1er août 1940

1er août 1940


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

1er août 1940

Août

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Guerre dans les airs

Le RAF Bomber Command attaque les aérodromes allemands de Dortmund, Leeuwarden et Hamstede



Histoire navale australienne le 1er août 1940

HMAS BATHURST, (démineur), le premier des 60 de la classe à être construit en Australie, a été lancé à Cockatoo Island, Sydney.

Le dépôt RAN à Fremantle a été mis en service en tant que HMAS LEEUWIN. Le dépôt avait été créé en 1926 lorsqu'une salle d'exercices fut érigée à Croke Lane, pour la formation des réservistes de la marine. La base a été déplacée à proximité de Preston Point le 1er juillet 1942, à la suite de la nomination du premier officier de marine en charge de Fremantle.

Le dépôt naval de Brisbane, (HMAS MANCHOT IV), a été remis en service comme HMAS BRISBANE. Ce nom a duré un peu plus de deux ans, avant que le dépôt ne soit à nouveau renommé cette fois en HMAS MORETON.


Traités et accords

Traité d'amitié et de commerce, 1782 .

Le 8 octobre 1782, les Pays-Bas et les États-Unis signent un traité d'amitié et de commerce à La Haye.

Convention sur les navires repris, 1782 .

Le 8 octobre 1782, les Pays-Bas et les États-Unis ont signé une convention régissant les navires repris à La Haye.

Traité de commerce et de navigation, 1839 .

Le 19 janvier 1839, les États-Unis et le Royaume des Pays-Bas ont signé un traité de commerce et de navigation négocié par le secrétaire d'État américain John Forsyth et le chargé d'affaires néerlandais près des États-Unis, Evert Marius Adrian Martini.

Convention sur le commerce, 1852 .

Le 26 août 1852, les États-Unis et le Royaume des Pays-Bas ont signé une convention sur le commerce, destinée à compléter le traité de commerce et de navigation de 1839.

Convention sur les consuls, 1855 .

Une convention réglementant les droits, devoirs et privilèges des consuls américains et néerlandais aux Pays-Bas et aux États-Unis respectivement a été signée à La Haye le 22 janvier 1855.

Convention sur les droits, privilèges et immunités des fonctionnaires consulaires, 1839 .

Le 23 mai 1878, une Convention sur les droits, privilèges et immunités des agents consulaires a été signée à Washington, DC, par le secrétaire d'État américain William M. Evarts et le ministre néerlandais résidant aux États-Unis Rudolph Alexander August Eduard von Pestel.


Résines de formaldéhyde : Bakélite

Après le nitrate de cellulose, le formaldéhyde a été le prochain produit à faire progresser la technologie du plastique. Vers 1897, les efforts pour fabriquer des tableaux blancs ont conduit à l'invention des plastiques de caséine (protéine de lait mélangée à du formaldéhyde). Galalith et Erinoid sont deux des premiers exemples de noms commerciaux.

En 1899, Arthur Smith a reçu le brevet britannique 16 275 pour les « résines phénol-formaldéhyde à utiliser comme substitut d'ébonite dans l'isolation électrique », le premier brevet pour le traitement d'une résine de formaldéhyde. Cependant, en 1907, Leo Hendrik Baekeland a amélioré les techniques de réaction phénol-formaldéhyde et a inventé la première résine entièrement synthétique à connaître un succès commercial sous le nom commercial Bakelite.


Améliorations et correctifs dans la mise à jour

Mises à jour d'avril 2021

Sortie le 08 avril

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2019, version 1903 ou ultérieure.

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Intel Corporation – Affichage – 27.20.100.8681

Intel(R) HD Graphics – Cartes graphiques

Améliore les graphiques et la stabilité du système.

Intel Corporation - Extension - 27.20.100.8681

Extension de pilote de carte graphique d'affichage Intel®

Résout les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Intel - Extension - 1952.14.0.1470

Client Intel(R) ICLS - Extension

Résout les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Intel - Composant logiciel - 1.62.321.1

Client Intel(R) ICLS - Périphériques logiciels

Résout les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Intel - Système - 2040.100.0.1029

Interface du moteur de gestion Intel(R) - Périphériques système

Résout les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Surface - Micrologiciel - 11.8.82.3838

Résout les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2019, version 1903 ou ultérieure.

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Surface – Micrologiciel – 235.3440.768.0

Résout les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2019, version 1903 ou ultérieure.

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Realtek Semiconductor Corp. - Composant logiciel - 11.0.6000.92

Application de support matériel Realtek - Composants logiciels

Améliore la stabilité de l'application pendant la lecture audio.

Realtek Semiconductor Corp. - Médias - 6.0.8936.1

Realtek High Definition Audio (SST) - Contrôleurs son, vidéo et jeu

Améliore les performances audio et la durée de vie de la batterie.

Realtek Semiconductor Corp. - Extension - 6.1.0.6

Extension Realtek High Definition Audio (SST) - aucune note du gestionnaire de périphériques

Améliore l'intégration entre les services système.

Surface – Système – 6.105.139.0

Service de pilote d'intégration de surface - Périphériques système

Améliore l'intégration entre les services système.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2019, version 1903 ou ultérieure.

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Surface - Micrologiciel - 235.3261.768.0

Améliore la stabilité de l'appareil pendant la mise en veille prolongée.

Surface – Micrologiciel – 241.304.139.0

Agrégateur de système de surface - Firmware

* Améliore la fiabilité de la charge intelligente de la batterie.

Pour en savoir plus sur la charge intelligente, voir Entretien de la batterie de votre Surface.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2019, version 1903 ou ultérieure.

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Surface - Micrologiciel - 2.49.139.0

Mise à jour du micrologiciel de la station d'accueil Surface

Améliore la fiabilité de Surface Dock 2 pendant les scénarios Wake On LAN et améliore la stabilité globale.

Améliore la fiabilité de Surface Dock 2 pendant les scénarios Wake On LAN et améliore la stabilité globale.

Appareil de service d'intégration de surface - Système

Améliorez la fiabilité de Surface Dock 2 pendant les scénarios d'authentification.

Les mises à jour suivantes sont disponibles en tant que « déploiement progressif » pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2018, version 1809 ou ultérieure.

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Intel Corporation – Affichage – 26.20.100.7637

Intel(R) HD Graphics – Cartes graphiques

améliore les graphiques et la stabilité du système.

Surface – Extension - 1914.13.0.1063

Extension client Intel iCLS

traite les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Intel - Composant logiciel - 1.56.87.0

Client Intel(R) ICLS - Périphériques logiciels

traite les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Intel – Système – 1914.12.0.1256

Interface du moteur de gestion Intel(R) – Système

traite les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Marvell Semiconductor, Inc. – Bluetooth – 15.68.17018.116

Adaptateur radio Bluetooth Marvell AVASTAR – Bluetooth

améliore la stabilité de la connexion et permet la prise en charge de nouveaux produits.

Marvell Semiconductor, Inc. – Réseau – 15.68.17018.116

Contrôleur de réseau sans fil AC Marvell AVASTAR

traite les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Appareil de service d'intégration de surface - Appareils système

traite les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Surface - Micrologiciel - 11.8.70.3626

traite les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Surface – Micrologiciel – 235.3192.768.0

traite les mises à jour de sécurité et améliore la stabilité du système.

Les mises à jour suivantes sont disponibles en tant que « déploiement progressif » pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2019, version 1903 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Marvell Semiconductor, Inc. – Bluetooth – 15.68.17015.112

Adaptateur radio Bluetooth Marvell AVASTAR - Bluetooth

15.68.17015.112 améliore la connectivité Bluetooth.

Marvell Semiconductor, Inc. – Réseau – 15.68.17015.112

Contrôleur réseau Marvell AVASTAR Wireless-AC – Adaptateurs réseau

15.68.17015.112 résout le problème de connectivité Wi-Fi.

Surface - HIDClass - 1.1.136.0

Appareil Surface Tcon – Appareils d'interface humaine

1.1.136.0 améliore les performances de vérification des bogues du système.

Surface - Micrologiciel - 241.6.139.0

Agrégateur de système de surface

241.6.139.0 résout un problème où le processeur passe à 0,4 GHz et améliore la stabilité de la batterie.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour d'avril 2018 de Windows 10, version 1803 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Surface – Micrologiciel – 241.1.139.0

Agrégateur de système de surface – Micrologiciel

241.1.139.0 contribue à améliorer la durée de vie de la batterie.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour d'avril 2018 de Windows 10, version 1803 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Mise à jour du micrologiciel de stockage de surface - Périphériques système

5.2.139.0 améliore la stabilité du système.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2019, version 1903 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Marvell Semiconductor, Inc. – Bluetooth – 15.68.17013.110

Adaptateur radio Bluetooth Marvell AVASTAR - Bluetooth

15.68.17013.110 améliore la connectivité Bluetooth.

Marvell Semiconductor, Inc. – Réseau – 15.68.17013.110

Contrôleur réseau Marvell AVASTAR Wireless-AC – Adaptateurs réseau

15.68.17013.110 améliore la connectivité Wi-Fi.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour d'avril 2018 de Windows 10, version 1803 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Surface - Micrologiciel - 239.3101.139.0

Agrégateur de système de surface

239.3101.139.0 améliore les performances de la batterie.

Intégration de surface – Appareils système

4.18.139.0 améliore l'intégration entre les services.

Mise à jour du micrologiciel du stylet Surface – Périphériques système

3.0.10.1 résout l'échec intermittent du clic sur le bouton supérieur du stylet sur le stylet Surface sans clip.

Utilisez l'outil Surface Pen Checker pour vérifier que le micrologiciel du stylet a été mis à jour avec succès.

Périphérique d'intégration du stylet Surface – Périphériques d'interface humaine

1.0.9.0 permet la mise à jour du micrologiciel vers le stylet Surface sans clip.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour d'avril 2018 de Windows 10, version 1803 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Surface – Micrologiciel – 234.2706.768.0

234.2706.768.0 résout les vulnérabilités de sécurité potentielles, y compris l'avis de sécurité Microsoft 190013.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour Windows 10 de mai 2019, version 1903 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Marvell Semiconductor, Inc. - Bluetooth - 15.68.9127.58

Adaptateur radio Bluetooth Marvell AVASTAR – Bluetooth

15.68.9127.58 améliore la sécurité du système.

Intel – Caméra – 30.15063.6.8611

Caméra Intel(R) AVStream 2500 – Caméra

30.15063.6.8611 améliore les performances de la caméra.

Intel Corporation – Affichage – 25.20.100.6471

Intel(R) UHD Graphics 620 – Carte graphique

Intel(R) UHD Graphics 640 – Carte graphique

25.20.100.6471 améliore la stabilité et les performances du système lors de la sortie du mode veille.

Marvell Semiconductor, Inc. – Net -15.68.9127.58

Contrôleur réseau Marvell AVASTAR Wireless-AC – Adaptateurs réseau

15.68.9127.58 améliore la sécurité du système.

Intel Corporation – Système – 30.15063.6.8611

Intel(R) Control Logic – Périphériques système

30.15063.6.8611 améliore les performances de la caméra.

Intel Corporation – Système – 30.15063.6.8611

Microsoft Camera Front– Périphériques système

30.15063.6.8611 améliore les performances de la caméra.

Intel Corporation – Système – 30.15063.6.8611

Caméra IR Microsoft Front– Périphériques du système

30.15063.6.8611 améliore les performances de la caméra.

Intel Corporation – Système – 30.15063.6.8611

Appareil photo arrière Microsoft – Appareils système

30.15063.6.8611 améliore les performances de la caméra.

Intel Corporation – Système – 30.15063.6.8611

Contrôleur hôte Intel(R) CIO2 – Périphériques système

30.15063.6.8611 améliore les performances de la caméra.

Intel – Système – 30.15063.6.8611

Intel(R) Imaging Signal Processor 2500 – Périphériques système

30.15063.6.8611 améliore les performances de la caméra.

Télémétrie du système de surface - Système

4.0.0.0 résout un code d'erreur dans le Gestionnaire de périphériques sous Surface System Telemetry.

Realtek Semiconductor Corp - USB - 10.0.17763.31246

Realtek USB 3.0 Card Reader - Contrôleurs Universal Serial Bus

10.0.17763.31246 améliore la durée de vie de la batterie lors de l'utilisation de la carte SD pendant la veille connectée.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour d'avril 2018 de Windows 10, version 1803 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Intel Corporation – Affichage – 24.20.100.6294

Intel(R) UHD Graphics 620 – Cartes graphiques

Intel(R) UHD Graphics 640 – Cartes graphiques

24.20.100.6294 améliore la stabilité et les performances du système.

Intel Corporation – Extension – 24.20.100.6293

Sous-composant d'extension Intel(R) HD Graphics

24.20.100.6293 améliore la stabilité et les performances du système.

Surface - Micrologiciel - 239.3001.139.0

Agrégateur de système de surface - Micrologiciel

239.3001.139.0 améliore la stabilité de la batterie et les scénarios de connectivité Type Cover.

Surface - Système - 3.104.139.0

Couleur d'affichage de surface - Périphériques système

3.104.139.0 améliore et résout la couleur d'affichage.

Pilote Surface Serial Hub – Périphériques système

6.35.139.0 améliore la stabilité et les performances du système.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour tous les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour d'octobre 2018 de Windows 10, version 1809 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Mise à jour du micrologiciel du stylet Surface – Périphériques système

3.0.10.1 résout l'échec intermittent du clic sur le bouton supérieur du stylet sur le stylet Surface sans clip sur la mise à jour Windows 10 octobre 2018, version 1809.

Utilisez l'outil Surface Pen Checker pour vérifier que le micrologiciel du stylet a été mis à jour avec succès.

Périphérique d'intégration du stylet Surface – Périphériques d'interface humaine

1.0.9.0 permet la mise à jour du micrologiciel vers le stylet Surface sans clip.

Noter: Votre stylet Surface doit être activé et couplé pour installer cette mise à jour sur votre appareil. En savoir plus sur la configuration et l'utilisation de votre stylet Surface.

Les mises à jour suivantes sont disponibles pour les appareils Surface Pro 6 exécutant la mise à jour d'avril 2018 de Windows 10, version 1803 ou supérieure :

Nom de l'historique des mises à jour Windows

Surface - Micrologiciel - 239.5.139.0

Agrégateur de système de surface – Micrologiciel

239.5.139.0 améliore la stabilité du système.

Surface - Micrologiciel - 234.234.769.0

234.234.769.0 résout un problème où la vitesse du processeur peut être plafonnée à une basse fréquence inattendue.

Système Intel(R) Corporation -9.21.00.3755

Technologie Intel(R) Smart Sound (Intel(R) SST) OED

9.21.00.3755 garantit que les services de streaming musical ne seront pas interrompus après la sortie du mode veille.

Système Intel(R) Corporation - 9.21.00.3755

Contrôleur audio Intel(R) Smart Sound Technology (Intel(R) SST)

9.21.00.3755 garantit que les services de streaming musical ne seront pas interrompus après la sortie du mode veille.

Système Intel(R) Corporation - 10.25.00.10

10.25.00.10 résout le problème de consommation de la batterie associé à la mise à jour Windows 10 octobre 2018.


Histoire du Camp Bowie

Le camp Bowie, situé dans le centre du Texas, était un centre d'entraînement militaire pendant la Seconde Guerre mondiale. Le camping se trouvait à un mille et demi au sud et au sud-ouest des limites de la ville de Brownwood, au Texas. Au cours des années 1940-1946, il est devenu l'un des plus grands centres d'entraînement du Texas, par lequel passaient un quart de million d'hommes.

En 1940, la situation de guerre en Europe a amené le Congrès américain à déterminer qu'il était temps de renforcer le système de défense. Le président Franklin D. Roosevelt a reçu le pouvoir de mobiliser les unités de la Garde nationale. La 36e division de l'unité de la Garde nationale du Texas est arrivée au Camp Bowie à la mi-décembre pour l'entraînement de son année. Avant la fin de l'année d'entraînement, la guerre avait été déclarée.

Le 19 septembre 1940, le ministère de la Guerre annonça qu'un camp serait construit à Brownwood. Les travaux ont commencé au camping le 27 septembre 1940. Le camp était le premier grand projet de défense de l'État et il n'y avait pas de pénurie de main-d'œuvre lorsque les travaux de construction ont commencé. À une époque, plus de 15 000 hommes étaient employés sur le projet.

Le terrain devait être loué aux propriétaires fonciers, mais cela s'est avéré insatisfaisant. Le 1er octobre 1942, le ministère de la Guerre devint propriétaire de 123 000 acres de terres dans les comtés de Brown et Mills. Le plan initial prévoyait un terrain de camping de 2 000 acres, 8 000 acres pour l'entraînement de l'infanterie, 28 000 acres pour les terrains de manœuvre et 23 000 acres pour le champ de tir de l'artillerie. Avant la fin de la guerre, le camping s'étendait sur 5 000 acres et environ 118 000 acres servaient de terrain d'entraînement.

Quand quelqu'un mentionne la construction du camp Bowie, un événement sera mentionné au cours de la conversation, les pluies qui sont tombées d'octobre 1940 à juin 1941. La pluie officielle a totalisé 19,50 pouces. Avec les soixante milles de chemins de terre construits et la pose de lignes de services publics le long de ces routes, le sol est devenu très mou. La pluie lente qui est tombée sur une période de plusieurs jours a rendu le terrain de camping très boueux. "Camp Gooie", ainsi nommé par les travailleurs, était un nom approprié pour le Camp Bowie.

L'expansion de Bowie a commencé en 1940 et a duré jusqu'en 1945. Les tentes pyramidales étaient à la mode la première année et demie. À une époque, il y avait 6 072 tentes pyramidales et 910 tentes murales à Bowie. Chaque cabane ou tente abritait cinq hommes de troupe.

Pendant que les quartiers d'habitation se construisaient, des bâtiments plus grands s'élevaient un peu partout dans le camping. Le 1er mars 1941, il a été signalé que 213 réfectoires et 224 bains publics avaient été construits. Les hommes ont apprécié les sports et les divertissements dans les 22 centres de loisirs. Il y a eu un échange postal avec 27 succursales, trois bibliothèques, un terrain de golf de 18 trous, une clinique vétérinaire, trois cliniques dentaires et deux bâtiments de la Croix-Rouge. Une fois terminé, l'hôpital pourrait prendre en charge 2 000 patients. Les quatorze chapelles brisaient la monotonie des bâtiments dont les clochers s'élançaient vers le ciel. Il y avait de nombreux autres bâtiments construits au camping.

Au sommet de la colline la plus haute et la plus olympienne du Camp Bowie se trouvait le quartier général. Krueger Hill était la plaque tournante des activités du camp. Le général Walter Krueger, ancien commandant du VIIIe corps, était stationné sur la colline et sa maison a été construite à proximité du quartier général. La colline a été nommée en l'honneur de l'homme qui a dirigé la sixième armée dans le Pacifique.

Il y avait cinq commandants à Bowie. Le brigadier-général K.L. Berry a commandé du 18 novembre au 14 décembre 1940 et de nouveau du 29 juillet 1941 au 25 octobre 1941. Le major-général Claude V. Birkhead a commandé du 14 décembre 1941 au 29 juillet 1941. Le colonel Frank E. Bonney a pris le commandement le le 18 novembre 1941 et a quitté le camp le 20 juin 1944. Le colonel Alfred G. Brown a pris le commandement le 10 juin 1944 et est resté jusqu'au 11 janvier 1946. Le colonel KF Hunt a pris le commandement en janvier 1946 et est resté jusqu'à la fermeture du camp le 1er octobre , 1946.

Le plan initial était un camp d'entraînement temporaire pour la 36e division de la garde nationale du Texas. Lorsque la guerre a été déclarée, les plans ont changé. De nombreux hommes stationnés au camp Bowie venaient de Brown et des comtés adjacents. Ils sont arrivés à la mi-décembre et sont partis pour Camp Blanding, en Floride, le 15 février 1942. Des soldats de la division du Texas ont débarqué sur les plages de Salerne le 9 septembre. 1943, pour devenir les premiers soldats alliés à percer la forteresse européenne d'Hitler depuis l'ouest. Selon le Camp Bowie Blade, imprimé le 14 septembre 1946, la division a subi 27 343 pertes, dont 3 974 tués, 19 052 blessés et 4 317 disparus au combat. Les chiffres officiels étaient de 19 466 victimes, dont 3 717 tués au combat, 12 685 blessés et 3 064 disparus au combat.

Finalement, en décembre 1945, le 36th rentra chez lui en tant qu'unité pour être démobilisé. La Division a été démobilisée le jour de Noël.

Il y avait huit divisions entraînées à Bowie, et de nombreux autres bataillons, régiments et compagnies sont venus pendant une courte période pour utiliser les terrains d'entraînement. Des compagnies médicales, des compagnies de PM et d'autres étaient là pour apprendre à survivre pendant la guerre. Pendant les jours de guerre, au moins 30 000 hommes étaient à Bowie pour s'entraîner et à un moment donné, la population était de 60 000 hommes.

Le logement de ces hommes et de leurs familles était un problème. Les hommes restaient au camp, vivaient hors du camping ou dans des tentes sur les terrains d'entraînement. Toutes les chambres disponibles dans le comté de Brown et les comtés environnants ont été louées aux familles des hommes.

Le premier Women's Army Corps, est officiellement arrivé le 16 novembre 1943 pour prendre en charge les emplois afin de libérer les hommes pour des tâches à l'étranger.

Il y avait deux prisons à Bowie. Le centre de rééducation qui a remis les hommes au travail et le camp de prisonniers de guerre allemand.

Le centre de réadaptation a été ouvert le 1er décembre 1942. De cette date jusqu'en 1946, 2 294 hommes ont repris leur service actif. Seulement 12 pour cent n'ont pas pu être restaurés.

Les premiers prisonniers de guerre allemands sont arrivés à Bowie en août 1943. La plupart des hommes étaient des membres du fier Afrika Corps du maréchal Erwin Rommell. Lorsqu'ils se sont installés au camp Bowie, les 2 700 hommes se sont bien comportés. Les hommes ont travaillé sur le camp et sont devenus des journaliers pour les agriculteurs et les éleveurs du centre du Texas. Ils cultivaient leurs propres légumes et avaient leur propre cimetière près du cimetière de Jordan Springs.

Les chiens étaient un autre résident du camp. Ils étaient aimés et bien nourris par les hommes. Les vétérinaires du camp les rassemblaient une fois par an pour les enregistrer et les vacciner. Les bains de puces venaient plus souvent.

Le 1er octobre 1946, le drapeau américain est descendu pour la dernière fois. Le 1er août 1946, le ministère de la Guerre notifia aux membres du Congrès du Texas que le camp avait été déclaré « excédentaire ». La Civilian War Assets Administration devait prendre en charge et a commencé la distribution des terres et des bâtiments.

Aujourd'hui, 1997, il y a peu de choses au camping pour nous rappeler les Camp Bowie Days. Le camping est devenu un centre médical, avec un hôpital et d'autres bâtiments médicaux. De nombreuses industries se sont construites dans la région. Le site est devenu un lieu de rassemblement pour se divertir dans les parcs, la piscine municipale et le complexe sportif de football et de baseball. Il y a maintenant des maisons et des entreprises dans la région.


L'attaque de l'aérodrome de Detling 1940

La base aérienne de Detling près de Maidstone a été considérée à tort comme une base aérienne majeure par la Luftwaffe Intelligence. Alors qu'il s'agissait d'une base aérienne pour le Coastal Command, ce n'était pas une base officielle constamment utilisée par le Fighter Command au même niveau que Hawkinge et Biggin Hill. Cependant, les avions du Fighter Command utilisaient la base aérienne de Detling au fur et à mesure de leurs besoins, ne serait-ce que pour faire le plein. La reconnaissance photographique par la Luftwaffe a identifié des chasseurs britanniques au sol et a supposé que Detling devait être un aérodrome de Fighter Command. Il a donc été décidé de l'attaquer.

L'attaque de la base aérienne de Detling a lieu le 13 août 1940. Soixante-sept personnes sont tuées et quatre-vingt quatorze blessées. La base n'avait aucun avertissement qu'elle était sur le point d'être attaquée. Cependant, on savait qu'une grande force de la Luftwaffe survolait le Kent.

Le corps d'observateurs avait suivi la force entrante alors qu'elle traversait la côte du Kent. Cette information a été transmise au poste local du corps d'observateurs basé dans une vallée près de Detling. Cependant, ils ont dû transmettre les informations qu'ils avaient reçues au quartier général du Corps des observateurs à Maidstone, qui à son tour a contacté le quartier général du Commandement antiaérien.

En suivant cette procédure, la base du corps d'observateurs la plus proche de Detling - qui savait quels avions approchaient et combien - n'a pas pu en fait informer la base aérienne de Detling elle-même. En fait, ils n'avaient pas de ligne directe avec la base aérienne de Detling.

Le Commandement anti-aérien a décidé que le groupe de raid de la Luftwaffe se dirigeait vers Rochester - l'usine Shorts-Pobjoys était considérée comme une cible spécifique - mais c'était faux. Detling a été attaqué et dévasté.

Les dommages à Detling étaient si importants que tout bus qui passait près de la base avait des policiers à bord qui faisaient détourner le regard des passagers lorsque le bus passait devant la base aérienne. La fumée des dommages causés par la bombe à la base aérienne de Detling pouvait être vue à des kilomètres.

Le seul avantage qui est venu du raid était un examen approfondi de la façon dont le Corps des Observateurs fonctionnait. La base locale disposait des informations nécessaires à la base aérienne de Detling. Alors que les dommages à la base n'auraient pas pu être évités, les pertes auraient pu être considérablement réduites si la base aérienne avait reçu une alerte précoce. Après l'attaque de Detling, les bases du corps d'observateurs ont été autorisées à contacter directement leur base aérienne locale plutôt que de suivre le processus compliqué qui existait auparavant.

Un membre du corps d'observateurs basé près de Detling a déclaré plus tard :

« Vous ne pouvez pas imaginer nos sentiments alors que nous étions à nos postes, impuissants et regardions les bombardements et les mitraillages. Cela (contacter directement Detling) n'aurait pas arrêté le raid, mais un appel téléphonique avant que la Luftwaffe n'entre dans les zones aurait pu en sauver certains.

Un homme livrant du pain dans le village voisin de Bredhurst a regardé le raid et a vu le magasin de munitions et de bombes exploser et l'a comparé à un « énorme feu d'artifice ».


1er août 1940 - Histoire

L'offre d'août (1940)

L'offre d'août (1940)

Pour gagner la sympathie des masses indiennes et des partis politiques pendant la guerre, le gouvernement de Sa Majesté a publié un livre blanc le 8 août 1940. Le document, qui sera plus tard connu sous le nom d'offre d'août dans les livres d'histoire, promettait l'établissement de une Assemblée constituante indienne indépendante avec une représentation entièrement indigène et le pouvoir d'élaborer la future constitution du pays. L'offre prévoyait également la possibilité de proroger le Conseil exécutif du vice-roi. Simultanément, l'offre d'août parlait des droits des minorités, en particulier des musulmans, car elle déclarait que la communauté majoritaire n'aurait pas le droit de veto et que tout le poids serait accordé aux opinions des minorités dans l'élaboration de la Constitution. Cependant, le document indiquait clairement que toutes les promesses seraient tenues après la fin de la guerre et cela aussi si toutes les communautés et tous les partis politiques aidaient les Britanniques dans leurs efforts de guerre.

Pour discuter de l'offre d'août, Quaid-i-Azam a tenu des réunions avec le vice-roi, Lord Linlithgow, les 12 et 14 août. Cela a été suivi par la réunion du comité de travail de la Ligue musulmane les 1er et 2 septembre. Le comité a apprécié les clauses de l'offre dans laquelle les Britanniques acceptaient qu'aucune future constitution ne soit reconnue par le gouvernement sans l'approbation et le consentement des communautés minoritaires. Cependant, le comité a montré ses réserves sur des questions telles que la composition du Conseil exécutif et le flou du Conseil consultatif de guerre. Le comité de travail a également précisé qu'aucune formule n'a été acceptée au parti qui était contre l'esprit de la résolution de Lahore, qui a déclaré que les musulmans de l'Inde étaient une nation par eux-mêmes et qu'eux seuls étaient les juges finaux et les arbitres de leur destin futur. . Le Congrès national indien s'est également opposé à l'offre et son président, Abul Kalam Azad, a même refusé de discuter de la formule avec le vice-roi.


LA DÉFENSE DU ROYAUME-UNI

Les auteurs des histoires militaires ont eu pleinement accès aux documents officiels. Eux et l'éditeur sont seuls responsables des déclarations faites et des opinions exprimées.

CONTENU

Page
Préface xv
Chapitre I. Retranchement et défense aérienne (1918-1932) 1
Chapitre II. Désarmement et réarmement (1930-1938) 21
Chapitre III. Défense maritime (1918-1939) 49
Chapitre IV. Le même de la guerre (1938-1939) 63
Chapitre V. La phase d'ouverture (septembre 1939-mai 1940) 77
Chapitre VI. Norvège à Dunkerque (avril-mai 1940) 97
Chapitre VII. L'inventaire (mai 1940) 119
Chapitre VIII. Après Dunkerque (juin-août 1940) 127
Chapitre IX. La bataille d'Angleterre : le prélude (juin-juillet 1940) 147
Chapitre X. La bataille d'Angleterre : la phase préliminaire (juillet-août 1940) 163
Chapitre XI. Opération S EALION (juillet-septembre 1940) 175
Chapitre XII. La bataille d'Angleterre : la première phase (13-23 août 1940) 183
Chapitre XIII. La bataille d'Angleterre : la deuxième phase (24 août-6 septembre 1940) 203
Chapitre XIV. Le risque d'invasion : la crise et après (septembre 1940-juin 1941) 219
Chapitre XV. La bataille d'Angleterre : la dernière phase (7 septembre-31 octobre 1940) 233
Chapitre XVI. L'offensive de nuit contre Londres (7 septembre-13 novembre 1940) 251
Chapitre XVII. L'offensive de nuit contre l'industrie et les communications britanniques (14 novembre 1940-16 mai 1941 Résumé 7 septembre 1940-16 mai 1941) 261
Chapitre XVIII. Blocus : Première partie (octobre 1940-juin 1941) 283
Chapitre XIX. Blocus : Deuxième partie (juin 1941-octobre 1943) 293
Chapitre XX. La menace déclinante (L'offensive aérienne allemande 1942-1943) 303
Chapitre XXI. La montre sur la base (1943-1944) 321
Chapitre XXII. La menace des armes à longue portée (1939-1944) 331
Chapitre XXIII. La bombe volante : première partie (1939-1944) 353
Chapitre XXIV. La bombe volante : deuxième partie (1944-1945) 367
Chapitre XXV. La fusée à longue portée (1944-1945) 399
Chapitre XXVI. Un résumé 423
Indice 529

Annexes

Page
JE. Forces navales britanniques dans les eaux territoriales, 31 août 1939 437
II. Équipement et emplacement des escadrons de commandement côtier, 31 août 1939 438
III. Défenses nationales : chaîne de commandement, septembre 1939 page en regard 438
IV. Navires capitaux britanniques, 1er juin 1940 439
V. Forces navales britanniques dans les eaux territoriales, 1er juillet 1940 440
VI. Organisation des défenses aériennes, été 1940 441
VII. Équipement et emplacement des escadrons de chasse britanniques, 9 juillet 1940 442
VIII. Équipement et emplacement des escadrons de ballons, 31 juillet 1940 445
IX. Disposition des canons antiaériens, 11 juillet 1940 448
X. La bataille d'Angleterre : la phase préliminaire (résumé des opérations) 450
XI. Force et aptitude au service des unités de la Luftwaffe déployées pour une utilisation contre le Royaume-Uni, le 10 août 1940 452
XII. Équipement et emplacement des escadrons de chasse britanniques, 8 août 1940 453
XIII. La bataille d'Angleterre : la première phase (résumé des opérations) 456
XIV. La bataille d'Angleterre : la deuxième phase (résumé des opérations) 458
XV. Attaques de nuit sur Liverpool-Birkenhead, 28-31 août 1940 : statistiques allemandes 461
XVI. Kilométrage d'entraînement des quatre principales compagnies de chemin de fer britanniques, juin-septembre 1940 462
XVII. Équipement, force, utilité et emplacement des unités de la Luftwaffe déployées pour être utilisées contre le Royaume-Uni, 7 septembre 1940 463
XVIII. Équipement et emplacement des escadrons disponibles dans les groupes nos 16 et 18, Coastal Command, pour les tâches anti-invasion, le 26 septembre 1940 468
XIX. Défenses d'artillerie fixes des ports d'attache, novembre 1940 469
XX. Équipement et emplacement des escadrons de chasse britanniques, 7 septembre 1940 472
XXI. Équipement et emplacement des escadrons de ballons, 31 août 1940 475
XXII. Disposition des canons antiaériens, 21 août et 11 septembre 1940 479
XXIII. Quelques problèmes et réalisations de l'artillerie antiaérienne pendant la bataille d'Angleterre 482
XXIV. La bataille d'Angleterre : la dernière phase (résumé des opérations) 491
XXV. Nombre de pilotes et autres membres d'équipage qui ont perdu la vie au combat pendant la bataille d'Angleterre, du 10 juillet au 3 octobre 1940 493
XXVI. Attaques nocturnes de Londres, 7 septembre-13 novembre 1940 : statistiques allemandes 494
XXVII. Attaques de nuit sur Londres : statistiques britanniques montrant le nombre de bombes sur les arrondissements de Londres de la nuit du 7 octobre à la nuit du 6 novembre 1940 496
XXVIII. Résumé des opérations contre le Royaume-Uni par l'armée de l'air italienne, octobre 1940-avril 1941 499
XXIX. Équipement et emplacement des escadrons de chasse de nuit britanniques, septembre-novembre 1940 501
XXX. Attaques nocturnes notables contre des villes du Royaume-Uni, 14 novembre 1940-16 mai 1941 503
XXXI. Tons of High-Explosive aimed at United Kingdom Cities in Major Night Attacks from the Night of 7th September, 1940, to the Night of 16th May, 1941 506
XXXII. Night Attacks on London: Numbers of High-Explosive Bombs to the Hundred Acres on some of the most heavily-bombed Boroughs 507
XXXIII. Equipment and Location of British Night-Fighter Squadrons, November, 1940-May, 1941 508
XXXIV. Analysis of British Night-Fighter Effort, January-May, 1941 510
XXXV. The Air War against British Coastal Shipping, November, 1940-December, 1941 511
XXXVI. The Führer's Order for the 'Baedeker' Offensive 512
XXXVII. Principal German Night Attacks, 1942 513
XXXVIII. Principal German Night Attacks, 1943 515
XXXIX. Notable Day Attacks by German Fighter-Bombers, 1943 517
XL. Angriffsführer England:Units under Command, 30th April, 1943 518
XLI. Angriffsführer England: Operational Bomber and Fighter-Bomber Units under Command, 20th January, 1944 519
XLII. The 'Baby Blitz' 520
XLIII. The A-4 Rocket: Technical Details 521
XLIV. Summary of Anglo-American Air Effort against suspected Flying-Bomb and Rocket Installations in Northern France, '5th December, 1943-12th June, 1944 522
XLV. The Flying-Bomb Offensive 523
XLVI. Analysis of Anglo-American Air Effort against suspected Flying-Bomb and Rocket Targets, 17th August, 1943-1st September, 1944 524
XLVII. Boroughs or Districts in London Civil Defence Region reporting Thirty or more Flying-Bomb 'Incidents' 525
XLVIII. Counties outside the London Civil Defence Region reporting Ten or more Flying-Bomb 'Incidents' 526
XLIX. The Long-Range Rocket Offensive 527
L. Civilian Casualties caused by Bombing and by Various other Forms of Long-Range Bombardment 528

Facing page
1. The Steel-Bartholomew Plan of Air Defence (1923) 15

2. The Fifty-Two Squadron Scheme of Air Defence (1924) 16

3. The Reorientation Scheme of Air Defence (1935) 33

4. Organisation for Maritime Defence, 1939 49

5. Disposition of Home Forces, 1st May, 1940 85

6. Disposition of Eastern Command and G.H.Q,. Reserves, 31st May, 1940 119

7. G.H.Q. Line covering the principal Production Centres, June-July, 1940 129

8. Coastal Command Anti-Invasion Patrols, 16th July, 1940 133

9. Organisation for Home Defence, Summer, 1940 143

10. The Radar Chain and Observer Corps Network, July, 1940 149

11. Organisation of Luftwaffe Commands for the Battle of Britain, Summer, 1940 159

12. Disposition of British Fighter Forces, 9th July, 1940 161

13. The Revised S EALION Plan, September, 1940 175

14. Action on the Morning of 13th August, 1940 183

15. Action on the Afternoon of 13th August, 1940 187

16. Actions of the Tyne-Tees and the Humber, 15th August, 1940 191

17. Disposition of Home Forces, 11th September, 1940 219

18. Photographic Reproduction of German Intelligence Map showing supposed Disposition of Home Forces, 20th September, 1940 220

19. Coastal Command Anti-Invasion Patrols, 26th September, 1940 223

20. Disposition of Home Forces, May, 1941 229

21. Coastal Command Scheme of Anti-Shipping and General Reconnaissance Patrols, 20th December, 1940 231

22. Disposition of British Fighter Forces airborne at 5 p.m., 7th September, 1940 235

23. Disposition of British Fighter Forces airborne at 11.30 a.m., 15th September, 1940 244

24. Fighter Command Groups and Sectors, Spring, 1941 267

25. The Bombing of London, Night of 29th December, 1940 271

26. Distribution of Major Night Attacks on British Cities (1940-1941) 279

27. Disposition of Home Forces, Spring, 1942 293

28. The Bombing of Exeter, Night of 3rd May, 1942 303

29. The V-1 Organisation, June-September, 1944 367

30. Proposed V-2 Organisation, June, 1944 399

31. V-2 Launching Areas used for the Bombardment of the United Kingdom, September, 1944-March, 1945 405

32. General Map of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland In pocket at the end of the book

Illustrations

Plate Facing page
1. Air attack on British Warships in the Firth of Forth, 16th October, 1939 84
2. Preparing to fire a 3-7-inch Mark II Anti-Aircraft Gun (Static Mounting) 85
3. Beach Defences on the Coast of Kent: a Concealed Machine-Gun Point at Dymchurch 104
4. Coast Defence Gunners preparing to fire a Practice Round from a g-2-inch Gun 104
5. Obstructions to prevent the landing of Gliders or Troop-Carrying Aircraft on a Bypass Road in Surrey 105
6. A Camouflaged Strong Point in Northern Command 105
7. Hudson Aircraft of Coastal Command on Patrol over the North Sea 140
8. Destroyers on Patrol off the East Coast 140
9. General Sir Edmund Ironside, General Officer Commanding-in-Chief, Home Forces, May-July, 1940 141
10. General Sir Alan Brooke, General Officer Commanding-in-Chief, Home Forces, July, 1940-December, 1941 141
11. Spitfires of a Fighter Command Squadron 168
12. Air attack on a British Convoy in the English Channel, 14th July, 1940 168
13. Air Chief Marshal Sir Hugh Dowding, Air Officer Commanding-in-Chief, Fighter Command, 1936-1940 169
14. Air Vice-Marshal K. R. Park, Air Officer Commanding. No. 11 Group, Fighter Command, April-December, 1940 169
15. An Observer Corps (later Royal Observer Corps) Post at Work 192
16. A Barrage-Balloon Close-Hauled 192
17. German Bombers above the Thames near Woolwich, 7th September, 1940 236
18. Polish Pilots of Fighter Command at Readiness in their Dispersal Hut 236
19. A 25-pounder Field Gun in Action during a Practice Shoot 237
20. An Anti-Aircraft Rocket Projector in Action (3-inch U.P. Single Projector) 237
21. The City of London on the morrow of 29th December, 1940 273
22. The Guildhall, York, during the 'Baedeker' Raid on the night of 28th April, 1942 308
23. Air Marshal R. M. (later Sir Roderic) Hill, Air Marshal Commanding, Air Defence of Great Britain, 1943-1944, and Air Officer Commanding-in-Chief, Fighter Command, 1944-1945 309
24. Lieutenant-General (later General) Sir Frederick Pile, Bt., General Officer Commanding-in-Chief, Anti-Aircraft Command, 1939-1945 309
25. German Flying Bomb immediately after Launching 336
26. German Long-Range Rocket A-4 in process of elevation to Firing Position 336
27. German Flying Bomb about to descend near Drury Lane in London 384
28. German Flying Bomb engaged and brought down at Night by Anti-Aircraft Fire 384
29. German Flying Bomb Storage Depot at Saint-Leu-d'Esserent 385
Reproduction of Bilingual Notice prepared by the Germans for use after Invasion of this Country 180

Preface

T HE DEFENCE of the United Kingdom is a wide subject. Hitherto no official historian, at least in recent times, has approached it from an inter-service viewpoint. In apportioning my space between its various aspects, in deciding what to include and what to leave out, I have had no modern precedent to guide me. I have made my own choice within the framework of limitations necessarily imposed on a contributor to a series of inter-related volumes, and with valuable assistance from the Editor and his Advisory Panel of senior officers drawn from all three fighting Services. I have been given full access to official records, but in making use of them have respected the requirements of military 'security' and the constitutional principle which forbids discussion of individual differences of opinion within Cabinets or disregard of Civil Service anonymity.

During the Second World War three great dangers confronted the United Kingdom. The first was starvation through severance of our sea communications--a potent threat to a country long accustomed to import much of its food and to pay for it largely from the proceeds of an export trade involving a constant outward flow of manufactured goods and an inward flow of raw materials. The second danger was invasion, which came nearer in 1940 than at any time since the Napoleonic Wars, or perhaps, if we disregard the bloodless landing of William of Orange in Tor Bay, since the perilous days of the Armada. The third danger was air attack. At no stage did bombing seriously threaten the country with defeat through collapse of the national will to fight but in 1940 the German air force made a formidable attempt to crush the air defences as a prelude to invasion--or even, as some of our opponents hoped, to the unopposed occupation of a land already subjugated by Reichsmarschall Goring and his airmen.

At the outset of my task it was made clear to me that I should be expected to give little space to the defence of ocean trade in view of a decision to devote a number of volumes to the war at sea. I have willingly left it to a naval colleague to review, with expert knowledge, the progress of the struggle against the submarine, the surface raider and the long-range ocean-going aircraft. Inevitably I have made some references to these matters and I am grateful to Captain Roskill for showing me parts of his draft and reading parts of mine. These references are, of course, much briefer and less numerous than they would have been but for the decision to treat the war at sea as

a separate subject. It would be regrettable if their brevity and rarity were thought to imply that, in the opinion of any responsible historian, the defence of ocean trade can safely be ignored by strategists concerned with the defence of the United Kingdom. In fact no aspect 6f home defence, in the widest and best sense of that term, has been more important in modern times.

Defence against invasion is likewise a field where the interests of the historian of home defence may impinge on those of the naval historian. Just as one of the two great tasks traditionally devolving on the Royal Navy is to protect the merchant shipping which links Britain with the outside world, so the other is to challenge any attempt to land a hostile force on these shores. Both are strategically offensive, although often they provide opportunities for offensive tactics. A measure designed to serve one of these purposes frequently serves the other also. Destroyers and aircraft watching off the East Coast for an invader, battleships and cruisers chasing commerce-raiders in the South Atlantic, ships of the line engaging the enemy in Aboukir Bay or off Cape Trafalgar may alike, in the eyes of a strategist to whom the seas are one, be engaged in defence of the home country. But a writer on home defence may need to accept a narrower definition of his province. In practice I have suffered no hardship from this restriction. Notwithstanding the impossibility of drawing a continuous line of demarcation between defence against invasion and the defence of trade, it was always clear that many naval measures, related to home defence in its wider interpretation, might be touched upon in the present volume but could be best described at length elsewhere, and that others--including some whose manifest aim was home defence in the narrower sense--ought to be regarded as common ground.

Accordingly the knowledge that naval measures to resist invasion were not my exclusive province has not debarred me from treating them at such length as I have thought appropriate. If my treatment appears more summary than the traditional role of the Royal Navy as the country's prime defender against an assailant who comes by sea may seem to warrant, the reason is simply that I have judged it unnecessary, and even undesirable, to dwell long on that aspect of my subject. The essence of naval planning is that plans should be elastic. To give more prominence than I have given to measures contemplated, at one stage or another, by the Admiralty and naval Commanders-in-Chief for the reception of an invasion fleet that never sailed might have been misleading. What shape would have been assumed by such naval actions as might have followed the sailing of that fleet, who can say? Perhaps the one assertion that can be made with confidence is that it would not have conformed to preconceptions which the wisest did not allow to take possession of their minds.

In the outcome the issue of invasion or no invasion was decided not at sea but in the air. It is conceivable that, if the Luftwaffe's attempt to gain air superiority over southern England and the English Channel had succeeded, Hitler might still have hesitated, as did his predecessors from Parma to Napoleon, to trust his transports to waters not commanded by his fleet. More probably he would have chanced his arm as he did in Norway, France and Russia. What is certain is that the victory won by our air defences deprived him of all choice.

While, therefore, I have given a good deal of my space to the enemy's preparations to land troops in this country and--with the proviso made above--to steps taken by the Royal Navy and Home Forces to oppose them, I have given still more to air attacks on the United Kingdom and corresponding measures of air defence. If the Battle of Britain was not the most important action ever fought by British arms--and posterity may well deem it so--its effects were certainly no less momentous than those of the most striking victories of Hawke or Nelson. I have thought it right to review the battle in some detail, and no less desirable to sketch, against the background of political events, the period of preparation that began with the adoption of a scheme of air defence soon after the end of the First World War.

Strategically, the succession of night attacks on this country which began before the daylight battle was well launched and continued almost until the end of the war with Germany was less important. A German victory in the daylight battle might have made the United Kingdom indefensible the night 'Blitz' and its aftermath never brought the enemy within sight of inflicting a decisive stroke. But the raids had such profound and memorable effects on the fives of most of us that to slight them would have been a blunder. The flying bomb and the long-range rocket failed, in their turn, to bring much comfort to the enemy but their novelty, their challenge to the ingenuity of those called upon to assess and act upon the threat they offered, their potential value to an enemy more favourably placed than were the Germans by the time they brought them into use, all qualify them for much more than passing mention. Some account of their early development seemed essential and here I was fortunate in having access not only to much published and unpublished material about the rocket but also to new matter kindly laid before me by Dr. Fritz Gosslau, who was closely associated with the birth and progress of the rival weapon.

Civil defence is the subject of a volume with that title, contributed by Major Terence H. O'Brien to the United Kingdom Civil Series of official histories edited by Sir Keith Hancock. I have therefore made only brief references in my volume to civil defence matters,

notwithstanding their obvious relevance to my subject. Major O'Brien generously allowed me to see his book while it was yet unpublished he also read the draft of some of my chapters and shared with me his knowledge of certain facts and figures of interest to both of us.

Unpublished documents have provided the bulk of my sources and have been placed unreservedly at my disposal. Detailed citation in a published volume of documents not generally available for study would serve no useful purpose even if it were desirable on other grounds for the benefit of students who have access to the sources references are given in a limited number of copies which such readers will be able to consult. Nevertheless I must record here my particular debt to the authors of certain monographs and narratives prepared in the Cabinet Office Historical Section and the Air Historical Branch of the Air Ministry under the direction of Brigadier H. B. Latham and Mr. J. C. Nerney respectively. Mr. Nerney and his staff have been indefatigable in searching the records on my behalf and he has given me much help and encouragement. For valuable comments and for checking certain facts and figures--for whose accuracy, however, I alone am answerable--I am grateful to Rear-Admiral R. M. Bellairs of the Historical Section of the Admiralty, to Brigadier Latham and Mr. Nerney and to many other officers and officials, some of them unknown to me, in various departments of the administration. My task would have been impossible without the generous help of Mr. Brian Melland of the Cabinet Office and Squadron Leader Louis Jackets of the Air Historical Branch, who have sought out and translated or digested for my benefit a vast mass of material. I owe thanks, too, to others who have worked under their supervision, and in particular to Mr. R. R. A. Wheatley for a paper on German invasion plans, on which I have drawn in Chapters XI and XIV.

I have had the advantage of receiving comments and suggestions from Commanders-in-Chief, Chiefs of Staff, members of wartime governments and other actors in my story who very kindly read my drafts in whole or part. I cannot sufficiently express my gratitude to them for the generous gift of their time and special knowledge. Several of these commentators, and also some distinguished wartime leaders who had no opportunity of reading my drafts, were good enough to discuss points with me and give me the benefit of their experience. Such contributions did much to amplify, and sometimes correct, impressions drawn from documentary sources or from observation at a less exalted level. These generous helpers do not, of course, share the responsibility of Editor and author for statements made and views expressed. If I do not mention here the names of most of them, it is because I believe they would rather rest content with

private gratitude than figure in a list whose length might tire the reader's patience. Even so I venture to record my appreciation of the pains taken to elucidate particular topics by Lord Hankey, Field-Marshal Lord Ironside, General Sir Bernard Paget and Lieutenant-General Sir John Swayne.

Reference is made in footnotes to published works in rare cases where such material has been relied upon as a primary source, or where courtesy demands that course. I apologise to any authors whose brains I may unwittingly have picked without acknowledgement.

The sources of the illustrations are given in the appropriate list. To all those concerned I tender thanks. For providing most of the photographs I am indebted to the Director General of the Imperial War Museum, and for doing much to guide my choice to the Deputy Director, Mr. A. J. Charge. The maps were drawn under the direction of Colonel T. M. M. Penney of the Cabinet Office, who has been most helpful.

My biggest debt is to the Editor.

B. C.

Falmer,
Sussex.
22nd October, 1956.


1 August 1940 - History

World War II cost America 1 million casualties and over 300,000 deaths. In both domestic and foreign affairs, its consequences were far-reaching. It had an immediate impact on the economy by ending Depression-era unemployment. The war accelerated corporate mergers and the trend toward large-scale agriculture. Labor unions also grew during the war as the government adopted pro-union policies, continuing the New Deal's sympathetic treatment of organized labor.

Presidential power expanded enormously during World War II, anticipating the rise of what postwar critics termed the "imperial presidency." The Democrats reaped a political windfall from the war. Roosevelt rode the wartime emergency to unprecedented third and fourth terms.

For most Americans, the war had a disruptive influence--separating families, overcrowding housing, and creating a shortage of consumer goods. The war accelerated the movement from the countryside to the cities. It also challenged gender and racial roles, opening new opportunities for women and many minority groups.

The Allies prevailed in World War II because of the United States' astounding productive capacity. During the Depression year of 1937, Americans produced 4.8 million cars, while the Germans produced 331,000 and the Japanese 26,000. By 1945, the United States was turning out 88,410 tanks to Germany's 44,857 the U.S. manufactured 299,293 aircraft to Japan's 69,910. The American ratio of toilet paper was 22.5 sheets per man per day, compared with the British ration of 3 sheets. In Germany, civilian consumption fell by 20 percent in Japan by 26 percent in Britain by 12 percent. But in the United States, personal consumption rose by more than 12 percent.

During World War II, the federal government took an even larger economic role than it did during the World War I. To gain the support of business leaders, the federal government suspended competitive bidding, offered cost-plus contracts, guaranteed low-cost loans for retooling, and paid huge subsidies for plant construction and equipment. Lured by huge profits, the American auto industry made the switch to military production. In 1940, some 6,000 planes rolled off Detroit's assembly lines production of planes jumped to 47,000 in 1942 and by the end of the war, it exceeded 100,000.

To encourage agricultural production, the Roosevelt administration set crop prices at high levels. Cash income for farmers jumped from $2.3 billion in 1940 to $9.5 billion in 1945. Meanwhile, many small farmers, saddled with huge debts from the depression, abandoned their farms for jobs in defense plants or the armed services. Over 5 million farm residents left rural areas during the war.

Overall, the war brought unprecedented prosperity to Americans. Per capita income rose from $373 in 1940 to $1,074 in 1945. Workers never had it so good. Rising incomes, however, created shortages of goods and high inflation. Prices soared 18 percent between 1941 and the end of 1942. Apples sold for 10 cents apiece the price of a watermelon soared to $2.50 and oranges reached an astonishing $1.00 a dozen.

Many goods were unavailable regardless of price. To conserve steel, glass, and rubber for war industries, the government halted production of cars in December 1941. A month later, production of vacuum cleaners, refrigerators, radios, sewing machines, and phonographs ceased. Altogether, production of nearly 300 items deemed nonessential to the war effort was banned or curtailed, including coat hangers, beer cans, and toothpaste tubes.

Congress responded to surging prices by establishing the Office of Price Administration (OPA) in January 1942, with the power to freeze prices and wages, control rents, and institute rationing of scarce items. The OPA quickly rationed food stuffs. Every month each man, woman, and child in the country received two ration books--one for canned goods and one for meat, fish and dairy products. Meat was limited to 28 ounces per person a week sugar to 8-12 ounces and coffee, a pound every five weeks. Rationing was soon extended to tires, gasoline, and shoes. Drivers were allowed a mere 3 gallons a week pedestrians were limited to two pairs of shoes a year. The OPA extolled the virtues of self-sacrifice, telling people to "use it up, wear it out, make it do, or do without."

In addition to rationing, Washington attacked inflation by reducing the public's purchasing power. In 1942, the federal government levied a 5 percent withholding tax on anyone who earned more than $642 a year.

The war created 17 million new jobs at the exact moment when 15 million men and women entered the armed services--unemployment virtually disappeared. Union membership jumped from 10.5 million to 14.75 million during the war.

During the 1944 presidential campaign, President Roosevelt unveiled plans for a "GI Bill of Rights," promising educational support, medical care, and housing loans for veterans, which Congress approved overwhelmingly in 1944. Unwilling to switch leaders while at war, the public stuck with Roosevelt to see the crisis through. The president easily defeated his Republican opponent, Governor Thomas Dewey of New York, receiving 432 electoral votes to Dewey’s 99 votes.


Voir la vidéo: LAxe du Mal est assemblé - WW2 - 057 - 28 Septembre 1940


Commentaires:

  1. Burns

    Conseiller quoi acheter en cadeau pour un petit ami pour ses dix-sept ans? Dans les vingt dollars?

  2. Baldassare

    Vous n'êtes pas correcte.Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un courriel à PM.

  3. Lir

    Il y a quelque chose là-dedans. Merci pour votre aide dans ce domaine, le plus simple sera le mieux ...

  4. Trevion

    plein de foofol !!!

  5. Zacarias

    Je suis en mesure de vous conseiller sur cette question. Ensemble, nous pouvons trouver une bonne réponse.

  6. Reggie

    Est absolument d'accord avec vous. C'est l'excellente idée. Je le garde.



Écrire un message