Jusqu'où s'est propagée la Rome antique ?

Jusqu'où s'est propagée la Rome antique ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La légende raconte que Romulus et Remus, des frères jumeaux qui étaient également des demi-dieux, ont fondé Rome sur le Tibre en 753 av. Au cours des huit siècles et demi suivants, elle est passée d'une petite ville d'éleveurs de porcs à un vaste empire qui s'étendait de l'Angleterre à l'Égypte et entourait complètement la mer Méditerranée.

L'Empire romain a conquis ces terres en les attaquant avec une force militaire inégalée, et il les a conservés en les laissant se gouverner eux-mêmes.

Le désir de Rome de s'étendre avait des racines historiques profondes, explique Edward J. Watts, professeur d'histoire à l'Université de Californie à San Diego et auteur de Mortal Republic : Comment Rome est tombée dans la tyrannie.

"Il y a une tradition qui remonte essentiellement à la préhistoire romaine, à l'histoire mythologique, où ils parlent de l'expansion de la ville sous les rois", dit-il. « Marcius est l'un des premiers rois romains [de 642 à 617 av. Ainsi, l'idée de leur expansion est toujours profondément ancrée dans l'ADN historique de la république, et même de la monarchie avant la république.

Rome s'agrandit avec la capture de la ville étrusque

Même ainsi, Rome était encore relativement petite au moment où elle est passée d'un royaume à une république en 509 av. La première expansion significative de la république a eu lieu en 396 av. J.-C., lorsque Rome a vaincu et capturé la ville étrusque de Veii. Au lieu de détruire Veii, la classique Mary Beard soutient que les Romains ont largement laissé la ville continuer à fonctionner comme avant, uniquement sous contrôle romain et avec la compréhension que Rome pourrait enrôler des hommes libres pour l'armée romaine.

La conquête de Veii a été « un grand tournant pour [les Romains] parce qu'ils s'emparent d'un territoire qui fait la moitié de la taille du territoire qu'ils possèdent déjà », dit Watts. Au cours des deux siècles et demi suivants, Rome s'est répandue dans toute la péninsule italienne en conquérant des territoires et en en faisant des alliés indépendants ou en étendant la citoyenneté romaine.

« L'absorption de l'Italie était en fait une absorption ; ce n'était pas censé être un régime colonial », dit-il. Plus tard, au premier siècle avant J.-C., il a étendu la citoyenneté romaine à tous les peuples libres. Pourtant, il n'a jamais étendu la citoyenneté aux nombreux esclaves en Italie obtenus par le commerce, la piraterie, les guerres et d'autres moyens.

LIRE LA SUITE: Pourquoi la Rome antique avait besoin d'immigrants pour devenir puissants

Les conquêtes romaines atteignent l'étranger

Cette stratégie d'absorption a changé lorsque Rome a conquis ses premiers territoires d'outre-mer. Pendant les guerres puniques avec Carthage entre 264 av. à 146 avant JC, Rome s'étend sur plusieurs îles méditerranéennes et sur la côte est de l'Espagne moderne. Pourtant, au lieu d'étendre sa république dans ces territoires ou de former des alliances, Rome a désigné ces nouveaux territoires comme provinces et a nommé des gouverneurs romains pour les superviser.

Prendre ce nouveau territoire n'était pas quelque chose que Rome avait initialement prévu de faire. "La première guerre punique est quelque chose dans laquelle ils tombent en quelque sorte, mais ils sont heureux de prendre du territoire à la suite de cela", a déclaré Watts.

Après que Rome ait poussé Carthage hors de Sicile lors de la première guerre, l'île italienne est devenue la première province étrangère de Rome. Au cours de la Seconde Guerre punique, Rome s'est retrouvée sur la défensive alors que le général carthaginois Hannibal et ses éléphants marchaient sur les Alpes et vers le sud jusqu'en Italie. Encore une fois, Rome a vaincu Carthage et a conquis une partie de son territoire, cette fois en Espagne.

Pourtant, au moment où elle est entrée dans la troisième guerre punique, "Rome a définitivement décidé qu'elle allait simplement prendre du territoire", dit-il. "Et c'est très différent de ce qu'ils faisaient même au troisième siècle."

Conquérir un territoire en Afrique du Nord

Cette fois, Rome a détruit la capitale Carthage dans l'actuelle Tunisie et réduit en esclavage les habitants de la ville. Elle a également conquis tout le territoire de Carthage en Afrique du Nord et en a fait une province romaine. Rome était désormais la principale puissance hégémonique de la région méditerranéenne. Au cours du siècle suivant, il a cimenté son statut en conquérant des territoires côtiers dans les pays modernes de la Grèce, de la Turquie, de l'Égypte et d'autres jusqu'à ce qu'il entoure complètement la mer Méditerranée.

Après cela, Rome a utilisé son armée impressionnante pour s'étendre vers l'extérieur en plusieurs rafales, profitant parfois simplement des États et des royaumes voisins au fur et à mesure qu'ils tombaient. Dans les années 60 avant notre ère, Rome s'étend au Moyen-Orient et s'empare de Jérusalem. Ces territoires de l'Est avaient des systèmes politiques anciens et complexes que Rome a largement laissés en place.

Jules César étend la portée de Rome à travers l'Europe

La décennie suivante, le général Jules César a conduit des soldats romains dans le nord-ouest de l'Europe, "essentiellement parce que César a décidé qu'il voulait le faire et qu'il avait des troupes capables de le faire", explique Watts. "C'est la façon dont César a en quelque sorte fait sa carrière." L'approche romaine de ces territoires occidentaux était légèrement différente, car ils n'avaient pas de systèmes politiques anciens et complexes. Lorsque Rome a pris le pouvoir, elle a introduit certains systèmes romains, tout en essayant de garder le pouvoir entre les mains des dirigeants locaux pour assurer une transition en douceur.

En plus de pousser la portée de Rome à travers l'Europe, César a également annoncé la fin de la république et le début de l'Empire romain. Après s'être déclaré inconstitutionnellement dictateur à vie, les sénateurs l'ont assassiné en 44 av. La république tomba définitivement lorsque son petit-neveu, Auguste César, se déclara empereur en 27 av. Maintenant, l'état tentaculaire de Rome était officiellement l'Empire romain.

Le pic de l'empire romain, puis l'effondrement

L'empire a atteint son apogée en 117 après JC lorsqu'il a fortifié ses frontières et s'est étendu jusqu'en Angleterre. Mais après cela, il a cessé de se développer, car les dirigeants ne pensaient pas que cela valait le temps et l'énergie. La structure impériale rudimentaire qui permettait aux provinces de se gouverner a rendu le tout gérable jusqu'en 212, lorsque l'Empire romain a étendu la citoyenneté à tous les peuples libres (les femmes libres étaient toujours citoyennes même si elles avaient moins de droits que les hommes).

Mais l'extension de la bureaucratie impériale a rendu l'empire beaucoup plus difficile à gérer ; et ce fut l'une des raisons pour lesquelles l'empire commença à se diviser. L'année 395 fut la dernière fois que tout l'empire fut réuni sous un seul empereur. Après cela, la moitié ouest s'est séparée et s'est effondrée en un siècle. À l'est, l'empire romain, également connu sous le nom d'empire byzantin, a duré plus d'un millénaire.

LIRE LA SUITE: 8 raisons pour lesquelles Rome est tombée


L'histoire de Romulus et Remus n'est qu'une légende, mais le puissant empire de Rome s'est développé à partir de ce qui n'était guère plus qu'un village au 8ème siècle avant JC ou même avant.

Au VIe siècle av.

À la fin du siècle suivant, Rome fléchissait ses muscles, menait ses premières guerres contre ses voisins étrusques et consolidait leur domination sur leurs anciens alliés lors de la guerre latine de 340 à 338 av.

Depuis le centre de l'Italie, les Romains se sont étendus au nord et au sud, battant les Samnites (290 avant JC) et les colons grecs (la guerre à la Pyrrhus 280 - 275 avant JC) dans le sud pour prendre le contrôle de la péninsule italienne.


Histoire des chiffres romains

Les chiffres romains sont des symboles de l'ancien Empire romain qui étaient couramment utilisés pour représenter de petits nombres. Le système pourrait également incorporer de plus grands nombres. Et pendant des siècles, ils ont été la façon typique d'écrire les nombres dans l'empire. Ce système numérique était également répandu dans toute l'Europe jusqu'au Moyen Âge. La question que se posent la plupart des historiens à ce sujet est de savoir jusqu'où est allé le système de chiffres romains ? Une réponse détaillée sera fournie à la question ci-dessus ainsi que l'utilisation moderne des chiffres romains.

Bref aperçu du système

D'une manière générale, le chiffre romain utilise 7 lettres principales de l'alphabet latin pour représenter les nombres. Les symboles sont les suivants :

Symboles de chiffres romains avec leurs valeurs correspondantes

Pour former des nombres avec les chiffres romains, le soustractif ou la notation additive est déployée. Chaque fois qu'un symbole est placé après un autre symbole, la valeur résultante est la somme des deux symboles.

Par exemple, II signifie I+I (1+1) = II (2). De même, MM= M+M=1 000+1000=2 000. Et VIII= V+I+I+I= 8

Cependant, si le symbole précède un autre symbole de valeur supérieure, le résultat est obtenu en soustrayant les deux valeurs. IV signifie V-I= 4. De même, XL= L-X= 40 et XC= C-X= 90.

Formes originales des chiffres romains

Comme mentionné ci-dessus, le chiffre romain est une forme de système numérique qui doit ses origines à la Rome antique. Contrairement à sa forme actuelle de 7 symboles, seuls trois symboles ont été utilisés : I, V et X (1, ​​5 et 10 respectivement) dans les formes originales. Ce que les anciens Romains ont ensuite fait était d'ajouter 1 (I) au fur et à mesure que le nombre progressait. Ainsi, par exemple, l'entier 4 sera représenté par IIII. Alors 7 aura VII. 9 sera VIII. Ces trois symboles (I, V et X) étaient comme des marques de pointage. Par conséquent, les numéros 1 à 10 étaient :

I, II, III, IIII, V, VI, VII, VIII, VIIII et X

Version évoluée des chiffres romains

Les chiffres romains ci-dessus (sans la notation ni le principe additif) peuvent être un peu déroutants pour les yeux. Par exemple, IIII pourrait facilement être confondu avec III d'un simple coup d'œil. Par conséquent, et au fil des siècles, le système de chiffres romains a connu de légers changements. La version révisée utilisait ce qu'on appelle le soustractif et la notation additive. Ainsi, au lieu d'avoir IIII, 4 sera maintenant IV. Et le « I » avant un V signifie un de moins que V (5). Et au lieu d'avoir VIIII pour 9, le soustractif la notation signifie que 9 sera IX. Donc les 10 premiers entiers sous le soustractif et la notation additive ira comme ceci:

I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X

Pour les nombres supérieurs à 10, X, L et C sont très utilisés. À cet égard, le soustractif et les notations additives sont également appliquées ici. Autrement dit, lorsqu'un symbole apparaît à gauche d'un autre symbole, cela signifie qu'ils doivent être déduits. Inversement, lorsque le symbole apparaît à droite du symbole, cela signifie qu'ils doivent être ajoutés (la notation additive). Les nombres 10, 20, 30, 40, 50, 60, 70, 80, 90 et 100 s'écriront comme suit en chiffres romains :

X, XX, XXX, XL, L, LX, LXX, LXXX, XC, C

De la même manière que ci-dessus, les nombres de cent à mille (100 à 1000) seront les suivants :

C, CC, CCC, CD, D, DC, DCC, DCCC, CM, M

D et M, comme indiqué ci-dessus, représentent respectivement 500 et 1000. Les symboles CD (400) et CM (900) utilisent le même soustractif et la notation additive mentionnée ci-dessus.

Comment les grands nombres sont-ils représentés en chiffres romains ?

Vous devez vous demander maintenant qu'après 3 999, le système de numérotation romain deviendra un peu désagréablement long. Oui, tu as raison! Le problème de la répétition excessive se pose lorsqu'il s'agit de nombres plus importants par milliers. Dans l'ancien Empire romain, ce problème était résolu de plusieurs manières. Ils avaient des numéros spéciaux pour de tels cas. Le C en miroir (Ↄ) était le symbole le plus courant pour les grands nombres à l'époque.

Au fur et à mesure que l'empire progressait, une version modifiée des 3 symboles (I, V et X) a commencé à devenir populaire pour les nombres par milliers. Les Romains ont placé une ligne au-dessus des symboles. De plus, les chiffres romains par centaines de milliers avaient des lignes supplémentaires sur leurs côtés.

Chiffres romains avec des chiffres plus grands

Dans les temps modernes, les nombres supérieurs à 3 999 sont rarement représentés par des chiffres romains. Et compte tenu du siècle dans lequel nous nous trouvons, il faudra beaucoup de temps avant que nous commencions à lutter pour représenter les années en chiffres romains. Pour l'instant, une année typique du 21 e siècle peut être représentée très proprement en utilisant le système de chiffres romains. Par exemple, l'année 2018 peut être écrite comme MMXIII. L'année 2299 peut avoir un chiffre un peu plus long : MMCCXCIX. Mais les années ou les nombres de ce genre sont encore très gérables par rapport aux nombres supérieurs à 3999.

Regardons à quoi ressembleront les chiffres romains avec les années marquantes suivantes de notre ère moderne :

  • Par exemple, la date de la déclaration d'indépendance peut être clairement écrite comme suit : IV, juillet, MDCCLXXVI
  • Une autre date intéressante qui ressort parfaitement bien en utilisant le chiffre romain est la date du couronnement de la reine Elizabeth II (6 février 1952) : VI février, MCMLII (le jour même où la reine Elizabeth II monta sur le trône).
  • Les Jeux Olympiques de Rio de 2016 seront écrits comme MMXI
  • Le premier album des Beatles intitulé "My Bonnie/The Saints" est sorti en MCMLXII (1962)
  • Pour une date beaucoup plus triste, disons que les attentats du World Trade Center Twin ont eu lieu dans MMI (2001)
  • La sonde spatiale interplanétaire de la NASA, New Horizons, a effectué un survol rapproché de Pluton dans MMXV (2015).

Utilisation classique et variations modernes

Les chiffres romains figurent abondamment sur les cadrans des horloges et des montres de nos jours. Le Palais de Westminster a une énorme horloge (Big Ben) avec le système de chiffres romains. Et ça colle au soustractif ou règle de notation additive.

Grande horloge du Palais de Westminster (Big Ben) avec le système de chiffres romains.

Chiffres romains mis en évidence sur l'horloge de la cathédrale de Wells

Ce qui est le plus intéressant, c'est que certaines structures post-Empire romain n'ont guère suivi les soustractif règle de notation. L'Admiralty Arch à Londres est datée de MDCCCX au lieu de MCMX. L'inscription latine au-dessus se lit comme suit :

ANNO : DECIMO : EDWARDI : SEPTIMI : REGIS : VITORIӔ : REGINӔ : CIVES : GRATISSIMI : MDCCCCX

L'Arche de l'Amirauté à Londres avec ses chiffres romains et son inscription latine qui se lit en anglais comme suit : “Dans la dixième année du roi Édouard VII, à la reine Victoria, de la part des citoyens les plus reconnaissants, 1910”

L'horloge de Grand Central utilise IIII, au lieu de IV. Ceci est assez courant sur les cadrans et les cadrans des horloges, des montres de poche et des montres-bracelets.

Horloge à Grand Central, New York, avec IIII représentant 4

Les portes du Colisée avaient plusieurs cas où le soustractif la notation n'a pas été appliquée. Au lieu de IV, IIII était l'option de loin préférée. Rétrospectivement, les anciens Romains ne s'en tenaient pas souvent à cette règle. Les historiens attribuent cela à un certain nombre de raisons. Premièrement, c'était à cause du symbole IV ressemblant au nom de la divinité suprême romaine, Jupiter. En latin, Jupiter s'écrit IVPPITER. Les Romains ne voulaient pas commettre d'hérésie en mettant un symbole semblable à leur dieu du ciel et roi des dieux, Jupiter.

La deuxième raison est liée au léger calcul mathématique fourni avec “IV”. Avec IIII n'obéissant pas au soustractif notation, les gens du commun et les Romains moins instruits auraient facilement pu le lire. Et même au Moyen Âge, les horloges montées au sommet des églises ou dans les centres-villes auraient pris en compte la moyenne des gens non éduqués. Par conséquent, IIII était une option beaucoup plus facile à lire ou même à écrire que IV.

Une horloge moderne typique qui utilise les chiffres romains

Aujourd'hui, la majorité des fabricants de montres préfèrent utiliser IIII (au lieu de IV) pour maintenir la tradition plutôt que pour les raisons ci-dessus.

Comment les Romains ont-ils inventé ce système ?

La réponse est simple. Comptage ! Comme les Romains comptaient, chaque cinquième compte était frappé d'un symbole spécial. Et chaque dixième compte était frappé d'un autre symbole spécial. Ces symboles spéciaux varient fortement d'un endroit à l'autre. Ce qui est intéressant cependant, c'est que pour les numéros 1 à 4, des bâtons ou des formes en forme de bâton ont été utilisés. À l'époque, les numéros 1 à 10 ressemblaient peut-être à ceci :

Chiffres romains sans la notation soustractive

Notez comment ces symboles, et x, ressemblent aux versions modernes de V et X. À l'époque, de nombreux Romains utilisaient un V inversé à la place de 5. D'autres symboles tels que ⃝ et étaient très courants à l'époque.

Avant les Romains, quel système de numération était utilisé pour la numérotation ?

Avant les Romains, un système similaire pendant la civilisation étrusque était utilisé. Les Étrusques étaient une culture très dynamique du VIIIe au IIIe siècle avant notre ère avant que les Romains ne les conquièrent. Les historiens pensent que le système de chiffres romains ainsi qu'une foule d'autres objets et systèmes de croyance culturels et historiques étrusques ont été assimilés dans l'empire romain en plein essor. En ce qui concerne les origines de ces systèmes étrusques de comptage et de numérotation, nous pouvons supposer sans risque qu'ils doivent provenir d'un acte simple tel que le comptage.

Alternativement, certains historiens estiment que le système de chiffres romains est le produit de gestes de la main. Les nombres 1 à 4 correspondent aux quatre doigts. Le pouce en forme de V représente 5.

Pour les numéros 6 à 10, les deux mains ont été utilisées. Lorsque le comptage est arrivé à 10, les deux pouces ont été croisés pour faire un signe X.

Utilisation à l'ère moderne

Des documents historiques montrent que les chiffres romains ont été progressivement remplacés par les chiffres arabes (c'est-à-dire 1,2,3,…) qui étaient plus pratiques. Les chiffres arabes ont été introduits pour la première fois en Europe vers le 11 e siècle. Il était populaire parmi les marchands et commerçants arabes. Au fil du temps, leurs chiffres se sont largement répandus dans toute l'Europe. Indépendamment de cela, le système de chiffres romains est encore couramment préféré pour les éléments suivants (jusqu'à la date) :

Le nombre royal de monarques, de souverains et de papes à cette date utilise encore les chiffres romains. La tradition a commencé au Moyen Âge. Pendant le règne d'Henri VIII (prononcé Henri le huit), l'usage a commencé à prendre de l'ampleur. Avant cela, les monarques utilisaient l'épithète pour se distinguer les uns des autres. Un exemple d'une telle épithète sera : Edouard le Confesseur, Charles le Simple de France et Jeanne la folle d'Espagne. Avec l'aide des chiffres romains, les épithètes n'étaient pas si nécessaires dans leurs titres. Cela est évident dans les titres de certains monarques et papes européens. Des exemples de tels titres avec des chiffres romains sont Louis XIV (Louis XIV), le roi George II, Charles IV d'Espagne, le roi Édouard VII,

Louis XIV de France préféra utiliser son royale numéro sur sa monnaie.

Dans les temps modernes, nous pouvons faire mention de ces titres Pape Jean-Paul II (Pape Jean-Paul II), Reine Elizabeth II, Pape Benoît XVI et Felipe VI.

Après la Révolution française, les Français ont eu recours aux chiffres romains pour écrire les années. Par exemple la conquête de l'Egypte par Napoléon qui a eu lieu dans les années 1798 et 1799 peut être écrite comme MDCCXCVIII et MDCCXCIX

Aux États-Unis, le système de chiffres romains a commencé à être déployé pour distinguer deux personnes dans une famille qui partageaient les mêmes noms à travers les générations. L'exemple peut être John Doe III (c'est le troisième John Doe dans l'arbre généalogique).

À notre époque moderne, il n'est pas rare de voir des spectacles, des films et des œuvres d'art datés en chiffres romains. L'année de sortie du film Shawshank Redemption peut être écrite comme MCMXCIV.

Certaines personnes pensent que les artistes et les sociétés de production utilisent son utilisation comme subterfuge. C'est pour masquer ou cacher la date de la production. Le jury est toujours sur celui-là à coup sûr.

Les bâtiments et les pierres angulaires préfèrent encore aujourd'hui utiliser les chiffres romains.

Il n'est pas rare de trouver une numérotation des pages des préfaces et des introductions de livres ainsi que des appendices et des annexes en chiffres romains. Les volumes et chapitres de livres ne sont pas non plus exemptés d'utiliser ce chiffre.

Les exemples incluent : Final Fantasy XV (jeu), Adobe Reader XI (lecteur pdf) et Age of Empire III (jeu)

Les scientifiques nomment souvent les satellites naturels et les lunes des planètes en utilisant des chiffres romains. Des exemples notables sont Saturne VI (Titan), Jupiter II (Europe), Uranus I (Ariel), Neptune XIV (Hippocamp) et Pluton I (Charon).

Des exemples notables peuvent être trouvés dans les titres des mathématiques avancées telles que la trigonométrie, les statistiques et le calcul.

Quelle est la renommée des chiffres romains dans la Grèce d'aujourd'hui ?

Avant la conquête romaine et le mouvement dans la Grèce antique, les Grecs eux-mêmes avaient leur propre système de numérotation. Par conséquent, il est juste de dire qu'en Grèce aujourd'hui, les chiffres grecs sont utilisés dans les endroits et les situations où les chiffres romains sont utilisés dans d'autres parties du monde.


L'« urbanisation » de Rome

Le petit village latin qu'était Rome s'est urbanisé au contact des Étrusques, un peuple d'origine inconnue, qui a occupé et conquis une grande partie de la péninsule italienne dans les années qui ont empêché la naissance de Rome. Son urbanisation comprenait le développement et l'utilisation de techniques telles que le drainage et le pavage des marais (qui devinrent plus tard le Forum) et des méthodes de construction en pierre résultant en des murs défensifs, des places publiques et des temples ornés de statues.


Le pouvoir du latin dans la Rome antique

Les élèves étudient comment la propagation géographique d'un système humain percutant et d'un langage mdash et mdash a influencé le pouvoir dans la Rome antique.

Arts de la langue anglaise, géographie, géographie humaine, études sociales, histoire du monde

Celui-ci répertorie les logos des programmes ou partenaires de NG Education qui ont fourni ou contribué au contenu de cette page. Programme

1. Activez les connaissances préalables des élèves.  

Interroger: Avez-vous déjà été dans une situation où vous ne compreniez pas la langue parlée ? Invitez des volontaires qui sont à l'aise de le faire pour partager leurs expériences avec la classe. En classe, discutez des thèmes communs qui sont les plus susceptibles de revenir : sentiments d'inconfort, de confusion et d'incompréhension (perte de pouvoir). Puis demander:

  • Qu'est-ce que cela ferait d'être fortement influencé pour adopter une langue autre que l'anglais ?
  • Que ressentiriez-vous si les activités et les lieux les plus populaires aux États-Unis aujourd'hui étaient menés ou marqués avec la langue d'un autre pays existant actuellement ?

Expliquez aux élèves que, dans cette activité, ils apprendront comment la propagation du latin a influencé le pouvoir dans la Rome antique et examineront comment cela a eu un impact sur les habitants des villes et villages envahis.

2. Demandez aux élèves de lire sur la diffusion du latin dans la Rome antique.

Distribuez une copie de la feuille de travail sur le latin dans la Rome antique à chaque élève. Divisez les élèves en paires et demandez à des paires de travailler ensemble pour lire le passage et répondre aux questions de la première partie. Révisez les réponses en classe entière. Interroger:

  • Dans vos propres mots, décrivez romanisation. (La romanisation est la propagation des coutumes, des vêtements, des activités et de la langue romaines.)
  • En quoi le latin était-il différent pour les différentes classes économiques ? (Ils avaient différentes versions de la langue : vulgaire et classique.)
  • Comment pensez-vous que les villes et villages envahis ont ressenti le passage aux coutumes et à la langue romaines ? (Réponse possible : ils se sont probablement sentis obligés de le faire, à la fois du gouvernement et de l'armée, au lieu d'avoir envie de le faire eux-mêmes.)

3. Demandez aux élèves de lire une source principale sur la façon dont le gouvernement a conçu la propagation du latin.

Expliquez aux élèves que vous allez ensuite lire à haute voix une source primaire de Valerius Maximus, un écrivain et historien romain. Demandez aux élèves de suivre pendant que vous lisez le passage de la partie 2 de la feuille de travail. Répondez à toutes les questions que les élèves peuvent avoir sur le sens des mots inconnus. Ensuite, demandez à des paires de travailler ensemble pour répondre aux deux questions. Révisez les réponses en classe entière. Interroger:

  • Comment Valerius pense-t-il que le latin a influencé le pouvoir romain ? (Valerius pense que le latin a été utilisé comme un outil pour protéger le pouvoir romain.)
  • Selon Valerius, qui répand le latin ? Pourquoi pense-t-il que cela se produit? (Valère pense que les magistrats, ou juges élus à Rome, ont orchestré la diffusion du latin afin de maintenir le pouvoir du peuple romain.)

4. Discutez avec toute la classe de l'influence de la langue sur le pouvoir dans la Rome antique.

Demandez à chaque binôme de discuter puis de partager avec la classe leurs idées sur la façon dont le latin a influencé le pouvoir de Rome et/ou de certains Romains. Aidez les élèves à inclure des idées sur la façon dont, alors que Rome conquérait de plus en plus de villes et de villages, le latin a remplacé les langues locales. Ils devraient également établir un lien entre la diffusion délibérée du latin et la dissolution d'autres langues qui en résulte, et la différenciation économique entre le latin classique et le latin vulgaire.

5. Demandez aux élèves de rédiger un essai de réflexion.

Demandez à chaque élève de sortir une feuille de papier vierge et d'écrire une réponse en deux paragraphes à l'invite suivante : Comment la diffusion du latin a-t-elle eu un impact sur la Rome antique ? Demandez aux élèves d'inclure pourquoi certaines personnes pourraient vouloir conserver leur langue locale et comment les influences d'autres cultures ont un impact sur notre propre langue. Rappelez-leur de soutenir leur affirmation en utilisant les preuves de la lecture.

Évaluation informelle

Recueillez les dissertations des élèves et utilisez la rubrique en 3 points suivante pour évaluer les dissertations :

3 &ndash L'essai de réflexion de l'étudiant comprend toutes les principales manières dont la propagation du latin a eu un impact sur Rome et il ou elle considère de multiples perspectives et établit des liens avec sa propre vie.

2 &ndash L’essai de réflexion de l&rsquos étudiant comprend certaines des principales façons dont la propagation du latin a eu un impact sur Rome. Il ou elle établit des liens minimes avec d'autres perspectives et sa propre vie.

1 &ndash L'essai de réflexion de l'étudiant comprend quelques-unes des principales manières dont la propagation du latin a eu un impact sur Rome. Il ou elle n'établit aucun lien avec d'autres perspectives ou avec sa propre vie.

Étendre l'apprentissage

Invitez les élèves à répondre oralement ou par écrit à la question suivante : Considérez la disponibilité des services de traduction aujourd'hui. Imaginez que vous puissiez remonter le temps et offrir aux Romains et à leurs peuples conquis la technologie de traduction instantanée que nous avons aujourd'hui. Comment, le cas échéant, pensez-vous que cela changerait l'influence que la langue avait sur le pouvoir dans la Rome antique ? Expliquez votre réponse en utilisant ce que vous avez appris au cours de l'activité dans votre raisonnement.


Oscan

L'oscan était la langue italique la plus parlée avant la propagation du latin, prédominante à Bruttium, Lucania, Campania, Samnium et ailleurs dans le centre et le sud de l'Italie. Réparties sur une si vaste étendue, de nombreuses variantes locales de l'osque ont émergé, bien qu'il soit quelque peu difficile de les différencier clairement étant donné la nature fragmentaire des textes et inscriptions osques survivants. Il existe des preuves du bilinguisme osque/latin (le poète Ennius a écrit dans les deux langues, ainsi qu'en grec), et le célèbre linguiste et latiniste Dr Nicholas Ostler estime qu'ils étaient à peu près aussi intelligibles que l'espagnol et le portugais modernes [6]. En tant que langue répandue et bien établie, il semble que l'oscan ait pu être sur le point, à un moment donné, de prendre le relais là où le latin était parlé, d'autant plus qu'il semble que l'oscan n'était pas difficile à comprendre pour les locuteurs de latin. Mais il n'en serait pas ainsi.


En savoir plus

Rome à la fin de la République par M Beard et M Crawford, (2e édition, Duckworth, 1999)

Et tu brut? Meurtre de César et assassinat politique par G. Woolf, (Profile Books, 2006)

Rome augustéenne par A Wallace-Hadrill, (Bristol Classical Press, Duckworth, 1998)

Compagnon de Cambridge à la Rome républicaine par H Flower (ed), (CUP, 2004)

Marcus Tullius Cicero, Lettres choisies (Pingouin, 2005)

La fin du passé : la Rome antique et l'Occident moderne par Aldo Schiavone traduit par Margery J. Schneider (Harvard University Press, 2000)


Rome souterraine

Une bonne façon d'étudier la Rome antique est d'explorer les caves - et sous-caves - de la Rome moderne.

SOUS LA Rome moderne se trouve une ville cachée, aussi immobile que Rome est chaotique, aussi sombre que Rome est lumineuse, avec ses propres animaux particuliers, ses odeurs puissantes, ses eaux glaciales et ses vestiges antiques spectaculaires. Les explorateurs trouveront des théâtres, des bains, des stades, des villas impériales, des immeubles d'habitation, des casernes de pompiers et des temples païens - même un énorme cadran solaire qui utilisait un obélisque égyptien comme pointeur. Des millions de personnes viennent à Rome chaque année à la recherche de l'antiquité et marchent sans méfiance à travers ces trésors enfouis lors de leurs visites des célèbres ruines de surface. Bien que des structures comme le Panthéon et le Colisée soient certainement impressionnantes, elles ne représentent qu'une petite fraction de la ville antique, et le vent, la pluie et les polluants atmosphériques ne les ont pas traités avec bonté au fil des ans. Enveloppées dans une épaisse couverture protectrice de terre, les structures souterraines de Rome ont bien mieux supporté le ciselage incessant des personnes et des éléments. Avec de la persévérance et l'aide occasionnelle d'un guide, un visiteur peut explorer ce royaume souterrain, découvrir des fenêtres lumineuses sur l'histoire romaine et des indices sur l'évolution de la ville moderne depuis longtemps disparus de la surface.

La Rome antique a progressivement disparu de la vue, au cours d'un processus d'envasement naturel et d'enfouissement intentionnel de 2500 ans déjà bien avancé à l'époque classique. Les architectes romains arrachaient fréquemment les toits des vieux bâtiments et remplissaient leurs intérieurs de terre, pour créer des fondations solides pour les nouvelles structures. Ils ont incrusté des bâtiments antérieurs dans d'énormes décharges qui ont élevé le niveau du sol de l'ensemble du site de plusieurs mètres. Parfois, ils ont enseveli des quartiers entiers de cette façon. Après que le grand incendie de l'an 64 a dévasté les deux tiers de la ville, Néron a répandu les débris sur les décombres de la Rome républicaine, puis a remodelé la ville à sa guise. Plus tard, pendant le long et sombre Moyen Âge de Rome, la nature a continué l'enterrement. La population s'est réduite à de minuscules poches dans le large anneau des murs impériaux, abandonnant la ville antique à une érosion implacable qui a usé les hautes terres et les a redistribuées sur des zones basses. Les bâtiments romains qui sont restés exposés ont contribué de manière significative à la décharge. Les archéologues ont estimé que l'effondrement d'une maison romaine d'un étage a produit des détritus de six pieds de profondeur sur tout son plan. Considérant que Rome comptait autrefois 40 000 immeubles d'appartements, 1 800 palais et de nombreux bâtiments publics géants, dont presque rien ne subsiste, il est clair que la ville antique est ensevelie sous ses propres vestiges.

En 1580, lorsque Montaigne visita Rome, la ville classique était presque invisible. Il a observé que lorsque les Romains modernes creusaient dans le sol, ils frappaient fréquemment les chapiteaux de hautes colonnes encore debout loin en dessous. "Ils ne cherchent pas d'autres fondations pour leurs maisons que de vieux bâtiments en ruine ou des voûtes, comme on en voit au fond de toutes les caves." Impressionné par le spectacle des arcs de triomphe du Forum s'élevant des profondeurs de la terre, il a noté : « Il est facile de voir que de nombreuses rues [anciennes] sont à plus de trente pieds au-dessous de celles d'aujourd'hui. Même maintenant, le processus d'enterrement continue. Chaque année, un pouce de poussière tombe sur Rome, composé de feuilles, de pollution, de sable de la côte voisine et d'un jet de poudre de centaines de ruines se dissolvant régulièrement dans le vent. En certains endroits, nous sommes à plus de dix mètres de la Rome antique que ne l'était Montaigne.

Un BON endroit pour commencer à explorer les couches de Rome est San Clemente, une basilique du XIIe siècle juste à l'est du Colisée. Descendez l'escalier de la sacristie et vous vous retrouvez dans une salle rectangulaire décorée de fresques fanées et de marbres verdâtres, éclairée par des bulbes clairsemés tendus par les fouilleurs. Il s'agit de l'originale San Clemente du IVe siècle, l'une des premières églises de Rome. Il a été condamné vers 1100 après JC et rempli de terre, de style romain, comme plate-forme pour la basilique actuelle. Un escalier étroit près de l'abside de cette église basse mène aux structures du premier siècle sur lesquelles elle a été construite : un immeuble romain et un petit temple. The light is thinner here cresses and fungi patch the dark brick and grow delicate halos on the walls behind the bare bulbs. Deeper still, on the fourth level, are several rooms from an enormous public building that was apparently destroyed in the Great Fire and then buried by Nero's architects. At about a dozen yards belowground the massive tufa blocks and herringbone brickwork are slick with humidity, and everywhere is the sound of water, flowing in original Roman pipes. No one has excavated below this level, but something is there, for the tufa walls run another twenty feet or so down into the earth. Something is buried beneath everything in Rome.

Most major landmarks, in fact, rest on construction that leads far back into the past. Tucked under Michelangelo's salmon-pink Senatorial Palace on the Capitoline Hill is a tidy little temple to Veiovis, a youthful Jove of the underworld, among the most ancient gods of the Roman pantheon. Beneath the sanctuary excavators have found traces of a still-earlier shrine. A small passageway in the south exterior wall of St. Peter's Basilica leads into an eerily intact Roman necropolis that underlies the entire center aisle. The passage becomes the main street of a miniature city of the dead, fronted by ornate two-story mausoleums on which Christ and the Apostles stand alongside Apollo, Isis, Bacchus, and rampaging satyrs. This necropolis first came to light in the Renaissance, when the basilica was rebuilt: pontiffs and architects watched in horror as an endless stream of pagan relics issued from the floor of Catholicism's most sacred church.

In the cellar of the massive, foursquare Palazzo della Cancelleria, in the heart of Rome, is a stretch of the Euripus, an ornamental canal that traversed this area, once a garden district. Now far belowground, it still brims with water, clear and unearthly blue. Writing from exile, a homesick Ovid fondly recalled the Euripus flowing between elegant lawns and porticoes. Ancient graffiti still visible beside the canal express less-elevated sentiments. "Scummy Ready-for-Anything gives it to her lovers all the time," an anonymous Roman penned in careful letters. "Crap well," another wrote just beside, either in response or as a general exhortation to passers-by.

Striking subterranea underlie the most ordinary scenes. A trapdoor in the courtyard of a bustling apartment complex on Via Taranto, not far from San Giovanni in Laterno, opens upon two perfect Roman graves, festooned with fresco grapevines and pomegranates, bewailed by red and blue tragic masks, guarded by mosaic goddesses. The nondescript palazzo at Via della VII Coorte 9, in the Trastevere district across the river, sits atop a complete Roman fire station, with its broad internal courtyard and central fountain, sleeping quarters, latrine, and shrine to the divinity who protected firemen. The busy train tracks on the eastern border of Porta Maggiore conceal a mysterious hall known as the Underground Basilica, apparently the temple of a first-century neo-Pythagorean cult. Handsome mosaic floors, three aisles, and a semicircular apse give it the look of a church, but stucco friezes on the walls show Orpheus leading Eurydice back from Hades, Heracles rescuing Hesione from the sea monster, and other scenes of mythological deliverance.

The grandest of all Roman subterranea lies beneath the shabby gardens on the eastern slopes of the Esquiline Hill, where homeless immigrants sleep and children play roughneck soccer against the startlingly big backdrop of the Coliseum. An entrance of crumbling brickwork leads down into the Golden House, a vast, megalomaniacal residence that Nero built atop ruins from the Great Fire his successors, after damning Nero's memory, covered it with the Coliseum and other public buildings. An entire wing of the villa is buried here -- a labyrinth of corridors, vaulted chambers, and domed halls immersed in total darkness. Here and there a flashlight will illumine sections of the original Roman decoration: landscapes alive with mythological beasts and odd anthropomorphic figures. These frescoes attracted the greatest artists of the Renaissance, who clambered down with torches to sketch the drawings, hold merry picnics of apples, prosciutto, and wine, and scratch their names unselfconsciously into the plaster (many famous autographs, including Domenico Ghirlandaio, Martin van Heemskerck, and Filippino Lippi, are still visible). They emerged from these underground rooms -- "grottoes," as they called them -- to decorate Rome in a new, "grotesque" style.

Exploring Rome's subterranea, one learns certain rules of thumb. Low-lying areas like Trastevere, which millennia of floods have paved in heavy layers of silt, are rich in sites. Even better are zones that have been continuously inhabited since classical times (the Campo Marzio, for example, with the Pantheon at its center), where subterranea have escaped the violence of deep modern foundations. For much the same reason churches make excellent hunting. In many crypts and side chapels are shadowy locked doorways that the sacristan can often be persuaded to open, for a modest contribution. They lead down to Roman baths, taverns, prisons, military barracks, brothels, and other remains. Pagan temples are especially common, perhaps because Christian builders wanted to occupy and eradicate the sacred places of competing religions. Beneath the polished marble floors of San Clemente, Santa Prisca, Santo Stefano Rotondo, and several other churches are shrines to Mithras, an Iranian god of truth and salvation who was one of Jesus' main rivals during the later empire. These snug, low-roofed halls are flanked by benches where the worshippers reclined, with a niche at the far end for the cult statue: a heroic young Mithras in a flowing cape, plunging his sword into the neck of an enormous bull. By the warm light of torches all-male congregations once worshipped Mithras here in strange rites of water and blood, vaguely suggested in graffiti still visible beneath Santa Prisca: "Sweet are the livers of the birds, but worry reigns." "And you redeemed us by shedding the eternal blood."

FOR some Romans the hidden city beneath their feet has become an obsession. The photographer Carlo Pavia, lean and intense, has for the past twenty years rappelled down into ancient mines and apartment houses, scuba-dived in underground halls filled with icy groundwater, and pulled on hip waders and a gas mask and slogged back into the Cloaca Maxima, an ancient sewer that winds its way beneath much of Rome. He describes unearthly scenes: colonies of fat albino worms rats as big as lapdogs African and Arabian plants flourishing in the rooms beneath the Coliseum, grown from seeds fallen from the coats of exotic animals imported by the Romans for their entertainments. Packs of saltericchi, a kind of jumping spider, rove the deepest, most humid recesses. "At the first sign of light they panic and start hopping around," Pavia explains. "I have to move carefully, shooing them ahead of me with my lamp." Pavia recently founded a magazine, Forma Urbis, that each month illustrates selected sites with his outstanding photographs.

Other subterraneophiles are less athletic but equally obsessed. Emanuele Gatti is a round, jovial retiree who has devoted much of his life to underground Rome. As a government archaeologist he oversaw more than thirty years' worth of construction projects in the historic center, and he has fleshed out his experiences with painstaking archival research to produce a detailed map of ancient remains -- a kind of x-ray that lays a faint modern city over the sharp, clear bones of its subterranea. He runs his hand over the sea of symbols and annotations that is his magnum opus, eagerly indicating points of contact between the two worlds. "See here how the façade of the Parliament building rests directly on the façade of Alexander's Baths? Ancient walls still support modern buildings like this throughout the city. They are still 'alive,' you might say." Gatti hopes that some of the billions of dollars to be spent beautifying Rome for the Great Jubilee in the year 2000, a twelve-month festival of the Catholic Church that may bring some 40 million additional visitors to the city, will help to preserve the underground city and make it more accessible.

A few people are working on accessibility already. Three years ago Bartolomeo Mazzotta, then a graduate student in archaeology, assembled a handful of fellow experts to form Itinera, one of several new tour services that specialize in underground Rome. These services provide the best way to explore many subterranea, presenting a detailed introduction to the history and archaeology of the sites and supplying government permits that are difficult for individuals to arrange. For a modest fee you join a group of ten to twenty on a visit that lasts about an hour. Though the commentary is normally in Italian, most guides can field questions in English as well. Veteran visitors bring a flashlight, wear sturdy shoes that will give good traction on wet ground, and drape a sweater or shawl over their shoulders, as subterranea are often chilly even in the summer.

Most of the tour services schedule their visits months in advance and have a devoted following, so it is a good idea to book by telephone at least two weeks ahead. The best ones, such as Itinera (011-396-275-7323) and LU.PA. (396-519-3570), are run by trained archaeologists with years of experience belowground. Other good choices include Genti e Paesi (396-8530-1755) and Città Nascosta (396-321-6059), which generally take a more historical or art-historical approach. All these will arrange custom tours of multiple sites for groups. A complete listing of scheduled visits appears each week in Romac'è, a booklet available at newsstands in Rome and on the World Wide Web (http://www. villedit.it). Beyond specific tours he leads, an expert like Mazzotta is a gold mine of information about the best parts of underground Rome to visit, which sites are closed for renovation, and which can be seen without a permit. Mazzotta explains that most tour participants are Romans, who are increasingly eager to explore the lower city. He says, "Roma sotterranea is becoming a real cult."

In fact it is a very old cult, though some of its most ardent believers prefer to remain anonymous. Houses and workshops in the older neighborhoods of Rome frequently perch atop ancient remains, which here and there jab stone fingers up through the surface, just as Montaigne witnessed four centuries ago: massive granite columns sprouting from basement floors, Roman brick archways ridging foundation walls. The inhabitants, often elderly Romans whose families have lived in the same buildings for generations, may guard their secret subterranea carefully, fearing eviction by government authorities if word gets out. Gain their trust, however, and they will show off their underground treasures with great pride. They tell of other subterranea -- deep tunnels that traverse the city, vast and mysterious sanctuaries and palaces, a realm of oral tradition somewhere between science and legend. These elderly Romans are acutely aware of the lower city beneath their surface lives. Rome, they say, is haunted by its subterranea.

Photographs by Carlo Pavia

Le mensuel de l'Atlantique April 1997 Underground Rome Volume 279, No. 4 pages 48-53.


1 Answer 1

the commercial and diplomatic influence of the Roman empire reached far beyond the borders of the empire. The Roman government also established various forms of over lordship over various states that were not part of any roman provinces. So the limits of Roman power are often hard to determine with certainty.

When Rome conquered Egypt in 30 BC, Egyptian trade with India became an important part of the Roman economy. Greek traders to India based on Egypt gradually become more and more Roman and all gained Roman citizenship in 211 AD.

An important stop on voyages to India, and a source of frankincense and myrrh, which were valuable products, was that "happy" place, Arabia Felix, or Yemen, South Arabia.

Emperor Augustus sent the Prefect of Egypt, Gaius Aeilius Gallus, on an unsuccessful expedition to Yemen in 26 BC.

The Romans also sometimes fought against various countries in the north of modern Sudan.

Emperor Nero sent an expedition to find the source of the Nile River, and it is uncertain how far south it got.

There were occasional wars with the Garamantes in the Sahara, and Emperor Septimius Severus captured their capital Garama.

Emperor Augustus also conquered a large part of modern Germany and established a province there, but the province was abandoned after a revolt.

In Britain, remains of Roman temporary marching camps and more or less permanent forts have been found far to the north in Scotland.

Tacitus says that a Roman fleet circled the north of Britain, proving it was an island, and reached the Orkney Islands, and perhaps even sighted Thule, wherever that was.

In the years 82 to 85, the Romans under Gnaeus Julius Agricola launched a campaign against the Caledonians in modern Scotland. In this context the Roman navy significantly escalated activities on the eastern Scottish coast.[52] Simultaneously multiple expeditions and reconnaissance trips were launched. During these the Romans would capture the Orkney Islands (Orcades) for a short period of time and obtained information about the Shetland Islands.[53] There is some speculation about a Roman landing in Ireland, based on Tacitus reports about Agricola contemplating the island's conquest,[54] but no conclusive evidence to support this theory has been found.

There is also the possibility of Roman military activity in Ireland.

In the east, the Roman Empire briefly annexed Iraq and Armenia, and there is an inscription by Roman Soldiers near Baku, Azerbaijan.

In the 1st century CE, the Romans organized two Caucasian campaigns and reached Baku. Near the city, in Gobustan, Roman inscriptions dating from 84–96 CE were discovered. This is one of the earliest written evidences for Baku.[15]

It has even been claimed that Roman Legionaries might have reached Uzbekistan:

The first Roman embassy to China was in 166 AD:

The first group of people claiming to be an ambassadorial mission of Romans to China was recorded as having arrived in 166 AD by the Book of the Later Han. The embassy came to Emperor Huan of Han China from "Andun" (Chinese: 安敦 Emperor Antoninus Pius or Marcus Aurelius Antoninus), "king of Daqin" (Rome).[78][79]

And there were later embassies from the Roman and eastern Roman or "Byzantine" empire.

The final recorded embassy arrived in 1091 AD, during the reign of Alexios I Komnenos (r. 1081–1118 AD) this event is only mentioned in passing.[104]


Traces of Ancient Rome in the Modern World

The ideas and culture of ancient Rome influence the art, architecture, science, technology, literature, language, and law of today.

Anthropology, Archaeology, Social Studies, World History

Pont du Gard Aqueduct

This is the Roman aqueduct of Pont du Gard, which crosses the Gard River, France. C'est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Robert Harding Picture Library

This lists the logos of programs or partners of NG Education which have provided or contributed the content on this page. Leveled by

Ancient Rome had a large influence on the modern world. Though it has been thousands of years since the Roman Empire flourished, we can still see evidence of it in our art, architecture, technology, literature, language, and law. From bridges and stadiums to books and the words we hear every day, the ancient Romans have left their mark on our world.

Art et architecture

Ancient Romans have had a tremendous impact on art and architecture. We can find traces of Roman influence in forms and structures throughout the development of Western culture.

Although the Romans were heavily influenced by ancient Greece, they were able to make improvements to certain borrowed Greek designs and inventions. For example, they continued the use of columns, but the form became more decorative and less structural in Roman buildings. Ancient Romans created curved roofs and large-scale arches, which were able to support more weight than the post-and-beam construction the Greeks used. These arches served as the foundation for the massive bridges and aqueducts the Romans created. The game-loving ancients also built large amphitheaters, including the Colosseum. The sports stadiums we see today, with their oval shapes and tiered seating, derive from the basic idea the Romans developed.

The arches of the Colosseum are made out of cement, a remarkably strong building material the Romans made with what they had at hand: volcanic ash and volcanic rock. Modern scientists believe that the use of this ash is the reason that structures like the Colosseum still stand today. Roman underwater structures proved to be even sturdier. Seawater reacting with the volcanic ash created crystals that filled in the cracks in the concrete. To make a concrete this durable, modern builders must reinforce it with steel. So today, scientists study Roman concrete, hoping to match the success of the ancient master builders.

Sculptural art of the period has proven to be fairly durable too. Romans made their statues out of marble, fashioning monuments to great human achievements and achievers. You can still see thousands of Roman artifacts today in museums all over the world.

Technology and Science

Ancient Romans pioneered advances in many areas of science and technology, establishing tools and methods that have ultimately shaped the way the world does certain things.

The Romans were extremely adept engineers. They understood the laws of physics well enough to develop aqueducts and better ways to aid water flow. They harnessed water as energy for powering mines and mills. They also built an expansive road network, a great achievement at that time. Their roads were built by laying gravel and then paving with rock slabs. The Roman road system was so large, it was said that "all roads lead to Rome."

Along with large-scale engineering projects, the Romans also developed tools and methods for use in agriculture. The Romans became successful farmers due to their knowledge of climate, soil, and other planting-related subjects. They developed or refined ways to effectively plant crops, and to irrigate and drain fields. Their techniques are still used by modern farmers, such as crop rotation, pruning, grafting, seed selection, and manuring. The Romans also used mills to process their grains from farming, which improved their efficiency and employed many people.

Literature and Language

Much of the literature of the world has been greatly influenced by the literature of the ancient Romans. During what is considered the "Golden Age of Roman Poetry," poets such as Virgil, Horace, and Ovid produced works that would have an everlasting impact. Ovid's Métamorphoses, for example, inspired authors such as Chaucer, Milton, Dante, and Shakespeare. Shakespeare, in particular, was fascinated by the ancient Romans, who served as the inspiration for some of his plays, including Jules César et Antoine et Cléopâtre.

While Roman literature had a deep impact on the rest of the world, it is important to note the impact that the Roman language has had on the Western world. Ancient Romans spoke Latin, which spread throughout the world with the increase of Roman political power. Latin became the basis for a group of languages referred to as the "Romance languages." These include French, Spanish, Italian, Portuguese, Romanian, and Catalan. Many Latin root words are also the foundation for many English words. The English alphabet is based on the Latin alphabet. Along with that, a lot of Latin is still used in the present-day justice system.

The use of Latin words is not the only way the ancient Romans have influenced the Western justice system. Although the Roman justice system was extremely harsh in its punishments, it did serve as a rough outline of how court proceedings happen today. For example, there was a preliminary hearing, much like there is today, where the magistrate decided whether or not there was actually a case. If there were grounds for a case, a prominent Roman citizen would try the case, and witnesses and evidence would be presented. Roman laws and their court system have served as the foundation for many countries' justice systems, such as the United States and much of Europe.

The ancient Romans helped lay the groundwork for many aspects of the modern world. It is no surprise that a once-booming empire was able to impact the world in so many ways and leave a lasting legacy behind.

This is the Roman aqueduct of Pont du Gard, which crosses the Gard River, France. C'est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.


Voir la vidéo: LA ROME


Commentaires:

  1. Marin

    Senks. Blog intéressant et généralement utile pour vous

  2. O'shea

    Thanks for the news! I was just thinking about it! By the way, Happy New Year to all of you

  3. Vijar

    C'est dommage que maintenant je ne peux pas exprimer - il n'y a pas de temps libre. Mais je serai libéré - j'écrirai nécessairement que je pense.

  4. Dura

    Regarder quel personnage du travail

  5. Curtice

    Talent, tu ne diras rien.



Écrire un message