le plaisir privé ainsi que pour accueillir des invités. Selon la région de Chine, il peut y avoir des différences dans les étapes de brassage ainsi que dans les outils utilisés dans le processus. Par exemple, à la taïwanaise gongfu cha utilise plusieurs instruments supplémentaires, notamment une pince à épiler et une passoire à thé. La procédure est principalement applicable aux thés oolong, mais elle est parfois utilisée pour faire du pu'er et d'autres thés fermentés.

Le thé a eu une influence majeure sur le développement de la culture chinoise, et la culture traditionnelle chinoise est étroitement liée au thé chinois. Le thé est souvent associé à la littérature, aux arts et à la philosophie et est étroitement lié au taoïsme, au bouddhisme et au confucianisme. À peu près depuis la dynastie Tang, boire du thé est une partie essentielle de l'auto-culture. La philosophie chinoise Chan (similaire au Zen japonais) est également liée à la consommation de thé.

Théière Modifier

Traditionnellement, les buveurs de thé étaient considérés comme les « élites académiques » et « culturelles » de la société. La pratique de boire du thé était considérée comme une expression de la moralité personnelle, de l'éducation, des principes sociaux et du statut. Le prix des articles de thé varie en fonction du matériau et de la qualité de celui-ci. Un ensemble de vaisselle en jade peut coûter des centaines de milliers de dollars alors qu'un ensemble de vaisselle de mauvaise qualité peut ne coûter que moins d'une centaine de dollars. Un enthousiasme accru pour la consommation de thé a conduit à une plus grande production de vaisselle à thé, qui a considérablement popularisé la culture de la porcelaine chinoise.

Salon de thé Modifier

Les anciens érudits chinois utilisaient le salon de thé comme lieu de partage d'idées. Le salon de thé était un lieu où les allégeances politiques et le rang social auraient été temporairement suspendus au profit d'un discours honnête et rationnel. La consommation tranquille du thé a favorisé la convivialité et la civilité parmi les participants. Le salon de thé n'est pas seulement un sous-produit mineur de la culture du thé chinois, il offre des preuves historiques de l'histoire du thé chinois. Aujourd'hui, les gens peuvent également ressentir une sorte d'atmosphère humaniste dans le salon de thé Lao She de Pékin et dans d'autres salons de thé dans les villes de l'est de la Chine comme Hangzhou, Suzhou, Yangzhou, Nanjing, Wuxi, Shaoxing, Shanghai et d'autres endroits. L'atmosphère du salon de thé est toujours dynamique et vigoureuse.

Culture moderne Modifier

Dans la Chine moderne, pratiquement toutes les habitations, même jusqu'à la plus simple des huttes de terre, disposent d'un ensemble d'accessoires à thé pour préparer une tasse de thé chaud. Ils sont des symboles d'accueil pour les visiteurs ou les voisins. Traditionnellement, un visiteur d'une maison chinoise est censé s'asseoir et boire du thé tout en parlant. Visiter tout en restant debout est considéré comme grossier. Plier la serviette lors des cérémonies du thé est un acte traditionnel en Chine effectué pour éloigner la mauvaise énergie du qi. À Taïwan, les cérémonies du thé ont lieu non seulement dans la vie quotidienne mais aussi lors d'occasions importantes.

Le thé était considéré comme l'une des sept nécessités quotidiennes, les autres étant le bois de chauffage, le riz, l'huile, le sel, la sauce soja et le vinaigre. Il existe de nombreux types de thés différents tels que : le thé vert, le thé oolong, le thé rouge, le thé noir, le thé blanc, le thé jaune, le thé puerh et le thé aux fleurs. Traditionnellement, les feuilles de thé fraîches sont régulièrement retournées dans un bol profond. Ce processus permet aux feuilles de sécher de manière à conserver toute leur saveur, prêtes à l'emploi.


Art du thé chinois

Au coeur de la capitale chinoise, le Beijing&# x2019s Hutongs (1, Zhongku Hutong,) une jeune femme transmet sa passion pour le thé.

Elle verse de l'eau tiède dans une tasse, dans laquelle on met une autre tasse encore plus petite, jusqu'à ce qu'elle déborde un peu. Puis elle en remplit une troisième dans laquelle ont été placées quelques feuilles de thé, avant de poser le couvercle. Ses gestes sont précis. Elle attend un peu, puis carafe enfin le thé dans la plus petite des tasses.

Le novice s'attend à pouvoir savourer le contenu, mais Liu Xiao Xiao leur demande de tourner la tasse et de sentir. Au fur et à mesure que la tasse se refroidit, le parfum évolue pour devenir plus doux. Boire est désormais la prochaine étape soumise cependant à tenir la tasse avec trois doigts, comme l'explique Miss Liu.

Chaque jour, elle répète le même protocole, pour faire découvrir aux non-initiés la tradition chinoise du thé.

L'un des arts chinois anciens qui n'a certainement pas été oublié ou abandonné est l'art de préparer et de servir le thé.

Cet art particulier est populairement pratiqué parmi les gens du commun, qu'ils soient bouddhistes, taoïstes ou confucianistes, car le thé est pris non seulement comme moyen d'étancher la soif et de débarrasser le corps de l'excès d'huile, mais aussi pour nourrir l'esprit &# x2013 yi qing yang xing (怡情养性, pour déplacer les sentiments et nourrir l'esprit).

Les variétés qui séduisent le plus les chinois sont le thé vert et le Pu&apos Er, le thé noir de la province du Yunnan, à ne pas confondre avec le thé noir d'Asie occidentale ou du sud qui est nommé thé rouge en Chine.

Les clients de Miss Liu ne sont pas que des étrangers. De nombreux chinois veulent échanger sur le sujet et parfaire leur connaissance du thé certains se passionnent pour les subtilités de son goût.

Contrairement aux idées reçues, les jeunes chinois développent un intérêt croissant pour cette boisson traditionnelle, et pas seulement les personnes âgées.

La fabrication du thé et l'art de le servir ont été écrits par de nombreux érudits à travers les siècles.

Au cours de la dynastie Han (3 e siècle avant J.-C.) Wang Bao et Tong Yue ont écrit les plus anciens essais du monde sur la consommation de thé. A l'époque Jin (3 e siècle après JC) Xie An, un calligraphe, écrivit sur le thème du thé.

Par la dynastie Tang (618-907 après JC) de nombreux auteurs ont écrit sur la cérémonie du thé et l'art de faire du thé. Certains de ces auteurs étaient : Lu Tong, Jiao Ran et Lu Yu.

Les auteurs de chansons du 10e au 13e siècle comprenaient Tao Gu, Cai Xiang et Su Shi. De Hui, un écrivain de la dynastie Yuan, était bien connu des bouddhistes pour sa cérémonie du thé. Les auteurs connus de la dynastie Ming comprenaient Xu Ci Shu et Zhou Gao Qi.

Sous la dynastie Qing, de nombreux écrivains, tels que Wang Hao, Chen Meng Lei et Liu Yuan Chang, ont écrit sur la consommation de thé comme forme d'art.

L'habitude de boire du thé en Chine a commencé pendant la dynastie Zhou (1066-256 av. J.-C.). L'habileté à préparer et à servir du thé était considérée comme importante dès la dynastie Han (206 av.

Zhu Xi, un philosophe de la dynastie des Song du Sud, a commencé à boire du thé lors d'un certain rituel et sa cérémonie du thé a été transmise et mise en évidence par des érudits tels que le savant du 8ème siècle, Lu Yu (dynastie Tang) et Huang Ru Ze (Dynastie de la chanson).

Aujourd'hui, la cérémonie du thé est relancée par les Chinois d'outre-mer et c'est une activité culturelle populaire.

Lu Yu a écrit un livre nommé Cha Jing dans lequel l'origine, la production, les ustensiles, la fabrication et la consommation du thé étaient discutés. Il a également popularisé l'art de boire du thé alors qu'il voyageait beaucoup et s'associait à toutes sortes de personnes allant des érudits aux hommes d'affaires.

Il a établi de nombreuses maisons de thé pour faciliter les cérémonies de consommation de thé. À travers ses œuvres, les noms des feuilles de thé, les ustensiles utilisés pour faire du thé, les matériaux utilisés pour faire bouillir l'eau et les maisons de thé étaient connus d'un grand nombre de buveurs de thé.

Un autre promoteur de l'art de boire du thé et auteur de livres sur la cérémonie du thé était Su Shi, un expert en thé de la dynastie Song. Au cours de cette période, les fabricants de thé ont amélioré le processus du thé en établissant sept étapes.

La première était de s'assurer que les feuilles de thé étaient cueillies au bon moment et avec les ongles des ouvriers plutôt qu'avec les doigts.

La seconde était de s'assurer que les feuilles de thé étaient correctement classées. Le troisième était de s'assurer que les feuilles de thé étaient cuites à la vapeur de manière appropriée. Le quatrième au septième était que la fabrication du thé était faite de la meilleure façon.

Par la dynastie Ming et Qing, les types de feuilles de thé peuvent être largement classés en quatre, à savoir ming, mo zi, la et mao.

Ming le thé se compose de jeunes feuilles de thé et se boit avec les feuilles. Mo zi est séché et broyé en poudre tandis que la se compose de feuilles de thé transformées en biscuit avant d'être lavées et transformées en thé. Mao est fabriqué à partir de feuilles de thé et d'autres fruits en petits morceaux durs.

L'habileté de faire et de boire du thé s'exprime en sept étapes de base : la préparation des feuilles de thé, la préparation de l'eau, l'allumage du feu pour faire bouillir le thé, obtenir la bonne température de l'eau pour faire bouillir les feuilles , mettre des feuilles de thé, faire bouillir les feuilles de thé et servir le thé.

Le meilleur type d'eau pour un thé de haute qualité est l'eau des collines.

La consommation de thé aujourd'hui est généralement simplifiée en une cérémonie plus simple. Elle peut être effectuée de l'une des trois manières suivantes, à savoir gai wan shi (couvrant le style de tasse), cha niang shi (thé et style paternel) et gong fu shi (style habile).

Gai wan shi est le plus simple car seule une tasse à thé avec son couvercle est utilisée pour contenir le thé et le buveur de thé sirote simplement le thé et en profite. Cha niang shi est la plus courante et elle est préparée dans une théière (symbolisant la mère ou le parent) et servie dans des tasses (symbolisant les enfants). Gong fu shi est le plus authentique car il a son origine et la cérémonie du thé du traité de Lu Yu&# x2019s.

Les ustensiles utilisés sont : un réchaud, une théière, un plateau à thé et quelques tasses à thé, un ventilateur et une paire de baguettes.

Tout d'abord, l'eau est bouillie sur le poêle en porcelaine et une fois bouillie, elle est versée dans la théière en porcelaine juste pour laver les feuilles de thé. Plus d'eau est bouillie à nouveau et versée sur l'extérieur de la théière et dans pour faire le thé.


On dit souvent que « le thé a commencé sous la dynastie Tang et a prospéré sous la dynastie Song ». Sous la dynastie Tang, une méthode appelée « vapeur verte » a été inventée, dont le but était de débarrasser les feuilles de thé de leur saveur « herbeuse ».

Après cuisson à la vapeur, les feuilles de thé étaient broyées, transformées en gâteaux, puis séchées et scellées pour le stockage.

Avant la dynastie Tang

Avant les Tang, le thé était connu sous de nombreux noms, l'un d'eux étant un caractère chinois signifiant « amer ».

C'est également sous la dynastie Tang que les salons de thé au sens propre du terme ont vu le jour, et dans certaines grandes villes, il y avait aussi des salons de thé, qui stockaient de grandes quantités de feuilles de thé et préparaient du thé pour leurs clients. Des poèmes et des articles consacrés au thé sont également apparus, et des poètes tels que Lu Tong et Bai Juyi ont tous écrit sur le thé.

Dynastie Tang

En outre, la dynastie Tang a également vu la première publication définitive sur le thé - Le livre du thé, qui était le premier du genre au monde.

Ce livre qui contenait un résumé complet de tous les aspects de la culture du thé, y compris les usages médicinaux, la cueillette, la fabrication du thé, la cuisine et les ustensiles était alors une synthèse complète des connaissances sur le thé. Son auteur, Lu Yu (733-c.804), a par conséquent été surnommé le « Saint du thé » par les générations suivantes.

Au cours de cette période, le thé est devenu la denrée la plus populaire dans le commerce extérieur et les bouddhistes japonais ont ramené des feuilles de thé de Chine au Japon. Pour faciliter le transport, les feuilles de thé étaient transformées en briques, à partir desquelles des morceaux pratiques pouvaient être cassés pour préparer le thé.

Dynastie de la chanson

La dynastie Song était un âge d'or pour le thé, et le salon de thé jouait un rôle de premier plan. Le calligraphe Cai Xiang (1012-1067) a écrit le Relevé du thé et l'empereur Huizong, Zhao Ji (1082-1135) a écrit des remarques générales sur le thé.

Dynastie Ming

Puis, sous la dynastie Ming (1368-1644), la culture du thé, qui avait été repoussée par les Mongols, a connu une renaissance avec le thé noir, le thé vert et le thé Oolong qui se sont tous développés pendant cette période.

Zhu Yuanzhang (règne 1368-1398), le premier empereur Ming, a supervisé le passage du thé roulé au thé perdu, et cette tradition a été conservée depuis.

Au fur et à mesure que leur compréhension du thé s'améliorait, les gens ne se contentaient plus de récolter du thé dans la nature, mais commençaient à planter et à cultiver des arbres à thé, tandis que les techniques de traitement s'amélioraient, avec différentes méthodes produisant les six principaux types de thé.

Développement du thé


Histoire de la cérémonie du thé chinoise

Quand vous pensez à la Chine, que voyez-vous ? Est-ce la Grande Muraille ? Dumplings? Temples ? Ou est-ce du thé ?

Au cœur de l'identité du pays, le thé en Chine est loin des sachets de thé que vous utilisez à la maison. La préparation et la consommation du thé sont aussi élaborées que méthodiques, faites d'ingrédients et de mouvements envoûtants. Que le thé soit votre boisson préférée du matin ou que ce soit votre première gorgée, il n'y a pas d'expérience comparable à une cérémonie du thé traditionnelle chinoise. Un petit pas hors de votre zone de confort, mais une immersion culturelle complète dans le passé.

Les origines de la consommation de thé sont si anciennes que personne ne semble pouvoir déterminer une date exacte, mais certaines des premières références de l'histoire chinoise remontent à plus de 5 000 ans. La boisson cérémonielle du thé a commencé pendant la dynastie Tang et était à l'origine réservée aux cérémonies religieuses et à des fins médicinales. Les moines considéraient les cérémonies du thé comme une représentation de l'humilité et du respect de la nature – le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme se fondant finalement pour créer la nature rituelle des cérémonies du thé encore pratiquées aujourd'hui.

Bien que la connotation religieuse se soit quelque peu apaisée depuis que les cérémonies du thé sont devenues de nature plus sociale, elles restent les mêmes à la base. Imprégnée (jeu de mots) des thèmes de la paix, de la vérité et de la pleine conscience, la cérémonie du thé crée une occasion unique de véritable appréciation. Tous vos sens sont engagés dans ce processus. Au fur et à mesure que vous goûtez les différentes saveurs, vous inhalez simultanément les parfums de la tasse odorante, ressentez le mouvement de retournement de votre tasse avant de la boire et observez le processus précis démontré devant vous.

Pendant la cérémonie du thé, vous êtes censé finir votre tasse en seulement trois gorgées (c'est petit, ne vous inquiétez pas). La première gorgée est petite, la seconde est grande et la troisième est destinée à savourer l'arrière-goût et à vider la tasse.

À chaque gorgée, réfléchissez aux implications de ce rituel ancien et précis. Il y a quelque chose de rassembleur dans une cérémonie du thé traditionnelle. Les éléments de la cérémonie, jusqu'au goût du thé, ont été reproduits maintes et maintes fois depuis des milliers d'années, et pourtant vous sont toujours uniques.


Ensemble de cérémonie du thé chinois : ce dont vous aurez besoin

Un ensemble complet de cérémonie du thé chinois comprendra les accessoires suivants :

  • Une théière ou gaiwan : le récipient principal pour le brassage des feuilles.
  • Un pichet d'équité : le thé doit d'abord être versé dans le pichet avant de servir.
  • Une passoire : un tel filtre doit être placé sur le dessus du pichet pour éviter que les plus petites feuilles ne finissent dans le pichet.
  • 6 tasses aromatiques : ces tasses de forme longue vous permettent de mieux sentir le parfum du thé.
  • 6 tasses à thé : pour boire du thé.
  • 1 ou plusieurs tea pets : pour améliorer le fengshui et la chance.
  • Un petit torchon : pour nettoyer et sécher la table et les accessoires.
  • Une brosse à thé : pour sécher et polir la vaisselle en terre cuite.
  • Un ensemble d'accessoires « Six Gentlemen of Tea » généralement rangés dans un support en bois et comprend :
    • Une cuillère à thé
    • Une passoire à feuilles de thé : ce n'est pas la même chose que la passoire à mailles utilisée sur le pichet. Au lieu de cela, c'est celui qui est placé sur la théière. Cet accessoire fait en sorte que les feuilles ne tombent pas hors de la théière.
    • Cha ze : une petite cuillère à café pour retirer les feuilles usagées d'une théière. Les théières Gongfu ont généralement une ouverture assez petite. De plus, au fur et à mesure que le thé se dilate dans le pot, il est parfois bien rempli. Par conséquent, un tel outil peut être utile.
    • Pince à thé : cet outil est pratique car vous n'avez pas à toucher les tasses à thé avec vos mains, ce qui pourrait être considéré comme non hygiénique.
    • Aiguille : à ne pas confondre avec les couteaux/aiguilles à thé utilisés pour extraire le thé compressé. Au lieu de cela, l'aiguille est utilisée pour nettoyer le bec de la théière des feuilles de thé potentielles qui pourraient être coincées à l'intérieur.

    Histoire du thé chinois

    On pense que les Chinois aiment boire du thé depuis plus de 4 000 ans. La légende raconte que l'empereur Yan Shennong, l'un des trois souverains de l'Antiquité, a goûté toutes sortes d'herbes pour trouver des remèdes médicaux. Un jour, alors qu'il était empoisonné par une herbe, il avait ingéré dans sa bouche une goutte d'eau d'un arbre à thé et il fut sauvé. C'est ainsi que le thé a été découvert.

    Pendant longtemps, le thé a été utilisé comme médicament à base de plantes. Pendant la dynastie des Zhou de l'Ouest (1046 av. J.-C. - 771 av. J.-C.), c'était une offrande religieuse. Le premier enregistrement sur le thé en tant que boisson est apparu sous la dynastie des Han de l'Ouest (202 av. La culture chinoise du thé a prospéré pendant la dynastie Tang (618 - 907) grâce à une personne célèbre, Lu Yu, sage du thé de Chine. The Tea Classics qu'il a écrit est une encyclopédie du thé, détaillant les règles concernant divers aspects du thé, tels que les zones de croissance des arbres à thé, les marchandises et les compétences pour le traitement et la dégustation du thé, et l'histoire du thé chinois. De plus, au cours de cette période, les graines de thé ont été importées au Japon, mais la culture du thé ne s'est répandue au Japon jusqu'à la dynastie des Song du Sud (1127 - 1279). Sous la dynastie Song, les marchands arabes exportaient du thé de Quanzhou, dans la province du Fujian. Le thé était vendu aux pays d'Asie du Sud-Est et d'Afrique du Sud sous la dynastie Ming (1368 - 1644). En 1610, il est allé en Europe via Macao dans un navire marchand hollandais. C'est ainsi devenu une boisson internationale.


    Apprenez l'histoire et l'étiquette de la cérémonie du thé chinoise

    Originaire de 2737 avant JC, la cérémonie du thé témoigne de l'impact de la boisson sur la culture chinoise. Avec sa multitude de bienfaits pour la santé, le thé et l'acte de le préparer et de le servir sont aussi un moyen de socialisation. Ces pratiques diffèrent grandement d'autres pays, comme la Grande-Bretagne et le Japon.

    "La Chine possède les premiers enregistrements de consommation de thé avec des enregistrements remontant au 10ème siècle avant JC", a déclaré Xinren Yu, coordinateur du programme à l'Institut Confucius de l'UT. « Le thé prospérait sous la dynastie Song et était populaire parmi les lettrés et les poètes. Sous la dynastie Tang, 618-907 après JC, l'un des âges d'or de la Chine, boire du thé est devenu un art.

    C'est ce lien culturel profond avec la boisson qui a inspiré la série de cours sur la cérémonie du thé chinoise. La série de six cours vise à éduquer les membres de la communauté UT sur les subtilités de l'appréciation et de la préparation du thé.

    « Nous espérons que les élèves apprécieront non seulement le goût du thé, mais apprendront également la culture chinoise et la culture du thé en classe », a déclaré Yu. « Les étudiants qui s'intéressent à la culture chinoise et à la cérémonie du thé chinois découvriront les différents types de thé chinois, les ustensiles pour préparer et boire du thé, des histoires sur le thé de l'Antiquité à la dynastie Tang, ainsi que la façon dont les gens boivent du thé de nos jours en Chine. . "

    Les occasions spéciales où l'on peut se faire servir du thé incluent les réunions de famille et les mariages. Servir la boisson à une autre personne est un signe de respect, de gratitude et d'excuses. Cela signifie que la plupart du temps, les jeunes générations sont celles qui servent le thé à leurs aînés.

    L'expansion de la culture du thé en Chine signifie que chaque foyer dispose des matériaux nécessaires pour préparer une tasse de thé. L'hospitalité envers les invités comprend toujours le service du thé et le fait de s'asseoir pour la conversation.

    Le prix pour assister à la session est de 20 $, les classes se réunissant les mercredis du 15 mars au 19 avril, de 14 h à 15 h. dans la salle 1100 de l'édifice commémoratif Snyder.

    En plus de la série, des cours gratuits sans rendez-vous seront disponibles les vendredis 17 et 24 février et les 3 et 10 mars, également de 14 h à 15 h. dans la salle 1100 du bâtiment commémoratif Snyder. Ces cours serviront d'introduction à la cérémonie du thé chinoise, différents types de thé étant brièvement présentés, ainsi qu'une démonstration d'un type de cérémonie du thé.

    Ceux qui souhaitent en savoir plus sur la cérémonie du thé chinoise peuvent s'inscrire à la série de cours avec le maître du thé Xiangling Gong à l'adresse [email protected]

    © 2020 L'UNIVERSITÉ DE TOLEDO &bull 2801 W. Bancroft St. &bull Toledo, OH 43606 &bull 800.586.5336


    Qu'est-ce qu'une cérémonie du thé chinoise ?

    Il existe deux principales cérémonies du thé chinoises, la cérémonie du thé de mariage et la cérémonie du thé Gongfu. Les deux cérémonies nécessitent le service à thé approprié. La cérémonie de mariage est l'un des rituels de mariage les plus importants où les nouveaux mariés préparent le thé et servent leurs aînés. La cérémonie a pour but d'honorer les anciens et de les remercier.

    La cérémonie du thé Gongfu, en revanche, est une expérience plus méditative. C'est une cérémonie élaborée avec un rituel strict. Il faut être conscient du &lsquocha qi&rsquo ou de l'énergie du thé et être conscient de la façon dont il affecte le corps et l'esprit. Une attention particulière est portée à chaque étape de l'infusion, en se concentrant sur l'arôme et la saveur du thé. Il est marqué par un mouvement presque dansant de la personne qui prépare le thé. La cérémonie du thé japonaise peut également avoir évolué à partir de la cérémonie du thé Gongfu.

    Thé chinois : Une partie importante de la cérémonie du thé est la vaisselle. Compte tenu de l'importance culturelle du thé et de l'importance des cérémonies du thé, la vaisselle chinoise s'est développée indépendamment. Les services à thé uniques sont connus pour leur belle finition et leur élégance simple. Plus élaboré que son homologue occidental, le service à thé chinois est également plus évocateur d'un sens de l'histoire qui reflète la boisson elle-même. En Chine, les services à thé peuvent être une pièce d'héritage, une œuvre d'art exquise qui est soigneusement préservée.

    Le thé est infusé dans un bol à couvercle, puis versé dans un pichet en argile pour assurer une infusion uniforme. L'argile du pichet absorbe le thé et certains vieux pichets peuvent même ne pas avoir besoin de feuilles de thé pour une infusion. Le thé absorbé dans le pichet chaud suffit à parfumer le liquide chaud ! De nombreuses familles ont des pichets spéciaux, transmis de génération en génération avec de belles œuvres d'art.

    Le thé est versé du pichet sur des tasses parfumées où l'on peut savourer le parfum du thé. Pour servir, le thé est versé dans des tasses. Des tasses plus petites que d'habitude, elles sont bercées dans une paume de main. En porcelaine, les tasses, comme le pichet, sont aussi souvent exquises. Tout cela est servi sur un plateau à thé spécial avec un dessus à lattes. Les plateaux finement sculptés sont destinés à évacuer tout déversement. D'autres outils incluent un support à thé pour tenir le thé, des pinces à thé pour manipuler les tasses, une brosse à thé pour essuyer le thé renversé, une aiguille à thé pour nettoyer le bec de la théière et un petit animal à thé à placer sur le plateau.

    Cérémonie du thé chinoise. Crédit photo : Shutterstock


    Voir la vidéo: Cérémonie du thé chinois: détails et explications