Science Chrétienne

Science Chrétienne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

introductionLa Science Chrétienne, une dénomination chrétienne indigène, a été établie par Mary Baker Eddy, qui a écrit les textes fondateurs de cette secte religieuse et médicale appelée l'Église du Christ, Scientiste. En proie à la controverse sur l'autorité d'Eddy en tant qu'auteur de ses pratiques et doctrines de guérison, l'Église du Christ, Scientiste a offert aux chercheurs et aux adhérents une alternative à la religion établie et à la médecine orthodoxe depuis 1879.Église primitiveSouffrant d'une mauvaise santé, Mary Baker Eddy a demandé l'aide du guérisseur mental Phineas Parkhurst Quimby de Portland, Maine, en 1862. Au cours des traitements de Quimby, Eddy est devenu un étudiant de sa pratique des techniques de massage, d'encouragement et de guérison mentale.Peu de temps après la mort de Quimby en 1866, Eddy a subi un accident débilitant. Cet événement était lié au début de la Science Chrétienne. Alors que ses études de la Bible se poursuivaient pendant les années suivantes, Eddy commença à enseigner aux autres un concept de guérison qui n'était ni une force magnétique ni l'esprit, comme Quimby l'avait enseigné. Peu de temps après son premier livre sur La science de l'homme et avant la première édition de Science et santé avec la clé des Écritures, Eddy a reçu une lettre de licenciement de la Congregational Church dont elle avait été membre à vie. En 1876, Eddy a organisé une bourse d'étudiants dans le Massachusetts qui est devenue la Christian Science Association. En 1883, le premier numéro du Journal de la Science Chrétienne a été publié et, en 1886, une association pour les non-résidents du Massachusetts, appelée National Christian Scientist Association, a été créée.L'église réorganiséeDoutant de la stabilité de la structure sous laquelle l'église était organisée, Eddy a dissous l'église, le collège et l'association, et a transformé le Journal à l'Association. Elle réorganisa l'église en 1892 et récupéra le Journal. La Première Église du Christ, Scientiste, de Boston, également connue sous le nom de « l'Église Mère », était strictement contrôlée par Eddy et un conseil d'administration auto-entretenu qu'elle a établi. Sujette aux explosions émotionnelles, à la paranoïa et aux activités impliquant sa santé, Eddy s'est retirée de l'église pour vivre le reste de ses jours en tant que sainte que les adhérents envisageaient. À la mort d'Eddy en 1919, elle a laissé la majorité de sa succession de 2,5 millions de dollars à l'église, qui était passée à près de 100 000 membres.Croyances et pratiquesTel qu'il est écrit dans « l'édition autorisée » de Science et santé avec la clé des Écritures, les adeptes de la Science Chrétienne épousent les croyances suivantes :

  • La parole inspirée de la Bible est suffisante pour guider les adhérents vers la vie éternelle ;
  • croyance en un seul Dieu, et que l'homme a été fait à l'image et à la ressemblance de Dieu ;
  • rejetant le mal comme irréel, les adhérents acceptent Dieu comme un pardonneur des péchés et que la croyance au péché est punie aussi longtemps que cette croyance est maintenue ;
  • la valeur de la crucifixion de Jésus était d'élever sa conscience suffisamment pour comprendre la Vie éternelle et la nature de la « totalité » de l'Ame, de l'Esprit et du néant de la matière ;
  • et ils veillent et prient pour l'Esprit qui était de Jésus, pour remplacer leur esprit humain ; obéissez à la Règle d'Or, soyez miséricordieux, purs et justes.
  • Les adeptes de la Science Chrétienne ont des croyances qui sont soit controversées, soit hérétiques pour les églises chrétiennes orthodoxes. Les adhérents redéfinissent radicalement la terminologie chrétienne - par ex. le Saint-Esprit est la Science Divine — par l'utilisation du processus d'allégorisation. Ils rejettent fermement toute association avec le New Thought Movement, qui a commencé comme une ramification des enseignements de Quimby sur la guérison. Ils ont de fortes croyances qui vont à l'encontre des enseignements chrétiens traditionnels concernant la Trinité, la divinité unique de Jésus et l'expiation du péché et de sa création. Les adhérents ont en commun avec d'autres confessions chrétiennes la croyance en un seul dieu, et que Dieu est venu sous la forme de Jésus-Christ. Là où ils s'écartent, c'est que l'on est "sauvé" par le Christ, ce qui est démontré non seulement en Jésus, mais aussi en d'autres. Ils font une distinction entre le Jésus humain et un « individu spirituel éternel, le Christ, Fils de Dieu ». Cette ipséité s'est exprimée chez des individus tout au long de l'histoire.Leurs croyances diffèrent également en ce que les adhérents croient en ce qu'ils appellent la « totalité de Dieu », que tout vit en Dieu. En raison de cette croyance, ils ne voient pas la maladie, le péché ou la mort comme faisant partie de la réalité. De plus, le mal n'est pas vaincu par le Christ, mais il est démontré qu'il est irréel, à l'exception de la propre croyance en lui. Ils mettent également l'accent sur les attributs non personnels de Dieu en tant que Principe, Esprit, Vie, Vérité et Amour. Bien qu'ils reconnaissent Dieu comme Père, peu d'accent est mis sur cet aspect.Clergé et organisationChaque congrégation a des officiers élus et est gouvernée démocratiquement. Les officiers doivent être membres de « l'Église mère » et sont donc sous l'autorité du conseil d'administration de l'Église mère. Les administrateurs veillent au maintien de l'adhésion à la doctrine originelle dès Science et santé avec la clé des Écritures et le Manuel de l'église. Le conseil est également chargé de superviser les diverses autres organisations de l'église, y compris leur grande maison d'édition, ainsi que tous leurs enseignants et praticiens. Chaque congrégation est dirigée par son « premier lecteur ». Aucun ministère séparé n'existe au sein de l'église. Pour devenir guérisseur, un adhérent doit assister à une classe de formation intensive de deux semaines « Primaire », instruite par un enseignant qui est choisi parmi les praticiens actifs de la congrégation. Chaque congrégation est responsable de l'exploitation d'au moins une salle de lecture, où les documents de la Science Chrétienne sont disponibles au public.ControversesDepuis sa création, l'Église du Christ, Scientiste a été impliquée dans la controverse. La plupart proviennent des enseignements de Mary Baker Eddy et de leur origine. L'efficacité de ses pratiques a également généré une controverse à l'intérieur et à l'extérieur de l'église. Avant la dissolution de la première église de la Science Chrétienne en 1889, d'anciens étudiants de Quimby - Julius et Annetta Dresser de Boston, Massachusetts - ont allégué qu'Eddy avait déformé les enseignements de Quimby sur la guérison mentale. Certains des anciens étudiants d'Eddy ont uni leurs forces avec les Dressers dans une attaque amère contre elle. Eddy et ses étudiants ultérieurs ont affirmé que les distorsions étaient en fait uniquement les découvertes d'Eddy et étaient le résultat de ses propres recherches et compréhension. Les membres du mouvement « New Thought », dont certains étaient d'anciens étudiants d'Eddy, ont utilisé ses pratiques de guérison pour concourir, ce qui a conduit à de nouvelles controverses. Dans les années 1980, la Science Chrétienne est entrée dans l'ère de « l'église électronique » avec l'achat de production télévisée mensuelle d'une demi-heure, suivie d'une émission d'information nocturne d'une demi-heure sur une chaîne de télévision par câble. Ils ont également acheté une chaîne de télévision par câble pour produire leurs programmes, une station de radio à ondes courtes et une production radio souscrite sur la National Public Radio. Ne tenant pas compte des avertissements reçus des membres de l'église et des professionnels des médias, l'Église a perdu plus de 250 millions de dollars. La controverse concernant l'allocation illégale de ces fonds d'une fiducie a déclenché des poursuites qui les ont poussés au bord de la faillite.L'église a été sauvée par un legs de 90 millions de dollars de la fiducie Knapp impliquant la publication de Bliss Knapp Le destin de l'Église mère – ce qui a suscité une nouvelle controverse. Les administrateurs avaient insisté pour que le livre soit publié en tant que « littérature autorisée », mais les responsables de l'église avaient déjà critiqué Knapp pour s'être écarté de l'enseignement d'Eddy sur plusieurs points. En fin de compte, l'église n'a reçu que la moitié de la somme d'origine, en raison des paiements pour les poursuites engagées par les administrateurs suppléants de la succession de Knapp. des administrateurs pour mauvaise gestion financière. L'affaire a finalement été rejetée par la Cour suprême du Massachusetts, mais le mécontentement interne persiste.

    La Science Chrétienne aujourd'huiEn raison de la controverse et de la mauvaise publicité, le nombre de membres de l'église a considérablement diminué depuis son essor initial. Bien que la divulgation des chiffres des membres soit interdite par Le Manuel de l'Église Mère, la diminution a été remarquée dans le nombre d'églises filiales d'environ 1 800 à environ 1 000. Les praticiens et les enseignants répertoriés dans le Moniteur de la Science Chrétienne ont également chuté de façon spectaculaire, passant d'environ 5 000 à près de 1 160. L'Église du Christ, Scientiste, compte environ 2 000 congrégations dans 70 pays. Bien que les chiffres des membres ne soient pas disponibles, on sait que le nombre de membres de l'église continue de baisser. S'adressant principalement aux femmes depuis sa création en 1879, le travail de Mary Baker Eddy en matière de guérison par la foi continue de fournir une alternative à la religion établie et à la médecine orthodoxe. Battue par la controverse et les poursuites judiciaires, l'église continue de survivre.


    Christianisme et science

    La plupart des sources de connaissances disponibles pour les premiers chrétiens étaient liées à des visions païennes du monde. Il y avait diverses opinions sur la façon dont le christianisme devrait considérer l'apprentissage païen, qui comprenait ses idées sur la nature. Par exemple, parmi les premiers enseignants chrétiens, Tertullien (vers 160-220) avait une opinion généralement négative de la philosophie grecque, tandis qu'Origène (vers 185-254) la considérait beaucoup plus favorablement et demandait à ses étudiants de lire presque tous les ouvrages disponibles pour eux. [1]

    Historiquement, le christianisme a été et est toujours un patron des sciences. Il a été prolifique dans la fondation d'écoles, d'universités et d'hôpitaux, et de nombreux membres du clergé ont été actifs dans les sciences. Des historiens des sciences tels que Pierre Duhem attribuent aux mathématiciens et philosophes catholiques médiévaux tels que John Buridan, Nicole Oresme et Roger Bacon les fondateurs de la science moderne. [2] Duhem a conclu que « la mécanique et la physique dont les temps modernes sont à juste titre fiers de procéder, par une série ininterrompue d'améliorations à peine perceptibles, à partir de doctrines professées au sein des écoles médiévales ». [3] Certains érudits et historiens attribuent le christianisme au fait d'avoir contribué à l'essor de la révolution scientifique. [4] [5] [6] [7]


    Science Chrétienne - Histoire

    Science Chrétienne (Eddyisme)
    Fondatrice : Mary Baker Eddy

    Aperçu
    La seule chose chrétienne à propos de la Science Chrétienne est le nom lui-même. Les croyances de Mary Eddy sont si éloignées de la Bible qu'on dirait qu'elle est dans son propre monde.

    L'idée de la Science Chrétienne est venue en 1866 lorsque Marie a dit qu'elle avait découvert la "Science de la guérison métaphysique". Elle l'a organisé en 1879 et il a été fondé sur son livre, "Science et santé (avec la clé des Écritures)", la dernière partie du titre a été ajoutée plus tard. Elle prétend avoir reçu la révélation divine en écrivant ce livre mais ne croyant pas en un Dieu personnel, on se demande comment a-t-elle pu alors obtenir la révélation divine ? Marie a simplement pris le mysticisme oriental (par exemple, l'hindouisme) et le panthéisme (tout est Dieu) et l'a appelé la Science Chrétienne. L'attrait pour attirer les gens était de l'appeler «science chrétienne» parce que les gens vivant aux États-Unis, même s'ils n'aimaient pas le christianisme, y avaient toujours de fortes racines.

    Mary Eddy a dit à un moment donné : "Je me suis émerveillée de la patience de la presse et de la chaire avec moi, quand j'ai enlevé leur Seigneur."


    L'histoire des mariages et des funérailles dans les églises de la Science Chrétienne

    Nous n'avons trouvé aucun commentaire de Mary Baker Eddy dans ses écrits concernant les églises filiales qui organisent des mariages ou des funérailles dans leurs édifices.

    Il n'y a jamais eu de mariage célébré dans l'Église Mère en de rares occasions, il y a eu des services commémoratifs. Par exemple, comme documenté dans le numéro du 26 novembre 1963 de Le Moniteur de la Science Chrétienne, il y avait un service commémoratif spécial tenu en l'honneur du défunt président John F. Kennedy. 1 Des services commémoratifs ont également eu lieu dans l'Église mère pour les présidents William McKinley, Warren Harding et Franklin Delano Roosevelt. (Chacun de ces présidents est décédé alors qu'il était encore en fonction, ce qui explique peut-être pourquoi les services commémoratifs ont eu lieu.)

    Dans le Surveillerdans son article sur le service organisé pour Harding, le journaliste écrit que l'ordre de service "suivra celui utilisé lors du service commémoratif pour le président McKinley, le 19 septembre 1901". 2 McKinley a été assassiné en septembre 1901. Eddy a envoyé une note de condoléances à sa veuve, Ida Saxton McKinley, 3 et a donné des conseils à Irving Tomlinson quant au contenu du service : « Soyez prêt pour la réunion in memorium afin de faire appel à les coeurs présents. Laisse de côté la science technique, parle du pouvoir de l'Amour Divin pour sauver jusqu'au bout et le plus sûr espoir de notre nation. 4

    La pratique de ne pas autoriser les mariages et les funérailles dans les édifices de la Science Chrétienne était une tradition. Pendant un certain temps, le conseil d'administration de la Science Chrétienne a fortement préféré que les mariages et les funérailles n'aient pas lieu dans les églises filiales voir, par exemple, « La Science Chrétienne et la Cérémonie du Mariage » à la page 112 du numéro de février 1976 de Le Journal de la Science Chrétienne. 5

    Ces dernières années, cependant, les églises filiales ont été encouragées à prendre la décision démocratiquement parmi leurs membres conformément au règlement de la Manuel de l'Église Mère, Article XXIII, section 10, « Pas d'interférence ». 6


    Science Chrétienne - Histoire

    Nous sommes heureux d'offrir des enregistrements audio de conférences historiques de la Science Chrétienne. Au cours des années 1960, des conférences sur la Science Chrétienne étaient fréquemment diffusées dans la région de New York. Beaucoup d'entre eux ont été enregistrés par le webmaster de ce site sur bande bobine à bobine, que vous pouvez maintenant apprécier. Les visiteurs de notre site ont également contribué à de nombreuses conférences supplémentaires.

    En plus des conférences, vous pouvez trouver plusieurs conférences et adresses d'associations. Une adresse associative est donnée par un Enseignant de Science Chrétienne à leurs élèves. Peu d'adresses d'associations ont survécu au passage des années. Ils représentent les écrits les plus avancés sur la Science Chrétienne.

    Quelques conférences utilisent une voix synthétisée et générée par ordinateur. Les conférences, avec [S] après le titre, datent de 1922 ou plus tôt, et ont été imprimées dans des médias tels que les journaux et les revues de l'époque. Vous remarquerez peut-être quelques imperfections dans la conversion texte-parole, mais j'espère que le message passera.

    Vous pouvez télécharger et écouter ces enregistrements pour votre usage personnel uniquement. Vous n'êtes pas autorisé à copier/télécharger les conférences sur votre site Web ou tout autre site Web, à les vendre, à les utiliser à des fins commerciales ou à les reproduire et les distribuer sans autorisation sous quelque forme que ce soit.

    Si vous appréciez ces conférences, ou si vous souhaitez contribuer à vos enregistrements d'époque, n'hésitez pas à m'envoyer un message. Un autre site Web appelé cslectures.org offre le texte intégral de ceux-ci et de bien d'autres, que vous pouvez lire ou imprimer.

    Souhaitez-vous laisser un commentaire sur ces conférences ? Nous apprécions vos idées et commentaires. Veuillez cliquer sur l'icône pour nous envoyer un message.

    Une nouvelle adresse a été ajoutée : Christian Science :
    La science qui révèle la présence éternelle de Dieu par Colin Eddison (lu par Anthony Whitehouse)

    Si vous appréciez les conférences, un don pour aider à soutenir ce site Web serait apprécié. Cliquez simplement sur le bouton, puis vous pouvez utiliser votre carte de crédit ou PayPal.


    Notre programme de sciences chrétien préféré pour l'école à la maison

    Au cours des quatre dernières années, nous avons utilisé les packages Sonlight Homeschool Science Curriculum et pour être honnête, leurs packages sont si incroyables qu'il est difficile pour moi d'essayer de les comparer avec un autre programme. J'adore la science Sonlight et leur programme d'études pour d'autres matières également !

    Ce que j'aime dans le programme Sonlight, c'est surtout l'utilisation de livres vivants au lieu de manuels ennuyeux. J'adore la façon dont ils élaborent avec soin les packages scientifiques à l'aide de livres fantastiques, de biographies, d'expériences pratiques et même d'un DVD super amusant appelé InquisiKids Discovery & Do, que mes enfants adorent regarder !

    Quand j'ai demandé à d'autres mères chrétiennes d'école à la maison ce qu'elles utilisaient pour la science, j'ai découvert qu'il existe d'autres écoles chrétiennes à la maison incroyables. Programmes scientifiques là-bas et la plupart d'entre eux dont je n'ai jamais entendu parler auparavant !

    Cette année, nous utilisons également Apologia Astronomy et nous l'aimons absolument !!


    Croyances de la Science Chrétienne

    Baptême: Le baptême est la purification spirituelle de la vie quotidienne, pas un sacrement.

    La Bible: La Bible et Science et santé avec la clé des Écritures, de Mary Baker Eddy, sont les deux textes clés de la foi.

    Les principes de la Science Chrétienne se lisent :

    Communion: Aucun élément visible n'est nécessaire pour célébrer l'Eucharistie. Les croyants pratiquent une communion silencieuse et spirituelle avec Dieu.

    Égalité: La Science Chrétienne croit que les femmes sont égales aux hommes. Aucune discrimination n'est faite entre les races.

    Dieu: L'unité du Père, du Fils et du Saint-Esprit est Vie, Vérité et Amour. Jésus, le Messie, est divin, pas une divinité.
    Règle d'or: Les croyants s'efforcent de faire aux autres ce qu'ils voudraient que les autres leur fassent. Ils travaillent pour être miséricordieux, justes et purs.​​

    Les principes de la Science Chrétienne sont les suivants :

    Paradis et enfer: Le paradis et l'enfer n'existent pas en tant que lieux ou en tant que parties de l'au-delà, mais en tant qu'états d'esprit. Mary Baker Eddy a enseigné que les pécheurs font leur propre enfer en faisant le mal, et les saints font leur propre paradis en faisant le bien.
    Homosexualité: La Science Chrétienne promeut le sexe dans le mariage. Cependant, la dénomination évite également de juger les autres, affirmant l'identité spirituelle que chaque personne reçoit de Dieu.

    Salut: L'homme est sauvé par Christ, le Messie promis. Par sa vie et ses œuvres, Jésus montre le chemin de l'unité de l'homme avec Dieu. Les Scientistes Chrétiens affirment la naissance virginale, la crucifixion, la résurrection et l'ascension de Jésus-Christ comme preuve de l'amour divin.


    Un bref aperçu de la vision du monde de la science chrétienne

    Chaque vision du monde doit répondre à trois questions importantes. Premièrement, « Comment en sommes-nous arrivés ici » ? Cette question est fondamentale pour savoir comment nous voyons le monde qui nous entoure et comment nous comprenons notre rôle dans ce monde. Deuxièmement, les visions du monde doivent répondre à la question : « Comment les choses ont-elles pu être si gâchées ? » Nous savons tous qu'il y a quelque chose de cassé dans le monde dans lequel nous vivons et notre vision du monde nous aide à comprendre Quel A été brisé. Enfin, les visions du monde répondent à la question : « Comment pouvons-nous y remédier ? » Les visions du monde commencent par une revendication sur notre origine, mais doivent finalement répondre aux questions les plus importantes de la vie. La Science Chrétienne offre des réponses à ces trois questions de vision du monde. Examinons l'histoire de la Science Chrétienne et ses réponses aux trois questions les plus importantes de la vision du monde.

    Mary Baker Eddy est née à Bow, New Hampshire, le 16 juillet 1821. Elle était la plus jeune de six enfants et ses parents l'ont élevée dans une église chrétienne « congrégationaliste ». Elle a souffert d'un certain nombre de maladies infantiles l'amenant à examiner les passages bibliques traitant spécifiquement de la guérison. Alors qu'elle devenait une femme, ses maladies persistantes ont continué. En 1862, à l'âge de 41 ans, elle devient patiente de Phineas Quimby, lui-même guérisseur « hypnotiseur » et « magnétique ». Quimby était un dualiste qui croyait que l'esprit était une « matière spirituelle » et que l'homme « existe en dehors de lui-même ». Il considérait l'esprit et le cerveau comme deux entités distinctes interagissant l'une avec l'autre, et il a développé une théorie de la « guérison mentale ». Il croyait que la maladie était simplement le résultat d'une pensée erronée et son travail avec Mary Baker Eddy a été formateur pour sa propre écriture et sa pensée théologique.

    En 1866, à l'âge de 45 ans, Eddy subit une chute et une blessure à la colonne vertébrale. Elle s'est tournée vers la Bible pour obtenir des réponses et s'est remise de sa blessure rapidement (et de manière inattendue). Elle passa les trois années suivantes à étudier la Bible et à former la base de la Science Chrétienne en tant que philosophie de l'esprit, théorie de la guérison et système théologique. Elle a testé ses théories pendant plusieurs années et a finalement publié "Science et santé" (rebaptisé plus tard "Science et santé avec une clé des Écritures") en 1875. Elle a fait avancer ce point de vue théologique et cette théorie de la science en établissant la Science Chrétienne. Church des étudiants qu'elle a enseignés au Massachusetts Metaphysical College dans les années 1880. Aujourd'hui, il y a environ 100 000 membres de la Science Chrétienne dans plus de 60 pays. Ils utilisent la Bible et « Science et santé avec une clé des Écritures » comme leurs deux textes sacrés.

    Comment la Science Chrétienne répond à la question :
    "Comment on est venu ici?" (Quelle est la nature de Dieu et de la création ?)
    La Science Chrétienne enseigne que la création est le produit de l'Esprit Divin, et le dieu de la Science Chrétienne est très différent du Dieu du Christianisme Biblique Orthodoxe. Eddy a décrit Dieu comme un « Principe » impersonnel plutôt qu'une personne. En fait, Eddy a souvent décrit Dieu en utilisant un certain nombre de synonymes impersonnels similaires, comme "Principe", "Âme", "Esprit", "Esprit", "Vie", "Vérité" et "Amour". La Science Chrétienne nie également la Trinité et reconnaît Jésus comme Divin, mais nie qu'Il est Dieu. Pour le scientisme chrétien, il y a une distinction entre la nature humaine de Jésus et son divin « Christ » :

    « Jésus est le nom de l'homme qui, plus que tous les autres hommes, a présenté le Christ, la véritable idée de Dieu, guérissant les malades et les pécheurs et détruisant le pouvoir de la mort » (Science et Santé, 473 :10-17).

    Alors qu'Eddy enseignait que la création est un produit de l'Esprit Divin, elle a décrit la création de Dieu comme entièrement spirituelle et parfaite. Selon Eddy, la matière, le péché, la maladie et la mort n'existent pas. Alors que nous pouvons pense ces choses matérielles existent autour de nous, nous nous trompons simplement illusion:

    « La seule réalité du péché, de la maladie ou de la mort est le fait terrible que les irréalités semblent réelles aux croyances humaines et erronées, jusqu'à ce que Dieu enlève leur déguisement » (Science et Santé, 472 :27-29).

    La Science Chrétienne enseigne que nous sommes liés par le monde matériel jusqu'à ce que nous comprenions enfin qu'il n'est pas réel. Une fois que nous acceptons la matière, le péché, la maladie et la mort comme des illusions, nous aussi aurons le pouvoir sur eux. Dieu est spirituel et ne peut pas être malade. L'homme, en tant que sa création, est un être spirituel éternel qui a été trompé en pensant qu'il existe un monde matériel où la maladie et le péché ont du pouvoir. La maladie est simplement une imagination de ce qu'Eddy appelait « l'esprit mortel ». Voici un bref résumé de ces idées telles que décrites dans la « Déclaration scientifique de l'être » de la Science Chrétienne récitée comme un credo dans les églises de la Science Chrétienne :

    Il n'y a ni vie, ni vérité, ni intelligence, ni substance dans la matière. Tout est Entendement infini et sa manifestation infinie, car Dieu est Tout-en-tout. L'esprit est immortel La matière de vérité est erreur mortelle. L'esprit est le réel et la matière éternelle est l'irréel et le temporel. L'Esprit est Dieu, et l'homme est son image et ressemblance. Donc l'homme n'est pas matériel, il est spirituel. (Science et Santé, 468:9-15)

    Mary Baker Eddy a enseigné que la Bible était pleine d'erreurs et n'était utile que lorsqu'elle était interprétée par ses propres écrits, "Science et santé avec une clé des Écritures". Dans ce volume, Eddy a rejeté le chapitre 2 de Genèse comme une corruption (un « mensonge ») et s'est appuyé sur le chapitre 1 de Genèse pour défendre les humains en tant que créatures complètement spirituelles qui n'ont rien à voir avec la matière (Genèse 2 lie la création de l'homme à la poussière du sol). La Science de la Création décrit les humains comme une création purement spirituelle et immatérielle d'un Dieu spirituel et immatériel.

    Comment la Science Chrétienne répond à la question :
    « Comment cela a-t-il été si gâché ? » (Qu'est-ce qui sépare l'homme de Dieu ?)
    Si Dieu est le créateur spirituel et immatériel de toutes choses et que ses créations sont purement spirituelles, le problème avec le monde dans lequel nous vivons est simple : nous avons été trompés en pensant que la matière, le péché, la maladie et la mort existent alors qu'en fait, ils ne 't. Comment est-ce arrivé? La Science Chrétienne enseigne que notre tromperie est le résultat du Diable, mais elle définit le Diable comme « le mal, une erreur de mensonge… une croyance au péché, à la maladie et à la mort… » ou une croyance dans le monde matériel. Le Diable n'est pas une personne, mais un croyance:

    « Je suis la vie et l'intelligence dans la matière. Il y a plus d'un esprit, car je suis l'esprit, un esprit méchant, auto-fabriqué ou créé par un dieu tribal et mis à l'opposé de l'esprit, appelé matière, de là pour reproduire un univers mortel, y compris l'homme, pas après à l'image et à la ressemblance de l'Esprit, mais à son image » (Science et Santé, 584 :20-25)

    C'est notre dilemme, nous sommes trompés par une fausse croyance dans le monde matériel et une fausse croyance que nous sommes des êtres matériels indépendants. Nous devons surmonter ces croyances avant de pouvoir espérer résoudre les problèmes que nous avons dans un monde rempli de péché, de mort et de maladie. Alors que nous pouvons voir mal tout autour de nous, la Science Chrétienne décrit ce mal comme une illusion :

    « Le mal est une négation, parce qu'il est l'absence de vérité. Ce n'est rien, parce que c'est l'absence de quelque chose. Elle est irréelle, car elle présuppose l'absence de Dieu, l'omnipotent et l'omniprésent. Chaque mortel doit apprendre qu'il n'y a ni pouvoir ni réalité dans le mal. (Science et Santé 186 :12-15)

    Dans cette vision du monde, le mal n'est pas du tout « réel ». Le mal peut apparaître pour être réel, mais c'est en fait une vision erronée de Dieu et de l'homme. La Science Chrétienne enseigne que Dieu et Sa création (en tant que réalités spirituelles seules) sont entièrement bon. En tant qu'humains, trompés par notre perception du monde matériel, nous avons souvent des pensées et nous engageons dans des actions contraires à notre bonté donnée par Dieu. Lorsque cela se produit, nous souffrons d'une manière ou d'une autre. Essentiellement, nous faisons l'expérience de ce que nous pensons être le mal parce que nous avons simplement mal compris la nature de notre monde. Alors que Dieu a créé toutes choses pour qu'elles soient bonnes, nous continuons à « mal comprendre » Sa création, puis à « mal appliquer » les principes de Sa création, ce qui entraîne la souffrance que nous vivons sur terre.

    Comment la Science Chrétienne répond à la question :
    "Comment pouvons-nous résoudre ce problème?" (Comment pouvons-nous être réunis avec Dieu ?)
    Alors, comment pouvons-nous « réparer » ce malentendu et cette mauvaise application ? La vision du monde chrétienne orthodoxe promet une nouvelle vie au ciel avec le Dieu qui nous a créés, mais la Science Chrétienne rejette l'idée du ciel comme demeure de Dieu. Pour l'adepte de la Science Chrétienne, le paradis et l'enfer sont simplement des états d'esprit. Le ciel est décrit comme :

    « L'harmonie du règne du gouvernement de l'Esprit par la spiritualité du Principe divin bénit l'atmosphère de l'Ame. (Science et Santé, 587 : 25-27)

    De la même manière, l'enfer est décrit comme :

    « Mortelle croyance erreur luxure remords haine vengeance péché maladie mort souffrance et autodestruction auto-destruction agonie effets du péché ce qui ‘fait abomination ou menteur’. » (Science et Santé, 588 :1-4)

    En raison de ces croyances sur le paradis et l'enfer, l'adepte de la Science Chrétienne n'essaie pas d'échapper au jugement de Dieu et au destin de l'enfer en tant que lieu de punition éternelle, mais essaie plutôt de se libérer (ou se libérer) du illusion du monde matériel. Le ciel (l'« harmonie » et le « règne de l'Esprit ») peut être atteint si nous pouvons simplement apprendre la vérité et nous connecter à la pensée de Dieu. Le « salut » de la Science Chrétienne est défini comme :

    « La vie, la vérité et l'amour compris et démontrés comme étant suprêmes sur tout péché, maladie et mort détruits » (Science et Santé, 593 : 20-22)

    Jésus fait partie de la solution de la Science Chrétienne, mais ne pas en tant que rédempteur qui a payé le prix de nos péchés individuels sur la croix (en fait, la Science Chrétienne enseigne que Jésus n'est pas réellement mort sur la croix, mais ses disciples ont plutôt été dupés en pensant qu'il était mort alors qu'il était vraiment vivant dans la tombe) . La Science Chrétienne enseigne que le péché et le mal font partie de notre illusion matérielle. Jésus nous aide donc à résoudre notre propre problème d'illusion en nous donnant de vraies informations sur la nature du monde spirituel dans lequel nous vivons. La Science Chrétienne décrit Jésus comme :

    "Le plus haut concept corporel humain de l'idée divine, réprimandant et détruisant l'erreur et mettant en lumière l'immortalité de l'homme. (Science et Santé, 589:16-18)

    Eddy a décrit Jésus comme le véhicule par lequel Dieu a présenté le « Christ » qui est défini comme :

    « La manifestation divine de Dieu, qui vient à la chair pour détruire l'erreur incarnée. (Science et Santé, 583:10-11)

    Jésus nous sauve, mais pas au moyen de « l'expiation substitutive » décrite dans le christianisme orthodoxe. Instead, Jesus is the vehicle through which God imparts the correct view of the spiritual world. Christian Science teaches we can access the truth of God through prayer as a means of learning about God’s nature so we can begin to see things as He sees them. In prayer we are to do more than ask for a specific result we are to ask for clarity of what is truly happening at the spiritual level and claim the good existing at this level. When this is done, the follower of Christian Science expects a renewed view of the situation to emerge. If the believer was falsely deluded into thinking he or she was sick, for example, the new spiritual awareness of the unseen reality will cure this false notion and the believer will be “healed”.

    Followers of Christian Science believe their faith is perfected over time they get better and better at discerning the illusion of the material world as they learn more and more about the character of God and the spiritual world (through prayer). For this reason, they believe (in theory at least) the more they practice their faith, the more they will overcome the illusion of sickness, sin and even death. By this view, it should be possible for a faithful Christian Scientist to be illness free and immune from death. Every worldview must be internally and externally coherent. The challenge for Christian Science appears to exist at both levels. Click To Tweet

    Every worldview must be internally and externally coherent. The challenge for Christian Science appears to exist at both levels. There are a number of philosophical and Biblical questions exposing the internal contradictions of the worldview. We’ll examine some of these in another post.

    For more information about the reliability of the New Testament gospels and the case for Christianity, please read Cold-Case Christianity: A Homicide Detective Investigates the Claims of the Gospels. This book teaches readers ten principles of cold-case investigations and applies these strategies to investigate the claims of the gospel authors. The book is accompanied by an eight-session Cold-Case Christianity DVD Set (and Participant’s Guide) to help individuals or small groups examine the evidence and make the case.


    Christian Views of Science and Earth History – A Balanced Perspective

    Dr. Ray Bohlin and Rich Milne consider the three primary views held by Christians regarding the age of the earth and how the universe, life and man came to be: young earth creationism, progressive creationism, and theistic evolution. After considering the case for each one, they conclude with a call to work together for the cause of Christ.

    Introduction of Three Views

    How old is the earth? Did men live with dinosaurs? Are dinosaurs in the Bible? Where do cave men fit in the Bible? Did the flood cover the whole earth? How many animals were on Noah’s Ark? What does the word day in Genesis chapter one mean?

    These are all common and difficult questions your children may have asked, or maybe they are questions you have. What may surprise you is that evangelical Christians respond with numerous answers to each question. In reality, answers to the preceding questions largely depend on the answer to the first one. How old is the earth?

    The diversity of opinion regarding this question inevitably leads to controversy, controversy that is often heated and remarkably lacking in grace and understanding. For those Christians who are practicing scientists, there is much at stake. Not only is one’s view of Scripture on the firing line, but one’s respect and job security in the scientific community is also at risk.

    But we must say up front, that as important as this question is, it is of secondary importance to the quest of defeating Darwinism as currently presented to the culture. Educational leaders and evolutionary scientists are determined to present a fully naturalistic evolution as the only reasonable and scientific theory that can be discussed in the public education system. All Christians, whether old earth or young earth, should find common cause in dethroning philosophical naturalism as the reigning paradigm of education and science.

    Returning to the age of the earth question, we would like to survey three general categories of response to this question that can be found among Christians today. For each of these three views, we will discuss their position on Genesis chapter one, since theological assumptions guide the process of discovering a scientific perspective. We will also discuss the basics of the scientific conclusions for each view. Finally, we will discuss the strengths of each view and what those holding the other two views think are the other’s limitations.

    The first view of science and earth history we will discuss is the recent or literal view. This position is often referred to as scientific creationism, creation science, or young earth creationism. Young earth creationists believe that the earth and the universe are only tens of thousands of years old and that Genesis gives us a straightforward account of God’s creative activity.

    The second position, progressive creationism or day-age creationism, holds that the earth and the universe are billions of years old. However, progressive creationists believe that God has created specifically and ex nihilo (out of nothing), throughout the billions of years of earth history. They do not believe that the days of Genesis refer to twenty-four hour days, but to long, indefinite periods of time.

    A view traditionally known as theistic evolution comprises the third position. Theistic evolutionists essentially believe that the earth and the universe are not only billions of years old, but that there was little, if any, intervention by God during this time. The universe and life have evolved by God-ordained processes in nature. Theistic evolutionists, or evolutionary creationists, as many prefer to be called, believe that the first chapter of Genesis is not meant to be read historically, but theologically. It is meant to be a description of God as the perfect Creator and transcendent over the gods of the surrounding ancient Near Eastern cultures.

    Before we consider each position in greater detail, it is important to realize two things. First, we will paint in broad strokes when describing these views. Each has many sub-categories under its umbrella. Second, we will describe them as objectively and positively as we can without revealing our own position. We will reveal our position at the conclusion of this article.

    Recent or Literal Creation

    Having introduced each position, we would like to review the theological and scientific foundations for the first one: recent or young earth creationism.

    The young earth creationist firmly maintains that Genesis chapter one is a literal, historical document that briefly outlines God’s creative activity during six literal twenty-four hour days. If one assumes that the genealogies of Genesis chapters five and eleven represent a reasonable pre-Israelite history of the world, then the date of creation cannot be much beyond thirty thousand years ago.

    A critical theological conclusion in this view is a world free of pain, suffering, and death prior to the Fall in Genesis chapter three. God’s prescription in Genesis 1:29 to allow only green plants and fruit for food follows along with this conclusion.

    The universal flood of Noah, recorded in Genesis chapters six through nine, is also a crucial part of this view. On a young earth, the vast layers of fossil-bearing sedimentary strata found all over the earth could not have had millions of years to accumulate. Therefore, the majority of these sedimentary layers are thought to have formed during Noah’s flood. Much research activity by young earth creationists is directed along this line.

    Young earth creationists also maintain the integrity of what is called the Genesis kind, defined in Genesis 1:11, 12, and 21. The dog kind is frequently given as an example of the Genesis kind. While this is still a matter of research, it is suggested that God created a population of dog-like animals on the sixth day. Since then, the domestic dog, wolf, coyote, African wild dog, Australian dingo, and maybe even the fox have all descended from this original population. Young earth creationists suggest that God created the individual kinds with an inherent ability to diversify within that kind. But a dog cannot cross these lines to evolve into say, a cat.

    The literal view of Genesis chapter one has been predominant throughout Church history and it proposes a testable scientific model of the flood and the Genesis kind. Critics point out that there are immense difficulties explaining the entire geologic record in terms of the flood. Principal among these problems is that it appears there are many more animals and plants buried in the rocks than could have been alive simultaneously on the earth just prior to the flood.

    Progressive Creationism

    The next view to discuss is progressive creationism. The progressive creationist essentially believes that God has intervened throughout earth history to bring about His creation, but not all at once over six literal twenty-four hour days. The progressive creationist will accept the long ages of the earth and the universe while accepting that there is some historical significance to the creation account of Genesis.

    A popular view of Genesis chapter one is called the day-age theory. This view agrees that the events described in the first chapter of Genesis are real events, but each day is millions, perhaps billions of years in duration. The Hebrew word for day, yom, can mean an indefinite period of time such as in Genesis 2:4. This verse summarizes the first thirty-four verses of the Bible by stating, “This is the account of the heavens and the earth when they were created, in the day that the Lord God made the earth and the heaven” (emphasis added). In this case, the word day refers to the previous seven days of the creation week. Consequently, the progressive creationist feels there is justification in rendering the days of Genesis chapter one as indefinite periods of time.

    Therefore, the progressive creationist has no problem with the standard astronomical and geological ages for the universe and the earth. A universe of fifteen billion years and an earth of 4.5 billion years are acceptable. In regard to evolution, however, their position is similar to the young earth creationists’. Progressive creationists accept much of what would be called microevolution, adaptation within a species and even some larger changes. But macroevolutionary changes such as a bird evolving from a fish are not seen as a viable process.

    These are the basic beliefs of most progressive creationists. What do they think is the predominant reason for holding to this perspective? Most will tell you that the evidence for an old universe and earth is so strong that they have searched for a way for Genesis chapter one to be understood in this framework. So the agreement with standard geology and astronomy is critical to them. Progressive creationists also find the biblical necessity for distinct evidence for God’s creative activity so strong that the lack of macroevolutionary evidence also dovetails well with their position.

    The most difficult problem for them to face is the requirement for pain, suffering, and death to be a necessary part of God’s creation prior to Adam’s sin. The atheistic evolutionist, Stephen J. Gould, from Harvard, commented on this problem of God’s design over these many millions of years when he said, “The price of perfect design is messy relentless slaughter.” There are also major discrepancies with the order of events in earth history and the order given in Genesis. For instance if the days of Genesis are millions of years long, then when flowers were created on day three, it would be millions of years before pollinators, such as bees, were created on days five and six.

    Theistic Evolution

    Having covered young earth creationism and progressive creationism, we will now turn to the view called theistic evolution and then discuss our own position with a call to mark the common enemy of the evangelical community.

    Most theistic evolutionists see little, if any, historical significance to the opening chapters of Genesis. They suggest that the Genesis narrative was designed to show the Israelites that there is one God and He has created everything, including those things which the surrounding nations worshipped as gods. In essence, Genesis chapter one is religious and theological, not historical and scientific.

    Essentially, theistic evolutionists accept nearly all the scientific data of evolution including not only the age of the cosmos, but also the evolutionary relatedness of all living creatures. God either guided evolution or created the evolutionary process to proceed without need of interference.

    Theistic evolutionists maintain that the evidence for evolution is so strong that they have simply reconciled their faith with reality. Since reading Genesis historically does not agree with what they perceive to be the truth about earth history, then Genesis, if it is to be considered God’s Word, must mean something else. They do believe that God is continually upholding the universe, so He is involved in His creation.

    Call for Caution and Discussion

    We have discussed the biblical and scientific foundations of three different Christian views of science and earth history. In so doing, we have tried to convey a sense of their strengths and limitations. The issue of the age of the earth is very controversial among evangelicals, particularly those who have chosen some field of science as their career.

    Our intention has been to present these perspectives as objectively as possible so you, the reader, can make an informed decision. We have purposefully kept our own views out of this discussion until now. We would like to take a moment and explain the reasoning behind our position.

    We have studied this issue for over twenty years and have read scholars, both biblical and scientific from all sides of the question. For some ten years now, we have been confirmed fence sitters. Yes, we are sorry to disappoint those of you who were waiting for us to tell you which view makes more sense, but we are decidedly undecided. This is by no means a political decision. We are not trying to please all sides, because if that were the case, we know we would please no one. The fact is, we are still searching.

    Biblically, we find the young earth approach of six consecutive 24-hour days and a catastrophic universal flood to make the most sense. However, we find the evidence from science for a great age for the universe and the earth to be nearly overwhelming. We just do not know how to resolve the conflict yet. Earlier, we emphasized that the age question, while certainly important, is not the primary question in the origins debate. The question of chance versus design is the foremost issue. The time frame over which God accomplished His creation is not central.

    Such indecision is not necessarily a bad thing. Davis Young in his book Christianity and the Age of the Earth, gives a wise caution. Young outlines that both science and theology have their mysteries that remain unsolvable. And if each has its own mystery, how can we expect them to mesh perfectly? The great 20th century evangelist, Francis Schaeffer said:

    We must take ample time, and sometimes this will mean a long time, to consider whether the apparent clash between science and revelation means that the theory set forth by science is wrong or whether we must reconsider what we thought the Bible says.

    In the sixteenth century, Michelangelo sculpted Moses coming down from Mount Sinai with two little bumps on his head. The word which describes Moses’ face as he came off the mountain, we now know means shining light, meaning Moses’ face was brilliant from having been in God’s presence. But at that time it was thought to mean “goat horns.” So Michelangelo sculpted Moses with two horns on his head. That is what they thought the Bible literally said. Now we know better and we changed our interpretation of this Scripture based on more accurate information. We believe we need even more accurate information from both the Bible and science to answer the age of the earth question.

    The question concerning the age of the earth comes down to a matter of interpretation, both of science and the Bible. Ultimately, we believe there is a resolution to this dilemma. All truth is God’s truth. Some suggest that perhaps God has created a universe with apparent age. That is certainly possible, but certain implications of this make us very uncomfortable. It is certainly true that any form of creation out of nothing implies some form of apparent age. God created Adam as an adult who appeared to have been alive for several decades though only a few seconds into his existence.

    Scientists have observed supernova from galaxies that are hundreds of thousands of light years away. We know that many of these galaxies must be this distant because if they were all within a few thousand light years, then the nighttime sky would be brilliant indeed. These distant galaxies are usually explained in terms of God creating the light in transit so we can see them today. These observed star explosions mean that they never happened in an apparent age universe. Therefore, we are viewing an event that never occurred. This is like having videotape of Adam’s birth. Would supernovas that never happened make God deceptive?

    Therefore, we believe we must approach this question with humility and tolerance for those with different convictions. The truth will eventually be known. In the meantime, let us search for it together without snipping at each other’s heels.

    1. Henry Morris, The Genesis Record (Grand Rapids, MI: Baker Book House, 1976), 37-81.
    2. Steven A. Austin, ed., Grand Canyon: Monument to Catastrophe (Santee, CA: Institute for Creation Research, 1994), 284.
    3. Daniel E. Wonderly, Neglect of Geologic Data: Sedimentary Strata Compared with Young-Earth Creationist Writings (Hatfield, PA: Interdisciplinary Biblical Research Institute, 1987), 130. Howard J. Van Till, Robert Snow, John Stek, and Davis A. Young, Portraits of Creation: Biblical and Scientific Perspectives on the World’s Formation (Grand Rapids, MI: Eerdmans Pub. Co, 1990), 26-125.
    4. Hugh Ross, Creation and Time (Colorado Springs, CO: NAVPRESS, 1994), 45-72.
    5. Ibid., 73-80.
    6. Stephen Jay Gould, “Darwin and Paley Meet the Invisible Hand,” Histoire naturelle (November 1990):8. Mark Van Bebber and Paul S. Taylor, Creation and Time: A Report on the Progressive Creationist Book by Hugh Ross (Mesa, AZ: Eden Communications, 1994), 128.
    7. Van Till, et al., Portraits of Creation, 232-242.
    8. Umberto Cassuto, A Commentary on the Book of Genesis: Part 1: From Adam to Noah, trad. Israel Abrahams (Jerusalem Magnum Press, 1978), 12-17. Henri Blocher, In the Beginning: The Opening Chapters of Genesis, trad. David G. Preston (Leciester Press and Downers Grove: InterVarsity Press, 1984), 49-59.
    9. Ken Ham, Evolution: The Lie (El Cajon, CA: Creation-Life Pub., 1987).
    10. Phillip E. Johnson, Darwin on Trial, 2nd ed. (Downers Grove, IL: InterVarsity Press, 1993), 15-112, 166-170.
    11. Davis A. Young, Christianity and the Age of the Earth (Grand Rapids: Zondervan, 1982), 158.
    12. Francis Schaeffer, No Final Conflict (Downers Grove: InterVarsity Press, 1975), 24.

    Related Posts

    What is the prevailing evolutionary theory for the origin of the universe? I would also like to know your views on the "Gap Theory." The prevailing theory for the origin&hellip

    Dear Dr. Bohlin, As a Christian, how do you view the age of the earth? I was wondering how scientists calculate the age of the stars and the earth. Please&hellip

    I read with great interest your article on the Origins Web site "Christian Views of Science and Earth History ." I am doing research on this age issue, focusing on&hellip

    Dr. Bohlin, I just read over your article on the Age of the Earth to get Probe's stand on the issue. Apparently, the official stand is officially no stand. I&hellip

    Sue and Dr. Ray Bohlin bring decades of Christian worldview thinking and a PhD in science to the important topic of communicating a balanced rational position to our children and teenagers on&hellip

    Steve Cable examines Francis Collins's arguments for theistic evolution from his book The Language of God and finds them lacking. Francis Collins and Theistic Evolution Dr. Francis Collins, recipient of&hellip

    Appendix B: Apologetics and the Age of the Universe Note: This is one of two appendices for Steve Cable's article Are We Significant in This Vast Universe? Is the apparent&hellip

    Dr. Ray Bohlin explains why our understanding of the origins of life is directly related to our understanding of God. A Christian understands that God created us intentionally. We are&hellip

    Dr. Ray Bohlin and Richard Milne

    Raymond G. Bohlin is Vice President of Vision Outreach at Probe Ministries. He is a graduate of the University of Illinois (B.S., zoology), North Texas State University (M.S., population genetics), and the University of Texas at Dallas (M.S., Ph.D., molecular biology). He is the co-author of the book The Natural Limits to Biological Change, served as general editor of Creation, Evolution and Modern Science, co-author of Basic Questions on Genetics, Stem Cell Research and Cloning (The BioBasics Series), and has published numerous journal articles. Dr. Bohlin was named a Research Fellow of the Discovery Institute's Center for the Renewal of Science and Culture in 1997, 2000 and 2012.

    Richard Milne is a former research associate with Probe Ministries. He has a B.A. from the University of California, Berkeley, and a Th.M. from Dallas Theological Seminary. Rich works in the area of the philosophy and history of science, focusing in particular on the origin of the universe and the origin of life, and the history and philosophy of art. He and his wife, Becky, are currently on staff with East-West Ministries in Plano, Texas.

    What is Probe?

    Probe Ministries is a non-profit ministry whose mission is to assist the church in renewing the minds of believers with a Christian worldview and to equip the church to engage the world for Christ. Probe fulfills this mission through our Mind Games conferences for youth and adults, our 3-minute daily radio program, and our extensive Web site at www.probe.org.

    Further information about Probe's materials and ministry may be obtained by contacting us at:


    Terms of Service

    Welcome to "2017 Hymnal," a part of Christian Science JSH-Online (the “Site”), owned and operated by The Christian Science Publishing Society. As a user of 2017 Hymnal, you agree to be bound by the Terms and Privacy Policy of the Site, including the Permissions Page which contains the following specific use information about content (such as sheet music, audio recordings, hymn texts, notes and other text) found on 2017 Hymnal:

    • You may download and print a copy of content for your personal, non-commercial use.
    • You may download and print a sufficient number of copies of sheet music and hymn texts for the purpose of congregational singing, reviewing, and previewing hymns with your church congregation.
    • You may download and play audio recordings for personal, non-commercial use and for the purpose of congregational singing, reviewing, and previewing hymns with your church congregation.
    • Except for the above, you may not otherwise copy or distribute hymn content or other content from 2017 Hymnal pages in any format without written permission.
    • All copies of 2017 Hymnal content must retain attribution and copyright notices as provided, without alteration.
    • You may not email or re-post 2017 Hymnal content on other websites or social media pages.
    • You may not deep-link to 2017 Hymnal content.

    For inquiries about re-using 2017 Hymnal content and permissions questions, please contact: [email protected]

    We reserve the right to terminate access to the Site and/or the 2017 Hymnal area of the Site for failure to comply with the above terms.


    Your support and contributions will enable us to meet our goals and improve conditions. Your generous donation will fund our mission.

    Church opening

    We would like to announce that our Church is now open for our Sunday service and our Wednesday testimony meetings!

    First Church of Christ, Scientist, Riverside (Christian Science) has been at our current location since 1900. We have services on Sunday morning (including Sunday School) and we have a Wednesday evening testimony meetings where Christian Science healings and other experiences are shared. We operate a Reading Room with Bibles, Science and Health with Key to the Scriptures, by Mary Baker Eddy, a large number of books and reference materials, periodicals, CD's and other resources for exploring your spirituality and learning about Christian Science.

    Our Pastor

    This is a lay church in which every member has equal standing with God. With the Bible and Science and Health with Key to the Scriptures, by Mary Baker Eddy, as our pastor, Christian Scientists turn to prayer and these two books for counsel and healing. Christian Science was discovered by Mary Baker Eddy in 1866. She was severely injured in a fall, and turned to the Bible as she had been accustomed to doing. All she had pondered in the past came strongly and clearly to her as she read an account of one of Jesus' healings. She was immediately healed. Convinced that God had healed her, she spent the next several years searching the Scriptures to understand the principle behind her healing. She named her discovery Christian Science and explained it in 1875 when she first wrote Science and Health. On page 583, Science and Health includes the following definition on CHURCH:

    "The structure of Truth and Love whatever rests upon and proceeds from divine Principle."

    "The Church is that institution, which affords proof of its utility and is found elevating the race, rousing the dormant understanding from material beliefs to the apprehension of spiritual ideas and the demonstration of divine Science, thereby casting out devils, or error, and healing the sick."


    Voir la vidéo: Pratique publique de la Science Chrétienne 2