Quelles preuves y a-t-il que Lénine est mort parce qu'il a été empoisonné ?

Quelles preuves y a-t-il que Lénine est mort parce qu'il a été empoisonné ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

De nombreux historiens, tels que Massie, mentionnent que Lénine est peut-être tombé soudainement malade en 1922 et est décédé deux ans plus tard, parce qu'il a été empoisonné. Cependant, personne ne mentionne jamais Pourquoi c'est la pensée, qui l'a peut-être fait, ou Quel du poison a été utilisé. Quelqu'un pourrait-il expliquer quelles preuves sont utilisées pour soutenir la théorie de la mort de Lénine par empoisonnement ?


Il est difficile dans l'histoire de prouver que quelque chose ne s'est pas produit, ce qui va dans le sens du concept "impossible de prouver un négatif". Cependant, je pense que la plupart des historiens ne croient pas que Lénine a été empoisonné.

Cet article est une description agréable et rapide des problèmes traités par Lénine, notamment des infections et une tentative d'assassinat. En plus d'être un mégalomane, il était aussi un bourreau de travail et formait un gouvernement assiégé de toutes parts, essayant pourtant de réviser presque tous les aspects de la vie russe. Compte tenu des normes de soins de santé en Russie à cette époque, des antécédents médicaux de Lénine, de son âge, de ses habitudes de travail et d'une estimation de son niveau de stress, il n'est pas surprenant que des accidents vasculaires cérébraux l'aient frappé à ce moment-là.

L'article ci-dessus fournit également un peu de conjecture sur le scénario d'empoisonnement, mais je pense que ce n'est qu'une conjecture. L'article parle de la rivalité entre Lénine et Staline, mais je crois que beaucoup d'historiens l'interprètent mal.

Lorsque les coups de Lénine ont commencé à se produire, cela a écarté Lénine qui aurait autrement été au premier plan dans toutes les décisions. Cela a créé un grand vide de pouvoir qui devait être comblé si le mouvement soviétique voulait mettre la guerre civile dans le sac et passer à autre chose. Le vide devait être comblé et Lénine ne voulait pas que quelqu'un d'autre le remplisse, alors il s'irrita quand des mesures furent prises pour combler le vide sans lui. Je crois que son Testament était de s'en prendre à ceux qui mettaient fin à son implication avec le gouvernement et de continuer à exercer le contrôle qu'il avait l'habitude d'exercer.

De plus, Staline à cette époque n'était pas encore l'une des figures centrales du Parti ou du gouvernement, bien qu'il fût un espoir. Je ne pense pas que Staline aurait fait une telle démarche contre Lénine non plus - Staline n'avait pas la coalition pour défier Lénine tant que Lénine était vivant et si un tel complot avait été découvert, il n'aurait pas eu de coalition efficace pour se sauver. Staline n'a pas réuni la coalition au pouvoir comme nous connaissons le régime de Staline aujourd'hui pendant plusieurs années après la mort de Lénine.


Vladimir Lénine est mort de la syphilis, selon une nouvelle étude

Vladimir Lénine, le révolutionnaire russe et architecte de l'Union soviétique, est mort de la syphilis attrapée sur une prostituée parisienne et non d'un accident vasculaire cérébral comme on l'a toujours cru, selon de nouvelles recherches.

Helen Rappaport, historienne et auteure de renom, a déclaré que les livres, articles et revues retraçant les dernières années de Lénine montrent qu'il a contracté la maladie sexuellement transmissible et qu'elle a finalement coûté sa vie.

Elle a déclaré que Lénine présentait de nombreux symptômes de la syphilis et que de nombreux membres de la hiérarchie soviétique pensaient qu'il l'avait. Mais ils ont été interdits de parler en public et menacés de mort en raison de l'embarras que cela causerait.

Au lieu de cela, des documents officiels montrent que sa mort a été attribuée à une santé déclinante à la suite de trois attaques et d'une tentative d'assassinat en 1918.

Au cœur du cas de Mlle Rappaport se trouvait un rapport écrit par le célèbre scientifique Ivan Pavlov – célèbre pour sa théorie du chien de Pavlov – qui affirmait que « la révolution avait été faite par un fou atteint de syphilis du cerveau ».

Alors que la critique publique de Lénine était interdite et que toute personne reconnue coupable de l'avoir fait serait souvent tuée, Pavlov était libre d'être aussi cinglant parce que Lénine lui avait accordé l'immunité afin de miser sur sa prééminence dans la communauté scientifique mondiale.

Lénine, le chef des bolcheviks, les avant-gardes du communisme, a dirigé la révolution d'octobre 1917, une partie de la révolution russe qui a renversé le gouvernement et installé les soviets. Il est devenu le premier chef d'État de l'Union soviétique et reste l'une des influences politiques les plus fortes du XXe siècle.

Il mourut en janvier 1924, à l'âge de 53 ans, après avoir subi trois AVC au cours des deux années précédentes. À la fin, il était paralysé et muet.

Blâmant les coups pour sa mort, les Soviétiques ont fait d'énormes tentatives pour dissimuler ce qui se cachait derrière le comportement erratique et maniaque de Lénine, ses accès de rage et sa mort prématurée.

Mlle Rappaport, experte en histoire russe et membre de plusieurs sociétés, dont la Society of Authors et l'Oxford Writers' Group, a déclaré que les preuves montraient que Lénine avait probablement attrapé la syphilis d'une prostituée à Paris vers 1902.

Elle fait sa demande dans un nouveau livre "Conspirator: Lenin in Exile".

Elle a déclaré: "C'était la croyance tacite de nombreux médecins et scientifiques de haut niveau du Kremlin que Lénine est mort de la syphilis, mais une conspiration du silence de plusieurs décennies leur a été imposée par les autorités.

"Mais à travers tout cela, aucun n'a été plus vocal dans son affirmation que le professeur Pavlov."

Mlle Rappaport a déclaré que la preuve de l'affirmation de Pavlov se trouve dans une conversation documentée, tenue à l'Université Columbia à New York, qu'il a eue avec un collègue médecin, Mikhail Zernov, à Paris en 1928.

Elle a déclaré : « Pavlov a soutenu à Zernov que Lénine avait souffert de la syphilis et que pendant son mandat de dirigeant soviétique, il avait manifesté tous les signes classiques d'une personne atteinte de paralysie progressive provoquée par la maladie.

« Pavlov connaissait les éminents scientifiques qui avaient été appelés pour examiner le cerveau de Lénine après sa mort en 1924 et ils étaient tous d'accord sur ce diagnostic. C'était un secret de polichinelle parmi eux, mais bien sûr aucun ne l'a déclaré publiquement et il n'y a pas de documents soviétiques officiels le documenter.

Lénine ne serait pas le premier dirigeant à être frappé par la syphilis. D'autres cas documentés incluent Henry VIII, Ivan le Terrible, Adolf Hitler et Napoléon Bonaparte.


Début de la vie

Il est difficile d'identifier des événements particuliers de son enfance qui pourraient préfigurer son virage sur la voie d'un révolutionnaire professionnel. Vladimir Ilich Ulyanov est né à Simbirsk, qui a été rebaptisé Oulianovsk en son honneur. (Il a adopté le pseudonyme de Lénine en 1901 au cours de son travail clandestin dans le parti après son exil en Sibérie.) Il était le troisième de six enfants nés dans une famille unie et heureuse de parents très instruits et cultivés. Sa mère était la fille d'un médecin, tandis que son père, bien que fils de serf, devint instituteur et accéda au poste d'inspecteur des écoles. Lénine, doué intellectuellement, fort physiquement et élevé dans un foyer chaleureux et aimant, montra très tôt une passion vorace pour l'apprentissage. Il a terminé ses études secondaires au premier rang de sa classe. Il se distingua en latin et en grec et semblait destiné à la vie d'un érudit classique. A 16 ans, rien chez Lénine n'annonçait un futur rebelle, encore moins un révolutionnaire professionnel, sauf peut-être son virage vers l'athéisme. Mais, malgré les circonstances confortables de leur éducation, les cinq enfants Oulianov qui ont atteint la maturité ont rejoint le mouvement révolutionnaire. Ce n'était pas un phénomène rare dans la Russie tsariste, où même l'intelligentsia très instruite et cultivée se voyait refuser les droits civils et politiques élémentaires.

À l'adolescence, Lénine a subi deux coups qui ont incontestablement influencé sa décision ultérieure de prendre le chemin de la révolution. Tout d'abord, son père a été menacé peu avant sa mort prématurée d'une retraite prématurée par un gouvernement réactionnaire qui craignait de plus en plus la propagation de l'éducation publique. Deuxièmement, en 1887, son frère aîné bien-aimé, Aleksandr, étudiant à l'Université de Saint-Pétersbourg (plus tard rebaptisée Université d'État de Leningrad), a été pendu pour avoir comploté avec un groupe terroriste révolutionnaire qui complotait pour assassiner l'empereur Alexandre III. Soudain, à 17 ans, Lénine est devenu le chef de famille masculin, qui était désormais stigmatisé comme ayant élevé un « criminel d'État ».


Contenu

Le 29 septembre 1982, Mary Kellerman, âgée de douze ans, d'Elk Grove Village, dans l'Illinois, est décédée après avoir pris une capsule de Tylenol Extra-Fort. [3] Adam Janus (27 ans) d'Arlington Heights, Illinois, est décédé à l'hôpital plus tard dans la journée après avoir ingéré du Tylenol, son frère Stanley (25 ans) et sa belle-sœur Theresa (19 ans), de Lisle, Illinois, décédés plus tard également après prenant du Tylenol dans le même flacon. [3] Dans les jours suivants, Mary McFarland (31 ans) d'Elmhurst, Illinois, Paula Prince (35 ans) de Chicago et Mary Reiner (27 ans) de Winfield sont toutes mortes dans des incidents similaires. [4] [5] [6] [7] Une fois que l'on s'est rendu compte que toutes ces personnes avaient récemment pris du Tylenol, des tests ont été rapidement effectués, qui ont rapidement révélé du cyanure présent dans les gélules. Des avertissements ont ensuite été émis via les médias et des patrouilles utilisant des haut-parleurs, avertissant les résidents de toute la région métropolitaine de Chicago de cesser d'utiliser les produits Tylenol. [4]

La police, sachant que diverses sources de Tylenol ont été falsifiées, a exclu les fabricants, car les flacons falsifiés provenaient de différentes sociétés pharmaceutiques – et les sept décès étaient tous survenus dans la région de Chicago, donc le sabotage pendant la production a été exclu. Au lieu de cela, la police a conclu qu'elle recherchait probablement un coupable qui avait acheté des bouteilles de Tylenol dans divers points de vente au détail. [3] En outre, ils ont conclu que la source était très probablement des supermarchés et des pharmacies, sur une période de plusieurs semaines, le coupable ajoutant probablement du cyanure aux capsules, puis retournant méthodiquement dans les magasins pour remettre les bouteilles sur les étagères. [4] En plus des cinq bouteilles qui ont causé la mort des victimes, quelques autres bouteilles contaminées ont été découvertes plus tard dans la région de Chicago. [3]

Dans un effort concerté pour rassurer le public, Johnson & Johnson a diffusé des avertissements aux hôpitaux et aux distributeurs et a interrompu la production et la publicité de Tylenol. Le 5 octobre 1982, il a émis un rappel national de produits Tylenol, environ 31 millions de bouteilles étaient en circulation, avec une valeur au détail de plus de 100 millions de dollars américains (équivalent à 268 millions de dollars en 2020). [8] La société a également fait de la publicité dans les médias nationaux pour que les individus ne consomment aucun de ses produits contenant de l'acétaminophène après qu'il a été déterminé que seules ces capsules avaient été falsifiées. Johnson & Johnson a également proposé d'échanger toutes les capsules de Tylenol déjà achetées par le public contre des comprimés solides.

Suspects Modifier

Au cours des premières enquêtes, un homme du nom de James William Lewis a envoyé une lettre à Johnson & Johnson exigeant 1 million de dollars pour arrêter les meurtres induits par le cyanure. [4] Une vérification a révélé que Lewis avait des antécédents difficiles. [4] Lewis a été pris en charge alors qu'il était enfant et a été adopté à l'âge de trois ans. [4] Enfant, Lewis éclatait parfois dans des accès de rage. [4] Dans un incident, Lewis avait poursuivi sa mère adoptive avec une hache et dans un autre incident, il avait été accusé de voies de fait pour avoir cassé les côtes de son père adoptif. [9] Diagnostiqué avec la schizophrénie, Lewis a été placé dans un hôpital psychiatrique après avoir tenté de se suicider en surdosant des analgésiques en vente libre. [4] Lewis a affirmé plus tard que la tentative de suicide et les incidents de violence faisaient partie d'un plan créé par sa famille pour éviter d'être enrôlé dans l'armée pour le service au Vietnam. [4] Lewis a excellé à l'école et a fréquenté l'Université du Missouri où il a rencontré sa future épouse, Leanne. [4] Après l'université, Lewis et Leanne se sont mariés et se sont installés à Kansas City, travaillant comme comptables pour un cabinet de comptabilité fiscale. [4] Après une dispute avec le propriétaire de l'entreprise, Lewis et Leanne ont quitté l'entreprise et ont lancé leur propre entreprise. [4] Ils ont rencontré un camionneur à la retraite de 72 ans, Raymond West, qui est devenu leur premier client. [4] West a été porté disparu par un ami le 24 juillet 1978. [4] Une note avec l'en-tête d'affaires de la firme de Lewis a été retrouvée coincée dans la porte disant que West était hors de la ville et qu'il devait voir Lewis pour plus de détails. [4] Lorsque les agents sont entrés dans la maison de West, une autre note avec l'en-tête de Lewis a été trouvée sur la table basse de West, disant que West dormait et ne devait le réveiller qu'après 13 heures. [4] La police a effectué une deuxième perquisition au domicile de West trois semaines plus tard, le 14 août, et a trouvé le corps démembré de West enveloppé dans des draps et des sacs poubelles dans le grenier. [4] Les enquêteurs n'ont pas pu déterminer la cause du décès de West en raison de la décomposition du corps de West. [4] Lewis a été arrêté après avoir découvert que 5 000 $ avaient été retirés du compte bancaire de West et placés sur le compte bancaire de Lewis. [4] Une perquisition au domicile de Lewis a permis de découvrir une corde, des sacs poubelles et des chéquiers appartenant à West. Lewis a de nouveau été arrêté et accusé du meurtre de West. [4] En octobre 1979, quelques jours avant son procès, l'affaire, fondée uniquement sur des preuves circonstancielles, a été rejetée. [4]

Lewis a été identifié grâce à ses empreintes digitales et à l'enveloppe utilisée, mais la police n'a pas pu le relier aux crimes car lui et Leanne vivaient à New York à l'époque. Au lieu de cela, il a été reconnu coupable d'extorsion, puis a purgé 13 ans d'une peine de 20 ans et a été libéré sur parole en 1995. WCVB Channel 5 de Boston a rapporté que des documents judiciaires publiés au début de 2009, "montrent que les enquêteurs du ministère de la Justice ont conclu que Lewis était responsable de les empoisonnements, malgré le fait qu'ils n'avaient pas suffisamment de preuves pour l'inculper ». En janvier 2010, Lewis et sa femme ont soumis des échantillons d'ADN et des empreintes digitales aux autorités. [10] Lewis a déclaré "si le FBI le joue juste, je n'ai rien à craindre". [10] Lewis continue de nier toute responsabilité pour les empoisonnements. [10] [11]

Comme l'en-tête de la lettre d'extorsion remontait à une ancienne agence de voyages où travaillait la femme de Lewis, on pensait que l'extorsion avait été utilisée comme une tentative de vengeance contre l'ancien patron de sa femme pour de l'argent dû à la femme de Lewis après la fermeture de l'agence de voyages. et fermé. [4] L'écriture de Lewis correspondait également à celle d'une deuxième lettre d'extorsion envoyée au président Ronald Reagan, avertissant que les empoisonnements au Tylenol continueraient si une révision fiscale fédérale n'était pas menée et menaçant de faire s'écraser des avions télécommandés contre la Maison Blanche. [4]

Un deuxième homme, Roger Arnold, a été identifié, enquêté et innocenté des meurtres. Il a fait une dépression nerveuse en raison de l'attention des médias, qu'il a imputée à Marty Sinclair, un propriétaire de bar. À l'été 1983, Arnold a abattu John Stanisha, un homme sans lien de parenté qu'il a pris pour Sinclair et qui ne connaissait pas Arnold. [12] Arnold a été reconnu coupable en janvier 1984 et a purgé 15 ans d'une peine de 30 ans pour meurtre au deuxième degré. [4] Il est décédé en juin 2008.

Laurie Dann, qui a empoisonné et abattu un certain nombre de personnes lors d'un déchaînement de mai 1988 dans et autour de Winnetka, dans l'Illinois, a été brièvement considérée comme un suspect, mais aucun lien direct n'a été trouvé. [13]

Enquêtes en cours Modifier

Au début de 1983, à la demande du FBI, Tribune de Chicago le chroniqueur Bob Greene a publié l'adresse et l'emplacement de la tombe de la première et plus jeune victime, Mary Kellerman. L'histoire, écrite avec le consentement de la famille Kellerman, a été proposée par l'analyste criminel du FBI John Douglas sur la théorie selon laquelle l'auteur pourrait visiter la maison ou la tombe s'il était mis au courant de leurs emplacements. Les deux sites ont été maintenus sous surveillance vidéo 24 heures sur 24 pendant plusieurs mois, mais le tueur n'a pas fait surface. [4] [14]

Une photo de surveillance de Paula Prince achetant du Tylenol falsifié au cyanure dans un Walgreens au 1601 North Wells St. a été publiée par le département de police de Chicago. La police pense qu'un homme barbu vu à quelques mètres derrière Prince pourrait être le tueur. [15]

Début janvier 2009, les autorités de l'Illinois ont renouvelé l'enquête. Des agents fédéraux ont perquisitionné le domicile de Lewis à Cambridge, dans le Massachusetts, et ont saisi un certain nombre d'articles. [16] À Chicago, un porte-parole du FBI a refusé de commenter mais a déclaré que "nous aurons peut-être quelque chose à publier plus tard". [17] Les responsables de l'application des lois ont reçu un certain nombre de conseils liés à l'affaire coïncidant avec son anniversaire. Dans une déclaration écrite, [18] le FBI a expliqué,

Cet examen a été motivé, en partie, par le récent 25e anniversaire de ce crime et la publicité qui en a résulté. De plus, étant donné les nombreuses avancées récentes de la technologie médico-légale, il était naturel qu'un deuxième regard soit porté sur l'affaire et que les preuves soient récupérées.

Le 19 mai 2011, le FBI a demandé des échantillons d'ADN à « Unabomber » Ted Kaczynski en lien avec les meurtres de Tylenol. Kaczynski a nié avoir jamais possédé du cyanure de potassium. [19] Les quatre premiers crimes d'Unabomber se sont produits à Chicago et dans sa banlieue de 1978 à 1980 et les parents de Kaczynski avaient une maison de banlieue de Chicago à Lombard, Illinois, en 1982, où il séjournait occasionnellement. [4] [20]

Copieurs Modifier

Des centaines d'attaques d'imitation impliquant Tylenol, d'autres médicaments en vente libre et d'autres produits ont également eu lieu aux États-Unis immédiatement après les décès de Chicago. [3] [21]

Trois autres décès sont survenus en 1986 à cause de capsules de gélatine falsifiées. [22] Une femme est décédée à Yonkers, New York, après avoir ingéré des "capsules de Tylenol extra-fort contenant du cyanure". [23] Les capsules Excedrin dans l'État de Washington ont été falsifiées, entraînant la mort de Susan Snow et Bruce Nickell par empoisonnement au cyanure et l'arrestation et la condamnation éventuelle de la femme de Nickell, Stella, pour ses actions intentionnelles dans les crimes liés aux deux meurtres. [24] La même année, l'Encaprin de Procter & Gamble a été rappelé après un canular à Chicago et Detroit qui a entraîné une chute brutale des ventes et un retrait de l'analgésique du marché. [25]

En 1986, un étudiant de l'Université du Texas, Kenneth Faries, a été retrouvé mort dans son appartement après avoir succombé à un empoisonnement au cyanure. [26] Les capsules falsifiées d'Anacin ont été déterminées comme étant la source du cyanure trouvé dans son corps. Sa mort a été jugée comme un homicide le 30 mai 1986. [27] Le 19 juin 1986, l'AP a signalé que le médecin légiste du comté de Travis a jugé que sa mort était un suicide probable. La FDA a déterminé qu'il avait obtenu le poison d'un laboratoire dans lequel il travaillait. [28]

Réponse de Johnson & Johnson Modifier

Johnson & Johnson a reçu une couverture positive pour sa gestion de la crise, par exemple, un article dans Le Washington Post a déclaré : « Johnson & Johnson a démontré de manière efficace comment une grande entreprise doit gérer une catastrophe ». L'article indiquait en outre qu'« il ne s'agit pas d'un accident de Three Mile Island dans lequel la réponse de l'entreprise a fait plus de dégâts que l'incident d'origine », et a félicité l'entreprise d'avoir été honnête avec le public. [29] En plus d'émettre le rappel, la société a établi des relations avec le département de police de Chicago, le FBI et la Food and Drug Administration. De cette façon, il pourrait jouer un rôle dans la recherche de la personne qui a lacé les capsules et ils pourraient aider à prévenir d'autres falsifications. [30] Alors qu'au moment de la panique, la part de marché de l'entreprise s'effondrait de 35 % à 8 %, elle a rebondi en moins d'un an, un mouvement attribué à la réaction rapide et agressive de l'entreprise. En novembre, il a réintroduit les gélules, mais dans un nouvel emballage triple scellé, associé à de fortes promotions sur les prix et en quelques années, Tylenol avait regagné la part de marché la plus élevée pour l'analgésique en vente libre aux États-Unis [31]

Modifications pharmaceutiques Modifier

L'incident de 1982 a inspiré les industries pharmaceutique, alimentaire et des produits de consommation à développer des emballages inviolables, tels que des scellés à induction et des méthodes de contrôle de qualité améliorées. [4] De plus, la falsification de produits est devenue un crime fédéral. [32] Les nouvelles lois ont abouti à la condamnation de Stella Nickell dans l'affaire de falsification Excedrin, pour laquelle elle a été condamnée à 90 ans de prison. [24]

De plus, l'incident a incité l'industrie pharmaceutique à s'éloigner des capsules, qui étaient faciles à contaminer car une substance étrangère pouvait être placée à l'intérieur sans signes évidents d'altération. Au cours de l'année, la FDA a introduit des réglementations plus strictes pour éviter la falsification des produits. Cela a conduit au remplacement éventuel de la capsule par le "caplet" solide, un comprimé fabriqué sous la forme d'une capsule, en tant que forme d'administration de médicament et avec l'ajout de scellés de sécurité inviolables aux bouteilles de toutes sortes. [3]

Les meurtres ont inspiré l'intrigue du septième épisode ("Poison") de la première saison de Loi et ordonnance : intention criminelle. [33]


2: TYANT CRUEL

Staline était mauvais. Mais voici l'horrible vérité : Lénine était le même. Il n'y aurait pas eu de Staline sans Lénine, et pas seulement parce que ce dernier était le fondateur de l'URSS. Non : Lénine a érigé l'appareil même de l'État policier et a simplement passé le relais de la brutalité à Staline.

Considérons les mots de James Ryan, auteur de Lenin's Terror : The Ideological Origins of Early Soviet State Violence. Lénine, dit Ryan, était « le premier et le plus important théoricien marxiste à élever de façon spectaculaire le rôle de la violence en tant qu'instrument révolutionnaire ». Sous le règne de Lénine, il y avait 28 000 exécutions CHAQUE ANNÉE. Considérez ce nombre un instant.

Comme le dit Richard Pipes, Lénine avait un tel « mépris total pour la vie humaine, sauf en ce qui concerne sa propre famille et ses plus proches associés ». C'est Lénine qui a été l'instigateur de la « Terreur rouge », qui a vu des arrestations et des exécutions généralisées dans tout le pays. Le but de la Terreur a été décrit par l'un des fantassins de Lénine comme étant « de tuer nos ennemis par dizaines de centaines. Pour le sang de Lénine. Qu'il y ait des flots de sang de la bourgeoisie - plus de sang, autant que possible.

Lénine a ordonné la création de la Tchéka, l'organisation de police secrète qui était un modèle pour la Gestapo d'Hitler. Les Tchéka étaient responsables de cruautés indicibles - leurs méthodes consistaient à couronner les victimes avec du fil de fer barbelé, à les lapider à mort, à tremper les gens dans de l'eau bouillante et à les scalper. Orlando Figes, auteur de A People's Tragedy, résume leur violence comme "n'ayant d'égale que l'Inquisition espagnole".

Lénine lui-même a déclaré explicitement et fièrement que la « terreur » était leur objectif. Quiconque remettait en question la révolution était un jeu équitable. Il a demandé que les grévistes soient « exécutés en grand nombre », et a envoyé un télégramme notoire ordonnant la pendaison publique des paysans, pour donner l'exemple aux autres.

Qu'il n'y ait aucune ambiguïté : Lénine n'avait peut-être pas les goûts ringards d'un dictateur typique, mais il en avait assurément la cruauté et la soif de sang. La seule raison pour laquelle il n'est pas plus largement méprisé est qu'il est mort à un âge relativement jeune. S'il ne l'avait pas fait, nous ne serions pas en train de critiquer Staline. Car Lénine serait devenu Staline.


Exhumer le corps

Après des semaines d'enquête, le bureau du procureur de l'État du comté de Cook a déposé une requête auprès du tribunal pour exhumer le corps de Khan afin que les experts puissent effectuer d'autres tests. Les tribunaux ont approuvé cette demande le 11 janvier 2013 et une semaine après, le corps de Khan a été exhumé.

La théorie initiale est que Urooj Khan a été empoisonné en ingérant du cyanure. Pour le déterminer, ils devaient voir s'il y avait des traces de poison dans son estomac.

La veille de sa mort, Urooj avait préparé un plat traditionnel de curry d'agneau préparé par sa femme, Shabana Ansari. Pour lever tout soupçon, la veuve de Khan, Ansari, a pleinement coopéré avec les forces de l'ordre. Elle a déclaré que le curry n'aurait pas pu empoisonner son mari parce qu'elle et son père ont pris le même repas ce soir-là. Les autorités ont également effectué des perquisitions dans la maison Khan, mais les agents n'ont trouvé aucune trace de cyanure.

Stephen Cina, le médecin légiste chargé du cas de Khan, n'a pas pu tirer de conclusions sur la façon dont le poison a pénétré dans le corps de la victime. Après avoir été enterré pendant des mois, le corps était trop décomposé pour un examen précis. Cela n'a été accéléré que parce que le corps de Khan n'a pas été embaumé, conformément à la tradition musulmane.

Mais le deuxième tour d'examen a confirmé que les artères de Khan étaient bloquées à 75 %. L'avocat de la défense d'Ansari a souligné ce fait dans les enquêtes, donnant du crédit à la théorie de la mort naturelle.


Quelles preuves y a-t-il que Lénine est mort parce qu'il a été empoisonné ? - Histoire

Ullstein Bild Dt./Getty Images

C'était au milieu des années 1920, au plus fort de l'ère de la Prohibition, et le gouvernement des États-Unis ne savait pas quoi faire.

L'alcoolisme américain était à la hausse, il y avait trop de bars clandestins à compter, sans parler des raids, et les empires de contrebande défiaient carrément les forces de l'ordre. Il semblait, pour les prohibitionnistes, qu'il n'y avait aucun moyen de contrôler les masses.

Jusqu'en 1926, c'est-à-dire lorsque le gouvernement américain a décidé de renverser la vapeur sur le public alcoolique, en utilisant ce qu'il essayait d'interdire pour effrayer le peuple et le soumettre.

Parce que l'alcool de grain et l'alcool étaient difficiles à obtenir, les gens ont commencé à se tourner vers des alcools plus facilement accessibles, comme ceux que l'on trouve dans les diluants à peinture et les vernis à bois.

Cet "alcool industriel" était essentiellement de l'alcool de grain auquel des produits chimiques étaient ajoutés, grâce à un processus appelé "dénaturation", qui le rendait imbuvable. La dénaturation a été lancée en 1906 pour permettre aux fabricants d'éviter les taxes perçues sur les spiritueux.

Cependant, les temps désespérés appellent des mesures désespérées et, au début des années 1920, les contrebandiers avaient élaboré une formule pour «renaturer» l'alcool afin de le rendre à nouveau potable et, par conséquent, rentable.

À l'époque de la prohibition, le département du Trésor américain, qui était chargé de surveiller l'application de la loi sur l'alcool à l'époque, a estimé que plus de 60 millions de gallons d'alcool industriel ont été volés pour approvisionner les pays buveurs privés d'alcool.

Chicago History Museum/Getty Images Un alambic et un seau en cuivre, comme ceux utilisés dans la création et la renaturation de l'alcool à la maison.

Lorsqu'il s'est rendu compte que les contrebandiers renaturaient l'alcool industriel pour en tirer un profit, le département du Trésor est intervenu. À la fin de 1926, ils ont réorganisé les formules dénaturantes et ont inclus des poisons connus tels que le kérosène, l'essence, l'iode, le zinc, la nicotine, le formaldéhyde, le chloroforme, camphre, quinine et acétone.

Le plus dangereux de tous, ils ont exigé qu'au moins 10 pour cent du produit total soit remplacé par de l'alcool méthylique ou du méthanol. Aujourd'hui, le méthanol est le plus couramment utilisé comme ingrédient dans l'antigel.

Leur plan a rendu le processus de renaturation inutile sur l'alcool industriel, car le processus ne pouvait pas être utilisé pour séparer chacun des produits chimiques, et il a eu des résultats presque immédiats.

La veille de Noël 1926, 60 personnes à New York se sont retrouvées à l'hôpital Bellevue, désespérément malades après avoir bu de l'alcool contaminé. Huit d'entre eux sont morts. En deux jours, le nombre de corps était passé à 31. Avant la fin de l'année, il avait grimpé à 400.

En 1933, il était jusqu'à 10 000.

Ceux qui ne sont pas morts se sont approchés. La combinaison de produits chimiques a fait que les buveurs ressentent tout, des vomissements excessifs aux hallucinations, en passant par la cécité.

Dès que les responsables de la santé publique ont compris la cause de tous les décès, le médecin légiste de la ville, Charles Norris, a organisé une conférence de presse.

"Le gouvernement sait qu'il n'arrête pas de boire en mettant du poison dans l'alcool", a-t-il déclaré. Pourtant, il continue ses processus d'empoisonnement, sans se soucier du fait que des personnes déterminées à boire absorbent quotidiennement ce poison. Sachant que cela est vrai, le gouvernement des États-Unis doit être accusé de la responsabilité morale des décès causés par l'alcool empoisonné, bien qu'il ne puisse être tenu légalement responsable.

Le département de la santé a émis des avertissements aux civils, détaillant les dangers de la consommation d'alcool de contrebande. Il a même rendu public chaque décès par alcool empoisonné et a demandé à son toxicologue d'analyser tous les alcools confisqués à la recherche de poisons.

Il a également souligné qu'il y avait un effet disproportionné sur les habitants les plus pauvres de la ville. La plupart de ceux qui mouraient à cause de l'alcool empoisonné étaient "ceux qui ne peuvent pas se permettre une protection coûteuse et qui vendent des trucs de mauvaise qualité", a-t-il déclaré. Les riches pouvaient s'offrir de l'alcool cher, et donc très probablement propre.

Un rassemblement à New York pour protester contre l'interdiction en 1933.

Les abstinents du côté opposé ont fait valoir que l'alcool n'aurait pas dû être consommé en premier lieu, et si c'était le cas, le buveur en a eu les conséquences sur lui-même.

"Le gouvernement n'a aucune obligation de fournir au peuple de l'alcool potable lorsque la Constitution l'interdit", a déclaré l'avocat Wayne B. Wheeler. “La personne qui boit cet alcool industriel est un suicide délibéré.”

Seymour Lowman, secrétaire adjoint au Trésor, a ajouté que si le résultat était une Amérique sobre, alors "un bon travail aura été fait".

Étonnamment, le gouvernement n'a jamais abrogé son plan et a continué à empoisonner l'alcool industriel, sans même prétendre qu'il ne savait pas ce qui se passait. Ils ont soutenu qu'ils n'avaient jamais entrepris de tuer intentionnellement des buveurs d'alcool, bien que de nombreux responsables de la santé les aient accusés d'avoir un « indifférence impitoyable » pour la vie humaine.

Finalement, c'est la fin de la Prohibition elle-même qui a arrêté les morts, car maintenant que les gens avaient de l'alcool réel à consommer, il n'y avait plus besoin de risquer de s'empoisonner.

Vous avez apprécié cet article sur l'ère de la prohibition ? Découvrez ces photos de personnes célébrant la fin de la prohibition. Alors, jetez un œil à cette propagande anti-marijuana du 20e siècle.


Des détectives médicaux discutent de la médecine légale de la mort


Vladimir Lénine pose pour un photographe sur cette photo de 1922. La syphilis n'a probablement pas tué Lénine. Le stress, d'un autre côté, n'a pas aidé, et le poison l'a peut-être fait. C'est la conclusion d'un médecin et d'un historien qui ont examiné les dossiers médicaux et d'autres preuves pour une conférence annuelle de la faculté de médecine de l'Université du Maryland sur le décès de personnages célèbres. (Anonyme/AP)

BALTIMORE — La mort ne meurt jamais ici.

Cela devient de plus en plus intéressant, plus séduisant. Plus, bien, vivant. Vivant dans chaque détail digne d'intérêt, dans chaque indice sur ses causes, dans chaque fragment de preuve attendant d'être épissé à un autre fragment. . . et un autre fragment jusqu'à ce qu'une image commence à se former, une image assemblée à partir de pépites d'informations collectées il y a des décennies ou des siècles.

La mort, du moins pour les médecins et les passionnés d'histoire qui se réunissent chaque année à la faculté de médecine de l'Université du Maryland, est la plus cool des énigmes, les menant à la plus cool des théories. Abraham Lincoln aurait-il pu être sauvé ? (Oui.) George Custer était-il autant victime d'un trouble de la personnalité que les Indiens qu'il combattait ? (Vous pariez.) Qu'est-ce qui a fait de Florence Nightingale une recluse ? (Elle était peut-être bipolaire.)

Ils y travaillent depuis 18 ans, se penchent sur les dossiers d'autopsie, consultent des textes historiques et lancent des questions à des experts reconnus au niveau national qui se rendent pour une conférence annuelle organisée par la Medical Alumni Association de l'école qui s'est transformée en un mélange de vieux gore, vieux tripes et vieilles gloires. La mort peut vous effrayer, mais pour Philip Mackowiak, le professeur qui a imaginé la conférence, réfléchir à l'expiration humaine – peu importe son âge – peut être « une énorme quantité de plaisir ». These folks were House way before House was House, but unlike the riddle-solving television doctor, their preoccupation is with the dead rather than the living.

Mackowiak presides over his realm of medical intrigue in a grand, old, semi-circular lecture hall where the air is musty, as if you’d just entered an ancient wine cellar or, more appropriately, a crypt. Light trickles into Davidge Hall through the windowpanes that spread out in the shape of spider webs — they’re windows that Alfred Hitchcock would have loved. Sturdy metal kilns are set into the back wall of the 200-year-old hall. They were used for chemical experiments, a conference organizer assures me, not for the cadavers that were once examined in the “anatomical hall” on the upper floor.

Mackowiak has a bucket list of historical figures whose deaths interest him. He’d love to dig into the medical history of Spanish painter Francisco de Goya: “According to his biography, he was deaf as a stump,” Mackowiak says. Or maybe Buddha or Confederate Gen. Stonewall Jackson.

But the subject in question on this day, it turns out, was a headbanger. Heavy metal may have played a role in his death. Parts of his brain had the texture of this: rock.

The dead dude, sadly, couldn’t be with them. He’s kept under glass in Moscow’s Red Square. But the vital data about his waxing then waning vitality were there in the lecture hall for all to see.

Vladi­mir Lenin, the long-gone Bolshevik revolutionary and Soviet leader, was born with short, weak legs and a giant head, these medical-history detectives learned. As a child, he had a habit of banging his head on the floor when he was upset, making his mother think that he might be developmentally disabled, according to the historical data.

An assassin’s only lead bullet resided near his right clavicle, introducing the notion of a heavy metal. But it was his brain that was really messed up. His cerebral blood vessels “were rock-hard,” Harry Vinters, a respected UCLA professor of pathology and laboratory medicine, said during his, ahem, deadly serious presentation.

But why? Why would a man who in 1924 died just three months shy of his 54th birthday have such unusually hardened cerebral blood vessels?

During his presentation and later among small clutches of attendees, Vinters went through his checklist of risk factors for stone-hard cerebral blood vessels. Diabetes? “No.” Smoker? A big “No.” Not only did Lenin not smoke, but he was apparently super fussy about other people not smoking around him.

Stress? Getting warmer. Stress might have played a role, Vinters theorizes. Family history? Ah, we’re on to something. Lenin’s dad croaked at age 54 after a series of strokes. Lenin also had strokes. In the audience of about 200, pens raced across notebooks and the backs of programs. Wheels were turning. Theories were forming.

Some have posited that Lenin was a victim of syphilis. Vinters doesn’t buy it. There’s no evidence to that effect, the professor said after his presentation as attendees descended on him with their best guesses.

But it might have been possible that his doctors thought he had syphilis, a condition often treated with arsenic in those days, he said. Which got everyone around to a theory that has nothing to do with the medical evidence and everything to do with good old-fashioned historical dot-connecting. They were helped along by a Russian writer, Lev Lurie, who speculated that Lenin, even though his health was in precipitous decline because of the strokes, might have been finished off by a poisoning ordered by Joseph Stalin.

After the conference speeches, during the noshing and theory-sharing portion of the day, Dahlia Hirsch, a retired surgeon, rolled up all the evidence into a hero sandwich of a conclusion: It was the family history and the stress and the lead bullet and the arsenic! It made a lot of sense from a medical perspective, but Doris Cowl, a Towson University math instructor, pined for an answer that added up to a sexier historical yarn. “Poisoning is more interesting,” she offered.

In the parking area, the valets wondered what all the fuss was about. One of the participants told them about the subject of the conference, but their minds went to a homophone: Lennon, the rocker, not Lenin, the guy with rock-hard blood vessels. Once they were set straight, one of them exclaimed, “Oh, the Russian guy!”


Was Jane Austen poisoned? New evidence about the writer’s weakened eyes raises questions.

On July 18, 1817, novelist Jane Austen died at the age of 41. Much of Austen’s medical biography is murky, and how she died remains an enduring mystery. Historians, in the two centuries since, have dissected what little evidence exists. In her later letters she complained of bilious attacks, facial aches and fever. Austen experts fingered several possible killers, including stomach cancer, Hodgkin’s lymphoma or an adrenal disorder known as Addison’s disease.

An article published Thursday on the website of the nationally run British Library offered a theory of a more dramatic sort: What if poison, not cancer or faulty glands, did in the author of “Sense and Sensibility?”

If so, blame neither foul plot nor gentleman assassin. The arsenic likely came from a tainted water supply or a medicinal mix-up, the library suggested that is, of course, supposing the element caused Austen’s death. The claim has been subject to a fair bit of skepticism since Thursday, when the library published an article on its website linking her possible cataracts to arsenic.

The library’s reasoning hinged on spectacles. In 1999, the writer’s great-great-great-niece Joan Austen-Leigh donated a desk that belonged to Austen. The library discovered that the desk held three pairs of glasses, two tortoiseshell and one wire-framed. The British Library recently had the glasses examined, and found that the lenses were convex, suggesting a farsighted wearer.

Austen eventually suffered from very poor eyesight, if the eyeglasses indeed belonged to her. The glasses varied in strengths. One of two tortoiseshell glasses, according to the British Library’s analysis, was quite strong. Perhaps the glasses’ increasing diopters told a narrative.

“Could it be that she gradually needed stronger and stronger glasses for reading because of a more serious underlying health problem?” wrote Sandra Tuppen, a curator at the library, in the article. “The variations in the strength of the British Library’s three pairs of spectacles may indeed give further credence to the theory that Austen suffered from arsenic poisoning, albeit accidental.”

This was not the only evidence to suggest arsenic poisoning, the article noted. Austen complained of skin discoloration (“black & white & every wrong colour,” she once wrote), which may also be a symptom of accumulating arsenic in the body. And inadvertent arsenic poisoning in the 1800s was not unheard of. Crime writer Lindsay Ashford, one of the first proponents of the arsenic theory, told the Guardian in 2011 that, “I think it’s highly likely she was given a medicine containing arsenic. When you look at her list of symptoms and compare them to the list of arsenic symptoms, there is an amazing correlation.”

By the heyday of the Victorian era, arsenic was ubiquitous in Britain, present in medicines and occasionally confused for sugar or plaster of Paris. Green wallpapers and green dresses contained arsenic, according to the Chemical Heritage Foundation’s Distillations magazine, as did “beer, wine, sweets, wrapping paper, painted toys, sheep dip, insecticides, clothing, dead bodies, stuffed animals, hat ornaments, coal and candles.” In 1858, a British candy seller nicknamed “Humbug Billy” killed 25 and poisoned more than 100 others when, meaning to dilute the expensive sugar in his peppermint sweets, he accidentally added arsenic.


Revolutionary love: Lenin's amorous triangle with his wife and mistress

Reproduction of 'Portrait of Inessa Armand' by A.Lurye.

Mikhail Filimonov/RIA Novosti

Vladimir Lenin, founder of the Soviet Union, can hardly be accused of excessive sentimentality. Throughout his life he easily parted ways even with his closest friends when their political views ran counter to those of his own and after seizing power, he executed adversaries remorselessly.

One of the few instances when this energetic politician publicly demonstrated a weakness came on October 12, 1920, the day when Inessa Armand, his long-lasting comrade, personal friend, and lover, was laid to rest.

&ldquoAs we were following the coffin, Lenin was barely recognizable,&rdquo recalled revolutionary activist Alexandra Kollantai. &ldquoHe was walking with his eyes shut tight, and was hardly standing on his feet.&rdquo

Several weeks earlier, Armand died suddenly of cholera in Nalchik (a town 850 miles south of Moscow), which came as a hard blow to Lenin.

&ldquoI fear lest Inessa's death should do Volodya [Lenin] in," his wife Krupskaya wrote. &ldquoHe has been crying, and his gaze is miles away.&rdquo

Armand's story

A French-born socialist, Inessa Armand found herself in Moscow at age 15, following the death of her father. She was brought up in Russia by her grandmother and aunt, and by the age of 35, she had been married twice. Her second husband was Vladimir Armand, who &ldquoinfected&rdquo her with revolutionary views.

Inessa Armand, 1895. / Photo: TASS

In 1904, Inessa joined the Russian Social Democratic Labor Party, and for her activities in the 1905 revolution she was exiled to the north of Russia, from where she fled to Switzerland in 1908.

When Armand's second husband died of tuberculosis the mother of five found herself alone but nevertheless continued to participate in the revolutionary movement. She maintained close contacts with other French socialists, translated revolutionary literature, and completed a degree in economics. Bolshevik comrades spoke warmly of Armand.

&ldquoShe stood out for her neglect of creature comforts, her attention to comrades, and her readiness to share her last portion of bread with them,&rdquo revolutionary activist Lyudmila Stal recalled.

Many contemporaries highlighted Armand's love of life, the happiness she would bring by her presence, as well as her natural beauty and charm.

Meeting her idol

Armand's fateful first meeting with Lenin happened in 1909. In fact, thanks to his writings she became a socialist. For a number of years the two were living and working in Paris, and many contemporaries suggested that their relationship had grown into something bigger than friendship during that period.

Inessa Armand, 1909. / Photo: TASS

&ldquoLenin could not take his Mongolian eyes off this small Frenchwoman,&rdquo French socialist Charles Rappoport noted. In his letters to Armand, Lenin would address her as &ldquomy dear friend&rdquo, and otherwise manifested his extreme care and fondness.

&ldquoAlmost all of my activity here in Paris was linked to my thoughts of you with a thousand threads,&rdquo Armand would write to Lenin several years afterward, in 1913.

The letter makes it clear that Armand was utterly in love with her comrade and teacher: &ldquoI so much loved to not just listen to you but also look at you speaking. First, your face becomes so lively when you speak second, observing you at such moments was very convenient because you did not notice my glances. &rdquo

Vladimir Lenin relaxes in sauna outside on deck in sun, 1918. / Photo: ZUMA Press/Global Look Press

Krupskaya's role

By the time he met Armand, Lenin had been married to Nadezhda Krupskaya for 11 years. Apart from being a devout revolutionary and Lenin's trusted assistant, Krupskaya was also his faithful spouse. Despite the natural rivalry for the affection of the Bolshevik leader, the two women managed to establish a friendship.

Krupskaya wrote: &ldquoIt would get cozier and more fun every time Inessa came.&rdquo Armand, for her part, had this to say about Krupskaya: &ldquoI liked her virtually on our first meeting. She emits this special kind of tenderness towards comrades.&rdquo

Nadezhda Krupskaya, Lenin's wife. / Photo: RIA Novosti

Lev Danilkin, the author of a recently published biographical work on Lenin, notes that there is no documentary evidence of an amorous link between Lenin and Armand only the conjecture and gossip of contemporaries. He surmises that Lenin's relations with Armand and Krupskaya may have followed the new socialist moral concept proposed by Nikolay Chernyshevsky in his novel What is to be done: &ldquoEssentially, everything is allowed as long as it is based on mutual respect.&rdquo

This is why Danilkin believes that both Krupskaya and Armand managed to overcome any potential jealousy. They were like-minded persons who respected each other and had similar ideals that were radical for their era.

Tragic finale

Whatever it was, the relationship between Lenin and Armand did not last long. The revolutionary leader eventually opted for fidelity to his wife with whom he had lived many years. In a letter from 1913, Inessa wrote with visible pain: &ldquoWe have parted, my dear!&rdquo

Lenin with his wife Nadezhda Krupskaya at Gorky, 1922. / Photo: Mary Evans Pictrure Library/Global Look Press

Armand remained true to Lenin and the revolution to the end of her life. Despite her French citizenship, which entitled her to a comfortable life in Europe, she joined Lenin and Krupskaya in their return to Russia in 1917.

Armand took part in the October Revolution and continued to support the fledgling Soviet Union while living in a decrepit cold apartment, Danilkin said. She eventually succumbed to cholera at age 46. Ironically, she contracted the disease during a holiday at a resort in the south.

Read more: Revolutionary First Lady: The life and struggles of Lenin's wife

Si vous utilisez tout ou partie du contenu de Russia Beyond, fournissez toujours un hyperlien actif vers le contenu original.


Voir la vidéo: Ինչու Ցեղասպանություն-Why Genocide? Բոլշևիկ սիոնիստները Պարվուս, Լենին, Տրոցկի


Commentaires:

  1. Xipil

    le message incomparable

  2. Yas

    Les bébés la plus haute note !!!

  3. Tezragore

    Je m'excuse, moi aussi je voudrais exprimer l'opinion.

  4. Bradleah

    Je félicite, l'idée remarquable et est opportun

  5. Osip

    Eh bien un peu.



Écrire un message