18 novembre 1943

18 novembre 1943


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

18 novembre 1943

Guerre dans les airs

Huitième mission de bombardement lourd de l'armée de l'air n° 132 : 102 avions envoyés pour attaquer l'aérodrome d'Oslo/Kjeller et les zones industrielles d'Oslo. Neuf avions perdus.

Le raid le plus lourd du Bomber Command de la RAF sur l'Allemagne à ce jour voit 350 bombes de 4 000 livres larguées sur Berlin

Guerre en mer

Le sous-marin allemand U-718 coulé après une collision avec le U-476 au large de Bornholm



[Lettre de Cornelia Yerkes, 18 novembre 1943 ?]

Lettre de WASP Cornelia Yerkes discutant du vol à travers le Texas, y compris des problèmes de météo, d'hébergement et d'événements connexes. Écrit sur la papeterie Alberts Hotels.

Description physique

Informations sur la création

Le contexte

Cette lettre fait partie de la collection intitulée : National WASP WWII Museum et a été fournie par le National WASP WWII Museum à The Portal to Texas History, un référentiel numérique hébergé par les bibliothèques de l'UNT. Plus d'informations sur cette lettre peuvent être consultées ci-dessous.

Personnes et organisations associées à la création de cette lettre ou à son contenu.

Auteur

Personne nommée

Personne qui est importante d'une manière ou d'une autre pour le contenu de cette lettre. Des noms supplémentaires peuvent apparaître dans les sujets ci-dessous.

Publics

Consultez notre site de ressources pour les éducateurs! Nous avons identifié ce lettre comme un source principale au sein de nos collections. Les chercheurs, les éducateurs et les étudiants peuvent trouver cette lettre utile dans leur travail.

Fourni par

Musée national WASP WWII

Situé à Avenger Field dans le comté de Nolan au Texas, le WASP World War II Museum s'engage à préserver l'héritage des Women Airforce Service Pilots (WASP) de la Seconde Guerre mondiale. En tant que musée pédagogique, il présente des archives, des expositions et des histoires orales qui relatent une période importante de l'histoire où les femmes ont osé briser les barrières et contribuer à la victoire.

Nous contacter

Informations descriptives pour aider à identifier cette lettre. Suivez les liens ci-dessous pour trouver des articles similaires sur le portail.

Titres

  • Titre principal: [Lettre de Cornelia Yerkes, 18 novembre 1943 ?]
  • Titre de la série :Collection Kafka

La description

Lettre de WASP Cornelia Yerkes discutant du vol à travers le Texas, y compris des problèmes de météo, d'hébergement et d'événements connexes. Écrit sur la papeterie Alberts Hotels.

Description physique

Sujets

Mot-clé

En-têtes de sujet de la Bibliothèque du Congrès

Structure de navigation des bibliothèques de l'Université du Texas du Nord

Langue

Type d'élément

Identifiant

Numéros d'identification uniques pour cette lettre dans le portail ou d'autres systèmes.

  • No d'accession ou de contrôle local: WASP_05-2016-014-456
  • Clé de ressource d'archivage: arche:/67531/metapth1296909

Collections

Cette lettre fait partie des collections suivantes de documents connexes.

Musée national WASP WWII

Donnant vie à l'histoire des Women Airforce Service Pilots, ces archives représentent le rôle de l'école de pilotage dans la formation de femmes pilotes pour piloter des avions militaires et montrent comment les WASP ont répondu socialement et professionnellement aux nouveaux défis posés par la guerre. Sont inclus des documents financiers, des photographies, des albums, de la correspondance, des journaux de bord et des manuels de vol.

Consortium des bibliothèques d'Abilene

Comprenant des milliers de journaux, de photographies, d'enregistrements sonores, de dessins techniques et bien plus encore, cette collection diversifiée raconte l'histoire du Texas à travers la préservation et l'exposition de ressources précieuses.

Collection Seconde Guerre mondiale

Ces documents se concentrent sur la Seconde Guerre mondiale et l'immédiat après-guerre de la fin des années 1940. En plus des matériaux créés au cours de la période, les matériaux peuvent inclure des études modernes et des œuvres commémoratives sur l'époque.


Gilder Lehrman Collection # : GLC09611.158 Auteur/Créateur : Great Lakes Naval Training Station Lieu Écrit : Great Lakes, Illinois Type : Journal Date : 19 novembre 1943 Pagination : 8 p. : enveloppe 43,2 x 29 cm.

Un journal intitulé "Great Lakes Bulletin" daté du 19 novembre 1943. Le journal couvre les événements à la station d'entraînement naval des Grands Lacs, des bandes dessinées, des publicités et des informations sur les assurances. Sur la première page, il y a un menu pour un repas de Thanksgiving qui sera servi une liste de cours éducatifs offerts gratuitement pour les recrues un rapport sur le championnat de sit-up et une photo de la société 1364 et de la société 1388. Les deux sociétés sont dans le "Hall of Fame" pour avoir reçu le "Rooster Award" à plusieurs reprises. La société 1364 a reçu le prix 3 fois et la société 1388 l'a reçu cinq fois. Il y a aussi un article qui concerne une nouvelle crème utilisée pour prévenir les brûlures éclair.

Les brûlures éclair se produisaient lorsque la chaleur et la lumière d'une explosion étaient suffisamment intenses pour brûler la peau exposée. La crème anti-brûlure a été appliquée sur la peau pour imiter une couche de vêtements et protéger des brûlures éclair.

Avis de droit d'auteur La loi sur le droit d'auteur des États-Unis (titre 17, Code des États-Unis) régit la réalisation de photocopies ou d'autres reproductions de matériel protégé par le droit d'auteur. Sous certaines conditions prévues par la loi, les bibliothèques et les archives sont autorisées à fournir une photocopie ou une autre reproduction. L'une de ces conditions spécifiques est que la photocopie ou la reproduction ne doit pas être "utilisée à des fins autres que l'étude privée, la bourse ou la recherche". Si un utilisateur fait une demande ou utilise ultérieurement une photocopie ou une reproduction à des fins dépassant le « fair use », cet utilisateur peut être tenu responsable d'une violation du droit d'auteur. Cette institution se réserve le droit de refuser d'accepter une commande de copie si, à son avis, l'exécution de la commande impliquerait une violation de la loi sur le droit d'auteur.

(646) 366-9666

Quartier général: 49 W. 45th Street 2e étage New York, NY 10036

Notre Collection : 170 Central Park West New York, NY 10024 Situé au niveau inférieur de la New-York Historical Society


Commandants[modifier | modifier la source]

  • Source des commandants : 18th Infantry Regiment Association Η]
  • Les noms marqués d'un @ indiquent les commandants réels en l'absence du colonel
  • un astérisque (*) = Commandants du 18e groupement tactique
  • 1-18 = 1er bataillon, 18e d'infanterie 2-18 = 2e bataillon, 18e d'infanterie
  • et ainsi de suite. (1) après un nom indique le futur commandant de la 1ère Division d'Infanterie
    1861–1869 1869–1886
  1. John E. Yard (mort au commandement) 1886-1889 1889-1894
  2. Daingerfield Parker 1894-1896
  3. David D. Van Valzah 1896-1899
  4. Gilbert S. Carpenter 1899-1899
  5. James M. J. Sanno 1899-1903
  6. Charles B. Hall 1903-1907
  7. Thomas F. Davis 1907-1913
  8. James S. Rogers 1913-1916
  9. Howard F. Glenn 1916-1916
  10. Samuel E. Smiley 1916-1917
  11. James W. McAndrew 1917-1917
  12. Ulysse G. McAlexander 1917-1917
  13. James W. McAndrew 1917-1917
  14. Ulysse G. McAlexander 1917-1917
  15. Frank Parker (1) (BRO – 18 octobre – 20 novembre 1918)
  16. Charles A. Hunt 1918-1919
  17. Service aux États-Unis entre la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale 1919-1941
  18. Orrin R. Wolfe 1919-1923
  19. John J. Bradley (Bradlay) 1923-1927
  20. Charles F. Humphrey, Jr. 1927-1929
  21. William B. Graham 1929-1931
  22. John N. Hughes 1931-1931
  23. Claude H. Miller 1931-1933
  24. Noble J. Wiley 1933-1935
  25. Royden E. Beebe (1-18 = MAJ "Cappy" Wells) 1935-1937
  26. Ray W. Brabsen 1937-1939
  27. Eley P Denson 1939-1941
  • 1-18 = SLD John N. Hopkins
  • 2-18 = LTC Charles W. Yuill
  • 3-18 = LTC John C. Blizzard, Jr.
  1. Edward G. Sherburn 1941-1942
  2. Frank U. Greer 1er juillet 1942 - 23 mai 1943
  • 1-18 = MAJ Richard C. Parker
  • 2-18 = MAJ John L. Pouvoirs
  • 3-18 = SLD Courtney P. Brown
  • 1-18 = SLD Robert H. York
  • 1-18 = LTC Joseph W. Sisson, III
  • 2-18 = LTC Ben Sternberg
  • 3-18 = LTC Joseph W. Sisson, III
  1. George A. Smith, Jr. 23 mai 1943 - 25 février 1945
  • 1-18 = LTC Henry G. Learnard, Jr.
  • 2-18 = SLD John Williamson
  • 3-18 = SLD Courtney P. Brown
  • 3-18 = LTC Elisha O. Peckham
  1. John Williamson 25 février 1945 – octobre 1945
  • 1-18 = LTC Henry G. Learnard février 1945 – octobre 1945
  • 2-18 = LTC Henry Middleworth juin 1945 - août 1945
  • 3-18 = LTC George Pecham juin 1945 – juillet 1945
  • 3-18 = MAJ Frank Dupree juillet 1945 – août 1945
  1. Henry G. Learnard, Jr octobre 1945 – mars 1946
  • 1-18 = CPT John Maggason octobre 1945 – décembre 1945
  • 1-18 = CPT George K. Maertins décembre 1945 - juin 1946 (janvier 1946 ?)
  • 1-18 = CPT William Coshun janvier 1946 – février 1946
  • 1-18 = MAJ James D. Green février 1946 - avril 1946
  • 2-18 = MAJ Thomas Murphy août 1945 – septembre 1945
  • 2-18 = LTC George B. Pickett septembre 1945 – novembre 1945
  • 2-18 = LTC Rich G. Williams 21-28 novembre 1945
  • 2-18 = LTC Ernest C. Peters novembre 1945 - décembre 1945
  • 2-18 = MAJ Jos W. Nelson décembre 1945 – février 1946
  • 3-18 = MAJ Keith P. Fabianich août 1945 – novembre 1945
  • 3-18 = LTC Rich G. Williams décembre 1945 – janvier 1946
  • 3-18 = CPT William Coshun janvier 1946 – mars 1946
  1. James S. Luckett mars-août 1946
  • 1-18 = CPT William Coshun avril 1946 - mai 1946
  • 1-18 = LTC Herman O. Overman mai 1946 - octobre 1946
  • 2-18 = LTC George B. Pickett février 1946 – novembre 1946
  • 3-18 = MAJ Keith P. Fabianich 46 mars – 46 juin
  • 3-18 = LTC Rich G. Williams juin 1946 – septembre 1946
  1. LTC Gerald C. Kelleher Août 1946
  2. Sterling A. Wood Août 1946–? 1948
  • 1-18 = LTC Gerald C. Kelleher octobre 1946--? (mai 1949)
  • 2-18 = LTC James F. Skells novembre 1946--?
  • 3-18 = LTC William A. McNulty septembre 1946--?
  1. Rinaldo Van Brunt (mai) 1948-1950
  • 2-18 = LTC John G. Bennett (mai) 1948-
  • 3-18 = MAJ Chester C. Arthur (mai) 1948-
  • 2-18 = LTC Lloyd R. Fredenhall, Jr. (mai) 1949
  • 3-18 = LTC John C. Speedie (mai) 1949
  • 1-18 = SLD Joseph J. Coffey
  • 2-18 = LTC Eben F. Swift
  • 3-18 = LTC Elias C. Townsend
  1. Ralph W. Zwicker 1950-1952
  2. Benjamin F. Evans 1952-1953
  3. Eugène A. Salet 1953-(juin) 1954
  • 1–18 = LTC Albert H. Smith, Jr. ? 1954
  • 2-18 = LTC Vincent Guérin ? 1954
  • 3-18 = LTC Arndt Mueller ? 1954
  1. George T. Calvin (Colvin) 1954 – septembre 1955
  • Rotations du gyroscope entre Fort Riley et l'Allemagne (1955-1965)
  1. William A. Cunningham, III septembre 1955 – février 1957
  • Rotations entre Fort Riley et l'Allemagne (1955-1965)
  1. William A. Cunningham, III septembre 1955 – février 1957
  • Frank J. Sackton, février 1957-1958
  • Théodore H. Andrews 1958-1960
  • Glover S. Johns, Jr. 1960 – janvier 1962
  • Max V. Kirkbride janvier 1962-1963
  • Samuel M. Karrick, Jr. -Avr. 1963
  • Robert L. Dickerson d'avril à septembre 1963
  • William F. Malone septembre 1963 – janvier 1964

[Besoin de la liste des commandants du 3e bataillon] [Besoin de la liste des commandants du 4e bataillon en Allemagne]


Au cours de cette seule période initiale de six semaines, un total de 706 183 Japonais ont été rapatriés, dont plus de 479 000 civils. Les efforts de rapatriement prendraient des années, mais on estime qu'un total de 3 110 000 militaires et 3 180 000 civils japonais ont été rapatriés (chiffres de 1976). Sasebo était l'un des 18 ports de rapatriement au Japon où ils ont débarqué, représentant environ 1,4 million de Japonais.

Rapport final de rapatriement, novembre 1945 - extraits de la cinquième division de marine, l'occupation du Japon, 1945-09-22 à 1945-11-30 Partie 2 (REMARQUE : le document complet, parties 1 et 2, contient des données détaillées sur les noms de rapatriement navires et ports d'entrée dans la région de Kyushu. Les images à gauche proviennent de la partie 1.)


18 novembre 1943 - Histoire


Tableau de
Divisions américaines
et leur
Régiments et artillerie de campagne et bataillons du génie
et autres unités de soutien

Suivi par des illustrations des patchs d'épaule pour chaque division.
INSIGNE Tableau des illustrations des écussons d'épaule pour chaque division.
Épingles DUI Exemples d'insignes d'unité distinctive portés par des unités servant en Italie.
Ce tableau répertorie les unités au sein de chaque division d'infanterie américaine et division aéroportée. Le tableau répertorie les régiments d'infanterie et les bataillons d'artillerie de campagne et le bataillon de combat du génie associé à chacun. Ce tableau est utile pour une référence rapide, car il existe plusieurs sites Web qui contiennent des détails sur les divisions individuelles.
En 1940, l'armée américaine a adopté la "division triangulaire" qui signifiait que chaque division se composait de 3 régiments, qui à leur tour se composaient de 3 bataillons. Chaque division avait 3 bataillons d'artillerie, mais ce nombre a ensuite été porté à quatre. Les compagnies médicales, de transmissions et de quartier-maître étaient des unités de soutien plus petites et ne sont pas répertoriées dans ce tableau. Cependant, les divisions ont suivi la même règle générale dans leur numérotation de ces unités de soutien. Il y avait de nombreuses exceptions à cette règle.

Les règle générale était que les unités de soutien d'une division se composaient d'une troupe de reconnaissance, d'une compagnie de transmissions et d'une compagnie de quartier-maître qui étaient identifiées avec le même numéro que la division. Le bataillon médical utilisait généralement le même numéro que le bataillon du génie, comme je l'ai indiqué dans le tableau. L'identification de l'Ordnance Company était la même que le numéro de division avec un préfixe « 7 ».
Exemple: Les unités de soutien de la 88 Division étaient : 313 Engineer Btn, 313 Medical Btn,
88 Recon Troop, 88 Quartermaster Co. et 788 Ordnance Co.

Comment utiliser le tableau : Si vous connaissez un numéro de régiment et que vous recherchez sa division parente, vous pouvez le rechercher dans le tableau ou utiliser la fonction de recherche de votre navigateur Web. Après avoir utilisé moi-même cette table pendant plusieurs mois, je n'ai trouvé aucune erreur. Je ne liste pas toutes les divisions blindées ou aéroportées seulement celles qui ont servi en Italie. Certaines unités d'artillerie ou du génie peuvent manquer car elles étaient indépendantes et rapportées à un commandement supérieur.

Pour une liste similaire des divisions de l'armée allemande en Italie, fin 1944 : Tableau des divisions allemandes.


Les divisions marquées en rouge sont celles qui ont servi dans la campagne d'Italie, septembre 1943-1945 (à l'exclusion de la Sicile).
Les divisions de Green desservaient l'Europe de l'Ouest. Tous les autres ont servi dans le Pacifique, aux Philippines ou
comme forces d'entraînement ou d'occupation.

DIVISION RÉGIMENTS D'INFANTERIE BTNS D'ARTILLERIE DE CHAMP ENGR
1er "Grand Rouge" 16 18 26 5 7 32 33 1
2ème "Tête d'Indien" 9 23 38 12 15 37 38 2
3ème "Rocher de la Marne" 7 15 30 9 10 39 41 10
4e "Division Lierre" 8 12 22 20 29 42 44 4
5ème "Diamant Rouge" 2 10 11 19 21 46 50 7
6e "Sight-Seein 'sixième" 1 20 63 1 51 53 80 6
7ème "Baïonnette" 17 32 184 31 48 51 53 13
8e « Explorateurs » 13 28 121 28 43 45 56 12
9ème "Octofoil" 39 47 60 26 34 60 84 15
10ème "Montagne" 85 86 87 604 605 616 - 126
11e aéroporté 187 188 511 457 472 674 675 127
13e aéroporté 326 515 517 458 460 676 677 129
17e aéroporté 194 507 513 464 466 680 681 139
23ème "Amérique" 132 164 182 245 245 247 221 57
24ème "Victoire" 19 21 34 11 13 52 63 3
25ème "Éclair Tropique" 27 35 161 8 64 89 90 65
26 " Yankee " 101 104 328 101 102 180 263 101
27 "New York" 105 106 165 104 105 106 249 102
28ème "clé de voûte" 109 110 112 107 108 109 229 103
29e "BIue&Gray" 115 116 175 110 111 224 227 121
30e "Vieux Hickory" 117 119 120 113 118 197 230 105
31ème "Dixie" 124 155 167 114 116 117 149 106
32e "Flèche rouge" 126 127 128 120 121 126 129 114
33e "Illinois" 123 130 136 122 123 124 210 108
34e "Red Bull" 133 135 168 125 151 175 185 109
35e "Santa Fé" 134 137 320 127 161 216 219 60
36e "Texas" 141 142 143 131 132 133 - 155
37e « Bockeye » 129 145 148 6 135 136 - 140
38ème "Cyclone" 149 151 152 138 139 150 - 163
39e "Delta" Cette division n'a pas été activée pendant la Seconde Guerre mondiale. Voir remarque + .
40ème "Soleil" 108 160 185 143 164 213 222 115
41ème "Coucher de soleil" 162 163 186 146 167 205 218 116
42e "Arc-en-ciel" 222 232 242 232 292 402 542 142
43e "Victoire ailée" 103 169 172 103 152 169 192 118
44e division 71 114 324 156 157 217 220 63
45ème "Tonnerre" 157 179 180 158 160 171 189 120
63e "Sang et feu" 253 254 255 718 861 862 863 263
65ème "Hache de Bataille" 259 260 261 720 867 868 869 265
66ème "Panthère Noire" 262 263 264 721 870 871 872 266
69e "Combat 69e" 271 272 273 724 879 880 881 269
70e « Pionniers » 274 275 276 725 882 883 884 270
71e "Cercle Rouge" 5 14 66 564 607 608 609 271
75e division 289 290 291 730 897 898 899 275
76e "En déplacement" 304 385 417 302 355 364 901 301
77e "Statue de la Liberté" 305 306 307 304 305 306 902 302
78ème "La Foudre" 309 310 311 307 308 309 903 303
79ème "Croix de Lorraine" 313 314 315 310 311 312 904 304
80e "Crête Bleue" 317 318 319 313 314 315 905 305
8ème "Chat Sauvage" 321 322 323 316 317 318 906 306
82e "Tout américain" 325 504 505 319 320 376 456 307
83e "coup de foudre" 329 330 331 322 323 324 908 308
84e "Séparateurs de rails" 333 334 335 325 326 327 909 309
85e « Custer » 337 338 339 328 329 403 910 310
86e "Blackhawk" 341 342 343 331 332 404 911 311
87e "Gland d'Or" 345 346 347 334 335 336 912 312
88ème "Diable Bleu" 349 350 351 337 338 339 913 313
89e "RollingW" 353 354 355 340 341 563 914 314
90e "Ombres dures" 357 358 359 343 344 345 915 315
91ème "Rivière des Poudres" 361 362 363 346 347 348 916 316
92e "Buffle" * 365 370 371 597 598 599 600 317
93e division 25 368 369 593 594 595 596 318
94e "Neuf-Chats" 301 302 376 301 356 390 919 319
95ème "Victoire" 377 378 379 358 359 360 920 320
96e "eyeil mort" 381 382 383 361 362 363 921 321
97ème "Trident" 303 386 387 303 365 389 922 322
98e "lriquois" 389 390 391 367 368 399 923 323
99ème "Damier" 393 394 395 370 371 372 924 324
100e « siècle » 397 398 399 373 374 375 925 325
101e "Aigles hurlants" 327 401 502 321 377 463 907 326
102e "Ozark" 405 406 407 379 380 381 927 327
103e "Cactus" 409 410 411 382 383 384 928 328
104e "Loup des bois" 413 414 415 385 386 387 929 329
106ème "Lion d'Or" 422 423 424 589 592 591 592 81
Division américaine
1 ère Force opérationnelle alliée d'Abn 517 509 550 460 463 602 - 596

Invasion de Normandie - Divisions qui ont débarqué les 2 premiers jours :
1, 2, 4, 29, & 90 Infanterie et 82 & 101 Airborne
Bataille des Ardennes - Divisions en ligne le 16 décembre :
4, 28, 83, 99, 106, & 109 Infanterie & 9 Blindés
Divisions noires : les 92e et 93e divisions étaient des divisions entièrement noires.

Unités séparées
De nombreux autres régiments et bataillons d'artillerie existaient mais ne faisaient partie d'aucun des
divisions organisées. Ces unités étaient « attachées » aux divisions pour le soutien. Certains étaient
spécialisés, comme les parachutistes (PIR) ou l'artillerie lourde ou l'artillerie côtière.
Je vais essayer d'en énumérer quelques-uns au fur et à mesure que je les identifie. Il y avait des centaines d'artillerie de campagne
bataillons qui étaient attachés à des corps ou à des armées --- trop nombreux à énumérer. je vais essayer de lister
ceux qui ont servi dans la campagne d'Italie.

503 PIR Attaque en parachute à Corregidor en février 1945.
504 PIR À l'origine partie de la 82e division, plus tard détachée. Salerne, Italie 1943.
507 PIR Transféré à la 82e division. Débarqué en Normandie.
509 PIR Salerne et Anzio. Le 509th effectuait le premier assaut aéroporté à Oran, en novembre 1942.
59, 68 & amp 69 FA Artillerie de campagne attachée à la 36e division en Italie, janvier 1945.
980, 987, 190, 187 et 200 FA Débarqué en Normandie en tant qu'unité séparée.
9 & amp 14 FA
630 CA AA
Unités d'artillerie côtière. Certaines artilleries côtières converties en unités d'armes anti-aériennes ou automatiques. Voir la référence, ci-dessous.


Unités non-infanterie et autres unités de la campagne d'Italie
Tableau des autres divisions et unités indépendantes qui ont servi dans la campagne d'Italie, uniquement.

DIVISION Organisation

1er blindé
1 & 13 Régiment Blindé, 6 Régiment d'Infanterie Blindée, 27, 68 et 91 Btln d'artillerie de campagne blindée, 81Recon Cavalry, 16 Armored Engineer Btln,
47 Btln médical blindé, 123 Ordnance Maint. Btln,
141 Compagnie de transmission blindée
En juillet 1944, les 1st Armored Divisions ont été réorganisées en bataillons plus petits et ont été réduites de 14 620 à 12 078.
BATAILLON INDÉPENDANT
442 Équipe de combat régimentaire &
100e bataillon
442 Regimental Combat Team, 522 Field Artillery Btln, 232 Engineer Co. Le 100e bataillon a été absorbé par le 442RCT en tant que 1er bataillon.
473e équipe de combat régimentaire Formé en 1945 à partir du QG 2e groupe blindé, 435, 434, 532 et 900 bataillons AAA
Bataillons de chars Unités blindées indépendantes affectées comme unités de soutien. Bataillons de chars ayant servi en Italie :
751, 752, 756, 758 (léger), 760
Bataillons de chasseurs de chars Unités indépendantes qui ont été affectées comme unités de soutien. Tank Destroyer Btlns ayant servi en Italie :
679, 757, 776, 791, 804, 805, 894
91 Reconnaissance de cavalerie
Escadron
Une unité de cavalerie indépendante. À ne pas confondre avec la 91e troupe de reconnaissance (mécanisée) de la 91e division.
1er service spécial Les forces Une unité de commando américaine et canadienne composée de 1600 hommes. Servi de Salerne à Anzio.
84 Bataillon Chimique Unité chimique la plus connue en Italie.

Insigne divisionnaire


Source de l'image : "Insignes et insignes de l'armée de la Seconde Guerre mondiale" - Guido Rosignoli.

Brochure "Salerno to Florence: 5th Army Anti-aircraft, 9 sept 1943 - 8 sept 1944" sur les unités AA.

Dept. of Army Pamphlet 672-1, "Unit Citation and Campaign Participation Credit Register", daté de juillet 1961.

"Historique du 15e groupe d'armées : 16 décembre 1944 - 2 mai 1945", Battery Press 1989.

"Les forces alliées en Italie, 1943-45" - Guido Rosignoli.

"Insignes et insignes de l'armée de la Seconde Guerre mondiale" - Guido Rosignoli.


18 novembre 1943 - Histoire

La plupart des morts - des membres de l'Église chrétienne du Temple du Peuple - avaient consommé une boisson gazeuse contenant du cyanure et des sédatifs.

Cependant, le corps du leader charismatique du Temple du Peuple, Jim Jones, aurait une blessure par balle à la tempe droite, qui serait auto-infligée.

Les décès sont liés aux meurtres antérieurs de cinq personnes, dont le membre du Congrès américain Leo Ryan, sur une piste d'atterrissage à proximité.

M. Ryan avait dirigé une mission d'enquête dans la colonie de l'église dans la jungle - Jonestown - après des allégations de proches aux États-Unis concernant des violations des droits de l'homme.

L'année dernière, Jim Jones et la plupart des 1 000 membres du People's Temple ont quitté San Francisco pour la Guyane après le début d'une enquête sur l'église pour fraude fiscale.

Les personnes qui avaient quitté l'organisation ont parlé aux autorités de coups brutaux, de meurtres et d'un plan de suicide collectif, mais n'ont pas été crues.

Malgré les allégations d'évasion fiscale, Jim Jones était toujours largement respecté pour avoir créé une église mixte qui aidait les défavorisés.

La délégation de Leo Ryan est arrivée à Jonestown le 14 novembre et a passé trois jours à interroger les habitants.

Ils sont partis précipitamment plus tôt samedi après un attentat contre M. Ryan, emmenant avec eux une vingtaine de membres du Temple du Peuple qui souhaitaient partir.

Des membres de la délégation ont déclaré à la police alors qu'ils embarquaient dans des avions sur la piste d'atterrissage, qu'un camion rempli de gardes de Jim Jones est arrivé et a commencé à tirer.

Lorsque les hommes armés sont partis, cinq personnes étaient mortes : le membre du Congrès Ryan, un journaliste et caméraman de NBC, un photographe de presse et un « transfuge » du Temple du Peuple.

Un producteur de NBC News, Bob Flick, a survécu à l'attaque.

M. Flick a déclaré: "Chaque fois que quelqu'un tombait blessé, il marchait dessus et lui tirait dans la tête avec un fusil de chasse."

Il a conclu qu'il n'y avait aucune preuve de la complicité du gouvernement américain comme cela a été largement allégué.

En décembre 1986, un membre de l'église, Larry Layton, a été condamné à perpétuité pour avoir aidé et encouragé les meurtres de ceux qui sont morts sur la piste d'atterrissage.

Layton s'était rendu sur la piste d'atterrissage en prétendant être un transfuge, puis a sorti une arme à feu et blessé deux personnes.

Les corps de 412 personnes qui se sont suicidées n'ont jamais été réclamés par des proches - ils sont enterrés dans une fosse commune à Oakland, en Californie.


18 novembre 1943 - Histoire


Il y avait d'abord l'heure normale

Pendant des millénaires, les gens ont mesuré le temps en fonction de la position du soleil, il était midi lorsque le soleil était le plus haut dans le ciel. Les cadrans solaires ont été utilisés jusqu'au Moyen Âge, époque à laquelle les horloges mécaniques ont commencé à apparaître. Les villes régleraient leur horloge en mesurant la position du soleil, mais chaque ville aurait une heure légèrement différente.

L'heure indiquée par le soleil apparent sur un cadran solaire s'appelle l'heure solaire apparente, ou heure locale vraie. Le temps indiqué par le soleil fictif est appelé temps solaire moyen, ou temps moyen local lorsqu'il est mesuré en fonction de n'importe quel méridien longitudinal.

[Pour plus d'informations sur les horloges, voir Une promenade dans le temps.]

L'heure normale commence en Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne a été le premier pays à régler l'heure d'une région sur une heure standard. Les chemins de fer se souciaient le plus des incohérences de l'heure moyenne locale, et ils imposaient une heure uniforme au pays. L'idée originale a été attribuée au Dr William Hyde Wollaston (1766-1828) et a été popularisée par Abraham Follett Osler (1808-1903). Le Great Western Railway a été le premier à adopter l'heure de Londres, en novembre 1840. D'autres chemins de fer ont emboîté le pas et, en 1847, la plupart des chemins de fer (mais pas tous) utilisaient l'heure de Londres. Le 22 septembre 1847, la Railway Clearing House, un organisme de normalisation de l'industrie, a recommandé que le GMT soit adopté dans toutes les gares dès que le General Post Office l'aura autorisé. La transition s'est produite le 1er décembre pour le L&NW, le Caledonian et vraisemblablement d'autres chemins de fer. Le Bradshaw de janvier 1848 répertorie de nombreux chemins de fer comme utilisant l'heure GMT. En 1855, la grande majorité des horloges publiques en Grande-Bretagne étaient réglées sur GMT (bien que certaines, comme la grande horloge de Tom Tower à Christ Church, Oxford, aient été équipées d'aiguilles à deux minutes, une pour l'heure locale et une pour GMT). Le dernier obstacle majeur était le système juridique, qui s'est obstinément collé à l'heure locale pendant de nombreuses années, entraînant des bizarreries comme l'ouverture des bureaux de vote à 08h13 et la fermeture à 16h13. Le système juridique est finalement passé au GMT lorsque la Loi sur les statuts (définition du temps) est entrée en vigueur, elle a reçu la sanction royale le 2 août 1880.

L'heure standard dans les fuseaux horaires a été instituée aux États-Unis et au Canada par les chemins de fer le 18 novembre 1883. Avant cela, l'heure de la journée était une affaire locale, et la plupart des villes et villages utilisaient une forme d'heure solaire locale, maintenue par un puits -horloge connue (sur un clocher d'église, par exemple, ou dans une vitrine de bijoutier). Cependant, le nouveau système d'heure standard n'a pas été immédiatement adopté par tous. (Le train à droite est une locomotive de l'Union utilisée pendant la guerre de Sécession, photo vers 1861-1865.)

Le premier homme aux États-Unis à ressentir le besoin croissant de normalisation du temps était un astronome amateur, William Lambert, qui, dès 1809, présenta au Congrès une recommandation pour l'établissement de méridiens temporels. Cela n'a pas été adopté, pas plus que la suggestion initiale de Charles Dowd de Saratoga Springs, N.Y., en 1870. Dowd a révisé sa proposition en 1872, et elle a été adoptée pratiquement sans changement par les chemins de fer américains et canadiens onze ans plus tard.

Détroit a conservé l'heure locale jusqu'en 1900, lorsque le conseil municipal a décrété que les horloges devraient être reculées de 28 minutes à l'heure normale du centre. La moitié de la ville obéit, tandis que la moitié refusa. Après de longs débats, la décision a été annulée et la ville est revenue à l'heure du soleil. Une offre moqueuse d'ériger un cadran solaire devant l'hôtel de ville a été déférée à la commission des égouts. Puis, en 1905, l'heure normale du Centre a été adoptée par vote municipal.

Il restait à un ingénieur civil et ferroviaire canadien, Sandford Fleming, de lancer l'effort initial qui a conduit à l'adoption des méridiens de l'heure actuelle au Canada et aux États-Unis. Les fuseaux horaires ont été utilisés pour la première fois par les chemins de fer en 1883 pour normaliser leurs horaires. Sir Sandford Fleming du Canada (posant à gauche, à la conduite du dernier crampon du chemin de fer Canadien Pacifique. Sandford Fleming porte le chapeau de tuyau de poêle et est à gauche de l'homme avec le marteau) a également joué un rôle clé dans le développement d'un monde système de mesure du temps. Les trains avaient rendu obsolète l'ancien système - où les grandes villes et régions réglaient les horloges en fonction des conditions astronomiques locales. Fleming a préconisé l'adoption d'un temps standard ou moyen et des variations horaires de celui selon les fuseaux horaires établis. Il a joué un rôle déterminant dans la convocation de la Conférence internationale du premier méridien de 1884 à Washington, au cours de laquelle le système d'heure standard internationale - toujours utilisé aujourd'hui - a été adopté.

Bien que les grands réseaux ferroviaires des États-Unis et du Canada aient adopté l'heure standard à midi le 18 novembre 1883, il a fallu de nombreuses années avant que cette heure ne soit réellement utilisée par les gens eux-mêmes.

L'utilisation de l'heure standard a progressivement augmenté en raison de ses avantages pratiques évidents pour la communication et les déplacements. L'heure standard dans les fuseaux horaires a été établie par la loi américaine avec la loi sur l'heure standard de 1918, promulguée le 19 mars. l'Interstate Commerce Commission, le seul organisme fédéral de réglementation des transports à l'époque. Lorsque le Congrès a créé le ministère des Transports en 1966, il a transféré la responsabilité des lois sur le temps au nouveau ministère.

Les limites des fuseaux horaires ont beaucoup changé depuis leur introduction initiale et des changements se produisent encore occasionnellement. Le ministère des Transports édicte des règles pour examiner les demandes de modifications. En général, les limites des fuseaux horaires ont eu tendance à se déplacer vers l'ouest. Les lieux situés à l'est d'un fuseau horaire peuvent effectivement déplacer le coucher du soleil une heure plus tard (selon l'horloge) en se déplaçant vers le fuseau horaire immédiatement à l'est. S'ils le font, la limite de cette zone est localement déplacée vers l'ouest, l'accumulation de tels changements entraîne la tendance à long terme vers l'ouest. Le processus n'est cependant pas inexorable, car les levers de soleil tardifs que connaissent de tels endroits pendant l'hiver peuvent être considérés comme trop indésirables. De plus, en vertu de la loi, la principale norme pour décider d'un changement de fuseau horaire est la « commodité du commerce ». Les changements de fuseau horaire proposés ont été à la fois approuvés et rejetés sur la base de ce critère, bien que la plupart de ces propositions aient été acceptées.


Mois de l'histoire du handicap au Royaume-Uni

Actuellement, la loi sur l'égalité de 2010 définit le handicap comme « si vous avez une déficience physique ou mentale qui a un effet négatif « substantiel » et « à long terme » sur votre capacité à effectuer des activités quotidiennes normales. »

  • « substantiel » est plus que mineur ou insignifiant,
  • « à long terme » signifie 12 mois ou plus ou durer probablement 12 mois ou plus
  • une déficience physique ou mentale a un impact sur la capacité de faire des activités quotidiennes normales et doit être jugée sans l'impact des appareils fonctionnels, des médicaments ou des traitements.

UKDHM adhère au modèle social du handicap dans lequel les barrières d'attitude, d'environnement et d'organisation sont à l'origine de la plupart des handicaps auxquels nous sommes confrontés. Une telle pensée n'existait pas dans la plupart du passé, les individus et leurs déficiences étant tenus pour responsables du désavantage et pire encore. Les personnes handicapées ont été considérées comme ensorcelées, maléfiques ou punies par Dieu. Les personnes handicapées étaient souvent considérées comme des enfants perpétuels incapables de relations adultes.

Cependant, en cette ère des droits humains universels, nous pouvons regarder en arrière et réinterpréter les mauvais traitements, résultant de notre oppression systématique causée par des attitudes négatives, l'ignorance et les barrières. Un tel examen du passé nous permet de reconnaître ce qui doit activement changer pour que les personnes handicapées atteignent l'égalité.

De nombreuses personnes handicapées ont une déficience invisible/cachée aujourd'hui et dans le passé. Ils n'ont pas été considérés comme des personnes handicapées mais ont quand même été maltraités. Également en raison de la négativité associée à la déficience, beaucoup de ceux qui peuvent passer pour non handicapés ont choisi de ne pas s'identifier, même si cela leur a causé de nombreuses difficultés. Parmi ce grand groupe de personnes handicapées, il y a les personnes souffrant de déficiences psychosociales. Ceux-ci incluent l'autisme ou le déficit de l'attention Des troubles cognitifs ou neurologiques tels que des difficultés d'apprentissage spécifiques, c'est-à-dire la dyslexie, la dyspraxie ou des difficultés d'apprentissage plus générales, l'épilepsie, la dystrophie musculaire, la sclérose en plaques ou des lésions cérébrales, des troubles de la santé mentale tels que l'anxiété, la dépression, le troubles métaboliques bipolaires ou schizophréniques tels que le lupus, le VIH, le cancer, la tuberculose, le diabète, la fatigue chronique, les problèmes cardiaques, l'arthrite, les troubles hormonaux ou les problèmes sensoriels tels que la perte auditive, de nombreux troubles visuels ou la parole et la communication. Plus de la moitié des 13,5 millions de personnes actuellement identifiées comme handicapées au Royaume-Uni ont des déficiences cachées.

Pendant des millénaires, les personnes handicapées ont souvent été considérées comme des enfants asexués et perpétuels incapables de relations adultes. Plus récemment, au cours des 150 dernières années, la fausse science de l'eugénisme s'est opposée à nous, nous stérilisant, nous séparant dans des institutions unisexes, nous refusant le droit à la vie conjugale et aux relations sexuelles et nous enlevant des enfants car nous étions jugés incapables. d'être parents. La douleur émotionnelle et l'injustice de tout cela ont été en grande partie cachées de l'histoire. Dans quelques kilomètres, où que vous viviez au Royaume-Uni, il y aura de nombreux exemples à découvrir dans les arbres généalogiques, les archives publiques, les bibliothèques publiques où se trouvent les archives des asiles, des hôpitaux de longue durée et des services sociaux.

Aujourd'hui, tous les enfants handicapés ont droit à une éducation sexuelle et relationnelle et des générations plus confiantes de jeunes handicapés trouvent la joie d'avoir des relations sexuelles et des relations diverses avec les partenaires de leur choix, mais le manque d'estime de soi qui accompagne une approche paralysante du handicap peut causent toujours d'énormes dommages, y compris des problèmes de consentement et des abus.

Nous rechercherons des exemples de bonnes et de mauvaises pratiques en matière de déficiences cachées, de sexe et de relations à ajouter aux ressources de cette année.


Voir la vidéo: Invasion of Italy 1943-1945 Full Documentary. Animated History


Commentaires:

  1. Vudok

    et il a l'analogique?

  2. Ata

    Bon sujet

  3. Watford

    C'est miraculeux!

  4. Beamard

    C'est dommage que maintenant je ne peux pas exprimer - il est obligé de partir. Mais je reviendrai - j'écrirai nécessairement que je pense sur cette question.



Écrire un message