HMS Indomptable

HMS Indomptable


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

HMS Indomptable

HMS Indomptable était un croiseur de bataille de classe Invincible. Deuxième à être posée, elle a en fait été achevée neuf mois avant la Invincible se. Les Indomptable entra en service en juin 1908. Après un voyage transatlantique à bord du Prince of Wales en visite au Canada, il rejoignit la division Nore de la Home Fleet (octobre 1908). Elle est restée dans la Home Fleet jusqu'en 1913 quand elle et le Invincible ont été envoyés en Méditerranée dans le cadre du 2e escadron de croiseurs de bataille.

Elle était encore en Méditerranée au début de la Première Guerre mondiale. Là, elle a participé à la recherche infructueuse du SMS Goeben et Breslau (août 1914), deux navires allemands en route pour la Turquie. Elle participe ensuite au premier bombardement des forts turcs aux entrées des Dardanelles (3 novembre 1914), cette fois avec le Infatigable.

En décembre 1914, le Indomptable retourné à la Grande Flotte. Elle est restée avec la Home Fleet pour le reste de la guerre, prenant part à la bataille de Dogger Bank (24 janvier 1915) et à la bataille du Jutland (31 mai-1er juin 1916). À Dogger Bank, elle a tiré 134 de ses obus de 12 pouces sur le croiseur blindé allemand Blücher (finalement coulé après un tir du HMS Princesse royale a déclenché un grave incendie). Au Jutland, elle a tiré 175 obus de 12 pouces, frappant les cuirassés Derfllinger, Seydlitz (tous deux sabordés en 1919) et Pommern (plus tard torpillé et coulé par des destroyers britanniques pendant la bataille).

Après la bataille du Jutland, le Indomptable rejoint le 2e escadron de combat, où il reste jusqu'en février 1919, date à laquelle il est placé dans la réserve Nore. En mars 1920, elle fut payée et en 1922 elle fut vendue.

Déplacement (chargé)

20 078 t

Vitesse de pointe

25.5k

Varier

3090 milles marins à 10 nœuds

Ceinture Armure

6in-4in

Armure de cloison

7in-6in

Barbette

7in-2in

La tourelle fait face à l'armure

7 pouces

Armure de la Tour Conning

10in-6in

Armure de pont

2,5 pouces-0,75 pouces

Longueur

567 pieds

Armement

Huit canons de 12 pouces dans quatre tourelles
Seize canons de 4 pouces à tir rapide
Sept mitrailleuses Maxim
Cinq tubes lance-torpilles immergés de 18 pouces, 4 sur la poutre et un sur la poupe

Complément d'équipage

784

Lancé

16 février 1907

Complété

juin 1908

Coulé

Vendu en 1922

Livres sur la Première Guerre mondiale | Index des sujets : Première guerre mondiale


Indomptable

Indomptable — Porte-avions britannique de rang VIII.

Le dernier navire de la Illustre-porteurs de classe, qui ont représenté une percée révolutionnaire dans le développement des porte-avions grâce à l'introduction d'un poste de pilotage blindé. Contrairement au navire de tête, il avait un hangar supplémentaire et pouvait donc transporter plus d'avions.


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase Le HMS Indomitable était le quatrième porte-avions de classe Illustrious, bien qu'il diffère des trois premiers porte-avions de la classe après une modification pour avoir un complément de 45 avions au lieu de 33. Ceci a été réalisé en diminuant l'épaisseur des murs du hangar de 41 à 11 pouces et en élevant le pont d'envol de 14 pieds. Cette classe de porte-avions est issue du programme naval de 1937.

ww2dbase Dès sa mise en service, le HMS Indomitable a été affecté au vénérable HMS Repulse et au cuirassé HMS Prince of Wales pour défendre Singapour. . Cet événement malheureux a été considéré par la plupart comme l'événement le plus chanceux pour le navire - s'il avait pu atteindre Singapour comme prévu, il aurait fourni une certaine défense aérienne contre les envahisseurs japonais lorsqu'ils ont attaqué la flotte britannique au large de Kuantan, en Malaisie britannique, mais la plupart conviennent qu'elle aurait été détruite avec ses futurs compagnons de flotte. En janvier 1942, il rejoint la British Eastern Fleet à Ceylan. Entre janvier et février, elle a transporté des chasseurs Hurricane entre Ceylan, Java et Singapour. Le 24 mars, il rejoint la Flotte de l'Est. En mai 1942, l'Indomptable et son camarade de classe Illustrious attaquèrent le port français de Diego Suarez à Madagascar, à l'appui d'une grande opération de débarquement britannique. Le but de l'opération était d'empêcher les Japonais d'utiliser le port comme base sous-marine éloignée. Elle retourna brièvement en Europe, servant en Méditerranée à l'été 1942, participant à l'opération Pedestal. Au cours de l'opération Pedestal, où il faisait partie de la force d'escorte du plus grand convoi, son pont d'envol serait lourdement endommagé par une bombe de 1 100 livres. Elle a été envoyée aux États-Unis pour des réparations. Le 16 juillet 1943, alors qu'il soutenait les opérations en Sicile, en Italie, il fut torpillé soit par un bombardier SM.79 (équipé par le capitaine Carlo Capelli et le lieutenant Ennio Caselli) de la 204a Squadriglia du 41e groupe italien de bombardiers torpilles, soit par un bombardier allemand Ju 88 . Elle a de nouveau été envoyée aux États-Unis pour des réparations. Elle ne reprendra du service qu'en février 1944.

ww2dbase Le HMS Indomitable est retourné à la flotte britannique de l'Est en juin 1944, participant aux attaques de Sumatra (29 août et 18 septembre 1944), des îles Nicobar (17 et 19 octobre 1944) et de Sumatra (encore une fois, le 20 décembre 1944). Elle sera réaffectée à la flotte britannique du Pacifique et attaque Medan (4 janvier 1945) et Palembang Sumatra (24 et 29 janvier 1945). Après un certain temps au port, il reprend ses fonctions actives et participe aux attaques contre Sakishima Gunto et Taïwan en mars-avril 1945. Le 4 mai, il est touché par des kamikazes, mais aucun dommage important n'est observé. Il est retourné à Sydney pour être réaménagé en juin 1945 avant d'aider à la libération de Hong Kong en août et septembre 1945.

ww2dbase L'Indomptable retourna en Angleterre en novembre 1945, et fut mis en réserve en 1947. Il fut de nouveau commandé entre 1950 et 1953. Il fut mis au rebut en octobre 1955.

ww2dbase Sources:
Archives de la flotte aérienne
Wikipédia

Dernière révision majeure : mars 2005

Carte interactive du porte-avions indomptable

Chronologie opérationnelle indomptable

10 octobre 1941 L'indomptable a été mis en service.
31 décembre 1941 Le HMS Indomitable est arrivé au Cap, en Afrique du Sud, en route vers l'Extrême-Orient.
2 janvier 1942 Le HMS Indomitable a décollé du Cap, en Afrique du Sud, avec à son bord un avion Sea Hurricane.
9 janvier 1942 Le HMS Indomitable a été rejoint par les destroyers australiens Nestor, Nizan et Napier au large du cap Guardafui en Afrique de l'Est.
17 janvier 1942 Le HMS Indomitable a quitté Port-Soudan en Afrique orientale britannique avec 48 chasseurs Hurricane de la RAF pour Singapour dans le cadre de l'opération Opposition.
21 janvier 1942 Le HMS Indomitable s'est ravitaillé à Addu Atoll, aux Maldives et est parti pour Java.
24 janvier 1942 Le HMS Indomitable s'est ravitaillé près des îles Cocos, dans l'est de l'océan Indien.
27 janvier 1942 À 100 milles de Java, le HMS Indomitable a lancé les 48 chasseurs Hurricane de la RAF qu'il transportait. Ces combattants s'envoleraient vers Java et Bornéo néerlandais, ils étaient destinés à atteindre finalement Singapour pour y renforcer les défenses.
2 février 1942 Le HMS Indomitable, avec ses destroyers australiens d'escorte Nizam, Nestor et Napier, est arrivé à Trincomalee, Ceylan.
16 février 1942 Le HMS Indomitable quitta Trincomalee, Ceylan pour Aden, escorté par les destroyers australiens Napier et Nestor.
22 février 1942 Le HMS Indomitable et les destroyers australiens d'escorte Napier et Nestor arrivèrent à Aden.
25 février 1942 Le HMS Indomitable est arrivé à Port Soudan en Afrique orientale britannique et a reçu des chasseurs Hurricane et du personnel des escadrons n° 30 et n° 261.
27 février 1942 Le HMS Indomitable a quitté Port-Soudan, en Afrique orientale britannique, escorté par les destroyers australiens Napier et Nestor.
6 mars 1942 Le HMS Indomitable a lancé les chasseurs Hurricane du No. 30 Squadron pour Colombo, Ceylan.
7 mars 1942 Le HMS Indomitable a lancé les chasseurs Hurricane du No. 261 Squadron pour Colombo, Ceylan, puis a navigué pour Aden.
24 mars 1942 Le HMS Indomitable a rejoint la British Eastern Fleet.
8 mai 1942 Le sous-marin français Monge a attaqué le porte-avions britannique HMS Indomitable au large de Diego-Suárez, à Madagascar, à 7 h 56, toutes les torpilles ayant manqué. Les destroyers britanniques HMS Active et HMS Panther contre-attaquent et coulent le Monge.
12 août 1942 Le porte-avions britannique HMS Indomitable a été désactivé au sud de la Sardaigne, en Italie.
16 juillet 1943 Alors qu'il soutenait les opérations en Sicile, en Italie, le HMS Indomitable a été torpillé soit par un bombardier SM.79 (équipé par le capitaine Carlo Capelli et le lieutenant Ennio Caselli) de la 204a Squadriglia du 41e groupe italien de bombardiers torpilleurs, soit par un bombardier allemand Ju 88. Le porte-avions britannique serait envoyé aux États-Unis pour des réparations.
14 septembre 1944 Le HMS Cumberland a assuré la couverture avec les croiseurs HMS Howe et Eastern Fleet pendant les opérations aériennes des porte-avions HM Aircraft Carriers Victorious et Indomitable sur Sigli, dans le nord de Sumatra (opération Light).
29 janvier 1945 Un avion du HMS Indomitable a frappé Palembang, Sumatra, Indes orientales néerlandaises.
30 août 1945 Un escadron de combat britannique dirigé par le porte-avions Indomitable est entré à Hong Kong pour réoccuper la colonie de la Couronne.
1er mai 1953 L'Indomptable a été mis hors service.

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.


HMS Indomptable (92)

Après la mise en service, le HMS Indomitable a navigué vers les Antilles pour des travaux de préparation. Sans son échouage en Jamaïque alors qu'il travaillait en novembre 1941, l'Indomitable aurait très bien pu être coulé le mois suivant, car il était à l'origine destiné à rejoindre le cuirassé HMS Prince of Wales et le cuirassé HMS Repulse à Singapour, ces deux navires ont été coulés en décembre 1941.

En janvier 1942, il rejoint la Eastern Fleet à Ceylan et transporte des Hurricanes de la RAF à Java à la fin du mois. Il participe à l'opération Diego Suarez avec le HMS Illustrious en mai 1942, et s'exerce avec la RAF au large de Ceylan en juin 1942. En mai 1942, le HMS Indomitable navigue vers Madagascar pour tenter de s'emparer d'une base de la Marine française à Diego Suarez afin d'empêcher le japonais de l'utiliser comme base de sous-marins.

Indomitable a participé à l'opération "Pedestal" - le convoi de Malte le 3 août 1942. L'Indomitable a eu son blindage de pont d'envol percé par une bombe de 1100 livres, en Méditerranée en août 1942 lorsque les bombardiers ennemis ont marqué 2 coups sûrs et 3 quasi-accidents cela et un autre touché à l'arrière où il n'y avait pas de blindage le mit hors de combat en cours de réparation aux USA jusqu'en février 1943. L'Indomitable navigua vers la Méditerranée en février 1943, et fut torpillé le 16 juillet par un avion italien S79 (pilote Caselli) alors qu'il couvrait le débarquement en Sicile . Il subit des réparations aux USA de juillet 1943 à février 1944.

Elle a ensuite rejoint l'Est en juin 1944 pour des frappes aériennes contre des cibles à Sumatra avec le HMS Victorious les 29 août et 18 septembre 1944. Cela a été suivi par des frappes aériennes contre les îles Nicobar avec le HMS Victorious les 17 et 19 octobre. Elle a été impliquée dans une attaque infructueuse sur Medan, Sumatra, avec le HMS Illustrious le 20 décembre 1944. Le 4 janvier 1945, elle a participé à une frappe aérienne réussie contre Medan, avec le HMS Indefatigable et le HMS Victorious, puis immédiatement après a été impliquée dans nouvelles grèves contre les raffineries de Palembang, Sumatra, les 24 et 29 janvier 1945.

L'Indomptable était à Sydney pour rejoindre la flotte britannique du Pacifique en février 1945, reprenant ses fonctions actives avec des frappes aériennes contre Sakishima Gunto et Formosa en mars-avril 1945. Le 4 mai, elle fut touchée par un Kamikaze - mais n'a subi aucun dommage - l'avion Kamikaze a simplement glissé le pont d'envol blindé et sur le côté. Elle est ensuite revenue à Sydney pour un carénage en juin 1945. Elle est repartie de Sydney à la mi-août pour la réoccupation de Hong Kong, ses avions effectuant leurs dernières missions de combat le 31 août et le 1er septembre contre les bateaux suicides japonais à Hong Kong.

Il est finalement retourné au Royaume-Uni en novembre 1945 avec du personnel britannique d'Australie ayant abandonné tous ses avions par-dessus bord au large de Sydney. Il est de nouveau actif dans la Home Fleet entre 1950 et 53, mais réduit en réserve sur la Clyde le 5 octobre 1953. Il est vendu pour démolition en octobre 1955.

Commandes répertoriées pour le HMS Indomptable (92)

Veuillez noter que nous travaillons toujours sur cette section.

Le commandantDeÀ
1Capt. Harold Edouard Morse, DSO, IA4 juillet 194125 février 1942
2Capt. Thomas Espoir Troubridge, IA25 février 19429 septembre 1942
3Cdr. Patrick William Wootten Wootten, IA9 septembre 194215 déc. 1942
4Capt. Mec Grantham, DSO, IA15 déc. 1942août 1943
5Capt. Patrick William Wootten Wootten, IAaoût 1943fin 1943
6Capt. Ughtred Henry Ramsden James, IAfin 19432 novembre 1943
7Capt. John Arthur Symons Eccles, IA2 novembre 194324 janvier 1944
8Cdr. Eric Roland Jean Oddie, DSO, IA24 janvier 194430 janvier 1944
9Capt. John Arthur Symons Eccles, IA30 janvier 194428 décembre 1945

Vous pouvez aider à améliorer notre section de commandes
Cliquez ici pour soumettre des événements/commentaires/mises à jour pour ce navire.
Veuillez l'utiliser si vous repérez des erreurs ou si vous souhaitez améliorer cette page de navires.

Les événements notables impliquant Indomptable incluent :

10 mars 1942
Le porte-avions, HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN), escorté par les destroyers, HMS Fortune (Lt.Cdr. R.D.H.S. Pankhurst, RN) et Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN), a quitté Trincomalee vers 7 h 00 pour Aden. ( 1 )

16 mars 1942
HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, IA), HMS Fortune (Lt.Cdr. R.D.H.S. Pankhurst, RN) et Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN) est arrivé à Aden. ( 1 )

19 mars 1942
HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, IA), HMS Fortune (Lt.Cdr. R.D.H.S. Pankhurst, RN) et Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN) a quitté Aden pour l'atoll d'Addu. ( 2 )

24 mars 1942
HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, IA), HMS Fortune (Lt.Cdr. R.D.H.S. Pankhurst, RN) et Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN) est arrivé à l'atoll d'Addu. ( 2 )

26 mars 1942
Résolution HMS (Capt. A.R. Halfhide, CBE, RN , battant pavillon du vice-amiral A.U. Willis, DSO, RN, commandant en second de la Flotte de l'Est), HMS Royal Sovereign (Capt. R.H. Portal, DSC, RN), HMS Ramillies (Capt. D.N.C. Tufnell, DSC, RN), HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN) et leur escorte de destroyers composée de HMAS Napier (Capitaine S.H.T. Arliss, DSO, RN), HMAS Normand (Cdr H.M. Burrell, RAN), HMAS Nizam (Lt.Cdr. M.J. Clark, DSC, RAN), HMS Griffon (Capt. H.St.L. Nicolson, DSO, RN), HMS Foxhound (Cdr G.H. Peters, DSC, RN), HMS Fortune (Lt.Cdr. R.D.H.S. Pankhurst, IA), Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN) et Mme Isaac Sweers (Cdr. W. Harmsen, RNN) a quitté l'Attoll d'Addu pour des exercices dans cette zone.

Ils ont été rejoints en mer le lendemain par HMS Vengeance (Capt. L.V. Morgan, CBE, MVO, DSC, RN) en provenance de Maurice. ( 3 )

28 mars 1942
Résolution HMS (Capt. A.R. Halfhide, CBE, RN, battant pavillon du vice-amiral A.U. Willis, DSO, RN, commandant en second de la Flotte de l'Est), HMS Royal Sovereign (Capt. R.H. Portal, DSC, RN), HMS Ramillies (Capt. D.N.C. Tufnell, DSC, RN), HMS Vengeance (Capt. L.V. Morgan, CBE, MVO, DSC, RN), HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN) et leur escorte de destroyers composée de HMAS Napier (Capitaine S.H.T. Arliss, DSO, RN), HMAS Normand (Cdr H.M. Burrell, RAN), HMAS Nizam (Lt.Cdr. M.J. Clark, DSC, RAN), HMS Griffon (Capt. H.St.L. Nicolson, DSO, RN), HMS Foxhound (Cdr G.H. Peters, DSC, RN), HMS Fortune (Lt.Cdr. R.D.H.S. Pankhurst, IA), Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN) et Mme Isaac Sweers (Cdr. W. Harmsen, RNN) sont retournés à Addu Attoll à la fin de leurs exercices dans cette zone. ( 3 )

29 mars 1942

Opérations de la flotte de l'Est du 29 mars au 13 avril 1942. Attaques aériennes ennemies sur Colombo et plus tard Trincomalee et la perte de HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles le 5 avril 1942 et HMS Hermès, HMAS Vampire le 9 avril 1942.

Dispositions de la flotte de l'Est le 29 mars 1942.

Le 29 mars 1942, la disposition de la flotte de l'Est était la suivante. A Colombo : porte-avions HMS Formidable (Capt. A.W.LaT. Bisset, RN), croiseurs lourds HMS Dorsetshire (Capt. A.W.S. Agar, VC, DSO, RN) (remontage) et HMS Cornouailles (Capt. P.C.W. Manwaring, RN), croiseurs légers HMS Entreprise (Capt. J.C.A. Annesley, DSO, RN), HMS Dragon (Capitaine R.J. Shaw, MBE, RN) et HMS Calédon (A/Capt. H.J. Haynes, DSO, DSC, RN), les destroyers HMS Paladin (Cdr A.D. Pugsley, IA), HMS Panthère (Lt.Cdr. R.W. Jocelyn, IA), HMAS Nestor (Cdr A.S. Rosenthal, DSO et barreau, RAN), HMS Hotspur (Lt. T.D. Herrick, DSC, IA), HMS Flèche (Cdr A.M. McKillop, IA) et HMS Express (Lt.Cdr. F.J. Cartwright, IA).

A Trincomalee : Le vaisseau amiral de la flotte de l'Est, le cuirassé HMS Warspite (Capt. F.E.P. Hutton, RN, battant pavillon du vice-amiral J.F. Somerville, KCB, KBE, DSO, RN), le porte-avions HMS Hermès (Capt. R.F.J. Onslow, DSC, MVO, RN), croiseurs légers HMS Émeraude (Capt. F.C. Flynn, IA) et Sr Mme Jacob van Heemskerck (Cdr. E.J. van Holte, RNN), le destroyer HMAS Vampire (Cdr W.T.A. Moran, RAN). Le HMS Warspite a quitté Trincomalee ce jour-là et est arrivé à Colombo dans la soirée.

A l'atoll d'Addu Les cuirassés Résolution HMS (Capt. A.R. Halfhide, CBE, RN , battant pavillon du vice-amiral A.U. Willis, DSO, RN, commandant en second de la Flotte de l'Est), HMS Ramillies (Capt. D.N.C. Tufnell, DSC, RN), HMS Royal Sovereign (Capt. R.H. Portal, DSC, RN), HMS Vengeance (Capt. L.V. Morgan, CBE, MVO, DSC, RN) le porte-avions HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN, battant pavillon du contre-amiral D.W. Boyd, CBE, DSC, RN) et les destroyers HMAS Napier (Capitaine S.H.T. Arliss, DSO, RN), HMAS Normand (Cdr H.M. Burrell, RAN), HMAS Nizam (Lt.Cdr. M.J. Clark, DSC, RAN), HMS Fortune (Lt.Cdr. R.D.H.S. Pankhurst, IA), HMS Foxhound (Cdr G.H. Peters, DSC, RN), HMS Griffon (Capt. H.St.L. Nicolson, DSO, RN), Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M.Balfour, IA) et Mme Isaac Sweers (Cdr. W. Harmsen, RNN).

Les Japonais avaient opéré dans l'océan Indien début mars et d'autres attaques étaient attendues dans cette zone par les Alliés. La cible la plus probable serait l'île de Ceylan et les ports de Colombo et Trincomalee.

30 et 31 mars 1942.

L'amiral Somerville prévoyait donc de concentrer la flotte de l'Est en fin d'après-midi / début de soirée du 31 mars 1942 à la position 04°40'N, 81°00'E. La flotte serait alors divisée en deux groupes. La Force A (la division rapide) était composée des vaisseaux amiraux, cuirassé HMS Warspite, les deux transporteurs de flotte, HMS Indomptable et HMS Formidable. Ils étaient escortés par les croiseurs HMS Cornouailles, HMS Entreprise, HMS Émeraude et six destroyers HMAS Napier, HMAS Nestor, HMS Paladin, HMS Panthère, HMS Hotspur et HMS Foxhound. Cette force tenterait d'intercepter l'ennemi et de lancer une attaque aérienne de nuit sur l'ennemi avec ses porte-avions comme cible principale.

La force A serait couverte par la force B plus lente qui était composée des cuirassés Résolution HMS, HMS Ramillies, HMS Royal Sovereign et le porteur léger HMS Hermès. L'escorte à ces navires était assurée par les croiseurs HMS Dragon, HMS Calédon, Sr Mme Jacob van Heemskerck et un total de huit destroyers HMS Griffon, Leurre HMS, HMAS Normand, HMS Fortune, Mme Isaac Sweers, HMS Flèche et l'un des vieux destroyers qui avait réussi à s'échapper de la station chinoise a également rejoint, c'était HMS Scout (Lt.Cdr. (Ret.) H. Lambton, IA). Ils devaient rester à environ 20 milles marins à l'ouest de la Force A. Si la Force A rencontrait une force ennemie supérieure, elle se retirerait vers la Force B.

À 14h00/30, les navires mentionnés plus haut en haut de cet article ont quitté Colombo. HMS Hotspur et HMAS Nestor a effectué un balayage A/S du canal recherché avant le départ de la Force A.

En 1600/31, la flotte avait pris le rendez-vous convenu et s'était formée. Il s'est ensuite dirigé vers le nord. Après la tombée de la nuit, pour éviter d'être détectée depuis les airs par l'ennemi, la Force A a changé de cap à 080° et a continué à 15 nœuds jusqu'à environ 2 h 30, alors qu'on pensait qu'elle se trouverait dans la position estimée d'où l'ennemi s'envolerait de son avion pendant l'attaque attendue sur Ceylan. Si rien n'était aperçu ou localisé à 0230/1, la Force A devait faire demi-tour vers le sud-ouest et se retirer en dehors de la zone de recherche aérienne ennemie. La Force B devait servir de force de soutien à la Force A, en gardant 20 milles à l'ouest de celle-ci et en confirmant les mouvements de la Force A pendant la nuit. Cette procédure s'est déroulée comme prévu dans la nuit du 31 mars au 1er avril mais rien n'a été vu ni localisé.

En fin d'après-midi / début de soirée du 31 mars HMS Indomptable brièvement séparé de la flotte pour des opérations de vol au cours desquelles il était escorté par HMS Émeraude. De 2100/31 à 0600/1 une recherche a été effectuée, à une profondeur de 120 milles de 050° à 110°, par trois A.S.V. germons montés de HMS Formidable. De plus, deux Albacores équipés de réservoirs à longue portée ont été maintenus en attente à des fins d'observation si nécessaire. L'un des crash d'Albacores a atterri sur HMS Formidable au retour au 0340/1.

1er avril 1942.

À 0940 heures Leurre HMS signalé la panne de ses principales pompes d'alimentation. Elle a été détachée à Colombo pour effectuer des réparations.

Vers midi, plusieurs destroyers ont signalé des contacts submergés. HMS Scout signalé avoir vu un périscope. La flotte a pris des mesures d'évitement dans chaque cas, mais rien d'autre n'est ressorti de ces contacts qui sont maintenant considérés comme non sous-marins.

A 14h00, HMS Scout, l'un des plus anciens destroyers de la Royal Navy avec une courte enducance, a été détaché au pétrole en mer de RFA Pommier (5892 GRT, construit 1917, Master E. Mills) en position 04°00'N, 80°00'E. À la fin du huilage HMS Scout devait se diriger vers la position 05°40'N, 81°08'E à 0800/2. RFA Pommier et son escorte, HMS Shoreham (Cdr. E. Hewitt, RD, RNR), devaient se diriger vers une nouvelle position d'attente 05°00'N, 80°30'E.

L'après-midi, vers 1420 heures, HMS Dorsetshire rejoint la Force A. Ce croiseur était en chantier à Colombo mais ce chantier a été écourté pour lui permettre de participer à cette opération. Des recherches aériennes ont été effectuées depuis Ceylan comme les jours précédents mais ils n'ont rien aperçu de l'ennemi. De 14 h 30 à 18 h également, une recherche a été effectuée par avion à partir de HMS Indomptable entre 142° et 207° à une profondeur de 215 milles. L'amiral Somerville décide d'effectuer le même balayage vers le nord-est que la nuit précédente. Encore une fois rien n'a été vu et la Force A a pris rendez-vous avec la Force B à l'aube du 2 avril 1942.

2 avril 1942.

A 08h00, les destroyers HMS Fortune et HMAS Vampire ont été détachés pour faire le plein de RFA Pommier en position 05°00'N, 80°30'E. et un Albacore a reçu l'ordre de rechercher HMS Scout et lui ordonner de rejoindre la flotte. Peu après midi, la flotte aperçut RFA Pommier, HMS Shoreham, HMS Fortune et HMAS Vampire. Les deux derniers navires ont ensuite rejoint la flotte tandis que le pétrolier et son escorte ont reçu l'ordre de se diriger vers Colombo à 12h00/3.

Au cours de la journée, la flotte de l'Est a navigué dans une zone à environ 50 milles plus à l'ouest que la veille pour éviter d'être détectée par les sous-marins ennemis qui avaient été signalés. Tout au long de la journée, plusieurs destroyers d'escorte ont obtenu des échos non confirmés. Deux destroyers supplémentaires ravitaillés dans l'après-midi, HMAS Napier et HMS Flèche a pris du carburant de HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles.

Comme l'ennemi ne s'était pas montré à 21 heures, l'amiral Somerville a décidé de se rendre sur l'atoll d'Addu pour faire le plein et prendre de l'eau douce car les cuirassés de classe R en étaient à court car ils n'avaient pas pu faire le plein sur l'atoll d'Addu auparavant. ils ont navigué.

3 avril 1942.

A 0520 heures, le destroyer HMS Fortune a été détaché pour rechercher des survivants du navire marchand Glensheil (9415 GRT, construit 1924) qui avait été torpillé par le sous-marin japonais I-7 en position 00°48'S, 78°35'E à 0230 heures. HMS Fortune ramassé 88 survivants puis s'est rendu à l'atoll d'Addu où il est arrivé à 11 h 30/4.

Comme à cette époque, l'amiral Somerville était convaincu que quelque chose avait dû retenir les Japonais ou que leurs intentions étaient mal appréciées. A 9 h 40, il a envoyé HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles à Colombo. Le premier pour continuer son radoub et le second pour escorter le convoi de troupes australien SU ​​4. HMS Hermès et le destructeur HMAS Vampire ont également été détachés mais à Trincomalee comme HMS Hermès était de préparer la prochaine opération « Ironclad », l'attaque de Madagascar.

Tard dans la matinée trois des destroyers de l'écran huilé des cuirassés HMAS Normand de HMS Warspite, HMS Griffon de HMS Vengeance et HMS Foxhound de HMS Royal Sovereign.

À 18 h 20, la Force A se dirigeait vers l'atoll d'Addu à 19 nœuds, suivie de la Force B à 15 nœuds. La Force A est arrivée sur l'atoll d'Addu à 12h00/4. Force B à 1500/4.

4 avril 1942.

Au petit matin, et à l'approche de l'atoll d'Addu, une simulation de frappe aérienne a été menée sur la Force B par des avions de HMS Indomptable et HMS Formidable. Un avion s'est écrasé dans la mer, son équipage a été récupéré par le croiseur AA néerlandais Jacob van Heemskerck. Une deuxième attaque aérienne simulée a été effectuée sur la Force A plus tard dans la matinée.

À 16 h 30, l'amiral Somerville a reçu un rapport indiquant qu'une importante force ennemie était en position 00°40'N, 83°10'E à 1605/F. La route ennemie était de 315°. Peu de temps après, ce rapport a été confirmé par un autre rapport dans lequel ils ont donné un cours ennemi de 330°. Cela a positionné l'ennemi dans une position à 155° de Dondra Head, à 360 milles, la distance de l'atoll d'Addu étant de 085°, à 600 milles. Il n'y avait aucune indication sur la composition de cette force.

L'état de la flotte de l'Est sur l'atoll d'Addu à ce moment-là était le suivant En raison du nombre limité de pétroliers disponibles, les navires composant la Force A avaient pris environ la moitié de leur carburant et la Force B n'avait pas encore commencé à s'approvisionner. De plus, les cuirassés de classe 'R' manquaient très peu d'eau qui devait être récupérée avant de pouvoir naviguer. Cela signifiait que la Force A pouvait naviguer immédiatement, moins HMS Émeraude et HMS Entreprise. Ces croiseurs pourraient naviguer peu après minuit. La force B n'a pu partir qu'à 7 heures du matin au plus tôt.

Il est apparu que le plan probable de l'ennemi était le suivant. Toutes les preuves étayaient l'appréciation initiale de l'amiral Somerville selon laquelle l'ennemi attaquerait Colombo (et peut-être Trincomalee) avec des avions embarqués avant l'aube ou peu de temps après et reviendrait vers les porte-avions dans une position à environ 150 milles au sud-est de Ceylan. À la fin, toute la force se retirerait alors vers l'est. La position signalée de l'ennemi montrait clairement que cette attaque devait avoir lieu le matin du 5 avril 1942.

L'amiral Somerville considérait que ses plans d'action possibles étaient les suivants : 1) Force A, moins HMS Émeraude et HMS Entreprise se rendre immédiatement à la meilleure vitesse dans la zone au sud de Ceylan et y être rejoint par HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles venant de Colombo et attaquer toute force ennemie localisée. 2) Retarder le départ de la Force A jusqu'à HMS Émeraude et HMS Entreprise, de précieuses unités avec leur puissant armement de torpilles, avaient terminé le ravitaillement en carburant et naviguaient vers minuit. La force B pourrait naviguer dans la matinée du 5 et suivre l'arrière pour agir comme force de soutien. 3) Retarder le départ de la Force A jusqu'à ce que les deux forces puissent partir ensemble le matin du 5. 4) La Force A et la Force B resteraient sur l'atoll d'Addu et laisseraient la RAF faire face à l'attaque ennemie.

Le choix de l'amiral Somerville a été guidé par les considérations suivantes : 1) La défense totale de l'océan Indien et de ses lignes de communication vitales dépend avant tout de l'existence de la flotte de l'Est. Plus cette flotte resterait « en vie », plus elle limiterait et arrêterait les avancées de l'ennemi contre Ceylan et plus à l'ouest. Cette politique majeure de maintien « d'une flotte en vie », déjà approuvée par Leurs Seigneuries, était, de l'avis de l'amiral Somerville, primordiale. 2) Le seul espoir de porter un coup affectif à l'ennemi était au moyen d'une force de frappe aérienne embarquée, de préférence la nuit. Pour exploiter les deux transporteurs escortés par HMS Warspite hors de la distance de soutien des cuirassés de classe « R » offrirait à l'ennemi l'occasion de paralyser notre seule arme offensive. L'amiral Somerville considérait comme un point cardinal dans toute opération que la Force A ne devrait pas sortir de la distance de soutien de la Force B à moins qu'on puisse présumer que les vaisseaux capitaux ennemis ne seraient pas rencontrés. 3) Quelle que soit la ligne de conduite que prendrait l'amiral Somerville, la force ennemie ne pouvait être interceptée ni avant ni pendant l'attaque de Ceylan le 5 au matin. Le seul espoir était que la force de frappe aérienne de Ceylan puisse infliger des dommages à l'ennemi afin que la flotte de l'Est puisse « les achever », ou que l'attaque ennemie sur Ceylan soit retardée de 24 heures.

L'amiral Somerville décide donc d'adopter le « plan 2 ». Il a donc navigué sur la Force A comprenant les deux croiseurs de classe E à minuit et a ordonné à la Force B de procéder le plus tôt possible le lendemain matin.

L'amiral Somerville a donc chargé HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles partir de Colombo et prendre rendez-vous avec la Force A à 1600/5 en position 00°58'N, 77°36'E. La position de ce rendez-vous était basée sur l'heure prévue de leur départ de Colombo et estimée comme étant l'heure la plus rapprochée possible à laquelle ils pourraient traverser la piste de la Force A, en tenant compte du fait que HMS Dorsetshire avait repris son radoub et avait reçu un préavis prolongé. L'amiral Somerville considérait que la route à suivre devait les éloigner de toute force ennemie opérant à proximité. En fait, ces instructions avaient été anticipées par le commandant en chef adjoint de la flotte de l'Est et ces deux croiseurs, à sa discrétion, ont appareillé à 23 h 04 pour l'atoll d'Addu. À la réception du signal de l'amiral Somerville, le commandant en chef adjoint a modifié ses instructions en conséquence à 0409/5.

5 avril 1942.

La Force A a quitté l'atoll d'Addu à 00 h 15 et a fait route au 070° à 18 nœuds vers une position qui l'amènerait à 250 milles au sud de Ceylan à l'aube du 6. Peu avant le départ, le destroyer HMS Hotspur a effectué une recherche A/S de l'entrée de l'atoll d'Addu.

Au cours de la nuit, l'amiral Somerville a reçu des rapports de l'avion de reconnaissance Catalina en patrouille depuis Ceylan d'un destroyer ennemi en position 01°59'N, 82°20'E, cap 315°, vitesse 20 nœuds six destroyers ennemis en position 02°54' N, 82°10'E, cap 325°, vitesse 21 nœuds et à 0701 heures un rapport d'un cuirassé, deux croiseurs et quatre autres navires en position 195°, Dondra Head, 110 milles. Plus tard, ce message a par la suite été amplifié à l'effet que les navires précédemment signalés étaient définitivement hostiles et consistaient en deux cuirassés, deux croiseurs et des destroyers.

Vers 8 h 25, un raid aérien contre les installations maritimes et portuaires de Colombo a commencé, auquel participaient quelque 75 aéronefs. Il a été rapporté plus tard qu'il s'agissait principalement de combattants « O » de la Marine, armés d'une bombe chacun. Cette force ennemie s'est retirée de Colombo avant 9 heures et a été vue par plusieurs navires marchands au sud-ouest de Ceylan, probablement en train de retourner aux porte-avions. Dans plusieurs cas, ces marchands ont été mitraillés.

A partir de 6 h 45, une patrouille aérienne A/S est maintenue en avant de la flotte. HMS Indomptable a également envoyé quatre Fulmars pour commencer une recherche vers l'est. Cette recherche a couvert la zone comprise entre les arcs 055° à 105° jusqu'à une profondeur de 215 milles. Elle s'est avérée négative à l'exception de l'observation d'un hydravion ennemi à 0855 heures, 076°, à 150 milles de la Force A. Cela a suggéré que l'ennemi effectuait une reconnaissance dans une direction sud-ouest au moyen d'avions de croisière, ou d'un porte-hydravions, dans une position à 70 milles de la principale force ennemie. Rien n'indique que cet aéronef ait aperçu l'une de nos forces de surface ou nos recherches aériennes.

Entre 7 h 02 et 11 h 45, l'amiral Somerville a reçu des rapports de cuirassés aux positions approximatives 03°55'N, 80°40'E, gouvernant 290° à 6h48, gouvernant 120° à 7h30 et à 10h04 en position 04°00 'N, 80°25'E direction 282°. Cela suggérait que les cuirassés prenaient du temps pendant que les porte-avions récupéraient leurs avions. La position estimée de HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles à ce moment était à 150 milles de l'ennemi et de l'ouverture.

À 13 h 27, un signal « Shad » mutilé a été reçu de ce que l'on pensait être Colombo, mais a été identifié une demi-heure plus tard comme provenant de HMS Dorsetshire dont la position était estimée à 037°, à 90 milles de la Force A à 1400 heures. Aucun contact n'a pu être établi.

À 13 h 44, une formation aérienne ennemie a été détectée par la RD/F, à 030°, à 84 milles de la Force A. Elle s'est estompée au bout de cinq minutes et il est devenu clair plus tard qu'il s'agissait de l'ennemi attaquant le Dorsetshire et Cornouailles. A 15 h 52, un avion de reconnaissance de la Force A signale un naufrage à la position 02°08'N, 78°08'E.

Le destructeur HMS Panthère a ensuite été détaché pour effectuer des recherches mais a été rappelé environ une heure plus tard lorsqu'un avion de reconnaissance de la Force A a signalé une force de 5 navires « inconnus » en position 03°38’N, 78°18’E à 100 heures. Il n'y avait aucune indication de la trajectoire ou de la vitesse de l'ennemi, mais il pourrait s'agir d'une force non signalée auparavant ou de la force signalée précédemment et pour la dernière fois à 1004 heures.

Aucun observateur de relève n'a cependant été envoyé par les porte-avions du contre-amiral dès la réception du rapport et l'amiral Somerville a omis d'obtenir la confirmation que cela avait été fait. À 17 heures, l'amiral Somerville a reçu un rapport de Ceylan indiquant qu'il y avait des indications de porte-avions ennemis volant à 230° à 24 nœuds depuis une position inconnue à 14 heures. On pensait que cela était postérieur à l'attaque de nos croiseurs de 8 pouces et les déductions de l'amiral Somerville de ces mouvements ennemis étaient les suivantes. Si l'ennemi tenait ce cap, il serait à 4 heures du matin en mesure de lancer une attaque de nuit sur l'atoll d'Addu. Cela semblait tout à fait possible. Dans tous les cas, il était nécessaire que la force A se maintienne à l'écart vers le sud et que la force B (estimée à 135 milles derrière la force A) se dirige vers le sud afin que les forces A et B puissent se fermer pour soutenir l'action à la lumière du jour le jour suivant. matin (6 avril). Il était également nécessaire que la Force B se dirige vers le sud pour se tenir à l'écart de la force porteuse ennemie si elle devait attaquer l'atoll d'Addu.

À 17 h 26, la Force A a donc changé de cap à 210° à 18 nœuds et un signal a été fait au vice-amiral commandant en second et à HMS Dorsetshire se diriger vers le sud, bien qu'à ce moment l'amiral Somerville craignait pour le sort des deux croiseurs lourds. Comme il n'avait reçu aucun signal de leur part qu'ils avaient été attaqués, il pensa qu'il était possible qu'ils se soient échappés et garda le silence W/T.

À 18 heures, l'amiral Somerville a reçu un signal des porte-avions du contre-amiral, indiquant qu'un avion de reconnaissance a signalé la position estimée de l'ennemi à 020°, à 120 milles à 17 h 10. Cette position était très proche de la position précédente signalée à 16 heures. La route de l'ennemi n'était indiquée dans aucun de ces rapports mais les positions cadraient bien avec la route reçue plus tôt (230°).

À 18 h 17, un autre signal est reçu des porte-avions du contre-amiral, ajustant la position de 16 h 00 de la force ennemie, l'amplifiant pour inclure deux porte-avions et trois navires inconnus et donnant le cap vers le nord-ouest. C'était la première indication que l'amiral Somerville avait de l'ennemi se dirigeant maintenant vers le nord-ouest. Il a immédiatement ordonné à la force A de changer de cap à 315° et a demandé au vice-amiral commandant en second de se conformer.Ces mouvements devaient avoir pour objectif de maintenir la force A à distance de frappe aérienne nocturne de la force ennemie, en faisant confiance à un A.S.V. (radar de navire de surface aéroporté) chercher à localiser l'ennemi et à amener la Force B à distance de soutien s'il est nécessaire de se retirer dans cette direction. Un rendez-vous à l'aube a été fixé avec la Force B à environ 03°00'N, 75°00'E.

Comme aucune nouvelle n'avait été reçue de HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles on a supposé qu'ils avaient été coulés.

A 19 h 30, une recherche de nuit avec l'A.S.V. l'avion a commencé à couvrir le secteur de 345° à 030° jusqu'à une profondeur de 180 milles marins. Northing a été localisé sur cette recherche.

6 avril 1942.

De 2100/5 à 0600/6 plus loin A.S.V. des recherches ont été effectuées pour couvrir le secteur 020° à 080° jusqu'à une profondeur de 200 milles. Ces recherches n'ont pas non plus permis d'établir de contact avec l'ennemi, mais ont rapporté que la force B était à 220°, à 25 milles de la force A à 04h00.

À 6 h 15, la force A a changé de cap à 135° et a aperçu la force B dix minutes plus tard. À 7 h 20, la flotte était formée et le cap a été modifié à 090°.

Alors qu'aucune information supplémentaire n'avait été reçue concernant les mouvements de l'ennemi, rien ne s'était produit pour diminuer la possibilité que l'ennemi se trouve à proximité de l'atoll d'Addu, soit pour l'attaquer par voie aérienne ce matin, soit pour attendre le retour de la flotte de l'Est.

L'amiral Somerville avait l'intention de se tenir à l'écart des forces ennemies supérieures de jour. C'était toujours son intention de se mettre en position de les attaquer avec une force de frappe aérienne de nuit à leur retour possible de la zone de l'atoll d'Addu, et également de sauver les éventuels survivants de HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles. Il a donc mis le cap vers l'est et à 11 h 15, le cap a été modifié au sud-est en direction de l'épave signalée la veille au soir. Au cours de la matinée, des rapports sont parvenus de navires marchands attaqués dans la baie du Bengale. Il doit y avoir une deuxième force japonaise opérant là-bas.

A 13h00 HMS Entreprise, HMS Paladin et HMS Panthère ont été détachés pour rechercher des survivants à proximité de l'épave. Une recherche aérienne a été fournie pour aider et une escorte de chasseurs a été envoyée pour couvrir l'opération. Ces navires ont réussi à récupérer un total de 1122 survivants des deux croiseurs lourds. Ils rejoignirent la flotte à midi le lendemain. À 18 h 06, à environ 50 milles de la position de l'épave, la trajectoire a été inversée et la flotte s'est retirée vers le nord-ouest. Des recherches aériennes tous azimuts ont été effectuées à une profondeur de 200 milles, mais encore une fois, rien n'a été vu.

Vers 14 heures, un signal a été reçu du C-in-C, de Ceylan, estimant qu'une forte force japonaise se trouvait encore quelque part entre l'atoll d'Addu et Colombo. L'amiral Somerville décide donc de se maintenir à l'écart de la zone d'Addu jusqu'au jour du 7.

7 avril 1942.

À 0200 heures, la flotte de l'Est a changé de cap vers l'ouest, 270°.

A 0427 heures, un A.S.V. l'avion a localisé deux sous-marins aux positions 02°08'N, 75°16'E et 02°46'N, 75°10'E, au sud du cap de la Flotte de l'Est. Cela indiquait que la possibilité d'une patrouille sous-marine ennemie avait été établie pour couvrir les approches orientales de l'atoll d'Addu. L'amiral Somerville a donc décidé de passer par le canal Veimandu à l'ouest des Maldives et d'effectuer une approche inattendue de l'atoll d'Addu par l'ouest. A 07h00, le cap de la flotte est modifié à 210°.

A 1335 heures, HMS Fortune a été détaché pour enquêter sur un contact avec un navire fait par HMS Émeraude mais aucun navire n'a été aperçu. Fortune n'a rejoint la flotte que vers 06h00/8.

A 16 heures, HMS Entreprise, HMS Paladin et HMS Panthère ont rejoint les survivants qu'ils avaient récupérés et les fournitures médicales ont été transférées de HMS Warspite à HMS Paladin pour le traitement des blessés. Entreprise et Paladin ont ensuite été détachés pour se rendre immédiatement sur l'atoll d'Addu.

À 21 heures, la flotte de l'Est a changé de cap à 160°.

8 avril 1942.

À 7 heures, des avions ont décollé des porte-avions pour effectuer une recherche tous azimuts jusqu'à une profondeur de 175 milles. Encore une fois, rien n'a été vu et à 11 heures, la flotte de l'Est est entrée dans l'atoll d'Addu. Le ravitaillement a commencé immédiatement, la Force B étant ravitaillée en premier.

L'amiral Somerville a tenu une conférence à bord HMS Warspite avec le drapeau et les commandants dans l'après-midi.

Après avoir discuté de la situation, l'amiral Somerville a décidé d'envoyer la Force B à Kilindini et de se rendre à Bombay avec la Force A. Cette décision ultérieure a coïncidé avec les vues de Leurs Seigneuries car plus tard dans la journée, il a reçu des instructions de Leurs Seigneuries selon lesquelles la Force A ne devait pas être envoyée à Colombo. pour le moment. En outre, en se rendant à Bombay, ils pourraient organiser une réunion avec le commandant en chef indien et discuter avec lui de la situation en Extrême-Orient.

A 1800 heures HMAS Nestor a quitté l'atoll d'Addu pour maintenir une patrouille A/S dans le secteur entre 090° et 150° à une profondeur de 35 milles de la station de signal de guerre de Port. Une heure plus tôt Résolution HMS a lancé son avion Walrus pour une patrouille A/S « autour de l'île ». Il est revenu au crépuscule.

9 avril 1942.

La Force B a appareillé pour Kilindini à 0200 heures où elle devait arriver le 15 avril. La Force A a appareillé à 06h00 pour le cap de Bombay pour passer à l'ouest des Maldives.

Au cours de la matinée, l'amiral Somerville a été informé de nouvelles attaques japonaises dans le golfe du Bengale et sur Trincomalee et du naufrage de plusieurs navires, dont HMS Hermès et HMAS Vampire mais rien ne pouvait être fait à ce sujet.

10 avril 1942.

A 1000 heures HMS Panthère fermé HMS Warspite de transférer les officiers d'état-major pour le passage à Colombo où ils devaient informer le commandant en chef adjoint de la flotte orientale des vues de l'amiral Somerville et prendre des dispositions préliminaires pour transférer le personnel administratif et le secrétariat de l'amiral Somerville à Kilindini.

13 avril 1942.

A 0705 heures, HMS Paladin rejoint la Force A ramenant à terre les officiers d'état-major qui lui avaient été transférés le 10 avril ainsi que le contre-amiral Danckwerts, chef d'état-major de l'amiral Somerville. La Force A est arrivée à Bombay plus tard dans la matinée (10 h 40) et a commencé le mazoutage.

Opération japonaise dans l'océan Indien fin mars 1942 et avril 1942.

Le 26 mars 1943, la 1ère flotte de porte-avions japonais quitte la baie de Staring, Célèbes, Indes orientales néerlandaises, pour un raid sur Ceylan. Cette flotte était composée des porte-avions Akagi, Hiryu, Soryu, Zuikaku, Shokaku, croiseurs de bataille Kongo, Haruna, Hiei, Kirishima, croiseurs lourds Ton, Chikuma et les destructeurs Urakaze, Tanikaze, Isokaze, Hamakaze, Kasumi, Un rare, Kagero, Shiranuhi et Akigumo. Cette force s'est ensuite dirigée vers l'ouest de Timor et jusqu'à une position au sud de Java où elle a fait le plein de pétroliers le 1er avril.

Le 27 mars, les sous-marins japonais I-2, I-3, I-4, I-5, I-6 et I-7 a quitté Penang pour prendre position dans l'océan Indien pour l'opération à venir.

Le 1er avril, la Force Mayala japonaise a quitté Mergui pour des opérations dans le golfe du Bengale. Cette force était composée des croiseurs lourds Chokai, Kumano, Mikuma, Mogami, Suzuya, porte-avions Ryûjo, croiseur léger Yura, et les destructeurs Fubuki, Shirayuki, Hatsuyuki et Murakumo. Le 4 avril, les estroyers ont été remplacés par quatre autres destroyers Amagiri, Asagiri, Shirakumo et Yugiri.

Le 5 avril, la 1ère flotte aéronavale japonaise lance son attaque aérienne sur Colombo. 53 bombardiers, 38 bombardiers en piqué et 36 chasseurs ont été lancés. Ils ont détruit 19 chasseurs Hurricane, 1 chasseur Fulmar et 6 bombardiers-torpilleurs Swordfish. A Colombo, les installations portuaires ont été lourdement endommagées et le croiseur marchand armé HMS Hector et destructeur HMS Ténédos ont été coulés.

Puis vers midi un avion de reconnaissance du Ton aperçu les croiseurs lourds HMS Dorsetshire et HMS Cornouailles. La 1st Carrier Fleet a immédiatement lancé une force d'attaque de 53 bombardiers en piqué qui a coulé les deux croiseurs avec la perte de 424 membres de leurs équipages (Dorsetshire 234 et Cornouailles 190). Les Japonais se retirèrent alors vers le sud-est.

Dans la soirée du 5 avril, la Malaya-Force japonaise reçut l'ordre de commencer à attaquer les navires alliés le long de la côte est indienne. Le 6 avril, le groupe nord (Kumano, Suzuya et Shirakumo détruit 9 navires au large de Puri (Orissa). Le groupe central (Chokai, Yura, Asagiri et Yugiri) a coulé 4 navires. Le groupe sud (Mikuma, Mogami et Amagiri a coulé 3 navires et en a endommagé 2 autres. Pendant ce temps, les avions du transporteur Ryûju, qui opérait avec le groupe central, a coulé 4 autres navires et en a endommagé 1 de plus. Au total, environ 92000 tonneaux de jauge brute ont été coulés.

Le 8 avril 1942, un avion Catalina repéra la 1ère flotte de porte-avions japonaise en train d'attaquer Trincomalee, mais la flotte orientale approchait de l'atoll d'Addu pour se ravitailler et ne pouvait rien faire. La navigation à Trincomalee reçut l'ordre de quitter le port et de se diriger vers le sud. Le lendemain matin, 91 bombardiers et 41 chasseurs japonais attaquent Trincomalee. Ils ont détruit 9 chasseurs Hurricane et Fulmar et 14 avions au sol. Le port la plupart du temps vide mais ils ont coulé un navire marchand et 4 avions qu'il avait à bord et pas encore déchargés. Aussi le moniteur britannique HMS Erebus (Capt. H.F. Nalder, RN) a été endommagé. La 1ère flotte de porte-avions japonaise a ensuite été attaquée par 9 bombardiers Blenheim mais ils n'ont infligé aucun dommage pour 5 des leurs perdus sous la couverture des chasseurs japonais. Puis des avions de reconnaissance japonais du Haruna navires aperçus s'échappant vers le sud. 85 bombardiers en piqué et 3 chasseurs ont ensuite été lancés qui ont coulé HMS Hermès et HMAS Vampire ainsi que la corvette HMS Hollyhock (Lt.Cdr. T.E. Davies, OBE, RNR), deux pétroliers et un navire marchand.

À la mi-avril 1942, toutes les forces japonaises étaient retournées dans leurs bases. ( 4 )

29 mars 1942
Résolution HMS (Capt. A.R. Halfhide, CBE, RN , battant pavillon du vice-amiral A.U. Willis, DSO, RN, commandant en second de la Flotte de l'Est), HMS Royal Sovereign (Capt. R.H. Portal, DSC, RN), HMS Ramillies (Capt. D.N.C. Tufnell, DSC, RN), HMS Vengeance (Capt. L.V. Morgan, CBE, MVO, DSC, RN), HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN) et leur escorte de destroyers composée de HMAS Napier (Capitaine S.H.T. Arliss, DSO, RN), HMAS Normand (Cdr H.M. Burrell, RAN), HMAS Nizam (Lt.Cdr. M.J. Clark, DSC, RAN), HMS Griffon (Capt. H.St.L. Nicolson, DSO, RN), HMS Foxhound (Cdr G.H. Peters, DSC, RN), HMS Fortune (Lt.Cdr. R.D.H.S. Pankhurst, IA), Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN) et Mme Isaac Sweers (Cdr. W. Harmsen, RNN) a quitté l'atoll d'Addu pour d'autres exercices dans cette région.

[Pour les événements qui ont suivi, voir l'événement intitulé « Opérations de la flotte de l'Est du 29 mars au 13 avril 1942 » pour le 29 mars 1942.] ( 3 )

20 avril 1942
Peu après minuit, la « Force A » de la flotte de l'Est a quitté Bombay pour Colombo. La 'Force A' était maintenant composée du cuirassé HMS Warspite (Capt. F.E.P. Hutton, RN, battant pavillon du vice-amiral J.F. Somerville, KCB, KBE, DSO, RN), porte-avions HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN, battant pavillon du contre-amiral D.W. Boyd, CBE, DSC, RN), HMS Formidable (Capt. A.W.LaT. Bisset, RN), croiseurs légers HMS Newcastle (Capitaine P.B.R.W. William-Powlett, DSO, RN), HMS Émeraude (Capitaine F.C. Flynn, IA), HMS Entreprise (Capt. J.C.A. Annesley, DSO, RN), croiseur AA Sr Mme Jacob van Heemskerck (Cdr. E.J. van Holte, RNN) et les destroyers HMS Paladin (Cdr A.D. Pugsley, IA), HMS Panthère (Lt.Cdr. R.W. Jocelyn, IA), HMAS Nestor (Cdr A.S. Rosenthal, DSO et barreau, RAN), HMAS Normand (Cdr H.M. Burrell, RAN), HMS Foxhound (Cdr G.H. Peters, DSC, RN) et Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN). ( 3 )

23 avril 1942
HMS Warspite (Capt. F.E.P. Hutton, RN, battant pavillon du vice-amiral J.F. Somerville, KCB, KBE, DSO, RN), HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN, battant pavillon du contre-amiral D.W. Boyd, CBE, DSC, RN), HMS Formidable (Capt. A.W.LaT. Bisset, IA), HMS Newcastle (Capitaine P.B.R.W. William-Powlett, DSO, RN), HMS Émeraude (Capitaine F.C. Flynn, IA), HMS Entreprise (Capt. J.C.A. Annesley, DSO, RN), Sr Mme Jacob van Heemskerck (Cdr. E.J. van Holte, RNN), HMS Paladin (Cdr A.D. Pugsley, IA), HMS Panthère (Lt.Cdr. R.W. Jocelyn, IA), HMAS Nestor (Cdr A.S. Rosenthal, DSO et barreau, RAN), HMAS Normand (Cdr H.M. Burrell, RAN), HMS Foxhound (Cdr G.H. Peters, DSC, IA) Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN) et HMS Scout (Lt.Cdr.(Retd.) H. Lambton, RN) est arrivé à Colombo. Ce dernier destroyer avait rejoint la veille en provenance de Cochin. ( 3 )

24 avril 1942
Force A, composée de cuirassé HMS Warspite (Capt. F.E.P. Hutton, RN, battant pavillon du vice-amiral J.F. Somerville, KCB, KBE, DSO, RN), porte-avions HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN, battant pavillon du contre-amiral D.W. Boyd, CBE, DSC, RN), HMS Formidable (Capt. A.W.LaT. Bisset, RN), croiseurs légers HMS Newcastle (Capitaine P.B.R.W. William-Powlett, DSO, RN), HMS Émeraude (Capitaine F.C. Flynn, IA), HMS Entreprise (Capt. J.C.A. Annesley, DSO, RN), croiseur AA Sr Mme Jacob van Heemskerck (Cdr. E.J. van Holte, RNN) et les destroyers HMS Paladin (Cdr A.D. Pugsley, IA), HMS Panthère (Lt.Cdr. R.W. Jocelyn, IA), HMAS Nestor (Cdr A.S. Rosenthal, DSO et barreau, RAN), HMAS Normand (Cdr H.M. Burrell, RAN), HMS Foxhound (Cdr G.H. Peters, DSC, RN) et Leurre HMS (Lt.Cdr. G.I.M. Balfour, RN). Le croiseur marchand armé HMS Alaunia (Capt. (Ret.) E.N. Kershaw, RN) a également navigué avec 'Force A'. Elle avait à son bord de nombreux personnels qu'elle devait emmener à Kilindini où le QG de la Flotte de l'Est allait être basé pour le moment.

Les avions des porte-avions devaient être pilotés pendant la journée mais les mauvaises conditions météorologiques l'ont empêché et cela a dû être reporté. HMS Alaunia a donc été envoyé en avant escorté par HMS Émeraude. Ils ont rejoint la 'Force A' le 27 avril.

A 1830/26 HMS Indomptable escorté par HMS Paladin et HMS Panthère ont été détachés pour faire le plein aux Seychelles, puis s'acquitter d'autres tâches. ( 3 )

10 août 1942

Convoi WS 21S, Opération Piédestal.

Convoi WS 21S et concentration des forces d'escorte

Le convoi WS 21S a quitté la Clyde le 2 août 1942. Le convoi était composé des navires suivants : cargos américains Almería Lykes (7773 GRT, construit 1940), Santa Élisa (8379 GRT, construit en 1941), cargos britanniques Étoile de Brisbane (12791 tonneaux de jauge brute, construit en 1937), Clan Ferguson (7347 TJB, construit 1938), Deucalion (7516 TJB, construit 1930), Dorset (10624 TJB, construit 1934), Espoir impérial (12688 TJB, construit 1941), Glenorchy (8982 tonneaux de jauge brute, construit en 1939), Étoile de Melbourne (11076 TJB, construit en 1936), Port Chalmers (8535 TJB, construit 1933), Château de Rochester (7795 TJB, construit en 1937), Waimarama (12843 TJB, construit 1938), Wairangi (12436 GRT, construit en 1935), et le pétrolier américain Ohio (9264 TJB, construit en 1940).

Ces navires étaient escortés par des croiseurs légers HMS Nigéria (Capt. S.H. Paton, RN, battant pavillon du Contre-amiral 10th C.S., Sir H.M. Burrough, CB, DSO, RN), HMS Kenya (Capt. A.S. Russell, RN) et les destroyers HMS Wishart (Cdr H.G. Scott, IA), HMS venimeux (Cdr H.W. Falcon-Stewart, IA), HMS Wolverine (Lt.Cdr. P.W. Gretton, OBE, DSC, RN), HMS Malcolm (Cdr A.B. Russell, IA), HMS Amazon (Lt.Cdr.(Emgy) Lord Teynham, IA), HMS Derwent (Cdr R.H. Wright, DSC, RN) et HMS Zetland (Lt J.V. Wilkinson, IA).

Une force de couverture composée de Scapa Flow a quitté le même jour. Cette force était composée des cuirassés HMS Nelson (Capt. H.B. Jacomb, RN, battant pavillon du vice-amiral E.N. Syfret, CB, RN) et HMS Rodney (Capitaine J.W. Rivett-Carnac, DSC, RN). Ils étaient escortés par les destroyers HMS Ashanti (Cdr R.G. Onslow, DSO, RN), HMS Esquimau (Cdr E.G. Le Geyt, inf.), HMS Somali (Cdr E.N.V. Currey, DSC, RN), HMS Tartare (Cdr St.J.R.J. Tyrwhitt, DSC, IA), HMS Pathfinder (Cdr E.A. Gibbs, DSO et Barreau, IA), HMS Penn (Lt.Cdr. J.H. Swain, IA) et HMS Quentin (Lt.Cdr. A.H.P. Noble, DSC, RN). Ils devaient rejoindre le convoi WS 21S en mer le 3 août. HMS Penn a été retardé par un défaut et après avoir fait le plein de carburant à Moville, l'Irlande du Nord a rattrapé la force et a rejoint en mer.

Le porte-avions HMS Victorieux (Capt. H.C. Bovell, CBE, RN, battant pavillon du Contre-amiral A.L.St.G. Lyster, CB, CVO, DSO, RN) et le croiseur léger HMS Sirius (Capt. P.W.B. Brooking, RN) avait déjà quitté Scapa Flow le 31 juillet 1941 pour rejoindre le convoi. Ils étaient escortés par les destroyers HMS Intrépide (Cdr C.A.deW. Kitcat, IA), HMS Icare (Lt.Cdr. C.D. Maud, DSC et Barreau, RN), HMS Fureur (Lt.Cdr. C.H. Campbell, DSC et Barreau, RN) et HMS Foresight (Lt.Cdr. R.A. Fell, IA). Ces navires ont été rejoints en mer le 1er août 1942 par le porte-avions HMS Argus (Capt. G.T. Philip, RN), chargé d'avions de chasse de rechange pour l'opération, et ses deux escortent les destroyers HMS Buxton (Lt.Cdr. I.J. Tyson, RD, RNR) et HMS Sardonyx (Lt.Cdr. A.F.C. Gray, RNR). HMS Argus et ses deux destroyers d'escorte avaient quitté le Clyde le 31 juillet. HMS Buxton plus tard s'est séparé et s'est dirigé vers le Canada et HMS Sardonyx se rendit à Londonderry.

Les derniers navires à participer à l'opération de départ du Royaume-Uni (Clyde vers minuit dans la nuit du 4 au 5 août) étaient le porte-avions HMS Furieux (Capt. T.O. Bulteel, RN), chargé de chasseurs Hurricane pour Malte, et ses escortes, le croiseur léger HMS Manchester (Capt. H. Drew, DSC, RN) et le destroyer polonais ORP Blyscawica (Lt.Cdr. L. Lichodziejewski, ORP). Ils ont été rejoints en mer, vers l'aube, par HMS Sardonyx venant de Londonderry. Les destroyers se séparèrent vers minuit dans la nuit du 5 au 6 août. Ils arrivèrent à Londonderry le 7 août. HMS Furieux et HMS Manchester puis rejoint le convoi WS 21S vers minuit de la nuit suivante mais HMS Manchester s'est séparé peu de temps après pour aller en avant du convoi et du carburant à Gibraltar.

Le 1er août 1942, le porte-avions HMS Indomptable (Capt. T.H. Troubridge, RN), croiseur léger HMS Phoebe (Capt. C.P. Frend, RN) et les destroyers HMS Laforey (Capitaine R.M.J. Hutton, IA), HMS Lightning (Cdr H.G. Walters, DSC, RN) et HMS Lookout (Lt.Cdr. A.G. Forman, DSC, RN) a quitté Freetown pour se rendre à une position de rendez-vous au large des Açores.

Le 5 août 1942, le porte-avions HMS Aigle (Capt. L.D. Mackintosh, DSC, RN), croiseur léger HMS Charybde (Capt. G.A.W. Voelcker, RN) et les destroyers HMS Lutteur (Lt R.W.B. Lacon, DSC, RN), HMS Westcott (Cdr. I.H. Bockett-Pugh, DSO, RN) et HMS Vansittart (Lt.Cdr. T. Johnston, RN) a également quitté Gibraltar pour se rendre au point de rendez-vous au large des Açores.

Le convoi a effectué des manœuvres et des exercices AA avec les escortes entre les Açores et Gibraltar pendant la période du 6 au 9 août. (Opération Berserk). Des attaques aériennes factices ont également été menées par des avions des porte-avions.

Passage du détroit de Gibraltar et organisation des forces d'escorte.

Le convoi passa ensuite le détroit de Gibraltar dans la nuit du 9 au 10 août 1942 dans un épais brouillard mais malgré cela le convoi fut détecté par des espions allemands et italiens et signalé.

Après avoir passé le détroit de Gibraltar, le convoi était organisé comme suit. Burrough, CB, DSO, RN devaient accompagner le convoi jusqu'aux approches de Malte où ils seraient accueillis par la flottille de déminage de Malte, qui devait ensuite balayer le convoi dans le port. La Force X était composée des navires suivants : Croiseurs Licht : HMS Nigéria (vaisseau amiral), HMS Kenya,, HMS Manchester. Croiseur AA : HMS Le Caire (Capt. A/C.C. Hardy, DSO, RN). Destructeurs : HMS Ashanti, HMS Fureur, HMS Foresight, HMS Icare, HMS Intrépide, HMS Pathfinder et HMS Penn. Destroyers d'escorte : HMS Derwent, HMS Bicester (Lt.Cdr. S.W.F. Bennetts, IA), HMS Bramham (Lt. E.F. Baines, IA), HMS Ledbury (Lt.Cdr. R.P. Hill, RN) et HMS Wilton (Lt A.P. Northey, IA). Aussi le remorqueur de sauvetage HMS Jaunty devait faire partie de cette force.

Après la séparation de l'escorte, la couverture a été fournie par la « Force Z » sous la direction du vice-amiral E.N. Syfret, CB, IA. Cette force était composée des navires suivants : Cuirassés : HMS Nelson (phare) et HMS Rodney. Porte-avions : HMS Victorieux, HMS Indomptable et HMS Aigle. Croiseurs légers : HMS Phoebe, HMS Sirius et HMS Charybde. Destructeurs : HMS Laforey, HMS Lightning, HMS Lookout, HMS Esquimau, HMS Somali, HMS Tartare, HMS Quentin, HMS Ithuriel (Lt.Cdr. D.H. Maitland-Makgill-Crichton, DSC, RN) HMS Antilope (Lt.Cdr. E.N. Sinclair), HMS Wishart et HMS Vansittart. Destructeur d'escorte : HMS Zetland. Le porte-avions était également attaché HMS Furieux (pour l'opération Bellows, le lancement des chasseurs Hurricane pour Malte. Le HMS Furious ne transportait que quatre avions Albacore pour les recherches A/S après le lancement des Hurricanes) et les destroyers « de rechange » HMS Keppel (Cdr J.E. Broome, IA), HMS Malcolm, HMS venimeux, HMS Vidette (Lt.Cdr. E.N. Walmsley, DSC, RN), HMS Westcott, HMS Wolverine, HMS Lutteur et HMS Amazon. Ces destroyers « de rechange » devaient prendre la place des destroyers dans l'écran « Force Z » si nécessaire, escorter HMS Furieux lors de son retour à Gibraltar après avoir terminé l'opération Bellows et/ou renforcé l'escorte de la "Force R".

Ensuite, il y avait aussi la « Force R », la force de ravitaillement. Cette force était composée des navires suivants : Corvettes : HMS Jonquil (Lt.Cdr. R.E.H. Partington, RD, RNR), HMS Spiraea (Lt.Cdr. R.S. Miller, DSC, RNR), HMS Géranium (T/Lt. A. Foxall, RNR) et HMS Tussilage (T/Lt. l'honorable W.K. Rous, RNVR). Remorqueur de sauvetage : HMS Salvonia. Citernes RFA : RFA Ranger brun (3417 GRT, construit 1941, Master D.B.C. Ralph) et RFA Dingledale (8145 GRT, construit 1941, Maître R.T. Duthie).

Avant de rendre compte du passage du convoi principal, nous allons d'abord décrire les opérations qui se déroulent en Méditerranée orientale (Opérations MG 3 et MG 4), le lancement des chasseurs Hurricane pour Malte par HMS Furieux (Opération Bellows) et le convoi de retour de Malte (Opération Ascendant) ainsi que sur les opérations / dispositions sous-marines.

Détournement en Méditerranée orientale.

Dans le cadre du plan de l'opération Pedestal, la flotte méditerranéenne a dû effectuer une diversion dans la partie orientale de la Méditerranée. Avant d'aborder les opérations en Méditerranée occidentale, nous allons d'abord rendre compte des événements en Méditerranée orientale.

Il n'était pas possible à ce moment d'envoyer des fournitures d'Egypte à Malte car toutes les fournitures et les forces étaient bien nécessaires pour la prochaine bataille terrestre à El Alamein, il a été convenu qu'un « convoi fictif » serait envoyé vers Malte dans le but d'empêcher à l'ennemi de diriger tout le poids de sa puissance aérienne et navale vers la Méditerranée occidentale.

Dans la soirée du 10 août 1942, un « convoi » (MG 3) de trois navires marchands quitte Port-Saïd escorté par trois croiseurs et dix destroyers. Le lendemain matin, un autre navire marchand quitta Haïfa escorté par deux croiseurs et cinq destroyers. Les deux forces se rejoignent ce jour-là (le 11) puis rebroussent chemin en se dispersant dans la nuit. La flotte italienne n'a cependant pas pris la mer pour attaquer « l'appât ».

Les forces participant à cette opération étaient : De Port-Saïd : Navires marchands Ville d'Édimbourg (8036 TJB, construit en 1938), Ville de Lincoln (8039 TJB, construit en 1938) et Ville de Pretoria (8049 GRT, construit 1937) escorté par les croiseurs légers HMS Arethusa (Capitaine A.C. Chapman, IA), HMS Euryalus (Capt. E.W. Bush, DSO, DSC, RN), le croiseur AA HMS Coventry (Capt. R.J.R. Dendy, RN) et les destroyers HMS Jervis (Capt. A.L. Pologne, DSO et Barreau, DSC, RN), HMS Kelvin (Cdr M.S. Townsend, OBE, DSC et barreau, RN), HMS Pakenham (Capt. E.B.K. Stevens, DSO, DSC, RN), HMS Paladin (Cdr A.F. Pugsley, RN) et les destroyers d'escorte HMS Dulverton(Lt.Cdr. W.N. Petch, OBE, RN), HMS Hurworth (Lt.Cdr. J.T.B. Birch, IA), HMS Eridge (Lt.Cdr. W.F.N. Gregory-Smith, DSC, RN), HMS Hursley (Lt. W.J.P. Church, DSC, RN), HMS Beaufort (Lt.Cdr. S.O'G Roche, RN) et HMS Belvoir (Lt J.F.D. Bush, DSC et Bar, RN).

De Haïfa : Navire marchand Ajax (7797 GRT, construit 1931) escorté par les croiseurs légers HMS Cléopâtre (Capt. G. Grantham, DSO, RN, vaisseau amiral du Contre-Amiral P.L. Vian, KBE, DSO et 2 Bars, RN), HMS Didon (Capt. H.W.U. McCall, RN), les destroyers HMS Sikh (Capt. St.J. A. Micklethwait, DSO et Bar, RN), HMS Zulu (Cdr R.T. White, DSO et Bar, RN), HMS Javelin (Cdr H.C. Simms, DSO, RN) et les destroyers d'escorte HMS Tetcott (Lt H.R. Rycroft, IA) et HMS Croome (Lt.Cdr. R.C. Egan, IA).

Après la tombée de la nuit, le 11 août 1942, la force fit demi-tour et le Ville de Pretoria retourné à Port-Saïd escorté par HMS Eridge et HMS Hursley. Les Ville d'Édimbourg, escorté par HMS Beaufort et HMS Belvoir se rendit à Haïfa. Les Ville de Lincoln escorté par HMS Dulverton et HMS Hurworth s'est rendu à Beyrouth et finalement le Ajax, escorté par HMS Tetcott et HMS Croome retourna à Haïfa. HMS Didon a dû retourner à Port-Saïd avec des défauts de coque. Elle était escortée par HMS Pakenham, HMS Paladin et HMS Jervis.

HMS Cléopâtre, HMS Arethusa, HMS Sikh, HMS Zulu, HMS Javelin et HMS Kelvin puis a procédé à un autre déroutement (opération MG 4). Ils bombardèrent le port de Rhodes et les moulins à farine d'Alliotti dans la nuit du 12 au 13 août mais firent peu de dégâts. Sur le chemin du retour HMS Javelin a attaqué un contact sous-marin en position 34°45'N, 31°04'E entre 0654 et 0804 heures. Elle rapporta qu'il n'y avait aucun doute que le sous-marin avait coulé mais qu'aucun sous-marin de l'Axe n'opérait dans cette zone, l'attaque devait donc être bidon. Cette force est revenue à Haïfa à 1900/13.

Opération soufflet.

Au cours de l'opération Bellows, le porte-avions HMS Furieux, a lancé 37 Spitfire qui devaient se rendre à Malte, au sud des îles Baléares. L'Amirauté avait décidé de mener cette opération en même temps que l'opération Pedestal.

HMS Furieux est resté avec le convoi jusqu'en 1200/11. Elle a ensuite lancé les Spitfires pour Malte en 5 lots entre 12h30 et 15h15. Au cours de ces opérations de décollage, elle a agi indépendamment avec les destroyers HMS Lookout et HMS Lightning. Après avoir lancé le dernier lot de Spitfires, il rejoint brièvement le convoi jusqu'à environ 17 heures, date à laquelle il se sépare et met le cap sur Gibraltar escorté par les destroyers. HMS Malcolm, HMS Wolverine et HMS Lutteur. Ceux-ci ont été rejoints peu après par HMS Keppel et HMS venimeux.

Vers 0100/12, HMS Wolverine, a percuté et coulé le sous-marin italien Dagabur qui essayait d'attaquer HMS Furieux. Vers 02h00, HMS Wolverine a signalé qu'elle avait été arrêtée en raison des dommages qu'elle avait subis lors de l'éperonnage. HMS Malcolm a été détaché pour l'assister.

A 15h30/12, le destroyer HMS Vidette rejoint l'écran. La force est ensuite entrée dans la baie de Gibraltar vers 1930/12. Les endommagés HMS Wolverine arrivé à Gibraltar à 12h30/13 suivi de HMS Malcolm vers 1530/13.

Opération Ascendant

Le 10 août 1942, les transports vides Troïlus (7648 GRT, construit 1921) et Orari (10107 GRT, construit en 1931) a quitté Malte après la tombée de la nuit pour Gibraltar. Ils ont été escortés par le destroyer HMS Inégalable (Lt.Cdr. J. Mowlam, RN) et le destroyer d'escorte HMS Badsworth (Lt. G.T.S. Gray, DSC, RN). Ils se dirigent d'abord vers le sud de Lampedusa, puis longent la côte tunisienne jusqu'à l'île de Galita. Près du cap Bon, ils rencontrèrent le destroyer italien Lanzerotto Malocello qui posait un champ de mines. Ils ont eu une brève fusillade mais cela a été bientôt terminé car les deux côtés pensaient que l'ennemi était Vichy-Français. Le reste du passage vers Gibraltar s'est déroulé sans incident et le convoi est arrivé à Gibraltar peu avant midi le 14 août 1942.

Opérations / dispositions sous-marines. Huit sous-marins ont participé à l'opération, ils ont été HMS Ultra (Lt A.W. Langridge, IA), HMS P 31 (Lt J.B.de B. Kershaw, DSO, RN), HMS P34 (Lt P.R.H. Harrison, DSC, IA), HMS P42 (Lt. A.C.G. Mars, RN), HMS P44 (Lt. T.E. Barlow, IA), HMS P46 (Lt J.S. Stevens, DSC, IA), HMS P211 (Cdr B. Bryant, DSC, IA), HMS P222 (Lt.Cdr. A.J. MacKenzie, IA). Deux d'entre eux devaient effectuer une patrouille en plongée normale au nord de la Sicile, l'un au large de Palerme, l'autre au large de Milazzo qui est plus à l'est. Les six autres sous-marins ont reçu des lignes de patrouille alternatives au sud de Pantelleria, dont une qu'ils devaient prendre à l'aube du 13 août 1942, en fonction des mouvements des navires de surface ennemis qui pourraient menacer le convoi de l'ouest. Lorsque le convoi avait dépassé la ligne de patrouille, ce qu'il aurait dû faire à ce moment-là, les sous-marins devaient se déplacer en surface parallèlement au convoi comme un écran et s'éloigner du convoi à midi. Il était expressément prévu qu'ils devraient être vus en surface et signalés par les avions ennemis afin de dissuader les navires de guerre ennemis d'attaquer le convoi.

Les navires de guerre ennemis ont pris la mer, mais dès qu'il était clair que les navires ennemis ne pouvaient pas atteindre le convoi, les sunmarines ont reçu l'ordre de plonger et de se retirer. Ces six sumarines n'avaient aucun contact avec l'ennemi. L'un des deux sous-marins au large de la côte nord de la Sicile, HMS P42, réussit à torpiller deux croiseurs italiens près de Stromboli le matin du 13 août 1942.

Nous retournons maintenant au convoi principal vers Malte.

Passage vers l'est après avoir passé le détroit de Gibraltar.

10 et 11 août 1942.

Après avoir traversé le détroit de Gibraltar aux premières heures du 10 août 1942, dans un brouillard épais, le convoi a été aperçu pour la première fois par un avion de passagers italien, qui a aperçu le convoi dans l'après-midi du même jour. Des avions de reconnaissance allemands ont commencé à surveiller le convoi dès l'aube du 11, et par la suite, eux ou des avions italiens ont gardé le convoi sous observation continue, malgré les efforts des chasseurs des porte-avions pour les abattre ou les chasser. A 1315 heures, HMS Aigle, a été touché et coulé par des torpilles du sous-marin allemand U-73 qui avaient pénétré l'écran du destroyer. A ce moment il y avait treize destroyers dans l'écran, le reste était loin du convoi principal, escortant HMS Furieux pendant les opérations de décollage des chasseurs Hurricane pour Malte ou le mazoutage et le filtrage de la «Force R» qui se trouvait à plusieurs kilomètres. Entre 1430/10 et 2030/11 pas moins de trois croiseurs et vingt-quatre destroyers ravitaillés par les deux pétroliers de « Force R ».

Au moment du torpillage de HMS Aigle le convoi était en quatre colonnes, zigzaguant à 13 nœuds, avec les navires lourds postés autour de lui et un écran de destroyer devant lui. HMS Aigle était à tribord du convoi. Elle a été touchée à tribord par quatre torpilles qui avaient plongé à travers l'écran du destroyer et les colonnes du convoi sans être détectées, puis ont torpillé et coulé le Aigle en position 38°05'N, 03°02'E (Une autre source donne 03°12'E mais cela pourrait être une faute de frappe). Le porte-avions a coulé rapidement en environ 8 minutes, 926 de son équipage, y compris le commandant, ont été secourus par les destroyers HMS Laforey et HMS Lookout et le remorqueur de sauvetage HMS Jaunty. Au moment de son naufrage, HMS Aigle avait quatre avions en patrouille. Ceux-ci ont atterri sur les autres transporteurs. Tous les autres aéronefs ont été perdus avec le navire. Les survivants récupérés ont ensuite été transférés sur les destroyers HMS Keppel, HMS Malcolm et HMS venimeux qui devaient escorter HMS Furieux retour à Gibraltar. Le remorqueur HMS Jaunty qui avait été impliqué dans le ramassage des survivants n'a jamais pu rejoindre le convoi en raison de sa faible vitesse.

En fin d'après-midi, des attaques aériennes étant attendues, le vice-amiral Syfret ordonna au destroyer de former un écran complet. En effet, les attaques aériennes ont commencé vers le coucher du soleil, à 20 h 45. Les derniers destroyers venaient de rentrer du mazoutage de la Force R. Les avions ennemis qui attaquaient étaient 36 bombardiers et avions lance-torpilles allemands, des Ju 88 et des He 111, dont la plupart attaquaient le convoi mais quelques-uns attaquaient la « Force R » vers le sud. Les Junkers sont arrivés les premiers, plongeant de 8000 pieds à 2000 / 3000 pieds pour larguer leurs bombes. Ils ont affirmé avoir heurté un porte-avions et l'un des navires marchands. Puis les Heinkel ont attaqué, ils ont prétendu avoir torpillé un croiseur mais pendant les attaques aucun navire n'a été touché. La couverture du chasseur britannique n'a pas pu attaquer / trouver l'ennemi dans la lumière déclinante. Quatre avions ennemis ont été revendiqués abattus par les tirs AA des navires, mais il semble que seuls deux JU 88 aient été abattus.

12 août 1942

A 09h15/12, une autre vague d'avions allemands attaque le convoi. Une vingtaine ou plus de JU 88 se sont approchés du convoi à l'abri du soleil. Ils ont été interceptés par des combattants à environ 25 milles du convoi. Environ une douzaine ont réussi à rejoindre le convoi, effectuant des attaques de bombardement en piqué de haut niveau ou peu profondes individuellement mais sans aucun résultat. Huit avions allemands auraient été abattus par les chasseurs et deux autres par des canons antiaériens des navires. Pendant ce temps, les combattants étaient également occupés à s'occuper des shadowers, dont trois auraient été abattus avant l'attaque du matin. À cette époque, les destroyers étaient également occupés par de nombreux contacts sous-marins qui ont été attaqués par des grenades sous-marines.

Vers midi, l'ennemi a lancé de lourdes attaques aériennes depuis les aérodromes sardes. Soixante-dix avions se sont approchés qui ont été fortement escortés par des chasseurs. Ils attaquèrent par étapes et employèrent de nouvelles méthodes.

Les dix premiers bombardiers-torpilleurs italiens devaient chacun larguer une sorte de torpille ou de mine encerclant à quelques centaines de mètres des forces britanniques, tandis que huit chasseurs bombardiers effectuaient des bombardements en piqué et des attaques à la mitrailleuse. Le but à ce stade était clairement de disloquer la formation de la force et d'attirer des tirs anti-aériens, rendant les navires plus vulnérables à une attaque à la torpille qui s'ensuivit bientôt avec plus de quarante avions. Ils ont attaqué en deux groupes, un sur chaque proue du convoi. L'étape suivante était une attaque à la bombe en piqué peu profonde par des avions allemands, après quoi deux chasseurs italiens Reggiane 2001, chacun avec une seule bombe perforante lourde devaient plonger la bombe sur l'un des porte-avions, tandis qu'une autre nouvelle forme d'attaque était à employer contre l'autre porteur, mais des défauts de l'arme ont empêché cette attaque d'avoir lieu.

L'attaque ennemie s'est déroulée comme prévu, en plus du fait que l'attaque à la torpille n'a été effectuée qu'une demi-heure après le largage des "mines" au lieu de cinq minutes. Les chasseurs britanniques ont rencontré l'avion mouilleur de mines, ils ont abattu l'un d'eux à leur approche. Les neuf avions restants ont largué leurs « mines » à 12 h 15 sur le chemin de la force, qui a fait demi-tour pour éviter le danger. On a entendu les mines exploser quelques minutes plus tard. Seuls trois des chasseurs-bombardiers de cette étape de l'attaque semblent avoir atteint l'écran, mais HMS Lightning ont échappé de justesse à leurs bombes.

L'avion-torpille est apparu à 12h45. Leur nombre a été un peu réduit à cause des combattants britanniques. Les avions restants, estimés à 25 à 30 machines, ont attaqué depuis la proue bâbord, la poutre bâbord et la hanche tribord. Ils larguèrent leurs torpilles bien en dehors de l'écran à quelque 8 000 mètres des navires marchands qu'ils avaient reçu l'ordre d'attaquer. La force a viré de 45° à bâbord puis à tribord pour éviter l'attaque.

Dans l'étape suivante, vers 13 h 18, l'attaque des bombardements allemands, l'ennemi a remporté son seul succès. Ces avions ont également été interceptés à leur arrivée mais une dizaine d'avions sur une vingtaine sont passés. Ils ont traversé le convoi de tribord à bâbord puis ont plongé à 3000 pieds. Ils ont réussi à endommager le transport Deucalion qui menait la colonne de l'aile bâbord.D'autres bombes sont tombées à proximité de plusieurs autres navires.

Enfin, à 13 h 45, les deux chasseurs Reggiane s'approchent HMS Victorieux comme pour atterrir. Ils ressemblaient à des ouragans et HMS Victorieux était à ce moment-là engagée dans le débarquement de ses propres combattants. Ils ont réussi à larguer leurs bombes et une a touché le pont d'envol au milieu du navire. Heureusement, la bombe a éclaté sans exploser. Par le temps HMS Victorieux pourrait ouvrir le feu les deux combattants étaient hors de portée.

Les Deucalion ne peut plus suivre le convoi et reçoit l'ordre de suivre la route côtière le long de la côte tunisienne escortée par HMS Bramham. Deux bombardiers ont trouvé ces navires en fin d'après-midi, mais leurs bombes ont manqué. A 19 h 40, cependant, près des rochers Cani, deux avions lance-torpilles attaquent et une torpille frappe le Deucalion. Elle a pris feu et a fini par exploser.

Le convoi passa à environ 20 milles au nord de l'île Galita et passa l'après-midi à éviter les sous-marins ennemis qui étaient connus pour être concentrés dans ces eaux. Il y avait d'innombrables rapports d'observations et de contacts Asdic et au moins deux sous-marins se sont avérés dangereux. A 1616 heures, HMS Pathfinder et HMS Zetland en a attaqué un à bâbord avant du convoi et l'a chassé jusqu'à ce que le convoi soit hors de portée. HMS Ithuriel, posté sur le quartier, puis attaqué, a forcé l'ennemi à faire surface et l'a finalement éperonné. Elle s'est avérée être le sous-marin italien Cobalto. pendant ce temps HMS Tartare, sur le quart tribord, a vu six torpilles tirées à bout portant à 16 h 40, et le destroyer suivant dans l'écran, HMS Lookout aperçu un périscope. Ensemble, ils ont attaqué le sous-marin, continuant jusqu'à ce qu'il ne soit plus dangereux. Il n'y avait aucune preuve que ce sous-marin ait été coulé.

A 1750 heures, HMS Ithuriel, qui retournait au convoi après avoir coulé le sous-marin italien Cobalto a été attaqué par quelques bombardiers en piqué, alors qu'il était encore à une douzaine de milles en arrière du convoi. A cette époque, le convoi est attaqué par des avions stationnés en Sicile. Cette force comptait près de 100 avions. Des bombardiers en piqué Ju.87 ainsi que des Ju.88 et SM-79, tous avec une forte escorte de chasseurs. L'ennemi a commencé à attaquer à 18 h 35, les bombardiers attaquant de l'avant et de l'arrière, la dernière étant la direction du soleil. L'avion lance-torpilles est venu de l'avant pour attaquer la proue et la poutre tribord du convoi.

Les bombardiers-torpilleurs italiens SM-79 ont largué leurs torpilles à des distances d'environ 3000 mètres à l'extérieur de l'écran du destroyer, et une fois de plus, le convoi s'est détourné pour les éviter. Cependant le destructeur HMS Foresight a été touché par une torpille et désactivé. Les bombardiers ont choisi HMS Indomptable comme leur cible principale. Elle était à l'arrière de HMS Rodney à l'époque sur le quart bâbord du convoi. Quatre Ju.88 et huit Ju.87 sont soudainement sortis du soleil et ont plongé abruptement vers HMS Indomptable de l'arrière. Certains des Ju.87 sont descendus à 1000 pieds et le porte-avions a reçu trois coups et son pont d'envol a été mis hors service. Ses chasseurs aéroportés ont finalement dû atterrir sur HMS Victorieux. HMS Rodney pendant ce temps, il s'est échappé de justesse lorsqu'un bombardier a attaqué de l'avant. Un avion ennemi aurait été abattu par des tirs AA des navires tandis que les chasseurs en réclamaient neuf autres, bien qu'il y ait environ deux fois plus de chasseurs ennemis dans les airs que les Britanniques.

HMS Tartare a pris le endommagé HMS Foresight en remorque et s'est dirigé vers l'ouest pour Gibraltar. Le jour suivant, comme ils étaient suivis par des avions ennemis et que des sous-marins ennemis étaient connus pour être dans la région, il a été décidé de saborder l'infirme avant que les deux navires ne soient perdus. HMS Tartare puis torpillé HMS Foresight à quelques kilomètres de l'île de Galita.

Passage par le goulet, les 12-13 août 1942, et la perte au large HMS Manchester.

Ces dernières attaques aériennes ont eu lieu à environ 20 milles marins à l'ouest du canal de Skerki et à 19 heures, alors que les attaques étaient clairement terminées, le vice-amiral Syfret a fait demi-tour avec la « Force Z ». Il appartenait maintenant au contre-amiral Burrough avec « Force X » de prendre le convoi à Malte.

A 20 heures, alors que le convoi changeait sa formation de quatre à deux colonnes, le convoi a été attaqué par des sous-marins italiens. Le sous-marin Dessie a attaqué un cargo avec quatre torpilles et a réclamé trois coups sûrs. Le bruit des coups de torpille n'a cependant pas été causé par son attaque mais par une attaque du Axoum qui a touché trois navires, HMS Nigéria, HMS Le Caire et le pétrolier Ohio.

HMS Nigéria a dû rebrousser chemin pour rejoindre Gibraltar escorté par les destroyers d'escorte HMS Derwent, HMS Wilton et HMS Bicester. Le contre-amiral Burrough a transféré son drapeau au destroyer HMS Ashanti. La poupe de HMS Le Caire avait été soufflé et elle a dû être coulée car elle était irrécupérable avec les deux moteurs également hors d'usage. Elle a été sabordée par HMS Pathfinder. Les Ohio pendant ce temps, a réussi à lutter.

À ce moment-là, le convoi essayait toujours de se former, les attaques sous-marines ont gâché les choses et à ce moment-là, le convoi a de nouveau été attaqué par les airs dans le crépuscule croissant à 20h30. Environ 20 avions allemands, les Ju-88 ont effectué des bombardements en piqué et des attaques à la torpille, touchant le Espoir impérial avec une bombe et le Clan Ferguson et Étoile de Brisbane avec des torpilles. Le premier de ces navires a dû être coulé (par HMS Bramham, le second a explosé mais le dernier a finalement atteint Malte. Peu de temps après cet attentat, à 2111 heures, HMS Kenya a été torpillé par le sous-marin italien Alagi. Elle a réussi à échapper à trois des quatre torpilles, mais a été touchée à l'avant par la quatrième. Elle a cependant pu rester avec le convoi.

La situation était alors la suivante. HMS Kenya et HMS Manchester avec deux navires marchands, et avec les destroyers dragueurs de mines HMS Intrépide, HMS Icare et HMS Fureur en avant, avait passé le canal Skerki et se dirigeait vers l'île de Zembra en direction du cap Bon. HMS Ashanti, avec le contre-amiral Burrough à bord, révisait rapidement ces navires. Les deux autres destroyers HMS Pathfinder, HMS Penn et le destroyer d'escorte HMS Ledbury, rassemblaient les neuf navires marchands restants. Le destroyer d'escorte HMS Bramham rattrapait aussi son retard après avoir escorté le single Deucalion jusqu'à ce qu'elle coule.

En apprenant le sort de HMS Nigéria et HMS Le Caire, le vice-amiral Syfret détaché HMS Charybde, HMS Esquimau et HMS Somali pour renforcer le contre-amiral Burrough. Il faudrait plusieurs heures à ces navires pour rattraper le convoi.

Le gros du convoi passe le cap Bon vers minuit. Quarante minutes plus tard, des vedettes lance-torpilles ennemies sont apparues et ont commencé à attaquer. Leur première victime a été HMS Manchester qui a été torpillé à 0120/13 par l'italien MS 16 ou MS 22. Elle a dû être sabordée par son propre équipage. Beaucoup de ses navires de la compagnie ont débarqué en Tunisie et ont été internés par les Vichy-Français mais environ 300 ont été récupérés par des destroyers (d'abord par HMS Pathfinder, et plus tard par HMS Esquimau et HMS Somali. Ces deux derniers destoyers se mettent alors en route vers Gibraltar.)

Quatre et peut-être cinq des navires marchands ont également été touchés par les vedettes lance-torpilles. C'étaient les Wairangi, Château de Rochester, Almería Lykes, Santa Élisa et probablement le Glenorchy. Ils ont été attaqués entre 3 h 15 et 4 h 30 à environ 15 milles marins au sud-est de Kélibia en prenant un raccourci pour remettre en état le gros du convoi. Quatre ont été perdus, seul le Château de Rochester a survécu et elle a réussi à rattraper le gros du convoi à 5 h 30. Les Glenorchy a été coulé par l'italien MS 31, les quatre autres, dont le Château de Rochester survécu comme mentionné précédemment, ont été touchés par les Allemands S 30 et S 36 ainsi que l'italien MAS 554 et MAS 557.

Peu avant 0530 heures HMS Charybde, HMS Esquimau et HMS Somali avait rejoint le corps principal du convoi faisant de la force maintenant deux croiseurs et sept destroyers avec les transports Château de Rochester, Waimarama et Étoile de Melbourne. Le pétrolier endommagé Ohio rattrapait lentement. Avec elle était le destroyer d'escorte HMS Ledbury. À l'arrière du corps principal se trouvait le Port Chalmers escorté par le destroyer HMS Penn et le destroyer d'escorte HMS Bramham. Les destroyers ont sauvé l'équipage du Santa Élisa quand le passé par le navire abandonné qui a ensuite été achevé par un bombardier allemand. Les Dorset se déroulait sans escorte et enfin le Étoile de Brisbane restait toujours à proximité de la côte tunisienne de manière indépendante, avec l'intention de se diriger vers Malte après la tombée de la nuit.

A 7 h 30, le contre-amiral Burrough, renvoyé HMS Tartare et HMS Somali à Kelibia pour aider HMS Manchester puis allez à Gibraltar. Quand ils sont arrivés, ils ont découvert que le Manchester avait été sabordé plusieurs heures plus tôt, ils ont donc secouru ceux de son équipage qui n'avaient pas encore atteint le rivage, puis se sont dirigés vers Gibraltar comme ordonné. Outre l'équipage du Manchester ils ont également ramassé des survivants de la Almería Lykes et Wairangi.

La prochaine rencontre avec l'ennemi était une attaque aérienne sur le corps principal du convoi à 08h00 par des bombardiers allemands. Environ 12 Ju.88 ont effectué une attaque en plongée peu profonde descendant de 6000 pieds à 2000 pieds pour larguer leurs bombes. Deux ont plongé sur le Waimarama la frappant plusieurs fois et elle a explosé immédiatement, l'un des bombardiers a même été détruit dans l'explosion. HMS Ledbury sauvé une partie de son équipage de la mer en feu. À 9 h 25, lorsque le Ohio, Port Chalmers et Dorset où avec le corps principal à nouveau, quelques Ju.87 escortés par des combattants italiens ont attaqué. Ils ont plongé à 1500 à 1000 pieds. HMS Kenya en tête de la colonne du port, et le Ohio l'avant-dernier navire de la colonne de tribord, s'est échappé de justesse. L'un des avions ennemis s'est écrasé à bord du Ohio juste après avoir largué sa bombe après avoir été endommagée par des tirs du Ohio et HMS Ashanti. Un autre avion aurait été abattu par des combattants maltais qui patrouillaient au-dessus de nous depuis l'aube.

Arrivées à Malte du 13 au 15 août 1942.

À 10 h 50, une vingtaine de bombardiers, principalement des Ju.88 avec quelques Ju.87, sont arrivés pour attaquer. La cible était la Ohio et elle a reçu quatre ou cinq quasi-accidents et ses moteurs ont été coupés. En même temps le Château de Rochester dans la colonne bâbord a failli manquer et mis le feu mais elle a continué avec le convoi. Les Dorset qui était derrière elle a été touché et arrêté. Le convoi continua de quitter le Dorset derrière avec l'Ohio et deux destroyers.

À 11 h 25, la dernière attaque aérienne contre le corps principal a eu lieu. Cinq SM.79 italiens ont attaqué avec des torpilles et ont failli toucher le Port Chalmers alors que la torpille s'est coincée dans la paravane. D'autres attaques contre le corps principal ont été menées par des combattants de Malte. A 14 h 30, quatre dragueurs de mines maltais rejoignent le gros du convoi, ils sont HMS Speedy (Lt.Cdr. A.E. Doran, RN, avec le commandant du groupe A/Cdr. H.J.A.S. Jerome, RN à bord), HMS Hébé, HMS Rye et HMS Heyte. Ils étaient également accompagnés de sept lancements à moteur ML 121, ML 126, ML 134, ML 135, ML 168, ML 459 et ML 462. HMS Rye et deux des ML ont été envoyés vers le endommagé Ohio qui était « vital pour Malte », selon le A/Cdr. Jérôme.

A 16 heures, le contre-amiral Burrough met le cap vers l'ouest avec ses deux croiseurs et cinq destroyers. Les Port Chalmers, Étoile de Melbourne et Château de Rochester est arrivé à Grand Harbour vers 18h00 avec la force de l'A/Cdr. Jérôme. Le château de Rochester était à ce moment-là très bas dans l'eau, il venait juste d'arriver au port à temps.

Hors étaient encore les Ohio, Dorset et le Étoile de Brisbane. Le précieux Ohio avait été impuissant avec HMS Penn et HMS Bramham. Lorsque HMS Rye arrivé à 17h30, HMS Penn a pris la Ohio en remorque. pendant ce temps HMS Bramham a été envoyé au Dorset mais peu de temps après, les bombardiers allemands sont revenus et les navires ont été attaqués à plusieurs reprises jusqu'à la tombée de la nuit. Les deux navires marchands ont été touchés vers 19 h 00 et le Dorset a coulé.

Au lever du jour le 14 HMS Ledbury est arrivé pour aider à amener le Ohio à Malte. HMS Speedy est également bientôt arrivé sur les lieux avec deux ML. Le reste de ses forces qu'il avait envoyé à la recherche du Étoile de Brisbane. A 10 h 45, les avions ennemis effectuent leur dernière tentative, provoquant la séparation du remorquage. Un combattant de Malte a abattu deux des assaillants. Le remorquage a été à nouveau dépassé et la lente procession a continué et le matin du 15, le pétrolier vital a finalement atteint Malte.

Les Étoile de Brisbane était alors également arrivé. Il a quitté les côtes tunisiennes au crépuscule le 13. Des avions l'avaient attaquée sans succès et l'un des assaillants a été abattu par une escorte Beaufighter qui avait été envoyée de Malte. Elle est arrivée à Malte dans l'après-midi du 14.

Des navires de surface italiens pour opérer contre le convoi ?

Le convoi avait subi la violence de l'ennemi sous toutes ses formes, sauf celle d'une attaque par de grands navires de surface. Pourtant, des croiseurs et destroyers italiens étaient en mer pour l'intercepter et l'attaquer. Deux croiseurs légers avaient quitté Cagliari dans la soirée du 11 août 1942 et les croiseurs lourds Gorizia et Bolzano de Messine, et un croiseur léger de Naples avait navigué le 12 au matin. Ce soir-là, un avion de reconnaissance a signalé un croiseur lourd et deux croiseurs légers avec huit destroyers à environ 80 milles marins au nord de la pointe ouest de la Sicile et se dirigeant vers le sud. Il aurait été possible pour cette force de rencontrer le convoi à l'aube du 13, de sorte que l'avion de surveillance a donc reçu l'ordre en langage clair d'éclairer et d'attaquer. Cela a apparemment influencé les Italiens car ils avaient une couverture aérienne limitée et ils ont fait demi-tour à 0130/13 près du cap San Vito. À 1 h 40, l'avion a signalé qu'il avait largué ses bombes, mais qu'aucun coup n'avait été obtenu. Des ordres similaires ont été signalés, en langage clair, aux observateurs de secours et à signaler la position de la force ennemie au profit des bombardiers imaginaires Liberator au cas où les Italiens changeraient d'avis et feraient demi-tour. Ils ont cependant tenu bon vers l'est.

Le sous-marin HMS P42 les a aperçus vers 08h00/13 au large de Stromboli et a attaqué avec quatre torpilles, revendiquant deux coups sûrs. Elle avait en fait heurté le croiseur lourd Bolzano qui a pu se diriger vers le nord et le croiseur léger Muzio Attendolo qui a réussi à atteindre Messine avec ses arcs arrachés. Les autres croiseurs sont allés à Naples. Suite à l'attaque P 42 a été lourdement chargé par les destroyers mais a réussi à s'échapper.

En fait, les navires italiens suivants avaient été en mer des croiseurs lourds Gorizia, Trieste, Bolzano, croiseurs légers Eugène de Savoie Raimondo Montecuccoli, Muzio Attendolo. Ils étaient escortés par onze destroyers Ascaris, Avière, Camicia Nera, Corsaro, Fucelière, Génie, Légionnaire, Vincenzo Gioberti, Alfredo Oriani, Grecale et Maestrale.

Le retour à Gibraltar.

Les navires britanniques retournant à Gibraltar ont eu plus de chance. Après avoir quitté le convoi au large de Malte dans l'après-midi du 13, ils ont contourné le cap Bon vers 0130/14 et de ce point jusqu'à l'île de Zembra, ils ont réussi à courir avec le gant de bateaux électriques à l'affût.

à 0450/14, près des Fratelli Rocks, un sous-marin a tiré des torpilles sur HMS Ashanti de la surface. Elle a failli être percutée par HMS Kenya, qui était juste derrière le « vaisseau amiral » (le contre-amiral Burrough était toujours en HMS Ashanti). Les inévitables shadowers sont arrivés peu après le jour pour annoncer leurs attaques aériennes qui ont commencé à 7 h 30. Ils ont duré jusqu'à 13 h 15 environ. Les bombardiers allemands sont arrivés premiers avec trois tentatives par quelques Ju.88. Cela a été suivi d'une attaque plus sévère avec une trentaine de bombardiers, des Ju-88 et des Ju-87 entre 10 h 30 et 10 h 50. Une heure plus tard, 15 bombardiers de haut niveau Savoia sont attaqués suivis jusqu'à 13 h 15 par des Savoia porteurs de torpilles. Une vingtaine d'avions attaquant seul ou en binôme. On pense également que des avions posent des mines à l'avance. Plusieurs navires ont failli manquer, mais aucun autre dommage n'a été subi. Après ces attaques, les Britanniques ont été laissés seuls et dans la soirée, ils ont rejoint la « Force Z ».

Le vice-amiral Syfret était allé aussi loin à l'ouest que 01'E où il a commandé le porte-avions endommagé HMS Indomptable se rendre à Malte avec HMS Rodney et un écran destructeur (qui). Il fait ensuite demi-tour vers l'est pour prendre rendez-vous avec le contre-amiral Burrough. Ils arrivèrent à Gibraltar le 15.

Quelques heures avant leur arrivée, les dommages HMS Nigéria et son escorte était également entrée dans le port, comme l'avait HMS Tartare, HMS Esquimau et HMS Somali. Sur le chemin du retour HMS Nigéria avait été attaqué par des torpilleurs et un sous-marin mais il n'avait pas été touché.

Sur les quatorze navires qui avaient navigué, seuls cinq sont arrivés « sûrs » à Malte. Ce n'était pas un score très élevé également étant donné l'escorte très lourde qui avait été fournie, compte tenu du fait qu'un porte-avions, un croiseur léger, un croiseur AA et un destroyer avaient été perdus et deux croiseurs lourds avaient été endommagés. Mais le convoi a dû faire face à de très fortes attaques aériennes de plus de 150 bombardiers et 80 avions lance-torpilles, le tout en l'espace de deux jours. De plus, ces avions étaient protégés par des chasseurs d'une force beaucoup plus grande que les porte-avions et Malte pouvaient fournir. Et il y avait aussi les sous-marins et les E-bateaux ennemis.

L'esprit dans lequel l'opération s'est déroulée apparaît dans le rapport du vice-amiral Syfret : « Hommage a été rendu au personnel des navires de Sa Majesté, les officiers et les hommes voudront donner la première place à la conduite, au courage et à la détermination de les capitaines, les officiers et les hommes des navires marchands. La manière inébranlable avec laquelle ces navires se dirigeaient vers Malte à travers toutes les attaques, répondant à chaque ordre de manœuvre comme une unité de flotte bien entraînée, était un spectacle des plus inspirants. Beaucoup de ces braves hommes et leurs navires ont été perdus. Mais le souvenir de leur conduite restera une inspiration pour tous ceux qui ont eu le privilège de naviguer avec eux. '( 5 )

3 juin 1943
Le HMS Usurper (Lt. D.R.O. Mott, DSC, RN) a effectué des exercices au large de Campbeltown avec des aéronefs du HMS Indomitable (Capt. G. Grantham, CB, DSO, RN). ( 6 )

4 août 1944
Les 4 et 5 août 1944, le HMS Sea Rover (Lt. J.P. Angell, RN) effectua des exercices au large de Trincomalee. Ceux-ci comprenaient des exercices de nuit.Des exercices d'artillerie ont été effectués suivis d'une attaque d'entraînement sur le HMS Indomitable (Capt. J.A.S. Eccles, RN).

Au petit matin du lendemain, des exercices A/S ont été effectués avec des destroyers. ( 7 )

19 août 1944

Opération Banquet, raid aéronaval contre Padang, Sumatra, Indes orientales néerlandaises par des navires de la flotte de l'Est.

Le 19 juillet 1944, des navires de la Eastern Fleet ont pris la mer depuis Trincomalee, Ceylan. La Task Force s'appelait Force 64 et était composée des navires suivants : les porte-avions britanniques HMS Victorious (Capt. MM Denny, CB, CBE, RN), HMS Indomitable (Capt. JAS Eccles, RN), le cuirassé britannique HMS Howe ( Capt. HWU McCall, DSO, RN), les croiseurs légers britanniques HMS Ceylon (Capt. GB Amery-Parkes, RN), HMS Kenya (Capt. CL Robertson, RN) et les destroyers britanniques HMS Rotherham (Capt. HW Biggs, DSO , RN), HMS Raider (Lt.Cdr. KW Michell, DSC, RN), HMS Redoubt (Lt.Cdr. NEG Ropner, DSO, RN), HMS Rapid (Lt.Cdr. MW Tomkinson, DSC et Bar, RN) et le HMS Rocket (Lt.Cdr. HB Acworth, OBE, RN).

Le 17, le pétrolier Royal Fleet Auxiliary Easedale (8032 GRT, construit en 1942, escorté par le croiseur léger hollandais HrMs Tromp (A/Capt. F. Stam, RNN) avait déjà pris la mer pour être en mesure de ravitailler les navires de la Force 64. le 22.

Le 24, les porte-avions lancent des avions pour attaquer Padang. Ils ont affirmé avoir coulé un transport et avoir endommagé deux autres transports. ( 8 )

27 octobre 1944
Au cours des 27 et 28 octobre 1944, le HMS Spirit (Lt. AA Catlow, RN), a mené des exercices au large de Trincomalee avec le HMS Indomitable (Capt. JAS Eccles, RN), HMS London (Capt. RV Symonds-Tayler, DSC, RN), HMS Cumberland (Capt. PK Enright, RN), HMS Lewes (T/Lt. MH Grylls, SANF(V)), HMS Whelp(Cdr. GAF Norfolk, RN) et HMS Wager (Lt.Cdr. RC Watkin, RN). Ceux-ci comprenaient des exercices de nuit. ( 9 )

  1. ADM 53/116490 + ADM 199/2558 + ADM 199/2569
  2. ADM 53/116077
  3. ADM 199/426
  4. ADM 199/1389
  5. ADM 199/651 + ADM 234/353
  6. ADM 173/18392
  7. ADM 173/18676
  8. Dossiers 2.12.03.6854 et 2.12.27.121 (Archives néerlandaises, La Haye, Pays-Bas) et WO 203/4980 (Archives nationales britanniques, Kew, Londres)
  9. ADM 173/18789

Les numéros ADM indiquent les documents aux Archives nationales britanniques à Kew, Londres.


Indomptable incorporait de nouveaux moteurs d'entraînement de tourelle contrôlés par une seule roue, ce qui s'est avéré une grande avancée par rapport aux équipements antérieurs. Le nouvel engrenage a montré "une réduction marquée du lancement et un bon contrôle du démarrage, de l'arrêt et du glissement avec peu d'effort sur le volant. [13]

Directeurs

En 1913, Indomptable était prévu dans le cadre de la commande de dix-sept navires pour recevoir un directeur. Il a été installé après décembre 1915 et peu de temps avant la bataille du Jutland, car son tout premier essai de tir a eu lieu le 23 mai 1916 et « 8211 alors qu'un succès » sa nouveauté a incité le choix de ne pas l'employer au Jutland. [15]

Repérage

À la fin de 1913, le navire a débarqué un télescope d'observation stéréo Mark II Zeiss Pattern 740 à Portsmouth afin de prendre un modèle Ross Pattern 873 pour une évaluation comparative de trois mois. [16]


HMS Indomptable

En téléchargeant ou en incorporant un média, vous acceptez les termes et conditions de la licence non commerciale d'IWM, y compris votre utilisation de la déclaration d'attribution spécifiée par IWM. Pour cet article, c'est : &copier IWM MOD 347

Utilisation non commerciale acceptée

Utilisation autorisée à ces fins :

Intégrer

Utilisez cette image sous licence non commerciale.

Vous pouvez intégrer des médias ou télécharger gratuitement des images basse résolution pour un usage privé et non commercial sous la licence non commerciale IWM.

En téléchargeant ou en incorporant un média, vous acceptez les termes et conditions de la licence non commerciale d'IWM, y compris votre utilisation de la déclaration d'attribution spécifiée par IWM. Pour cet article, c'est : &copier IWM MOD 347

Utilisation non commerciale acceptée

Utilisation autorisée à ces fins :

Intégrer

Utilisez cette image sous licence non commerciale.

Vous pouvez intégrer des médias ou télécharger gratuitement des images basse résolution pour un usage privé et non commercial sous la licence non commerciale IWM.

En téléchargeant ou en incorporant un média, vous acceptez les termes et conditions de la licence non commerciale d'IWM, y compris votre utilisation de la déclaration d'attribution spécifiée par IWM. Pour cet article, c'est : &copier IWM MOD 347

Utilisation non commerciale acceptée

Utilisation autorisée à ces fins :

Intégrer

Utilisez cette image sous licence non commerciale.

Vous pouvez intégrer des médias ou télécharger gratuitement des images basse résolution pour un usage privé et non commercial sous la licence non commerciale IWM.

En téléchargeant ou en incorporant un média, vous acceptez les termes et conditions de la licence non commerciale d'IWM, y compris votre utilisation de la déclaration d'attribution spécifiée par IWM. Pour cet article, c'est : &copier IWM MOD 347


Contenu

Construction et mise en service[modifier | modifier la source]

Indomptable a été établi par Vickers-Armstrong à Barrow-in-Furness, le 10 avril 1937, alors que la guerre se rapprochait de plus en plus. Il fut lancé le 25 août 1939 et mis en service le 10 juin 1940. Il fut baptisé par Clementine Churchill.

Théâtre européen[modifier | modifier la source]

Théâtre du Pacifique[modifier | modifier la source]

Au milieu de 1942, Indomptable a été affecté à la flotte britannique du Pacifique et a participé à une attaque contre la base japonaise de Truk aux côtés de plusieurs autres porte-avions de la RN. Ώ]

Fin 1942, Indomptable faisait partie des forces navales alliées impliquées dans la bataille de la mer de Java. ΐ]


LIMITER LES DÉGÂTS

Elle a ensuite pu se redresser lentement et nous sommes revenus à Malte. On m'a dit que le capitaine Grantham avait pris le risque calculé de contrer l'inondation pour remettre le navire sur la même quille, ce faisant, il avait désobéi de manière flagrante à l'Amirauté qui croyait que « laisser de l'eau dans le navire était exactement ce que l'ennemi avait l'intention de faire », mais a sauvé l'Indomptable du sort qui est arrivé à l'Ark Royal en 1941. L'Indomptable avait été torpillé par un avion allemand [Ju88] lors de la propre attaque aéroportée de la flotte, et était donc apparu aux navires de la garde comme un avion ami de retour, voyez-vous. La torpille a frappé à peu près au milieu du navire à bâbord, en dessous de ma cabine, elle a déchiré 30 pieds. (9m) trou sur la ligne de flottaison s'étirant vers l'arrière, cela aurait dû être un coup mortel.

Contrairement à Ark Royal, le capitaine d'Indomitable n'a pas donné le même ordre ridicule et idéologique de ne pas contre-inondation (la raison invoquée étant que laisser entrer de l'eau était l'objectif de l'ennemi !)

Les contre-inondations ont réduit la gravité de la gîte et à 2 h 30, l'Indomptable était capable de regagner Malte à 14 nœuds. Les pompes d'Indomitable ont pu contrôler et inverser l'inondation. Ces mesures, combinées à la mer calme, ont sauvé le navire.

Une fois les inondations enrayées et la crise immédiate terminée, la décision a été prise de déplacer le HMS Formidable dans la division 1 pour couvrir Nelson et Rodney, tandis que le HMS Indomitable retournerait à Malte avec le Warspite et le Valiant de la division 2.

Ce fut un voyage lent mais régulier. Indomptable a réduit sa vitesse à seulement 11 nœuds de peur d'aggraver le trou béant dans son flanc.

Il a amarré à Grand Harbour peu après 12h30.

Lettre de l'officier général commandant la Force « H » au commandant en chef de la Méditerranée
[ADM 199/ 2513] 28 juillet 1943
Récit de la Force « H » pendant l'opération « Husky » - Débarquement en Sicile, du 5 au 17 juillet 1943

66. A minuit, la Force qui effectuait le zigzag n° 44 a changé de cap de 070 degrés à 090 degrés par la méthode ZEO. À 00 h 20, les navires ont changé de cap à 070 degrés sur la branche bâbord du zigzag et à 00 h 30, à 40 degrés sur tribord.

67. Conditions météorologiques. Lune, etc. La lune, âgée de 13 jours et demi, mesurait 230 degrés, altitude 30 degrés. Moonset 0430. Vent, très léger, E.N.E. Mer calme. Visibilité très élevée.

68. À 00 h 20, le radar de type 273 de NELSON a obtenu un écho de 057 degrés 8 milles qui a été téléphoné à la position de défense aérienne et à la plate-forme de boussole comme « probablement un aéronef », et environ deux minutes plus tard, l'avion a été signalé par l'officier de la défense aérienne comme étant en vue 2 ½ milles en avant. En raison du fait que le téléphone à haut-parleur n'a pas été réchauffé à temps, les premiers rapports radar n'ont pas atteint le pont de l'amiral et le premier que j'ai connu d'avions à proximité était le rapport d'observation de la position de défense aérienne de NELSON vers 0023. Immédiatement après, NELSON a ouvert le feu. Tant que le feu était en cours, en raison du bruit, il n'a pas été possible de transmettre au bureau de contrôle à distance des instructions pour transmettre un signal de manœuvre : cela n'aurait cependant pas été efficace car INDOMITABLE avait déjà été touché par une torpille sur le côté bâbord. Autant que l'on sache, le NELSON est le seul navire à avoir ouvert le feu lors de cette attaque mais c'était trop tard.

69. Avant l'attaque, l'officier de défense aérienne et un officier et un matelot de la position de défense aérienne étaient les seules personnes à bord du vaisseau amiral à voir l'avion, et NELSON rapporte que le feu n'a pas été ouvert plus tôt en raison de l'incertitude quant à savoir si c'était hostile. À 0032, un signal V/S cadencé à 0030 a été reçu d'INDOMITABLE indiquant « Avoir été torpillé côté bâbord ». Cela a été rapporté par W/T dans mon juillet 160100B amplifié par mon juillet 160210B.

70. Voyant que l'INDOMITABLE descendait vers l'arrière, j'ai ordonné, par le V/S, aux deux destroyers de l'aile de l'écran, PIORUN et ECHO, de le rejoindre, et quand il a été signalé qu'INDOMITABLE avait fait demi-tour et fumait dans la direction opposée J'ai décidé de faire tourner la flotte pour la suivre et en conséquence "BW 270" a été commandé à 0400.

71. Presque aussitôt que le signal « BW 270 » a été exécuté, le 273 [radar] de NELSON a signalé un aéronef à 015 degrés 8 milles et peu après 345 degrés 3 ½ milles. J'ai donc ordonné un barrage de secteur dans le secteur « G » qui était en fonction lorsque l'écran a dépassé NELSON.

72. NELSON a viré à bâbord vers l'avion au lieu de tribord pour exécuter le virage à 180 degrés et RODNEY a suivi. Tous les navires de la ligne et la majeure partie de l'écran ont tiré à cette occasion. Il semble préférable qu'il y ait deux avions ennemis à proximité et qu'ils aient été repoussés avec succès par le barrage.

73. Vers cette époque, j'ai ordonné à l'ILEX du W/T de rejoindre l'INDOMITABLE car je n'étais pas sûr que les deux destroyers commandés par le V/S aient établi le contact.

74. Par la suite, la Force a été manœuvrée selon les besoins pour récupérer l'INDOMITABLE et l'amener sous l'écran, mais cela n'a été effectué que vers 03h50 alors qu'elle descendait la lune, c'est-à-dire presque loin de la direction d'avance originale. Pendant cette période, les Albacores d'INDOMITABLE volaient à proximité de la Force pendant un certain temps avant de comprendre qu'ils devaient retourner à Malte.

75. J'ai alors décidé de prendre rendez-vous avec la 2e division le plus tôt possible après le jour et j'ai signalé cette intention au commandant en chef de la Méditerranée (mon 160320B July). La jonction avec la 2e Division s'effectua à 07h30, INDOMITABLE fut remis à la 2e Division et FORMIDABLE rejoignit la 1re Division qui alors avec AURORA (Commodore Commanding, 12th Cruiser Squadron) et PENELOPE, se dirigea vers le nord-est…


Deux bombardements - un vers l'avant, un vers l'arrière - mettent le HMS Indomitable hors de combat, mais ne risquent pas de couler

"Le 12 août, vers 18 h 45, le navire étant fermé aux "postes d'action", trois explosions ont été entendues au quartier général du contrôle des avaries et en quelques minutes, le navire a inscrit 10 * environ au port. "

L'Indomptable filait à 22 nœuds par beau temps. La lumière du soleil était forte, la mer calme et il n'y avait pratiquement pas de vent ni de nuages.

Les rapports de dommages sont venus épais et rapides.

Il y a eu un incendie majeur dans la salle des torpilles avant, près des tourelles du groupe « A » de 4,5 pouces.

Un grand incendie a été signalé à l'arrière des ponts inférieurs du hangar

Le magasin naval principal entre 121 et 127 stations a été inondé, tout comme le pont principal au-dessus. Cela a induit une gîte de 8 degrés à bâbord.

Le premier ordre semble avoir été une réaction de panique inconsidérée : le capitaine a signalé au quartier général de contrôle des avaries que les tourelles « A » étaient en feu et a ordonné que les magasins « A » soient inondés.

Le contrôle des dommages a réagi immédiatement : tous les magasins du « groupe avancé » ont été inondés, y compris les pom poms, les feux d'artifice, les ogives de torpilles et les espaces pour armes légères.

Un comité d'examen a par la suite jugé que cela n'avait pas été nécessaire. Les magasins, étant profondément à l'intérieur du navire, étaient à une distance considérable des tourelles elles-mêmes.

Le prochain ordre du capitaine était de contrer la liste. L'inondation des compartiments de contrepoids a commencé et le transporteur est revenu à une quille égale dans les 30 minutes suivant l'attaque.

Compte témoin
De Sea Flight, par Hugh Popham

Le raid avait atteint son apogée lorsque, soudain, un escadron de 12 Stukas est apparu, haut dans le ciel au-dessus d'Indomitabe. Les chasseurs étaient après eux, et un ouragan de flak s'est élevé de tous les côtés, l'un après l'autre, ils ont décollé à 12 000 pieds et ont plongé sur le navire. Les 1000 livres pleuvaient dans un assaut concentré, et en un instant, elle avait disparu derrière un geyser dense d'embruns. Deux, trois ont été touchés et ont plongé dans le ciel dans la mer mais Indomptable a également été touché. De la fumée et de la vapeur montèrent au-dessus du mur d'eau et pendant un quart de minute, il sembla qu'elle ne pourrait jamais réapparaître que comme une carcasse fumante. Puis, lentement, alors que la masse d'eau soulevée par les quasi-accidents diminuait, elle émergea, gîtant, en feu d'avant en arrière, presque arrêtée, mais toujours à flot.

De tous les navires, les hommes la regardaient anxieusement isolée du désastre, tout en y prenant part, impuissante à secourir mais souffrant de la blessure comme si c'était leur propre navire et leurs amis. Pendant vingt minutes, elle traîna dans un cercle lent, son pont gîtant et la fumée s'échappant d'elle. Puis elle s'est mise à droite, et la fumée qui semblait sortir des ascenseurs a perdu de sa densité et s'est amincie en un filet, une lampe de signalisation a clignoté : « SITUATION EN MAIN », et elle a maintenu sa route.

Une fumée dense a rapidement commencé à se propager à travers le navire. En particulier, le bureau central des communications et le standard téléphonique étaient remplis de vapeurs âcres aspirées par les conduits de ventilation provenant d'incendies déclenchés dans le mess des garçons de Near Miss 1.

Cela aurait pu aboutir à une grave panne de communication pendant l'opération de contrôle des avaries. Cependant, les vannes de ventilation ont été fermées et les conduits déviés, limitant la pénétration des fumées.

Les communications téléphoniques électriques sont restées opérationnelles tout au long de la crise et ont permis un reporting et un relais rapides des commandes.

Le hangar inférieur n'a signalé aucun dommage causé par les impacts adjacents.

Cependant, la situation dans le hangar principal – supérieur – était beaucoup plus confuse.

Le rapport de contrôle des dommages se lit comme suit :

« (Le) Hangar supérieur est devenu plein de fumée et éclairé par des reflets rouges d'un bout à l'autre. Il n'a pas été possible de déterminer si le hangar était en feu ou non. »

Les pulvérisateurs du hangar ont été activés par mesure de précaution, l'eau s'accumulant jusqu'à 6 pouces du côté bâbord en raison de la liste du transporteur. Les drains fonctionnaient efficacement.

Le rideau coupe-feu avant en amiante du hangar s'est abaissé normalement, mais il s'est avéré que le rideau arrière était bloqué par la distorsion causée par les explosions.

Il fut bientôt déterminé qu'un grand bac de récupération d'huile s'était enflammé dans le pont avant, tout comme un tuyau de carburant dans l'espace du hangar arrière.

Les deux ont été rapidement éteints par des tuyaux de mousse et les portes blindées des ascenseurs se sont fermées. Un incendie dans le Film Store devait ensuite être combattu.

Les circuits d'essence de l'avion ont été vidangés et les matériaux inflammables rangés.

La majeure partie de la fumée pénétrant dans le hangar provenait du puits de levage avant, dont une partie avait été soufflée vers l'intérieur par l'explosion de la bombe et les explosions de munitions qui ont suivi.

Les équipes de contrôle des dommages du hangar et quatre tuyaux ont été rapidement redéployés pour aider à lutter contre les incendies dans la salle du corps des torpilles avant et le mess des maîtres en dessous. Les notations de la FAA ont été déployées dans le hangar pour prendre leur place.

L'incendie dans la salle des torpilles allait s'avérer préoccupant. Le dépôt de calcium avait pris feu et ses flammes intenses ne seraient finalement contenues que par une utilisation intensive de mousse chimique et de sable.

Le tir a fait rage sur plusieurs ponts du côté avant tribord, déclenchant finalement les munitions dans le casier prêt à l'emploi de la tourelle "A1" de 4,5 pouces

Telle était l'intensité de l'incendie et l'on craignait pour l'intégrité du casier prêt à l'emploi de la monture « A2 » de 4,5 pouces. Le capitaine a ordonné que les mâts sans fil du côté tribord soient relevés d'urgence afin de permettre à un destroyer de s'approcher et de faire jouer ses propres lances à incendie à travers la plaie béante du côté de l'Indomptable.

Les équipes de contrôle des dégâts ont mis 45 minutes pour maîtriser l'incendie.

Compte témoin
De Sea Flight, par Hugh Popham

Les principaux impacts avaient été à l'avant de l'ascenseur avant et à l'arrière de l'ascenseur arrière. Le premier avait percé le pont d'envol et explosé à l'embouchure du hangar, tuant ou blessant par des brûlures éclair, de nombreux matelots travaillant sur l'avion. La force de l'explosion a soulevé l'ascenseur de soixante-dix tonnes, qui était en haut, à deux pieds au-dessus du niveau du pont d'envol, où il s'est coincé coincé sur ses chaînes, et a déclenché un incendie dans le magasin de torpilles… Ce dernier a également percé le pont d'envol, se déformant l'ascenseur arrière, et dévastant les appartements des cabines des officiers. Un troisième millier de livres avait heurté le côté du navire, juste au-dessus de la ligne de flottaison, où il avait éclaté à l'impact, détruisant l'antichambre du carré des officiers et tué la demi-douzaine d'officiers - pour la plupart des pilotes en congé et des observateurs des escadrons Albacore - qui étaient là à l'époque…

Malgré le trou de trente pieds arraché à sa coque sous la ligne de flottaison qui avait été découvert à quai, l'Indomptable était encore capable de vingt-six nœuds… L'ascenseur arrière fonctionnait toujours, et les Fulmars et Germons encore à bord étaient rangés. Les charpentiers ont installé et construit une rampe jusqu'à la tribune de l'ascenseur for'ard. Et pendant que nous remontions la Manche irlandaise, les avions ont décollé.

Le HMS INDOMITABLE en feu longitudinalement après avoir été bombardé.

Dans les ponts inférieurs arrière du navire, l'équipage s'est précipité pour empêcher l'inondation de Near Miss 2 de se propager.
Les portes étanches des magasins navals nos 5 et 6 – initialement supposées avoir été laissées ouvertes mais ayant par la suite été dynamitées vers le haut – ont été fermées. Les magasins d'armement et de décontamination du pont inférieur ont également été inondés.

Les inondations dans le magasin naval principal sur le pont principal en dessous ont été contrôlées.

Dans la cale, la section la plus profonde du navire, l'espace de Port Gland, le bloc de plomberie et le magasin d'armes légères ont également été soumis à des inondations rapides.

Les compartiments adjacents sur les trois ponts ont été testés pour la pression de l'air avant que les équipages n'entrent pour boucher et étayer les cloisons.

Les incendies qui faisaient rage au-dessus d'eux rendaient la tâche encore plus ardue.

Dix-sept lances à incendie avaient été enfilées à travers le navire pour éteindre les flammes qui s'étendaient sur trois ponts à l'arrière – sans compter celles qui longeaient le pont d'envol pour jouer sur l'épaisse fumée noire qui s'échappait de la plaie béante du pont.

Évaluation des dommages

Une fois les incendies maîtrisés et la liste de l'Indomptable corrigée, toute l'étendue des dommages du transporteur est devenue apparente.

Le trou de pénétration de 14 pouces près de l'ascenseur avant d'Indomptable.

Ascenseur avant : La portance avant a été gravement déformée par la compression de la bombe adjacente.
L'explosion avait soulevé la plate-forme vers le haut, mais les chaînes de pignons avaient tenu – bien que mal étirées et déformées. Initialement, la boucle tribord de 9 pieds aurait empêché les opérations de l'avion. Mais les efforts ultérieurs des équipes de contrôle des avaries pour corriger la distorsion avec le blocage et le plaquage l'ont aplatie à une «arche» de 2 pieds sur l'axe central afin que les avions – sans torpille – puissent s'envoler. Les moteurs, les engrenages de transmission et l'équipement électrique du côté tribord du puits d'ascenseur avaient été détruits par la bombe. Ceux du côté bâbord étaient en grande partie intacts. Néanmoins, l'ascenseur est resté bloqué en position haute.

Ascenseur arrière : Les dommages importants causés par Near Miss No2 et la bombe sur le pont d'envol arrière avaient légèrement déformé les mécanismes de l'ascenseur arrière. La plate-forme elle-même s'était affaissée de plusieurs centimètres sur la ligne médiane.

L'Amirauté a commenté dans le rapport de contrôle des avaries :

« Dans la conception de ces ascenseurs, des dispositions avaient été prises pour un fonctionnement dans des conditions susceptibles de produire un degré considérable de désalignement de l'engrenage de transmission. Cette caractéristique, bien qu'impliquant un coût considérable, s'est avérée très avantageuse dans le cas de l'ascenseur arrière car elle a rendu possible son utilisation continue après que des dommages ont été subis.

Damage Control s'est rapidement mis au travail pour atténuer la dépression de 6 pouces et désengager la transmission de port bloquée. L'ascenseur a rapidement été remis en service à mi-vitesse au moyen des moteurs et de la transmission tribord.

CLIQUEZ sur l'image ci-dessus pour une vue plus grande. En haut à gauche et au centre, des vues de la coque dynamitée juste en avant et en dessous des supports de canon du groupe "A" de 4,5 pouces. En bas à gauche, l'ascenseur avant bouclé - forcé vers le haut par l'explosion de la bombe SC de 550 livres.

Coup de bombe 1 – 550lbs (250kg) SC

La première attaque à la bombe a pénétré l'acier renforcé du pont d'envol le long de l'ascenseur avant, traversant les 10 livres du pont de la galerie supérieure avant d'exploser quelque 16 pieds après son premier point d'impact – juste au-dessus du pont supérieur du hangar.

Il a été souligné que le trou de 14 pouces signalé dans la plaque d'acier de 60 lb à côté de l'ascenseur avant était trop petit pour une bombe de style SD de 1100 lb (500 kg). L'intelligence a enregistré que le diamètre de cette arme était de 18 pouces, avec un style plus ancien étant de 15,5 pouces.

Seule la bombe SD de 550 lb (250 kg) avait un diamètre de 14 pouces.

Un rapport soutient que les dommages causés par l'explosion dans le coup avant étaient les plus cohérents avec ceux d'une bombe « burster » de style SC.

Plusieurs gros fragments d'obus ont finalement été récupérés, ce qui a soutenu l'argument selon lequel la bombe était de type SC de 550 lb (250 kg).

Un grand rabat de placage de coque pend de la section avant tribord de l'Indomptable, projeté vers l'extérieur par la bombe GP de 550 livres et la détonation subséquente des obus de 4,5 pouces dans le casier prêt à l'emploi "A1".

Dommages aux sections avant

La première bombe a frappé près de l'ascenseur avant, à 6 pieds à tribord de son bord avant, à la station 30. Cette section du pont d'envol n'était pas blindée, bien qu'elle soit en acier renforcé de 1,5 po.

La bombe a percé un trou de 14 pouces dans le pont d'envol et a dépassé le pont supérieur de la galerie pour éclater juste au-dessus du niveau du pont supérieur du hangar. Il a creusé un trou d'un diamètre allant jusqu'à 30 pieds entre les trois ponts et a parsemé d'éclats la structure voisine.

La portance avant a également été affectée : l'explosion a considérablement plié son côté tribord vers le haut. L'accélérateur adjacent s'est également déformé et les pare-vent avant se sont déformés hors de leurs renfoncements.

Le poste de pilotage lui-même a été surélevé jusqu'à 2 pieds de la station 22 à la station 34.

L'explosion de la bombe a déclenché un grave incendie qui s'est propagé aux conduites d'essence et à la salle du corps des torpilles n°1.

Le foyer du feu était en dessous et légèrement en avant de la tourelle A1. Environ 15 minutes après l'impact de la bombe, le casier prêt à l'emploi A1 de 4,5 pouces a explosé, probablement à cause de la chaleur enflammant des charges de cordite.

La tourelle A1 éventrée du HMS INDOMITABLE, peu de temps après que les équipes de contrôle des avaries aient éteint les flammes. Le HMS CHARYBDIS traverse la poupe du porte-avions. Image : Musée de la FAA

On pense que cela a brûlé un trou dans le pont, permettant aux obus de rouler dans les incendies en dessous où ils ont finalement éclaté. Cela a considérablement augmenté les pertes et les dommages à l'avant.

Les explosions avaient creusé un grand trou dans le côté d'Indomptable, poussant une partie importante du placage entre 21 et 30 stations à pendre au-dessus de l'eau. La galerie inférieure, la galerie principale et les espaces du pont du hangar ont été ouverts aux éléments.

Alors que l'incendie faisait rage, les équipes de contrôle des dommages ont veillé à ce que le casier «A2» prêt à l'emploi de 4,5 pouces reste scellé et à l'abri des flammes.

Les deux tourelles, ainsi que le directeur « B », ont été détruits et plus de 20 membres de l'équipage des canons de la Royal Marine ont été tués.

CLIQUEZ sur l'image ci-dessus pour une vue plus grande. Les images en haut et au centre gauche montrent la section éventrée du pont de combat arrière. En bas à gauche, une vue de l'intérieur détruit.

Bombe Hit 2 - 550lbs (250kg) SC

Cette bombe a pénétré l'acier de 14 lb du pont d'envol arrière ainsi que le pont supérieur de la galerie de 10 lb, explosant juste au-dessus du pont supérieur du hangar. Il avait également parcouru 16 pieds depuis le point de premier impact.

Aucune trace n'a pu être trouvée du trou de pénétration initial à partir duquel le diamètre de la bombe a pu être établi. La section du bordé de pont avait été dynamitée et repliée sur le côté bâbord du navire - les cloisons de cloisonnement s'élevaient comme des ailerons. Cette grande section d'acier a été rapidement coupée du pont et renversée sur le côté par les équipes de contrôle des dommages - emportant avec elle les preuves qui auraient été fournies par le trou d'entrée de la bombe.

Cependant, l'équipe d'analyse de la bombe a fait valoir que l'étendue de ces dommages indiquait une arme SC hautement explosive de type « burster », et non une bombe SAP. Il a jugé que l'arme pesait 250 kg (550 lb).

HMS Indomitable, transportant des Spitfires juste avant de quitter Gibraltar pour des réparations.

Dommages aux sections arrière

La deuxième bombe a touché le poste de pilotage près de l'axe central à la station 164, entre la remontée arrière et la descente.

Sa détonation a eu un effet dramatique sur le poste de pilotage. Les plaques légères de 14 livres ont été déchirées sur une zone de 56 pieds sur 40 pieds.

Le côté tribord avait été soulevé vers le haut. Le côté bâbord de l'explosion s'était replié sur une grande partie des cloisons du pont d'envol et du pont-galerie.

Ceux-ci ont dû être brûlés et poussés sur le côté pour permettre à l'avion de se poser avec précaution plus en avant sur le pont d'envol.

L'ascenseur arrière est resté opérationnel, mais seulement à mi-vitesse. Comme pour le HMS Formidable, l'exigence de conception selon laquelle les ascenseurs restent opérationnels malgré un désalignement s'est avérée valable.

La bombe a traversé le pont supérieur de la galerie, explosant juste au-dessus du pont supérieur du hangar dans les cabines à côté de la salle du corps des torpilles n°2.

Les ogives voisines ont été protégées avec succès de l'explosion et du feu par leurs mantelets blindés. Mais les incendies et les débris ont causé d'importants dommages à la salle du corps des torpilles et aux cabines environnantes. Un magasin de tissus sur le pont supérieur de la galerie a également été incendié.

L'explosion a creusé un trou de 16 pieds de large dans le pont du hangar arrière (cependant, il ne fait pas partie du hangar lui-même).

CLIQUEZ sur l'image ci-dessus pour une vue plus grande. Les photos montrent les plaques de coque bâbord poivrées de l'intérieur du carré des officiers et de l'extérieur du navire.

Quasi-accident un – 550 lb (250 kg)

Une autre bombe a coupé le côté de l'un des directeurs de pompons de port à la station 63. Le détonateur de cette bombe s'est déclenché après avoir coupé le bord inférieur du flotteur du directeur du pom-pom bâbord, laissant une rainure dans la cloison.

Il a parcouru 16 pieds supplémentaires avant d'exploser dans les airs à environ 5 pieds du côté du navire.

Alors que l'explosion de l'explosion aérienne a déchiqueté les plaques latérales de 17 et 14 livres entre 59 et 63 stations portuaires, elle a également envoyé des éclats d'obus profondément dans le navire. La bombe détruisant une grande partie du bordé de la coque couvrant le mess des garçons et le carré des officiers.

Le carré des soldats de l'Indomptable était rempli de pilotes en congé et d'observateurs des Albacores du 827e Escadron. La détonation a envoyé des éclats déchirer l'espace, tuant et blessant tout le monde à l'intérieur.

Un petit incendie a été signalé dans le Boy's Mess ci-dessus, mais il a été rapidement maîtrisé. C'était une situation similaire dans le carré inférieur, jonché de corps. L'explosion et les fragments avaient tué de nombreuses personnes, mais le feu n'avait pas établi une prise ferme au moment où les équipes de contrôle des dommages sont arrivées.

Des éclats ont été trouvés jusqu'à 52 pieds à l'intérieur – quelque 57 pieds du point de détonation après avoir traversé les 17 livres du côté du navire et 10 livres de la cloison du carré des officiers. Environ 52 pieds de la cloison interne du Wardroom ont été arrachés de son talon soudé au pont, le forçant dans le couloir central adjacent.

Les dommages causés par l'explosion ont été jugés avoir été causés par une autre ogive SC de 250 kg (550 lb).

CLIQUEZ sur l'image ci-dessus pour une vue plus grande. Les photos montrent les plaques de coque bâbord endommagées sous la ligne de flottaison après un "presque raté" de 1100 livres.

Near Miss 2 – 500lbs (250kg) ou 1100lbs (500kg)

L'extrapolation de la vraie nature de cette bombe s'est avérée la plus controversée.

Des témoins ont rapporté avoir vu une "grosse" bombe frapper l'eau à environ 25 pieds du quartier bâbord arrière de l'Indomptable au large de la poupe à la station 125.

Les analystes de la bombe ont déterminé plus tard qu'il devait avoir explosé à une profondeur de 25 pieds.

La détonation s'est produite le long du coin inférieur arrière du blindage latéral qui n'a pas été affecté.

Cependant, la commotion a soufflé sur le côté du transporteur sur une superficie de 48 pieds sur 20 pieds. Le bordé de coque du navire de 20, 25 et 30 livres a été soufflé vers l'intérieur depuis le pont inférieur jusqu'au fond du passage du puits.

Le côté du navire a été ouvert entre 121 et 133 cloisons, avec un bombage dans des cadres avant et à l'arrière de cet espace. Tous les compartiments des ailes entre 113 et 139 stations ont été inondés – sur une longueur de 104 pieds. Indomptable s'est rapidement emparé de quelque 760 tonnes d'eau pour provoquer une gîte de huit degrés.

DUBD a affirmé qu'une bombe SAP de 500 kg ne serait pas capable de causer ce niveau de dégâts à cette distance. L'épaisseur de la paroi de la bombe pour permettre la pénétration du blindage et la nature "formée" de la charge sont mises en évidence comme réduisant l'efficacité "de quasi-accident" des 320 livres de TNT à l'intérieur.

Au lieu de cela, DUBD a fait valoir que la bombe aurait dû être de l'ordre d'une bombe HC ou GP de 2 200 livres (1000 kg) pour produire l'effet de souffle nécessaire à cette distance.

Le bureau naval a contesté cela : ses calculs ont montré qu'une bombe HC ou GP de 1100 livres (500 kg) pouvait produire suffisamment de compression à 25 pieds pour infliger les dommages subis.

Un fragment de la bombe récupéré dans le magasin naval No2 d'Indomptable a ennuyé le bureau naval. L'épaisseur de 6 mm des parois de la bombe était compatible avec les bombes SC de 550 lb (250 kg) et de 1 100 lb (500 kg).

La conclusion était que soit une bombe de 550 livres (250 kg) était tombée plus près que les 25 pieds stipulés, soit que la bombe avait bien été une bombe de 1 100 livres (500 kg) comme indiqué à l'origine.

Presque raté trois

Une troisième bombe de taille inconnue a explosé dans la mer au large de la hanche bâbord arrière, l'onde de choc causant des dommages mineurs au gouvernail. Une douzaine d'éclats se sont également frayés un chemin à travers la coque jusqu'aux appartements du capitaine.

L'équipage du HMS INDOMITABLE pose pour une photo après avoir escorté le convoi Malta Pedestal. L'ascenseur avant bouclé peut être vu au premier plan à gauche.



Commentaires:

  1. Sidney

    ne me souviens pas

  2. Meztir

    Bon sujet

  3. Hennessy

    Les lecteurs de mon blog s'y intéresseront. Puis-je faire un cross-post sur mon blog ?



Écrire un message