Louise Rainer

Louise Rainer



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Luise Rainer est née dans une famille juive à Düsseldorf, en Allemagne, le 12 janvier 1910. Elle a été découverte par Max Reinhardt en 1926 et a intégré sa troupe de théâtre à Vienne. Rainer n'était qu'une adolescente lorsqu'elle a tourné son premier film. Cela a été suivi par Sehnsucht (1932), Madame chapeau Besuch (1932) et Drauf de Heut Kommt (1933).

Le journaliste américain John Gunther l'a rencontrée en 1934. L'ami de Gunther, William L. Shirer, a souligné que cela a causé des problèmes pour sa relation avec sa femme, Frances Fineman Gunther : « Il est tombé amoureux d'elle à un point que je ne pense que Frances était contente. John avait un œil vagabond et aimait flirter. Rainer a rappelé plus tard: "Il était grand, rauque et blond. Il était, bien sûr, très brillant et avait un grand sens de l'humour. Je pensais que c'était un gars terriblement gentil... Cependant, je dois dire quelque chose simplement et brusquement : Je n'ai jamais été amoureuse de lui, ou quoi que ce soit de ce genre."

L'origine juive de Rainer l'a rendue inquiète lorsqu'Adolf Hitler et le parti nazi ont pris le pouvoir. En 1935, elle déménage à Hollywood et réussit à obtenir un contrat de sept ans avec le studio Metro-Goldwyn-Mayer. Elle était considérée comme très belle mais elle a affirmé plus tard : « Je n'étais personne à qui faire une passe. J'étais très mince comme un garçon et j'étais très peu sexy. Son premier rôle américain était dans le film Escapade (1935). Elle remplaçait à la dernière minute Myrna Loy. La star du film, William Powell, a été très impressionnée par Rainer et a dit au patron de MGM Louis B. Mayer, qu'elle était une future star.

Malgré cette recommandation, elle n'a reçu qu'une petite partie d'Anna Held in Le Grand Ziegfeld (1936). Le film a été un grand succès et Rainer a remporté l'Oscar de la meilleure actrice. Le prix était très controversé à l'époque parce que son rôle était si court et relativement mineur qu'il se qualifiait mieux pour une nomination de soutien. Un critique, Jon Hopwood a fait valoir : « La plupart des observateurs s'accordent à dire que Rainer a remporté son Oscar grâce à sa performance émouvante et poignante dans une seule scène de la photo, la célèbre scène téléphonique dans laquelle Held, au cœur brisé, félicite Ziegfeld pour le téléphone sur son prochain mariage avec Billie Burke tout en essayant de garder son sang-froid et sa dignité. Pendant la scène, la caméra est entièrement focalisée sur Rainer, et elle livre un tour de force. Soixante-dix ans plus tard, il reste l'un des les scènes les plus célèbres de l'histoire du cinéma."

En 1937, Rainer épousa Clifford Odets, membre du Parti communiste américain. Ses pièces, En attendant Lefty, Réveillez-vous et chantez ! et Jusqu'à ma mort, l'a établi comme un champion des défavorisés. Cependant, il avait accepté une offre lucrative pour devenir scénariste et a rencontré Rainer sur le tournage de Escapade.

Dans son prochain rôle, le producteur Irving Thalberg l'a engagée dans La bonne terre, basé sur le livre du même nom de Pearl Buck. Cela lui a valu son deuxième Oscar de la meilleure actrice. Rainer est ainsi devenu le premier double oscarisé dans les deux grandes catégories d'acteur. On lui a ensuite demandé si elle était fière de ces deux performances. Rainer a répondu : "Je n'ai jamais été fière de quoi que ce soit", a-t-elle déclaré. "Je l'ai fait comme tout le reste. Faire un film - laissez-moi vous expliquer - c'est comme avoir un bébé. Vous travaillez, vous travaillez, vous travaillez, et puis vous l'avez. Et puis il grandit et il grandit. de vous. Mais être fier d'avoir donné naissance à un bébé ? Fier ? Non, toutes les vaches peuvent faire ça. Dans une autre interview, elle a déclaré: "Je ne crois pas au jeu d'acteur. Je pense que les gens dans la vie agissent, mais quand vous êtes sur scène, ou dans mon cas aussi à l'écran, vous devez être vrai."

Actrice anticonformiste, Rainer a refusé d'accepter les valeurs d'Hollywood. En 1937, Rainer dut être forcée par Louis B. Mayer à recevoir son Oscar. Elle a déclaré plus tard : "Pour mes deuxième et troisième photos, j'ai remporté des Oscars. Rien de pire n'aurait pu m'arriver." Rainer prochain film était Les chandeliers de l'empereur (1937). Cela a été suivi par La grande ville (1937), Frou Frou (1938), La grande valse (1938) et École Dramatique (1938).

Le studio a insisté pour la contraindre à des rôles qu'elle considérait indignes de ses talents. "Toutes sortes de bêtises... Je ne voulais pas le faire et je suis parti." Mayer a dit : "Cette fille est une Frankenstein, elle va ruiner toute notre entreprise... nous t'avons fait et nous allons pour te détruire". Rainer a décidé de quitter Hollywood. La réalisatrice, Dorothy Arzner, affirme qu'elle a été maltraitée parce qu'elle avait épousé un communiste.

Louis B. Mayer s'intéressa vivement à Rainer et lui demanda un jour : "Pourquoi ne t'assieds-tu pas sur mes genoux quand nous discutons de ton contrat, comme les autres filles." Comme Ken Cuthbertson l'a souligné: "Tant qu'elle gagnait de l'argent pour lui, Mayer a toléré la fougue de Rainer. Après quelques films mal conçus et infructueux, cependant, les deux ont échangé des mots de colère" et leur relation a pris fin.

En 1938, Rainer se rend en Europe où elle aide à venir en aide aux enfants victimes de la guerre civile espagnole. Rainer et son mari ont déménagé à New York. Ils ont également passé du temps à Nichols, Connecticut. Rainer a dit qu'Odets était " ma passion " mais qu'il était un homme possessif. Lorsque Rainer s'est lié d'amitié avec Albert Einstein, Odets aurait été tellement rongé par la jalousie qu'il a saccagé une photo d'Einstein avec une paire de ciseaux. Le couple divorce en 1943.

Rainer a épousé Robert Knitte, un éditeur, en 1945. Après leur mariage, elle a effectivement abandonné le cinéma, vivant un temps en Suisse puis à Belgravia. Elle a ensuite été encouragée à sortir de sa retraite pour apparaître dans Le joueur (1997).

Lorsqu'elle a atteint son 100e anniversaire, elle a dit à un ami que "Le secret d'une longue vie est de ne jamais faire confiance à un médecin". Le télégraphe du jour, lorsqu'un jeune homme s'est levé pour elle dans un bus londonien, elle l'a regardé et a dit : « Est-ce que j'ai vraiment l'air si vieux ? »

Luise Rainer est décédée à l'âge de 104 ans le 30 décembre 2014.

Les deux Oscars que Luise Rainer a remportés pour la meilleure actrice se tiennent sur une étagère dans son bureau. En fait, ce n'est pas tout à fait vrai. L'Oscar que Rainer a remporté pour Le Grand Ziegfeld en 1936 est l'original - un bronze profond et vieilli de manière satisfaisante. L'Oscar qu'elle remporte l'année suivante pour son rôle dans La bonne terre elle a donné aux déménageurs qui l'ont déplacée de Suisse à Londres il y a quelques années. "Je l'ai utilisé comme butée de porte", dit Rainer avec désinvolture. "Et il était plié." La statuette dorée brillante qui se trouve maintenant sur son étagère est un remplacement récent.

Luise Rainer aura 100 ans dans deux mois. Les cinq années qu'elle a passées à Hollywood ne sont qu'un clin d'œil dans sa vie, mais suffisamment longues pour qu'elle soit entrée dans l'histoire du cinéma – la première personne à remporter l'Oscar en deux années consécutives, un exploit que seule Katherine Hepburn a égalé. .

Depuis 20 ans, depuis la mort de son mari Robert Knittel – un éditeur, avec qui elle a été mariée pendant 47 ans – Rainer a vécu dans un élégant appartement Belgravia, meublé de tapis persans et de profonds canapés en chintz, les murs encombrés de œuvres d'art. Il y a une peinture hollandaise du 15ème siècle sur bois, montrant des chérubins tenant des paniers remplis de bébés. "Les premières soucoupes volantes..." dit Rainer. Et ces dessins exquis de Degas ne sont-ils pas ? « Ce sont des copies », dit-elle avec désinvolture. « Tout le monde, même les experts, ne peut pas faire la différence. »


Louise Rainer

Avec l'aimable autorisation de Paramount PicturesWikimedia Commons.

Peu de temps après son arrivée à Hollywood en 1935, fuyant la persécution nazie, Luise Rainer a remporté deux Oscars consécutifs sans précédent pour ses rôles dans Le Grand Ziegfeld et La bonne terre. Mais sa carrière hollywoodienne s'est rapidement évaporée lorsque MGM l'a engagée dans des rôles d'épouse obéissante et solidaire, en décalage avec une nouvelle réalité sociale que Rainer elle-même considérait comme Hollywood superficielle et dépourvue d'idées. Elle s'est fortement impliquée dans des causes politiques de gauche et a soutenu l'effort de guerre, tout en jouant occasionnellement des rôles à la télévision. Dans ses années 80, elle est apparue dans son premier grand film en près de 55 ans, suivi d'un autre film en 2003 à l'âge de 93 ans. Luise Rainer est un rappel inspirant qu'il n'est jamais trop tard pour revenir pour le "deuxième acte".

Née à Düsseldorf le 12 janvier 1910 de Heinrich et Emilie Königsberger Rainer, Luise Rainer n'était pas une femme à mâcher ses mots. Sa New York Times La nécrologie de 2014 indiquait comment elle avait jugé indignes les deux films des années 1930 pour lesquels elle avait reçu deux Oscars consécutifs. À l'époque où les studios hollywoodiens possédaient des stars, Rainer s'irritait d'être "l'un des chevaux de l'écurie Louis B. Mayer". Elle a finalement quitté Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), mais pas avant d'avoir eu la chance de dénoncer l'un des hommes les plus puissants d'Hollywood, bien en avance sur son temps dans une hiérarchie masculine difficile. "Monsieur. Mayer, tu ne m'as pas forcée », a rappelé Rainer à propos de son défi à l'exécutif lors de son entretien en 2010. "Tu es un vieil homme... Quand j'aurai 40 ans, tu seras mort." Rainer a eu 47 ans avant la mort de Mayer. Au moment où elle est décédée à 104 ans dans sa maison de Londres, elle lui avait survécu près de soixante ans supplémentaires.

Selon une interview de 1983 avec Rainer, son père est venu au Texas en tant qu'orphelin de six ans avant de retourner en Europe en tant qu'homme d'affaires. Sa mère était pianiste de concert. Rainer a grandi avec deux frères. Elle a rappelé plus tard qu'à l'âge de 17 ans, ses parents l'avaient chassée de la maison lorsqu'elle a déclaré son intention de poursuivre une carrière d'actrice.

Comme beaucoup de juifs de la classe moyenne hautement assimilés en Allemagne, Rainer ne s'identifiait pas particulièrement au fait d'être juif, un point qui deviendrait bientôt hors de propos sous l'antisémitisme nazi. Rainer a déclaré en 2004 qu'elle était complètement « inconsciente de ma judaïté jusqu'à l'âge de 23 ans ». En effet, après la fin de son premier mariage avec le dramaturge Clifford Odets en 1940, elle s'est convertie au christianisme et a été baptisée après avoir épousé l'éditeur new-yorkais Robert Knittel (mort en 1989) en 1945. tout religion car elle ne fait que créer conflit!" elle a écrit en apprenant son inclusion dans une encyclopédie des femmes juives. « Voyez le monde d'aujourd'hui. "

Telles étaient les opinions de quelqu'un qui avait été témoin de la dépression économique dévastatrice de l'Allemagne après la Première Guerre mondiale, qui "a regardé le Reichstag brûler en 1933", selon Le New York Times, "et j'ai entendu Hitler à la radio." C'était également le point de vue de quelqu'un profondément engagé dans la politique mondiale, dénonçant la montée du fascisme mondial tout au long des années 1930, prenant soin des réfugiés orphelins de la guerre civile espagnole et aidant les efforts des Alliés pour augmenter les obligations de guerre et divertir les troupes pendant la Seconde Guerre mondiale. .

Rejoignant la compagnie du légendaire metteur en scène Max Reinhardt dans la Vienne des années 1930, Rainer a été acclamée sur la scène et sur les écrans européens au début de la vingtaine. Elle est arrivée à Hollywood en 1935 au milieu d'une vague d'artistes, d'écrivains, de scientifiques et d'autres intellectuels européens fuyant la persécution nazie. En un an, elle avait joué ses rôles les plus marquants face aux plus grandes stars de l'époque : William Powell dans Le Grand Ziegfeld (MGM, 1936) et Paul Muni dans La bonne terre (MGM, 1937). Ses performances lui ont valu des éloges et deux Oscars successifs sans précédent. En tant que membre de la galerie des sommités de la MGM, elle a également contribué à définir la réputation du studio en tant que « Tiffany » des sociétés cinématographiques de l'Amérique de l'ère de la Dépression.

À la fois Le Grand Ziegfeld et La bonne terre, Rainer a joué le rôle d'épouses endurantes, infatigables et fidèles, d'abord du célèbre impresario Florenz Ziegfeld, puis d'un paysan chinois. Les deux performances avaient beaucoup plus de profondeur et de nuances que le studio ne semblait le reconnaître. Bien que la publicité de MGM ait essayé de la modeler dans le prochain Garbo, ses rôles ultérieurs l'ont classée superficiellement comme une épouse obéissante et solidaire, et des personnages mettant en vedette des femmes plus fortes et plus indépendantes lui ont échappé. Alors qu'une succession de rôles indésirables imposés par le studio et son mariage désastreux avec Odets n'ont certainement pas aidé sa carrière, la transformation de Rainer par MGM en un «texte vedette» de la femme souple et endurante est rapidement apparue en décalage avec une nouvelle réalité sociale. . Alors que l'administration Roosevelt préparait le pays à entrer dans la Seconde Guerre mondiale, l'industrie et le travail étaient sur le point d'introduire des femmes sur le marché du travail en remplacement temporaire de leurs homologues masculins combattant à l'étranger.

Aujourd'hui, l'un des plus grands rôles de Rainer, en tant qu'O-Lan dans La bonne terre, subit également le poids des stéréotypes ethniques condescendants. Aussi convaincantes soient-elles, les performances de Muni et Rainer rappellent inconfortablement que les vrais Asiatiques et autres minorités étaient en grande partie invisibles, vus uniquement à travers les stéréotypes rendus par des acteurs et actrices blancs au visage jaune.

En trois ans, la phase hollywoodienne de Rainer s'était vaporisée presque aussi rapidement que son succès fulgurant avait pris forme. La chroniqueuse influente de potins hollywoodiens Louella Parsons a sournoisement diagnostiqué à Rainer ce qu'elle a appelé la "malédiction des Oscars". De son côté, Rainer considérait Hollywood comme superficiel et largement dépourvu d'idées. Évitant les images glamour de stars féminines diffusées par la publicité en studio, elle avait la réputation de ne pas se maquiller et de s'habiller avec de vieux vêtements confortables. Elle serait même arrivée aux cérémonies des Oscars de 1936 avec plusieurs heures de retard et les cheveux en désordre.

Hors écran, Rainer correspondait difficilement à l'image des héroïnes larmoyantes qu'elle incarnait souvent. Avec Odets, Rainer a rejoint d'autres talents hollywoodiens dans le cadre du Front populaire, une large coalition d'activisme politique de gauche émergeant de Los Angeles dans les années 1930. Elle a été l'un des membres fondateurs (avec Muni, la journaliste Dorothy Parker, la romancière et dramaturge Lillian Hellman, l'actrice Gale Sondergaard et d'autres personnalités hollywoodiennes) du Motion Picture Artists Committee et du Joint Anti-Fascist Refugee Committee, des organisations consacrées à la cause de l'Espagne républicaine contre les forces totalitaires du généralissime Francisco Franco.

Avec l'effondrement du Front populaire à la fin des années 1930 et son divorce avec Odets, Rainer échappe de plus en plus au public. Son dernier film hollywoodien, Otages (1943), a reçu un accueil mitigé malgré sa description opportune du mouvement de résistance clandestin de la Seconde Guerre mondiale. Rainer a alors failli disparaître de la scène hollywoodienne. Elle a fait de rares apparitions à la télévision européenne et américaine dans les années 1950 et 1960, y compris un épisode pour la série d'anthologie à suspense. Le suspense («Torment», 30 mars 1954) et face à la star du cinéma muet Ramon Navarro dans la série Seconde Guerre mondiale Combat (« Finest Hour », 21 décembre 1965), dans lequel elle jouait une sympathique comtesse. En 1984, elle est l'invitée d'un double rôle pour un épisode de la série ABC Le bateau de l'amour.

Plus tard dans sa vie, Rainer a partagé son temps entre Londres et la Suisse. En 1988, elle apparaît dans « A Dancer », un court métrage produit pour la télévision italienne. Cette année Personnes Hebdomadaire l'a interviewée pour le soixantième anniversaire des Oscars. Dix ans plus tard, elle était l'invitée vedette des cérémonies du soixante-dixième anniversaire des Oscars.

En 1997, Rainer, alors octogénaire, est apparue dans son premier grand film en près de cinquante-cinq ans. Le joueur, une « histoire dans une histoire » hongroise/anglaise qui tisse le conte de Dostoïevski du même nom avec une histoire sur son écriture, créée en Europe et ouverte aux États-Unis en 1999. Un critique a décrit sa performance comme « un moment radieux , privée de la suivante, si fébrilement animée que vous ne pouvez la quitter des yeux. Apparue dans un autre film en 2003 à l'âge de 93 ans, Luise Rainer – dont les cent quatre ans défient toute catégorisation facile – était un rappel inspirant qu'il n'est jamais trop tard pour revenir pour le « deuxième acte ». Ou que vous n'êtes jamais trop jeune pour vous en tenir à l'un des hommes les plus puissants d'Hollywood.

Luise Rainer est décédée le 30 décembre 2014.

Poème – Ich setze den Fuss in die Luft, und sie trug (Poème : I Set My Foot Upon the Air and It Carried Me) (2003).

La grande ville/le désert des gratte-ciel (1937).

Les chandeliers de l'empereur (1937).

Heute kommt's drauf an (1933).

Ja der Himmel über Vienne (1930).

Baskette, K. "Connais Luise Rainer." Jeu de photos 48, non. 5 (1935) : 44.

Bronner, E. "Lise Rainer". Films en revue 6, non. 8 (1955) : 390.

Ceplair, Larry et Steven Englund. L'Inquisition à Hollywood : la politique dans la communauté cinématographique, 1930-1960. Berkeley et Los Angeles : University of California Press, 1983.

Crichton, K. "La fille qui déteste les films". Collier's, 23 mai 1936 : 36.

Daugherty, F. "Luise Rainer dans un nouveau rôle." Christian Science Monitor Magazine, 24 août 1938 : 4.

Fletcher, A.W. "L'histoire de la vie tumultueuse de Luise Rainer." Jeu de photos 50, non. 1 (1936) : 24 et 50, no. 2 (1936) : 74.

Hall, L. "L'histoire romantique du mariage surprise de Luise Rainer." Jeu de photos 51, non. 3 (1937) : 50.

Hamilton, S. « Qu'est-il arrivé à Rainer ? » Jeu de photos 52, non. 6 (1938) : 22.

« Joyeux 60e Oscar », Personnes Hebdomadaire (11 avril 1988): 85. Réimprimé dans Academic Index Database.

Katz, Éphraïm. « Louise Rainer. » Encyclopédie du film de Katz. Réimprimé dans Microsoft Corp., Cinémania CD-ROM (1996).

Lewis, Kévin. « Luise Rainer : Elle l'a fait à sa façon. » Cinéaste Magazine 35 (2003).

Littleton, Cynthia. « Luise Rainer 20 choses que vous ne saviez pas sur l'actrice légendaire. » Variété (30 déc. 2014).

« Louise Rainer. » Biographie de célébrité hollywoodienne (2004).

Luther, Claudie. "Luise Rainer meurt à 104 étoiles des années 1930 qui ont connu une montée et une chute météoriques à Hollywood." Le Los Angeles Times (30 déc. 2014).

Macatee, Rebecca. « Luise Rainer, la première à remporter deux Oscars consécutifs, décède à 105 ans. » Eonline.com (30 déc. 2014).

McFadden, Robert D. "Luise Rainer décède aux 104 Oscars de la meilleure actrice pour deux années consécutives." Le New York Times (30 déc. 2014).

Rainer, Louise. Lettre à l'auteur. s.d. [2004].

"Merci d'offrir la Saint Joan de Shaw." Temps (18 mars 1940) : 68.

Thomas, Bob. "The Viennese Vivacity: L'actrice met les voiles à la télévision après 20 ans d'absence." La constitution d'Atlanta (24 nov. 1983).


L'actrice Luise Rainer est entrée dans l'histoire d'Hollywood, puis s'en est allée

Luise Rainer a été la première personne à remporter deux Oscars consécutifs (en 1936 pour Le grand Ziegfield et 1937 pour La bonne terre). Ranier est décédée lundi à son domicile de Londres. Elle avait 104 ans.

LOURDES GARCIA-NAVARRO, HTE :

L'actrice Luise Rainer, qui a remporté deux Oscars consécutifs, est décédée. Elle avait 104 ans. Jasmine Garsd de NPR parle d'une actrice qui a marqué l'histoire d'Hollywood et qui a ensuite choisi de s'en aller.

JASMINE GARSD, BYLINE: Luise Rainer a déclaré qu'elle avait utilisé l'une de ses statuettes d'Oscar comme butée de porte. Sa relation avec l'industrie cinématographique était compliquée. Rainer est né en 1910 à Düsseldorf, en Allemagne. L'actrice a été découverte à l'adolescence par le metteur en scène Max Reinhardt. Une fois les nazis au pouvoir, la famille de Rainer, qui était juive, a quitté l'Europe. Ils se sont réinstallés dans le sud de la Californie en 1935. Rainer a signé un contrat avec MGM. Le studio la considérait comme la prochaine Greta Garbo.

(EXTRAIT DU FILM, "LE GRAND ZIEGFELD")

LUISE RAINER : (comme Anna Held) Bonjour, Flo. Oui, voici Anna. Je suis tellement content pour toi aujourd'hui. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire appel à vous et de vous féliciter.

GARSD: C'est une scène célèbre du drame musical de 1936 "The Great Ziegfeld", pour lequel elle a remporté son premier Oscar. L'année suivante, elle en remporte un autre pour son rôle dans "The Good Earth", l'adaptation cinématographique du roman de Pearl S. Buck.

(EXTRAIT DU FILM, "LA BONNE TERRE")

RAINER : (comme O-Lan) Nous pouvons revenir en arrière. Nous pouvons retourner à la terre.

GARSD : Rainer a été la première actrice à remporter deux Oscars consécutifs. Mais avec le succès est venu le mécontentement à propos de l'industrie du cinéma et des films que MGM a choisis pour elle. La professeure Emily Carman enseigne les études cinématographiques à l'Université Chapman. Elle dit que lorsque Rainer a signé avec MGM au milieu des années 1930, c'était un excellent studio pour les actrices.

EMILY CARMAN : Si vous étiez une actrice de talent, vous vouliez être à la MGM. Si vous pensez à Joan Crawford, Jean Harlow - c'était le studio à être si vous étiez une actrice sérieuse.

GARSD: Carman dit que la déception de Rainer a beaucoup à voir avec un changement dans la façon dont MGM a fait des films une fois que Louis B. Mayer a pris le relais.

CARMAN : Il s'est concentré sur les comédies musicales et sur d'autres genres comme les films d'action ou les biopics. Son attention s'est portée sur les jeunes stars - et pas seulement sur les jeunes adultes, comme les stars adolescentes, comme Judy Garland.

GARSD : En 1938, Rainer a rompu son contrat avec la MGM. Elle a déménagé en Angleterre et a fait des apparitions sporadiques au cinéma et à la télévision. Rainer a été marié deux fois. Son deuxième mari, Robert Knittel, est décédé en 1989 après 44 ans de vie commune. Ils ont eu une fille. Luise Rainer est décédée aujourd'hui d'une pneumonie à Londres. Elle avait 104 ans. Jasmine Garsd, NPR News.

Copyright & copie 2014 NPR. Tous les droits sont réservés. Consultez les conditions d'utilisation et les pages d'autorisations de notre site Web à l'adresse www.npr.org pour plus d'informations.

Les transcriptions NPR sont créées dans les délais impartis par Verb8tm, Inc., un entrepreneur NPR, et produites à l'aide d'un processus de transcription exclusif développé avec NPR. Ce texte peut ne pas être dans sa forme définitive et peut être mis à jour ou révisé à l'avenir. La précision et la disponibilité peuvent varier. L'enregistrement faisant autorité de la programmation de NPR est l'enregistrement audio.


La manière américaine de Luise Rainer

En parcourant la section artistique des Forverts du 8 décembre 1940, en parcourant les images passées de personnalités importantes qui sont apparues sur la station de radio des Forverts WEVD dans un concours « Salute to America » était le visage rayonnant et intense de l’actrice immigrée juive allemande Luise Rainer. Assis à côté de deux verres d'eau soigneusement équilibrés sur un plateau, Rainer faisait face au microphone, les yeux levés vers l'homme en face d'elle. Sa main reste autoritaire sur le bureau qu'ils partagent pour la diffusion, et on suppose qu'il était le réalisateur. Sa main qui orne les pages d'un script et ses lèvres charnues entrouvertes à mi-parcours attirent facilement notre attention mais c'est son regard intime profondément émouvant à travers l'émulsion photo qui captive, refusant de nous libérer.

« Salute to America » a été décrit dans la légende en anglais qui l'accompagnait comme une « émission patriotique saluant le mode de vie américain ». Le texte yiddish à côté, avec enthousiasme, mais avec philosophie, décrivait le spectacle comme un "salut aux principes démocratiques américains et au caractère démocratique général du pays".

Le lieutenant-gouverneur de New York à l'époque, Charles Poletti, a assisté à l'émission en smoking et s'est adressé aux auditeurs, tout comme le président du Hunter College, le Dr George Shuster, et l'éminent historien et auteur néerlandais Henrik Willem Van Loon. La romancière Fannie Hurst, également d'origine juive allemande et présidente du Comité des accidents du travail à l'époque, est arrivée dans un fabuleux chapeau noir ressemblant un peu à une guimpe de nonne. Pour ne pas être en reste, le Dr Frank Kingdon, président du Comité de New York pour défendre l'Amérique en aidant les alliés, qui, en 1940, a fortement plaidé pour que l'Amérique aide la Grande-Bretagne, a partagé un microphone et un bureau avec l'actrice de théâtre juive bien-aimée Gertrude Lawrence.

L'air majestueux et assez sérieux dans une paire de lunettes rondes à monture sombre, le célèbre compositeur Irving Berlin, a chanté son "God Bless America" ​​à l'antenne devant un public de studio en direct.

En parcourant les pages des Forvert de ce mois de décembre, on lisait les gros titres racontant de terribles pogroms contre les Juifs roumains, tandis que des avions britanniques attaquaient des ports allemands et italiens. L'éditorial d'Ab Cahan exigeait que l'Amérique vienne en aide à l'Angleterre et décriait le pacifisme comme antidémocratique en cette période critique. À côté d'un pour Mays, le célèbre grand magasin de Brooklyn vendant des robes pour femmes et des manteaux de sport pour 3,90 $, était l'un pour un service de colis européen sur West 42nd Street dans la ville où l'on pouvait expédier des colis alimentaires en « Pologne allemande » ainsi qu'en Allemagne .

Dans ce maelström s'est engouffrée Luise Rainer, acclamée deux fois lauréate d'un Oscar au cours d'années consécutives - au cours de la deuxième et de la troisième année seulement de sa vie américaine - sans être affaiblie par la résistance apparente d'Hollywood et des États-Unis à rejoindre la lutte antifasciste. Ayant survécu à sa propre évasion précoce de l'Europe hitlérienne, Rainer a été active dans diverses luttes progressistes, y compris la guerre civile espagnole contre le fascisme. Dans sa vie personnelle, elle a eu de fréquents démêlés parmi ses cadres d'avant-garde, notamment un mariage volatil avec le dramaturge star radical Clifford Odets et une brouille avec le grand théâtre Berthold Brecht. Mais elle est restée une source d'inspiration et d'admiration pour d'autres artistes, y compris un béguin pour les filles de l'écrivain érotique Anais Nin.

Le proverbe yiddish Di gantse velt iz eyn shtot, [le monde entier est une ville] semble approprié pour Rainer. Après un parcours artistique diversifié, long, parfois chargé et résolument riche, qui a fait preuve de beaucoup de compassion, dont une halte dans les pages des Forverts, l'actrice Luise Rainer est décédée le 30 décembre, à l'âge de 104 ans.


Louise Rainer

Avec l'aimable autorisation de Paramount PicturesWikimedia Commons.

Peu de temps après son arrivée à Hollywood en 1935, fuyant la persécution nazie, Luise Rainer a remporté deux Oscars consécutifs sans précédent pour ses rôles dans Le Grand Ziegfeld et La bonne terre. Mais sa carrière hollywoodienne s'est rapidement évaporée lorsque MGM l'a engagée dans des rôles d'épouse obéissante et solidaire, en décalage avec une nouvelle réalité sociale que Rainer elle-même considérait comme Hollywood superficielle et dépourvue d'idées. Elle s'est fortement impliquée dans des causes politiques de gauche et a soutenu l'effort de guerre, tout en jouant occasionnellement des rôles à la télévision. Dans ses années 80, elle est apparue dans son premier grand film en près de 55 ans, suivi d'un autre film en 2003 à l'âge de 93 ans. Luise Rainer est un rappel inspirant qu'il n'est jamais trop tard pour revenir pour le "deuxième acte".

Née à Düsseldorf le 12 janvier 1910 de Heinrich et Emilie Königsberger Rainer, Luise Rainer n'était pas une femme à mâcher ses mots. Sa New York Times La nécrologie de 2014 indiquait comment elle avait jugé indignes les deux films des années 1930 pour lesquels elle avait reçu deux Oscars consécutifs. À l'époque où les studios hollywoodiens possédaient des stars, Rainer s'irritait d'être "l'un des chevaux de l'écurie Louis B. Mayer". Elle a finalement quitté Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), mais pas avant d'avoir eu la chance de dénoncer l'un des hommes les plus puissants d'Hollywood, bien en avance sur son temps dans une hiérarchie masculine difficile. "Monsieur. Mayer, tu ne m'as pas forcée », se souvient Rainer de son défi à l'exécutif lors de son entretien en 2010. "Tu es un vieil homme... Quand j'aurai 40 ans, tu seras mort." Rainer a eu 47 ans avant la mort de Mayer. Au moment où elle est décédée à 104 ans dans sa maison de Londres, elle lui avait survécu près de soixante ans supplémentaires.

Selon une interview de 1983 avec Rainer, son père est venu au Texas en tant qu'orphelin de six ans avant de retourner en Europe en tant qu'homme d'affaires. Sa mère était pianiste de concert. Rainer a grandi avec deux frères. Elle a rappelé plus tard qu'à l'âge de 17 ans, ses parents l'avaient chassée de la maison lorsqu'elle a déclaré son intention de poursuivre une carrière d'actrice.

Comme beaucoup de juifs de la classe moyenne hautement assimilés en Allemagne, Rainer ne s'identifiait pas particulièrement au fait d'être juif, un point qui deviendrait bientôt hors de propos sous l'antisémitisme nazi. Rainer a déclaré en 2004 qu'elle était complètement « inconsciente de ma judaïté jusqu'à l'âge de 23 ans ». En effet, après la fin de son premier mariage avec le dramaturge Clifford Odets en 1940, elle s'est convertie au christianisme et a été baptisée après avoir épousé l'éditeur new-yorkais Robert Knittel (mort en 1989) en 1945. tout religion car elle ne fait que créer conflit!" elle a écrit en apprenant son inclusion dans une encyclopédie des femmes juives. « Voyez le monde d'aujourd'hui. "

Telles étaient les opinions de quelqu'un qui avait été témoin de la dépression économique dévastatrice de l'Allemagne après la Première Guerre mondiale, qui "a regardé le Reichstag brûler en 1933", selon Le New York Times, "et j'ai entendu Hitler à la radio." C'était également le point de vue de quelqu'un profondément engagé dans la politique mondiale, dénonçant la montée du fascisme mondial tout au long des années 1930, prenant soin des réfugiés orphelins de la guerre civile espagnole et aidant les efforts des Alliés pour augmenter les obligations de guerre et divertir les troupes pendant la Seconde Guerre mondiale. .

Rejoignant la compagnie du légendaire metteur en scène Max Reinhardt dans la Vienne des années 1930, Rainer a été acclamée sur la scène et sur les écrans européens au début de la vingtaine. Elle est arrivée à Hollywood en 1935 au milieu d'une vague d'artistes, d'écrivains, de scientifiques et d'autres intellectuels européens fuyant la persécution nazie. En un an, elle avait joué ses rôles les plus marquants face aux plus grandes stars de l'époque : William Powell dans Le Grand Ziegfeld (MGM, 1936) et Paul Muni dans La bonne terre (MGM, 1937). Ses performances lui ont valu des éloges et deux Oscars successifs sans précédent. En tant que membre de la galerie des sommités de la MGM, elle a également contribué à définir la réputation du studio en tant que « Tiffany » des sociétés cinématographiques de l'Amérique de l'ère de la Dépression.

À la fois Le Grand Ziegfeld et La bonne terre, Rainer a joué le rôle d'épouses endurantes, infatigables et fidèles, d'abord du célèbre impresario Florenz Ziegfeld, puis d'un paysan chinois. Les deux performances avaient beaucoup plus de profondeur et de nuances que le studio ne semblait le reconnaître. Bien que la publicité de MGM ait essayé de la modeler dans le prochain Garbo, ses rôles ultérieurs l'ont classée superficiellement comme une épouse obéissante et solidaire, et des personnages mettant en vedette des femmes plus fortes et plus indépendantes lui ont échappé. Alors qu'une succession de rôles indésirables imposés par le studio et son mariage désastreux avec Odets n'ont certainement pas aidé sa carrière, la transformation de Rainer par MGM en un «texte vedette» de la femme souple et souffrante est rapidement apparue en décalage avec une nouvelle réalité sociale. . Alors que l'administration Roosevelt préparait le pays à entrer dans la Seconde Guerre mondiale, l'industrie et le travail étaient sur le point d'introduire des femmes sur le marché du travail en remplacement temporaire de leurs homologues masculins combattant à l'étranger.

Aujourd'hui, l'un des plus grands rôles de Rainer, en tant qu'O-Lan dans La bonne terre, subit également le poids des stéréotypes ethniques condescendants. Aussi convaincantes soient-elles, les performances de Muni et Rainer rappellent inconfortablement que les vrais Asiatiques et autres minorités étaient en grande partie invisibles, vus uniquement à travers les stéréotypes rendus par des acteurs et actrices blancs au visage jaune.

En trois ans, la phase hollywoodienne de Rainer s'était vaporisée presque aussi rapidement que son succès fulgurant avait pris forme. La chroniqueuse influente de potins hollywoodiens Louella Parsons a sournoisement diagnostiqué à Rainer ce qu'elle a appelé la "malédiction des Oscars". De son côté, Rainer considérait Hollywood comme superficiel et largement dépourvu d'idées. Évitant les images glamour de stars féminines diffusées par la publicité en studio, elle avait la réputation de ne pas se maquiller et de s'habiller avec de vieux vêtements confortables. Elle serait même arrivée à la cérémonie des Oscars de 1936 avec plusieurs heures de retard et les cheveux en désordre.

Hors écran, Rainer correspondait difficilement à l'image des héroïnes larmoyantes qu'elle incarnait souvent. Avec Odets, Rainer a rejoint d'autres talents hollywoodiens dans le cadre du Front populaire, une large coalition d'activisme politique de gauche émergeant de Los Angeles dans les années 1930. Elle a été l'un des membres fondateurs (avec Muni, la journaliste Dorothy Parker, la romancière et dramaturge Lillian Hellman, l'actrice Gale Sondergaard et d'autres personnalités hollywoodiennes) du Motion Picture Artists Committee et du Joint Anti-Fascist Refugee Committee, des organisations consacrées à la cause de l'Espagne républicaine contre les forces totalitaires du généralissime Francisco Franco.

With the collapse of the Popular Front by the late 1930s and her divorce from Odets, Rainer increasingly eluded public view. Her last Hollywood film, Hostages (1943), received a lukewarm reception despite its timely depiction of the World War II underground resistance movement. Rainer then nearly vanished from the Hollywood scene. She made infrequent guest appearances on European and American television throughout the 1950s and 1960s, including an episode for the thriller anthology series Suspense (“Torment,” March 30, 1954) and opposite silent film star Ramon Navarro in the World War II series Combat (“Finest Hour,” December 21, 1965), in which she played a sympathetic countess. In 1984, she guest starred in a dual role for an episode of the ABC series The Love Boat.

In later life, Rainer split her time between London and Switzerland. In 1988, she appeared in “A Dancer,” a short film produced for Italian television. That year People Weekly interviewed her for the sixtieth anniversary of the Oscars. Ten years later, she was a featured guest at the seventieth anniversary Academy Award ceremonies.

In 1997, then octogenarian Rainer appeared in her first major film release in nearly fifty-five years. The Gambler, a Hungarian/English “story within a story” that weaves the Dostoyevsky tale of the same name with a story about his writing of it, premiered in Europe and opened in the United States in 1999. One critic described her performance as “radiant one moment, bereft the next, so feverishly animated that you cannot take your eyes off her.” Appearing in yet another film in 2003 at the age of 93, Luise Rainer – whose one hundred and four years defy easy categorization – was an inspiring reminder that it’s never too late to return for the “second act.” Or that you’re never too young to stick it to one of the most powerful men in Hollywood.

Luise Rainer died on December 30, 2014.

Poem – Ich setze den Fuss in die Luft, und sie trug (Poem: I Set My Foot Upon the Air and It Carried Me) (2003).

The Big City/Skyscraper Wilderness (1937).

The Emperor’s Candlesticks (1937).

Heute kommt’s drauf an (1933).

Ja der Himmel über Wien (1930).

Baskette, K. “Know Luise Rainer.” Jeu de photos 48, non. 5 (1935): 44.

Bronner, E. “Luise Rainer.” Films in Review 6, no. 8 (1955): 390.

Ceplair, Larry, and Steven Englund. The Inquisition in Hollywood: Politics in the Film Community, 1930–1960. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, 1983.

Crichton, K. “Girl Who Hates Movies.” Collier’s, May 23, 1936: 36.

Daugherty, F. “Luise Rainer in a New Role.” Christian Science Monitor Magazine, August 24, 1938: 4.

Fletcher, A.W. “The Tempestuous Life Story of Luise Rainer.” Jeu de photos 50, non. 1 (1936): 24, and 50, no. 2 (1936): 74.

Hall, L. “The Romantic Story of Luise Rainer’s Surprise Marriage.” Jeu de photos 51, no. 3 (1937): 50.

Hamilton, S. “What’s Happened to Rainer?” Jeu de photos 52, non. 6 (1938): 22.

“Happy 60th Oscar,” People Weekly (April 11, 1988): 85. Reprinted in Academic Index Database.

Katz, Ephraim. “Luise Rainer.” Katz’s Film Encyclopedia. Reprinted in Microsoft Corp., Cinemania CD-ROM (1996).

Lewis, Kevin. “Luise Rainer: She Did it Her Way.” Movie Maker Magazine 35 (2003).

Littleton, Cynthia. “Luise Rainer 20 Things You Didn’t Know About the Legendary Actress.” Variété (30 Dec. 2014).

“Luise Rainer.” Hollywood Celebrity Biography (2004).

Luther, Claudia. “Luise Rainer Dies at 104 1930s Star Had Meteoric Rise and Fall in Hollywood.” The Los Angeles Times (30 Dec. 2014).

Macatee, Rebecca. “Luise Rainer, First to Win Back-to-Back Acting Oscars, Dies at 105.” Eonline.com (30 Dec. 2014).

McFadden, Robert D. “Luise Rainer Dies at 104 Won Best Actress Oscars for Two Years Running.” Le New York Times (30 Dec. 2014).

Rainer, Luise. Letter to the author. s.d. [2004].

“Thank Offering Shaw’s Saint Joan.” Temps (March 18, 1940): 68.

Thomas, Bob. “The Viennese Vivacity: Actress Sets Sail on TV after 20-Year Absence.” The Atlanta Constitution (24 Nov. 1983).


Luise Rainer: 20 Things You Didn’t Know About the Legendary Actress

When it came to recognizing the horrors of Nazism and fascism, the record shows that Luise Rainer was on the right side of history.

A look at the actress&rsquos mercurial career in the pages of Variété offers ample evidence of her activism and efforts to raise awareness, long before America entered WWII, about the devastation in her native Germany and throughout Europe.

Throughout her up-and-down career in showbiz, Rainer was a vocal supporter of all manner of humanitarian causes, from Chinese orphans to anti-fascist forces in Spain.

At the peak of her Hollywood stardom, Rainer also displayed great affection for pant suits, to the delight of Variété&rsquos &ldquoGals and Gab!&rdquo column, and she doted on her beloved Scottie terrier, Johnny. She was also quite sickly, with many reports of illnesses and hospitalizations delaying production on her various pics.

Here are 20 things you didn&rsquot know about the two-time Oscar winner (the first person to ever win back-to-back statuettes), who died Tuesday at the age of 104.


Luise Rainer German Actress

Luise Rainer was previously married to Robert Knittel (1945 - 1989) , Clifford Odets (1937 - 1940) and Justin Mitchell (1934 - 1938) .

Luise Rainer was in relationships with William Wyler (1936) , Lewis Milestone and Clarence Sinclair Bull.

Luise Rainer had encounters with Erich Maria Remarque and George Gershwin.

Sur

German Actress Luise Rainer was born on 12th January, 1910 in Düsseldorf, North Rhine-Westphalia, Germany and passed away on 30th Dec 2014 London, England, UK aged 104. She is most remembered for Back to back Academy Awards for Best Actress for The Great Ziegfeld (1936) and The Good Earth (1937). Son signe du zodiaque est Capricorne.

Luise Rainer was in an on-screen matchup with Don Ameche in The Love Boat (1977) .

Contribuer

Help us build our profile of Luise Rainer! Connectez-vous pour ajouter des informations, des photos et des relations, participer à des discussions et obtenir un crédit pour vos contributions.

Statistiques des relations

TaperLe totalLe plus longMoyenneLe plus court
Sortir ensemble3 85 years, 4 months 28 years, 5 months -
Marié3 44 years, 11 months 18 years, 2 months 4 years, 4 months
Rencontrer2 - - -
Le total8 85 years, 4 months 17 years, 6 months 4 years, 4 months

Des détails

Prénom Luise
Maiden Name Rainer
Nom complet à la naissance Luise Rainer
Nom alternatif The Viennese Teardrop, The New Garbo
Âge 104 (age at death) years
Anniversaire 12th January, 1910
Lieu de naissance Düsseldorf, North Rhine-Westphalia, Germany
Décédés 30th December, 2014
Lieu du décès London, England, UK
Cause de décès Pneumonie
Enterré Cremated, Ashes given to family or friend
Hauteur 5' 4" (163 cm)
Construire Maigrir
Couleur des yeux Marron - Foncé
Couleur de cheveux Black
Signe du zodiaque Capricorne
Sexualité Droit
Religion Jewish
Ethnicity blanche
Nationalité Allemand
Texte de la profession Actrice
Occupation Actrice
Revendiquer la renommée Back to back Academy Awards for Best Actress for The Great Ziegfeld (1936) and The Good Earth (1937)
Années actives 1926�, 1997, 1926�, 1926�, 1949�, 1965, 1984, 1991, 1996�, 2003, 1926�, 1949�
Sites Officiels www.nndb.com/people/796/000030706/, spartacus-educational.com/USArainer.htm
Père Heinz Rainer
Mère Emmy Koenigsberger Rainer
Family Member Francesca Knittel-Bowyer (daughter)
Friend Katherine Ann Porter, Charlie Chaplin, Erich Von Stroheim, Erich Maria Remarque, Paulette Goddard, Oona Chaplin

Luise Rainer (, 12 January 1910 – 30 December 2014) was a German-American-British film actress. She was the first thespian to win multiple Academy Awards and the first to win back-to-back at the time of her death, thirteen days shy of her 105th birthday, she was the longest-lived Oscar recipient, a superlative that had not been exceeded as of 2021.


Actress Luise Rainer, 1930s back-to-back Oscar winner, dies

Luise Rainer, the German-born actress who made cinema history by winning back-to-back Oscars as best actress for the 1936 musical “The Great Ziegfeld” and the 1937 drama “The Good Earth” during a brief, stormy Hollywood career, died on Tuesday at age 104.

Rainer, a former star of the Vienna stage who had been the oldest living actor to have won an Academy Award, died of pneumonia in London, her daughter said.

“She was an extraordinary woman who will undoubtedly leave an indelible print on the industry,” her daughter Francesca Bowyer told Reuters. “She was a legend, she was my legend.”

Rainer enjoyed a meteoric rise in Hollywood followed by an equally dramatic fall after she clashed with imperious Metro-Goldwyn-Mayer studio boss Louis B. Mayer over his iron-fisted control over her career.

After being assigned a succession of parts she did not like and being denied ones she wanted, Rainer contentiously parted ways with MGM, leaving Hollywood in 1938. She returned only briefly in 1943 to make a film for rival studio Paramount.

In a 1999 interview with the New York Times, Rainer recalled Mayer's parting threat: “We made you and we can kill you.” She said she retorted: “Mr. Mayer, you didn't make me. God made me.”

Rainer had an unhappy three-year marriage to playwright Clifford Odets, ending in 1940. When she became friends with Albert Einstein, Odets was said to have become so jealous that he used scissors to shred a photograph of the scientist.

Rainer wed British publishing executive Robert Knittel in 1945 and lived with him in London and Switzerland until his death in 1989. She lived alone in London afterward, with her two Oscars on a bookshelf in her study.

The statuette for “The Great Ziegfeld,” in which she starred with William Powell and Myrna Loy, was the original. The one for “The Good Earth” was a replacement. She told the Telegraph in 2009 she gave that original to the workers who moved her from Switzerland to London after Knittel's death.

“I used it as a doorstop,” Rainer said. “And it was bent.”

Katharine Hepburn is the only other woman to win the best actress Oscar in consecutive years, for “Guess Who's Coming to Dinner” (1967) and “The Lion in Winter” (1968).

Rainer was born on Jan. 12, 1910, in Dusseldorf. She earned early success as a stage actress in Vienna, a protege of theatrical director Max Reinhardt, before dabbling in films. The rise of the Nazis in the early 1930s prompted Rainer, the daughter of a prosperous Jewish businessman who was an American citizen, to move to the United States.

Rainer was an accomplished stage and screen actress when an MGM talent scout spotted her and told Mayer she would become “the next Garbo,” referring to incandescent Swedish film superstar Greta Garbo, who was five years older than her.

Rainer replaced Loy opposite Powell in her first Hollywood film, “Escapade” (1935), then was cast again with Powell in the musical “The Great Ziegfeld,” delivering an Oscar-winning performance as Ziegfeld's first wife.

For the epic film adaptation of the Pearl S. Buck novel “The Good Earth,” Irving Thalberg, MGM's production chief, had wanted to cast Chinese-American actress Anna May Wong opposite Paul Muni, a white actor playing a Chinese farmer. But Thalberg was blocked from doing so because of Hollywood's ban at the time on on-screen interracial relationships.

Rainer got the role – over Mayer's opposition – of the long-suffering Chinese peasant wife, and won her second straight Oscar. That made Rainer the first actress to win multiple Academy Awards.

But things were souring at MGM, and she lamented that she was treated as merely a “tool in a big mechanical factory.”

She appeared again with Powell in “The Emperor's Candlesticks” (1937), with Spencer Tracy in “Big City” (1937), with Melvyn Douglas in “The Toy Wife” (1938), and headed an ensemble cast in “Dramatic School” (1938). She starred as the wife of composer Johann Strauss in “The Great Waltz” (1938) before turning her back on Hollywood.

She returned to cinema at the age of 86 after an absence of more than half a century in the 1997 European film “The Gambler.”


Luise Rainer: 20 Things You Didn’t Know About the Legendary Actress

When it came to recognizing the horrors of Nazism and fascism, the record shows that Luise Rainer was on the right side of history.

A look at the actress&rsquos mercurial career in the pages of Variété offers ample evidence of her activism and efforts to raise awareness, long before America entered WWII, about the devastation in her native Germany and throughout Europe.

Throughout her up-and-down career in showbiz, Rainer was a vocal supporter of all manner of humanitarian causes, from Chinese orphans to anti-fascist forces in Spain.

At the peak of her Hollywood stardom, Rainer also displayed great affection for pant suits, to the delight of Variété&rsquos &ldquoGals and Gab!&rdquo column, and she doted on her beloved Scottie terrier, Johnny. She was also quite sickly, with many reports of illnesses and hospitalizations delaying production on her various pics.

Here are 20 things you didn&rsquot know about the two-time Oscar winner (the first person to ever win back-to-back statuettes), who died Tuesday at the age of 104.


Actress Luise Rainer, 1930s back-to-back Oscar winner, dies

(Reuters) - Luise Rainer, the German-born actress who made cinema history by winning back-to-back Oscars as best actress for the 1936 musical “The Great Ziegfeld” and the 1937 drama “The Good Earth” during a brief, stormy Hollywood career, died on Tuesday at age 104.

Rainer, a former star of the Vienna stage who had been the oldest living actor to have won an Academy Award, died of pneumonia in London, her daughter said.

“She was an extraordinary woman who will undoubtedly leave an indelible print on the industry,” her daughter Francesca Bowyer told Reuters. “She was a legend, she was my legend.”

Rainer enjoyed a meteoric rise in Hollywood followed by an equally dramatic fall after she clashed with imperious Metro-Goldwyn-Mayer studio boss Louis B. Mayer over his iron-fisted control over her career.

After being assigned a succession of parts she did not like and being denied ones she wanted, Rainer contentiously parted ways with MGM, leaving Hollywood in 1938. She returned only briefly in 1943 to make a film for rival studio Paramount.

In a 1999 interview with the New York Times, Rainer recalled Mayer’s parting threat: “We made you and we can kill you.” She said she retorted: “Mr. Mayer, you didn’t make me. God made me.”

Rainer had an unhappy three-year marriage to playwright Clifford Odets, ending in 1940. When she became friends with Albert Einstein, Odets was said to have become so jealous that he used scissors to shred a photograph of the scientist.

Rainer wed British publishing executive Robert Knittel in 1945 and lived with him in London and Switzerland until his death in 1989. She lived alone in London afterward, with her two Oscars on a bookshelf in her study.

The statuette for “The Great Ziegfeld,” in which she starred with William Powell and Myrna Loy, was the original. The one for “The Good Earth” was a replacement. She told the Telegraph in 2009 she gave that original to the workers who moved her from Switzerland to London after Knittel’s death.

“I used it as a doorstop,” Rainer said. “And it was bent.”

Katharine Hepburn is the only other woman to win the best actress Oscar in consecutive years, for “Guess Who’s Coming to Dinner” (1967) and “The Lion in Winter” (1968).

Rainer was born on Jan. 12, 1910, in Dusseldorf. She earned early success as a stage actress in Vienna, a protege of theatrical director Max Reinhardt, before dabbling in films. The rise of the Nazis in the early 1930s prompted Rainer, the daughter of a prosperous Jewish businessman who was an American citizen, to move to the United States.

Rainer was an accomplished stage and screen actress when an MGM talent scout spotted her and told Mayer she would become “the next Garbo,” referring to incandescent Swedish film superstar Greta Garbo, who was five years older than her.

Rainer replaced Loy opposite Powell in her first Hollywood film, “Escapade” (1935), then was cast again with Powell in the musical “The Great Ziegfeld,” delivering an Oscar-winning performance as Ziegfeld’s first wife.

For the epic film adaptation of the Pearl S. Buck novel “The Good Earth,” Irving Thalberg, MGM’s production chief, had wanted to cast Chinese-American actress Anna May Wong opposite Paul Muni, a white actor playing a Chinese farmer. But Thalberg was blocked from doing so because of Hollywood’s ban at the time on on-screen interracial relationships.

Rainer got the role - over Mayer’s opposition - of the long-suffering Chinese peasant wife, and won her second straight Oscar. That made Rainer the first actress to win multiple Academy Awards.

But things were souring at MGM, and she lamented that she was treated as merely a “tool in a big mechanical factory.”

She appeared again with Powell in “The Emperor’s Candlesticks” (1937), with Spencer Tracy in “Big City” (1937), with Melvyn Douglas in “The Toy Wife” (1938), and headed an ensemble cast in “Dramatic School” (1938). She starred as the wife of composer Johann Strauss in “The Great Waltz” (1938) before turning her back on Hollywood.

She returned to cinema at the age of 86 after an absence of more than half a century in the 1997 European film “The Gambler.”

Reporting and writing by Will Dunham in Washington Additional reporting by Madeline Chambers in Berlin and Will James in London editing by Bill Trott and Matthew Lewis


Voir la vidéo: Bette Davis Talks About Her Acting Career on The Tonight Show Starring Johnny Carson