L'homme qui a survécu à deux bombes atomiques

L'homme qui a survécu à deux bombes atomiques


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Tsutomu Yamaguchi se préparait à quitter Hiroshima lorsque la bombe atomique est tombée. L'ingénieur naval de 29 ans était en voyage d'affaires de trois mois pour son employeur, Mitsubishi Heavy Industries, et le 6 août 1945 était censé être son dernier jour dans la ville. Lui et ses collègues avaient passé l'été à travailler de longues heures sur la conception d'un nouveau pétrolier, et il avait hâte de rentrer enfin chez lui auprès de sa femme, Hisako, et de leur fils en bas âge, Katsutoshi.

Vers 8h15 ce matin-là, Yamaguchi se dirigeait une dernière fois vers le chantier naval de Mitsubishi lorsqu'il a entendu le bourdonnement d'un avion au-dessus de lui. En regardant vers le ciel, il a vu un bombardier américain B-29 survoler la ville et larguer un petit objet relié à un parachute. Soudainement, le ciel a éclaté dans un éclat de lumière, que Yamaguchi a décrit plus tard comme ressemblant à "l'éclair d'une énorme fusée de magnésium". Il eut juste le temps de plonger dans un fossé avant qu'un boum à fendre les oreilles ne retentisse. L'onde de choc qui l'accompagnait a aspiré Yamaguchi du sol, l'a fait tourner dans les airs comme une tornade et l'a envoyé se précipiter dans un champ de pommes de terre à proximité. Il était à moins de trois kilomètres du point zéro.

"Je ne savais pas ce qui s'était passé", a-t-il déclaré plus tard au journal britannique Les temps. «Je pense que je me suis évanoui pendant un moment. Quand j'ai ouvert les yeux, tout était sombre et je ne voyais pas grand-chose. C'était comme le début d'un film au cinéma, avant que l'image ne commence lorsque les images vierges clignotent sans aucun son. L'explosion atomique avait soulevé suffisamment de poussière et de débris pour presque masquer le soleil du matin. Yamaguchi était entouré de torrents de cendres qui tombaient, et il pouvait voir un nuage de feu s'élever dans le ciel au-dessus d'Hiroshima. Son visage et ses avant-bras avaient été gravement brûlés et ses deux tympans étaient rompus.

PHOTOS : Hiroshima et Nagasaki, avant et après les bombes

Yamaguchi erra dans un état second vers ce qui restait du chantier naval Mitsubishi. Là, il a trouvé ses collègues Akira Iwanaga et Kuniyoshi Sato, qui avaient tous deux survécu à l'explosion. Après avoir passé une nuit agitée dans un abri antiaérien, les hommes se sont réveillés le 7 août et se sont dirigés vers la gare, dont ils avaient entendu dire qu'elle fonctionnait toujours. Le voyage les a emmenés à travers un paysage cauchemardesque d'incendies toujours vacillants, de bâtiments brisés et de cadavres carbonisés et fondus bordant les rues. De nombreux ponts de la ville avaient été transformés en épaves tordues, et lors d'une traversée de rivière, Yamaguchi a été forcé de nager à travers une couche de cadavres flottants. En arrivant à la gare, il est monté à bord d'un train plein de passagers brûlés et abasourdis et s'est installé pour le trajet de nuit jusqu'à sa ville natale de Nagasaki.

Alors que Yamaguchi retournait vers sa femme et son enfant, le monde entier tournait son attention vers Hiroshima. Seize heures après l'explosion, le président Harry Truman a prononcé un discours révélant pour la première fois l'existence de la bombe atomique. "C'est une exploitation de la puissance fondamentale de l'univers", a-t-il déclaré. « La force dont le soleil tire son pouvoir a été lâchée contre ceux qui ont amené la guerre en Extrême-Orient. » Un bombardier B-29 appelé "Enola Gay" avait décollé de l'île de Tinian dans le Pacifique et parcouru quelque 1 500 milles avant de faire exploser une bombe connue sous le nom de "Little Boy" dans le ciel d'Hiroshima. L'explosion avait immédiatement tué quelque 80 000 personnes, et des dizaines de milliers d'autres périraient dans les semaines qui ont suivi. Truman a averti dans sa déclaration que si le Japon ne se rendait pas, il pourrait s'attendre à « une pluie de ruine dans l'air, comme on n'en a jamais vu sur cette terre ».

Yamaguchi est arrivé à Nagasaki tôt le matin du 8 août et s'est rendu à l'hôpital en boitant. Le médecin qui l'a soigné était un ancien camarade de classe, mais les brûlures noircies sur les mains et le visage de Yamaguchi étaient si graves que l'homme ne l'a pas reconnu au début. Sa famille non plus. Lorsqu'il rentra chez lui par la suite, fiévreux et emmailloté de bandages, sa mère l'accusa d'être un fantôme.

Bien qu'il soit au bord de l'effondrement, Yamaguchi s'est traîné hors du lit le matin du 9 août et s'est présenté au bureau de Mitsubishi à Nagasaki. Vers 11 heures du matin, il s'est retrouvé en réunion avec un chef d'entreprise qui a exigé un rapport complet sur Hiroshima. L'ingénieur raconta les événements épars du 6 août — la lumière aveuglante, le boum assourdissant — mais son supérieur l'accusa d'être fou. Comment une seule bombe peut-elle détruire une ville entière ? Yamaguchi essayait de s'expliquer quand le paysage extérieur a soudainement explosé avec un autre éclair blanc irisé. Yamaguchi est tombé au sol quelques secondes avant que l'onde de choc ne brise les fenêtres du bureau et n'envoie du verre brisé et des débris dans la pièce. "Je pensais que le champignon atomique m'avait suivi depuis Hiroshima", a-t-il déclaré plus tard au journal. L'indépendant.

LIRE LA SUITE : Hiroshima, puis Nagasaki : pourquoi les États-Unis ont déployé la deuxième bombe atomique

La bombe atomique qui a frappé Nagasaki était encore plus puissante que celle larguée sur Hiroshima, mais comme Yamaguchi l'apprendra plus tard, le paysage vallonné de la ville et une cage d'escalier renforcée s'étaient combinés pour étouffer l'explosion à l'intérieur du bureau. Ses bandages ont été arrachés et il a été touché par une nouvelle vague de radiations cancérigènes, mais il est sorti relativement indemne. Pour la deuxième fois en trois jours, il avait eu la malchance de se trouver à moins de trois kilomètres d'une explosion nucléaire. Pour la deuxième fois, il avait eu la chance de survivre.

Après s'être enfui du squelette du bâtiment Mitsubishi, Yamaguchi s'est précipité à travers un Nagasaki ravagé par les bombes pour vérifier si sa femme et son fils allaient bien. Il a craint le pire lorsqu'il a vu qu'une partie de sa maison avait été réduite en ruines, mais il a vite découvert que les deux n'avaient subi que des blessures superficielles. Sa femme était partie à la recherche d'onguent pour brûlures pour son mari, et lorsque l'explosion s'est produite, elle et le bébé s'étaient réfugiés dans un tunnel. C'était encore un autre étrange coup du sort. Si Yamaguchi n'avait pas été blessé à Hiroshima, sa famille aurait pu être tuée à Nagasaki.

LIRE LA SUITE: Harry Truman et Hiroshima: à l'intérieur de sa veille à la bombe A

Dans les jours qui ont suivi, la double dose de radiation de Yamaguchi a fait des ravages. Ses cheveux sont tombés, les blessures sur ses bras sont devenues gangrenées et il a commencé à vomir sans cesse. Il languissait toujours dans un abri antiaérien avec sa famille le 15 août, lorsque l'empereur japonais Hirohito a annoncé la capitulation du pays dans une émission de radio. "Je n'avais aucun sentiment à ce sujet", a déclaré plus tard Yamaguchi au Times. « Je n'étais ni désolé ni content. J'étais gravement malade avec de la fièvre, je ne mangeais presque rien, je buvais à peine. Je pensais que j'allais passer de l'autre côté.

Pourtant, contrairement à tant de victimes d'exposition aux rayonnements, Yamaguchi s'est lentement rétabli et a continué à mener une vie relativement normale. Il a servi comme traducteur pour les forces armées américaines pendant leur occupation du Japon, et a ensuite enseigné à l'école avant de reprendre sa carrière d'ingénieur chez Mitsubishi. Lui et sa femme ont même eu deux autres enfants dans les années 1950, toutes deux des filles. Yamaguchi a traité les souvenirs horribles d'Hiroshima et de Nagasaki en écrivant de la poésie, mais il a évité de discuter de ses expériences publiquement jusqu'aux années 2000, lorsqu'il a publié un mémoire et est devenu membre du mouvement des armes anti-atomiques. Il s'est ensuite rendu à New York en 2006 et a parlé du désarmement nucléaire devant les Nations Unies. "Ayant vécu deux fois des bombardements atomiques et survécu, c'est mon destin d'en parler", a-t-il déclaré dans son discours.

Tsutomu Yamaguchi n'était pas la seule personne à avoir subi deux explosions atomiques. Ses collègues Akira Iwanaga et Kuniyoshi Sato étaient également à Nagasaki lorsque la deuxième bombe est tombée, tout comme Shigeyoshi Morimoto, un fabricant de cerfs-volants qui avait miraculeusement survécu à Hiroshima alors qu'il n'était qu'à 800 mètres du point zéro. Au total, quelque 165 personnes ont peut-être subi les deux attaques, mais Yamaguchi était la seule personne officiellement reconnue par le gouvernement japonais en tant que « nijyuu hibakusha » ou « personne bombardée deux fois ». Il a finalement remporté la distinction en 2009, un an seulement avant de mourir à l'âge de 93 ans.

LIRE LA SUITE: "Le père de la bombe atomique" a été mis sur liste noire pour s'être opposé à la bombe H


Yamaguchi « chanceux » : l'homme qui a survécu aux bombes atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki

Les bombes atomiques n'ont explosé dans une destruction chaotique que deux fois dans l'histoire : d'abord le 6 août 1945 à Hiroshima et de nouveau le 9 août de la même année à Nagasaki. Lorsque les États-Unis ont lâché ces deux bombes sur les villes japonaises, la communauté internationale a vu une destruction sans précédent. Plus de 100 000 civils sont morts à la suite des explosions, et bien d'autres sont tombés malades ou sont morts dans les semaines, les mois et les années qui ont suivi. Pourtant, l'héritage peut-être le plus surprenant de ces deux bombes atomiques est que les deux ont raté un homme. Tsutomu Yamaguchi était présent à la fois à Hiroshima et à Nagasaki lorsque les armes nucléaires ont explosé, mais a survécu d'une manière ou d'une autre. Cet homme miraculeux, qui a gagné le surnom de « Lucky », a vécu une longue vie en tant que seul citoyen japonais reconnu comme un survivant des deux terrifiantes explosions.


L'homme qui a survécu à deux explosions de bombes atomiques

Tsutomu Yamaguchi n'a pas survécu à une seule, mais aux deux bombes atomiques larguées par les États-Unis sur les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki en août 1945. Yamaguchi a officiellement obtenu le statut de &ldquohibakusha&rdquo (&ldquoatomic bomb victim») par le gouvernement japonais en 1957, le reconnaissant officiellement comme un survivant du bombardement de Nagasaki. En janvier 2009, Yamaguchi a demandé le statut de &ldquonijá¿¡ hibakusha&rdquo (&ldquodouble victime de bombe atomique&rdquo), et en mars 2009, est devenu le seul double survivant officiellement reconnu des deux bombardements atomiques.

Tsutomu Yamaguchi est né le 16 mars 1916 à Nagasaki. Il a rejoint Mitsubishi Heavy Industries dans les années 1930, où il a travaillé comme dessinateur. Le matin du 6 août 1945, Yamaguchi et deux de ses collègues de travail, Akira Iwanaga et Kuniyoshi Sato s'apprêtaient à quitter Hiroshima, où ils travaillaient depuis trois mois, à la conception d'un pétrolier. Tout d'abord, ils devaient se rendre au chantier naval de Mitsubishi, avant de prendre le train d'Hiroshima à Nagasaki. Dans le bus, Yamaguchi s'est rendu compte qu'il avait oublié son permis de voyage dans son dortoir, alors il est descendu et est retourné le récupérer. Il a repris le bus suivant et a ensuite commencé à marcher le reste de son voyage jusqu'au chantier naval.

Au-dessus de lui, il entendit le bruit d'un seul avion dans le ciel. C'était un bombardier américain B-29, le &ldquoEnola Gay,&rdquo du nom de son pilote, le colonel Paul Tibbets, mère. Il leva les yeux et vit l'avion lâcher deux parachutes. Il y a eu un flash intense et l'entraînement au raid aéronaval de Yamaguchi a immédiatement commencé. Il a plongé au sol et a roulé dans un fossé d'irrigation, avant de verrouiller ses doigts sur ses yeux et de se boucher les oreilles avec ses pouces. Quelques secondes plus tard, la bombe atomique à l'uranium de 13 kilotonnes, "Little Boy", a explosé. La force de l'onde de choc a envoyé Yamaguchi tourbillonner dans les airs avant de s'écraser au sol dans un champ de pommes de terre.

médecin australien

Yamaguchi était à moins de trois kilomètres de l'épicentre de l'explosion. Lorsqu'il reprit connaissance, il put voir « une colonne de feu qui s'était multipliée », s'élevant très haut dans le ciel. Même si c'était le matin, les cendres et la fumée des incendies qui faisaient rage assombrissaient le ciel. Étourdi, Yamaguchi a trouvé un abri antiaérien creusé à deux cents mètres et s'est réfugié aux côtés de deux étudiants qui s'y abritaient. Ils lui ont signalé ses blessures et Yamaguchi s'est seulement rendu compte que son visage et ses bras avaient été gravement brûlés et que ses deux tympans avaient été rompus par l'explosion.

Yamaguchi y est resté quelques heures, se remettant du choc et du traumatisme qu'il avait subis, avant de partir pour le chantier naval de Mitsubishi, où il a rencontré ses collègues, Iwanga et Sato. Tous trois décidèrent de traverser la ville et de regagner leur dortoir. En chemin, ils ont rencontré la dévastation totale des conséquences de l'explosion nucléaire.

Des bâtiments incendiés et des corps calcinés bordaient les rues. Yamaguchi s'est rappelé avoir vu des enfants mourants, les cheveux brûlés, complètement nus, ne pleurant pas mais allongés en silence, le long des rues. Le seul bruit dont il se souvenait était celui de la ville en feu. À un moment donné, Yamaguchi, Iwanga et Sato ont dû traverser une rivière qui regorgeait de cadavres. C'était comme l'Enfer sur Terre. Ils ont constaté que leur dortoir avait été détruit par l'explosion et s'étaient donc installés pour la nuit dans un abri antiaérien, avant de prendre le train pour Nagasaki.


DES ANNÉES PLUS TARD:

Yamaguchi deviendra plus tard un porte-parole contre la guerre nucléaire.

Tsutomu Yamaguchi : « Je ne comprends pas pourquoi le monde ne peut pas comprendre l'agonie des bombes nucléaires. Comment peuvent-ils continuer à développer ces armes ?

Référence : Wikipédia

En 2009, Tsutomu Yamaguchi est officiellement devenu la seule personne reconnue par le gouvernement japonais comme un survivant des deux bombardements.

Bien qu'il y ait notamment plus de 70 autres personnes qui ont survécu aux deux bombardements, Yamaguchi était le seul survivant officiellement reconnu.

Au 4 janvier 2010, il est mort de cancer de l'estomac. On ne sait pas si le cancer de l'estomac était dû aux incidents de 1945.

En 2010, le BBC s'est aventuré dans humour noir en mettant en vedette Yamaguchi dans un épisode comique, le qualifiant de "l'homme le plus malchanceux du monde".


L'homme qui a survécu à deux bombes atomiques - HISTOIRE

Tsutomu Yamaguchi est mort d'un cancer de l'estomac. La partie cancer n'est peut-être pas surprenante étant donné que Yamaguchi est actuellement la seule personne officiellement reconnue par le gouvernement japonais comme ayant vécu les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki. (Remarque : il y en avait en fait plus d'une centaine d'autres également, peut-être jusqu'à 165, ils n'ont tout simplement jamais été officiellement reconnus par le gouvernement japonais à ce jour.) Ce qui est surprenant, compte tenu de cette histoire, c'est que Yamaguchi a évité la maladie. depuis si longtemps, ne décédant que le 4 janvier 2010, à l'âge de 93 ans.

À l'âge de 29 ans, Yamaguchi rentrait chez lui d'un voyage d'affaires de trois mois à Hiroshima le 6 août 1945. À l'époque, il était ingénieur pour Mitsubishi Heavy Industries, plus précisément en tant que concepteur de pétroliers. Alors qu'il se rendait à la gare pour rentrer chez lui à Nagasaki, il a remarqué qu'il avait oublié son permis de voyage et est retourné le chercher pendant que ses collègues, Akira Iwanaga et Kuniyoshi Sato, continuaient.

Il a récupéré son laissez-passer et était sur le chemin du retour à la gare quand, à 8h15, il a vu un bombardier survoler la ville et «deux petits parachutes», puis une ruée de lumière aveuglante, de son, de vent, et la chaleur le jeta au sol. M. Yamaguchi a eu la malchance d'être à environ 3 km d'une explosion nucléaire. Les effets immédiats de cela ont été la rupture de ses tympans, une cécité temporaire et des brûlures sur une grande partie du haut de son corps.

Après sa désorientation initiale, et malgré ses blessures, Tsutomu a réussi à se frayer un chemin jusqu'à un abri anti-aérien où il a retrouvé ses deux collègues qui avaient également survécu à l'explosion. Il a passé la nuit à l'abri et le matin, lui et ses collègues sont retournés à Nagasaki en train comme prévu initialement. À son arrivée, il a reçu des pansements d'un hôpital local et s'est même senti assez bien pour se présenter au travail le 9 août, à peine 3 jours plus tard (Maintenant, j'ai un peu envie de prendre une semaine complète de congé pendant que J'avais la grippe.)

Bien sûr, Yamaguchi a dû expliquer ses brûlures à ses collègues. Son patron était incrédule quant à son affirmation selon laquelle il s'agissait d'une seule explosion qui a détruit une grande partie d'Hiroshima. « Vous êtes un ingénieur », a-t-il dit à Tsutomu, « calculez-le… comment une bombe pourrait-elle détruire une ville entière ? » Le patron a parlé trop tôt. Selon Yamaguchi, au cours de cette conversation, les sirènes de raid aérien se sont déclenchées puis, une fois de plus, il a vu une lumière blanche aveuglante. Il s'est laissé tomber sur le sol dès qu'il s'est familiarisé avec la perceuse. Yamaguchi a déclaré : « Je pensais que le champignon atomique m'avait suivi depuis Hiroshima. »

Les deux bombes ont explosé près des centres-villes et les deux, assez intéressant, se trouvaient à environ 3 kilomètres de la position de Tsutomu à l'époque. Bien que cette explosion soit légèrement plus puissante que celle d'Hiroshima (21 kilotonnes contre 16 kilotonnes à Hiroshima), grâce au terrain accidenté de la ville et au fait que de nombreuses parties de la ville étaient divisées par l'eau, ce qui a empêché le feu de grande ampleur dommages qui se sont produits à Hiroshima, il n'y avait presque pas le montant global des dommages à l'infrastructure. Yamaguchi lui-même n'a subi aucune blessure immédiate à la suite de cette deuxième explosion, bien qu'il ait bien sûr été exposé à une autre dose élevée de rayonnement ionisant et que les fournitures médicales pour traiter ses brûlures existantes soient désormais rares.

Fait intéressant, Yamaguchi n'a presque pas eu à traverser cette épreuve deux fois. Nagasaki n'était pas la cible initiale de la deuxième bombe nucléaire, c'était la ville de Kokura. Cependant, grâce à un nuage recouvrant Kokura lorsque le bombardier est arrivé, ils ont dû se dérouter vers une cible secondaire, Nagasaki, car la mission stipulait qu'ils ne devaient pas larguer la bombe à moins d'avoir un visuel de la cible. Lorsque le bombardier est arrivé à Nagasaki, ils ont également trouvé une couverture nuageuse importante, mais comme ils manquaient de carburant, il n'a pas été possible de se dérouter vers une autre cible, ils ont donc tout de même effectué leur course, malgré leurs ordres. Lorsqu'ils se sont approchés, juste avant de lâcher, ils ont eu un bref visuel pour confirmer leur emplacement avant de larguer la bombe. S'ils avaient eu plus de carburant ou s'il n'y avait pas eu de couverture nuageuse sur Kokura, Yamaguchi et une partie non négligeable de la population japonaise auraient vu leur vie radicalement changée, certains pour le meilleur et d'autres pour le pire.

Étonnamment, contrairement à tant d'autres qui n'ont subi qu'une seule des explosions, Yamaguchi a continué à vivre une vie longue et productive avec le seul problème de santé physique permanent majeur à la suite des bombardements étant la perte d'audition dans son oreille gauche, bien que les brûlures ont mis du temps à cicatriser, il a temporairement perdu tous ses cheveux et il a subi de nombreux traumatismes psychologiques, comme on pouvait s'y attendre. Lui et sa femme, Hisako, ont même eu des enfants, qui se sont tous avérés en parfaite santé, ce qui du moins à l'époque, pas tellement aujourd'hui, était considéré comme un miracle étant donné que les deux parents avaient été exposés à une telle niveaux de rayonnement ionisant.

La femme de Yamaguchi a vécu jusqu'à 88 ans, mourant d'un cancer du rein et du foie. Yamaguchi lui-même a vécu jusqu'à l'âge vénérable de 93 ans et pendant la majeure partie de sa vie, il a peu mentionné le fait qu'il avait été présent aux deux attentats à la bombe. Il vient d'abord de s'inscrire en tant que survivant de Nagasaki. Selon l'une de ses filles, son raisonnement pour minimiser cela, et ne pas s'inscrire également en tant que survivant d'Hiroshima, était sa santé robuste pendant la majeure partie de sa vie. Il a estimé que ce serait irrespectueux envers les milliers de personnes qui n'avaient pas cette chance, en termes de santé.

Une fois dans ses 80 ans, il a changé de position, rompant son silence sur la question et demandant officiellement la reconnaissance en tant que survivant des deux explosions, qui a été accordée par le gouvernement japonais en 2009, peu de temps avant sa mort. Il a ensuite consacré le reste de sa vie à faire campagne pour le désarmement des armes nucléaires de toutes les nations. Il a même écrit un livre décrivant son expérience, qui comprenait de nombreux poèmes qu'il a écrits sur l'événement (Raft of Corpses).

Malgré tout, Yamaguchi s'estimait chanceux. Comme il l'a dit peu de temps avant sa mort, "J'aurais pu mourir l'un ou l'autre de ces jours. Tout ce qui suit est un bonus.”

Si vous avez aimé cet article, vous pourriez également profiter de notre nouveau podcast populaire, The BrainFood Show (iTunes, Spotify, Google Play Music, Feed), ainsi que :


L'homme qui a survécu à deux bombes atomiques

Quelque 260 000 personnes ont survécu aux attaques à la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki pendant la Seconde Guerre mondiale, mais l'ingénieur japonais Tsutomu Yamaguchi a été l'un des rares à avoir enduré l'horreur des deux explosions et vécu jusqu'au bout.

Tsutomu Yamaguchi se préparait à quitter Hiroshima lorsque la bombe atomique est tombée. L'ingénieur naval de 29 ans était en voyage d'affaires de trois mois pour son employeur, Mitsubishi Heavy Industries, et le 6 août 1945 était censé être son dernier jour dans la ville. Lui et ses collègues avaient passé l'été à travailler de longues heures sur la conception d'un nouveau pétrolier, et il avait hâte de rentrer enfin chez lui auprès de sa femme, Hisako, et de leur fils en bas âge, Katsutoshi.

Tsutomu Yamaguchi (Crédit : Jemal Countess/WireImage)

Vers 8h15 ce matin-là, Yamaguchi se dirigeait une dernière fois vers le chantier naval de Mitsubishi lorsqu'il a entendu le bourdonnement d'un avion au-dessus de lui. En regardant vers le ciel, il a vu un bombardier américain B-29 survoler la ville et larguer un petit objet relié à un parachute. Soudainement, le ciel a éclaté dans un éclat de lumière, que Yamaguchi a décrit plus tard comme ressemblant à "l'éclair d'une énorme fusée de magnésium". Il eut juste le temps de plonger dans un fossé avant qu'un détonant à couper le souffle ne retentisse. L'onde de choc qui l'accompagnait a aspiré Yamaguchi du sol, l'a fait tournoyer dans les airs comme une tornade et l'a envoyé se précipiter dans un champ de pommes de terre à proximité. Il était à moins de trois kilomètres du point zéro.

"Je ne savais pas ce qui s'était passé", a-t-il déclaré plus tard au journal britannique Les temps. «Je pense que je me suis évanoui pendant un moment. Quand j'ai ouvert les yeux, tout était sombre et je ne voyais pas grand-chose. C'était comme le début d'un film au cinéma, avant que l'image ne commence lorsque les images vierges clignotent sans aucun son. L'explosion atomique avait soulevé suffisamment de poussière et de débris pour presque masquer le soleil du matin. Yamaguchi était entouré de torrents de cendres qui tombaient, et il pouvait voir un nuage de feu s'élever dans le ciel au-dessus d'Hiroshima. Son visage et ses avant-bras avaient été gravement brûlés et ses deux tympans étaient rompus.

La Chambre de commerce et d'industrie d'Hiroshima était le seul bâtiment à peu près proche du centre de l'explosion de la bombe atomique du 6 août 1945. Il n'a pas été réparé en souvenir de l'événement.

Yamaguchi a erré dans un état second vers ce qui restait du chantier naval Mitsubishi. Là, il a trouvé ses collègues Akira Iwanaga et Kuniyoshi Sato, qui avaient tous deux survécu à l'explosion. Après avoir passé une nuit agitée dans un abri antiaérien, les hommes se sont réveillés le 7 août et se sont dirigés vers la gare, dont ils avaient entendu dire qu'elle fonctionnait toujours. Le voyage les a emmenés à travers un paysage cauchemardesque d'incendies toujours vacillants, de bâtiments brisés et de cadavres carbonisés et fondus bordant les rues. De nombreux ponts de la ville avaient été transformés en épaves tordues, et lors d'une traversée de rivière, Yamaguchi a été forcé de nager à travers une couche de cadavres flottants. En arrivant à la gare, il est monté à bord d'un train plein de passagers brûlés et abasourdis et s'est installé pour le trajet de nuit jusqu'à sa ville natale de Nagasaki.

Alors que Yamaguchi retournait vers sa femme et son enfant, le monde entier tournait son attention vers Hiroshima. Seize heures après l'explosion, le président Harry Truman a prononcé un discours révélant pour la première fois l'existence de la bombe atomique. "C'est une exploitation de la puissance fondamentale de l'univers", a-t-il déclaré. « La force dont le soleil tire son pouvoir a été lâchée contre ceux qui ont amené la guerre en Extrême-Orient. » Un bombardier B-29 appelé « Enola Gay » avait décollé de l'île de Tinian dans le Pacifique et parcouru environ 1 500 milles avant de faire exploser une bombe connue sous le nom de « Little Boy » dans le ciel d'Hiroshima. L'explosion avait immédiatement tué quelque 80 000 personnes, et des dizaines de milliers d'autres périraient dans les semaines qui ont suivi. Truman a averti dans sa déclaration que si le Japon ne se rendait pas, il pourrait s'attendre à « une pluie de ruine dans l'air, comme on n'en a jamais vu sur cette terre ».


Yamaguchi est arrivé à Nagasaki tôt le matin du 8 août et s'est rendu à l'hôpital en boitant. Le médecin qui l'a soigné était un ancien camarade de classe, mais les brûlures noircies sur les mains et le visage de Yamaguchi étaient si graves que l'homme ne l'a pas reconnu au début. Sa famille non plus. Quand il est rentré chez lui par la suite, fiévreux et emmailloté de bandages, sa mère l'a accusé d'être un fantôme

Bien qu'il soit au bord de l'effondrement, Yamaguchi s'est traîné hors du lit le matin du 9 août et s'est présenté au bureau de Mitsubishi à Nagasaki. Vers 11 heures du matin, il s'est retrouvé en réunion avec un chef d'entreprise qui a exigé un rapport complet sur Hiroshima. L'ingénieur raconta les événements épars du 6 août — la lumière aveuglante, le boum assourdissant — mais son supérieur l'accusa d'être fou. Comment une seule bombe peut-elle détruire une ville entière ? Yamaguchi essayait de s'expliquer quand le paysage extérieur a soudainement explosé avec un autre éclair blanc irisé. Yamaguchi est tombé au sol quelques secondes avant que l'onde de choc ne brise les fenêtres du bureau et n'envoie du verre brisé et des débris dans la pièce. "Je pensais que le champignon atomique m'avait suivi depuis Hiroshima", a-t-il déclaré plus tard au journal. L'indépendant.

Les bâtiments en béton armé de l'hôpital du Collège médical de Nagasaki étaient parmi les seuls à être restés debout après que les États-Unis ont largué leur deuxième bombe atomique le 9 août 1945. L'hôpital était situé à 800 mètres du point zéro de l'explosion de la bombe atomique.

La bombe atomique qui a frappé Nagasaki était encore plus puissante que celle larguée sur Hiroshima, mais comme Yamaguchi l'apprendra plus tard, le paysage vallonné de la ville et une cage d'escalier renforcée s'étaient combinés pour étouffer l'explosion à l'intérieur du bureau. Ses bandages ont été arrachés et il a été touché par une nouvelle vague de radiations cancérigènes, mais il est sorti relativement indemne. Pour la deuxième fois en trois jours, il avait eu la malchance de se trouver à moins de trois kilomètres d'une explosion nucléaire. Pour la deuxième fois, il avait eu la chance de survivre.

Après s'être enfui du squelette du bâtiment Mitsubishi, Yamaguchi s'est précipité à travers un Nagasaki ravagé par les bombes pour vérifier si sa femme et son fils allaient bien. Il a craint le pire lorsqu'il a vu qu'une partie de sa maison avait été réduite en ruines, mais il a vite découvert que les deux n'avaient subi que des blessures superficielles. Sa femme était partie à la recherche d'onguent pour brûlures pour son mari, et lorsque l'explosion s'est produite, elle et le bébé s'étaient réfugiés dans un tunnel. C'était encore un autre étrange coup du sort. Si Yamaguchi n'avait pas été blessé à Hiroshima, sa famille aurait pu être tuée à Nagasaki.

5 octobre 1945. Des soldats japonais inspectent les dégâts à Nagasaki, deux mois après le largage de la bombe atomique sur la ville.

Dans les jours qui ont suivi, la double dose de radiation de Yamaguchi a fait des ravages. Ses cheveux sont tombés, les blessures sur ses bras sont devenues gangrenées et il a commencé à vomir sans cesse. Il languissait toujours dans un abri antiaérien avec sa famille le 15 août, lorsque l'empereur du Japon Hirohito a annoncé la capitulation du pays dans une émission de radio. "Je n'avais aucun sentiment à ce sujet", a déclaré plus tard Yamaguchi au Times. « Je n'étais ni désolé ni content. J'étais gravement malade avec de la fièvre, je ne mangeais presque rien, je buvais à peine. Je pensais que j'allais passer de l'autre côté.


Le boisseau entier

C'est extrêmement malheureux d'être pris dans une attaque atomique, sans parler de deux, c'est pourquoi c'est incroyable comment Tsutomu Yamaguchi a vécu pour raconter l'histoire. À l'époque, Yamaguchi était un ingénieur naval de 29 ans, travaillant loin de chez lui à la fabrication d'un nouveau pétrolier pour Mitsubishi Heavy Industries. Mais, le matin du 6 août 1945, il a vu un bombardier B-29 au-dessus de sa tête éjecter un objet minuscule.

Il s'est vite rendu compte qu'il s'agissait d'une arme mortelle lorsque la lumière blanche a éclaté dans le ciel et que le beuglement de l'explosion a éclaté. Heureusement, Yamaguchi a pu se jeter dans un fossé à proximité, mais les ondes de choc l'ont quand même projeté dans les airs et l'ont jeté dans un champ de pommes de terre. Après avoir repris connaissance, il a découvert un énorme champignon atomique au-dessus d'Hiroshima, ainsi que de graves brûlures au visage et aux avant-bras.

Après avoir passé une nuit dans un abri antiaérien avec deux collègues le 7 août, il a effectué un voyage mouvementé jusqu'à une gare locale. Tout au long du voyage, Yamaguchi a observé des bâtiments en feu, des ponts détruits et des dizaines de cadavres sur les routes. Finalement, il a réussi à monter à bord du train pour Nagasaki et était accompagné d'une pléthore de passagers brûlés.

À son retour auprès de sa femme et de son enfant, il est apparu que la bombe, étiquetée «Petit garçon», avait détruit environ 80 000 personnes à l'impact, et bien d'autres par la suite. Peu de temps après, le président Harry Truman a insinué que si le Japon ne se rendait pas, il devrait s'attendre à de nouvelles attaques atomiques.

Bien sûr, le Japon n'a pas capitulé. Ainsi, alors qu'il arrivait au travail le 9 août au bureau de Mitsubishi à Nagasaki, alors qu'il était brûlé et bandé, un autre éclair de lumière et un autre boum assourdissant ont émergé. Il a été rapporté plus tard que Yamaguchi pensait que le champignon atomique l'avait suivi depuis Hiroshima. Mais ce n'était pas le cas, et le "Petit Homme" qui a atterri sur Nagasaki était beaucoup plus fort et toxique.

Maintenant, bien qu'il ait survécu aux deux explosions nucléaires colossales, le rayonnement qui a été émis a commencé à avoir un impact. Ses cheveux ont commencé à tomber, les blessures se sont transformées en gangrène et il vomissait sans cesse. Cependant, il s'est complètement rétabli, a connu une carrière fructueuse et a eu deux autres enfants avec sa femme.

Yamaguchi n'a commencé à parler publiquement des événements que dans les années 2000, lorsqu'il a rejoint la force des armes anti-atomiques pour essayer de s'assurer que cela ne se reproduise plus. Dans son discours à New York en 2006, il a déclaré : « Après avoir subi deux fois des bombardements atomiques et survécu, c'est mon destin d'en parler.

Bien que Tsutomu Yamaguchi soit le seul « nijyuu hibakusha » reconnu, ce qui se traduit par « personne bombardée deux fois », il y avait en fait 165 survivants des deux attaques. De plus, en 2009, il a reçu la distinction, mais un an plus tard, à l'âge de 93 ans, il est malheureusement décédé.


Histoires liées

À seulement trois kilomètres du point de chute, Yamaguchi a été directement exposé aux radiations et a subi des brûlures sur son corps. Source : Wikimedia Commons

Comme le destin l'a voulu, Yamaguchi, après s'être reposé une nuit dans un abri anti-aérien, a commencé son voyage vers Nagasaki, sa ville natale où attendaient sa femme et son fils en bas âge. Il n'avait aucune idée qu'il allait faire face à une autre bombe atomique qui l'attendrait également à Nagasaki.

Alors qu'il expliquait son calvaire au bureau de Mitsubishi à Nagasaki à son patron, le 9 août 1945, une bombe de type implosion de plutonium plus puissante nommée Fat Man a dévasté la ville. "Je pensais que le champignon atomique m'avait suivi depuis Hiroshima", a-t-il déclaré plus tard au journal. L'indépendant.

Sa femme et son enfant ont également survécu au bombardement. Mais, la double exposition aux radiations a eu des conséquences néfastes sur sa santé et il est tombé gravement dans les jours suivants. Yamaguchi s'est lentement rétabli et a continué à vivre une vie relativement normale.

Yamaguchi refused to talk about the experience much of his life, opening up only in the 2000s when he wrote a memoir and spoke about nuclear disarmament before the United Nations.

A year before his death in 2010, he was officially recognised by the Japanese government as “nijyuu hibakusha”, or “twice-bombed person”. Though there are other records and testimonials which say there were up to 165 people who survived both the attack, Yamaguchi remains the only one recognised by the government.

You can watch his half-an-hour testimonial of the bombings following this link.


Man who survived 2 atom bombs dies

Tokyo, Japan (CNN) -- The only man recognized as a survivor of both atom bombs dropped in Japan at the end of World War II has died.

Tsutomu Yamaguchi died Monday after a battle with stomach cancer. He was 93.

He had long been a certified "hibakusha," or radiation survivor, of the August 9, 1945, atomic bombing in Nagasaki. In March 2009, the Japanese government confirmed that he had also survived Hiroshima three days earlier.

On that day, the U.S. B-29 bomber Enola Gay dropped an atomic bomb nicknamed "Little Boy," which exploded over Hiroshima at 8:15 in the morning.

Yamaguchi happened to be in the city on a business trip for his employer, Mitsubishi Shipyard.

Many years later, he recalled the bombing in a story that appeared in the British newspaper The Times.

"It was very clear, a really fine day, nothing unusual about it at all. I was in good spirits," he said. "As I was walking along, I heard the sound of a plane, just one. I looked up into they sky and saw the B-29, and it dropped two parachutes. I was looking up into the sky at them, and suddenly . it was like a flash of magnesium, a great flash in the sky, and I was blown over."

Badly burned, Yamaguchi returned home to Nagasaki only to experience horror again.

"My double radiation exposure is now an official government record," Yamaguchi told reporters last year after his official recognition. "It can tell the younger generation the horrifying history of the atomic bombings even after I die."

About 140,000 people perished in Hiroshima and an additional 70,000 in Nagasaki. Many of those who survived suffered a lifetime of radiation-related health problems, including cancers. Yamaguchi lost his hearing in his left ear in the blasts, and suffered from acute leukemia, cataracts and other bomb-related illnesses in subsequent years.

Yamaguchi spoke publicly about his experiences and appealed for the abolition of nuclear weapons at venues such as the United Nations.

He was visited in his hospital room in Nagasaki last month by filmmaker James Cameron, who wanted to discuss ideas for a film about nuclear weapons, the Japanese newspaper Mainichi reported.


The messages talk about a Man who is claimed to have survived both the Atomic Bomb Blasts that happened in Hiroshima and Nagasaki Cities of Japan in 1945. Yes, it is a fact, the fortunate (or unfortunate) man is Tsutomu Yamaguchi.

Tsutomu Yamaguchi Two Atomic Blasts of Japan in 1945 Atomic Blasts of Japan in 1945

In Japan, the people who have suffered the effects of both the atomic bombings of 1945 are known as Niju Hibakusha. In 2006, a documentary called “Twice Bombed, Twice Survived: The Doubly Atomic Bombed of Hiroshima and Nagasaki” was produced, which in fact found 165 cases of undocumented people who were victims of both the bombings. This production was even screened at the United Nations. However, on 24 March 2009, the Japanese government officially recognized Tsutomu Yamaguchi as a double hibakusha, who survived both the World War II atomic bombings in Hiroshima and Nagasaki.

Victims of Atomic Blasts of Japan in 1945 Atomic Blasts of Japan in 1945 Victim of Atomic Blasts of Japan in 1945

About Tsutomu Yamaguchi

In 1945, Tsutomu Yamaguchi was a 29 year old (born on 16 March 1916) engineer working for Mitsubishi Heavy Industry, and was dispatched to Hiroshima to help design a new cargo ship. On 6th August 1945, when a US B-29 bomber plane dropped an atomic bomb on Hiroshima city, Yamaguchi suffered serious burns to his upper body and spent the night in the city. He was confirmed to be 3 kilometers from ground zero in Hiroshima when the bomb was detonated. He survived it, and eventually managed to get himself onto a train to return back to his hometown of Nagasaki on 8th August 1945 – a day before the second atomic bomb was dropped in Nagasaki. Here, Yamaguchi was exposed to residual radiation while searching for his relatives.

Tsutomu Yamaguchi

This way Tsutomu Yamaguchi became the first man to be recognized as the survivor of both atomic bomb blasts in Japan during World War II. The video is a news report where Yamaguchi talks about his experience during the dual bombing. However, on 4 January 2010 Tsutomu Yamaguchi died of stomach cancer, at the age of 93.

About Hiroshima and Nagasaki Bombing

The atomic bombings in the Japanese cities of Hiroshima and Nagasaki were conducted by the United States of America in 1945. This was during the final stages of World War II, and till date, these two events are the only use of nuclear weapons in war.

This way Japan became the only country to have suffered two atomic bomb attacks, which killed about 140,000 people in Hiroshima and 70,000 in Nagasaki, leaving many more people suffering from the after effects of radiation. The pictures in Image Gallery show a glimpse of this human-made disaster. Tsutomu Yamaguchi recalls about the incidents, not understanding whether he was lucky to survive the bombings, or unfortunate to have faced the misery and suffering of millions of people. He wishes and hopes that world will never use such nuclear weapons again. Tsutomu Yamaguchi quotes saying:

“The only people who should be allowed to govern countries with nuclear weapons are mothers, those who are still breast-feeding their babies.”


Naval engineer Tsutomu Yamaguchi was working in the Japanese city of Hiroshima in 1945. While the war raged in the Pacific, he had managed to keep busy designing ships and oil tankers for the country. Just as he finished a three-month project, and was preparing to head home to see his wife and daughter, he noticed a plane flying overhead. Something fell from the plane. Slowed by a parachute, it was an atomic bomb.

Yamaguchi jumped into a nearby ditch as the bomb exploded in the sky. The aircraft that dropped the device, the Enola Gay, had targeted the city just two miles from where Yamaguchi took cover. The blast sent him spinning through the air, and he landed in a nearby potato patch. When he opened his eyes, he couldn’t see anything—the world was completely black.

The blast hadn’t blinded him, but instead blotted out the sun with an enormous cloud of dust. Yamaguchi’s arms and face were badly burned and his eardrums were ruptured. As the debris cleared, he saw a towering mushroom cloud over the city.

Getting Home

The blast had immediately killed some 80,000 people, but after running into some fellow survivors in the Mitsubishi shipyard, Yamaguchi made his way to an air raid shelter. In the morning, he heard that the train station had somehow survived and that people were making a mad dash for it, hoping to escape the city.

Still injured, he made his way through a city of crumbling buildings, fires, and bodies melted to the streets. At one point, he had to swim across a river filled with burned corpses. Yamaguchi eventually made it to the train and settled in for the night as it took him to his hometown of Nagasaki.

Compte à rebours

When Yamaguchi arrived home, his wife and daughter didn’t even recognize the burned man standing in front of them. His wife knew her husband had been in Hiroshima, and thought his bandaged figure might even be a ghost. After finally receiving medical attention, he collapsed in bed for the night.

The next morning, Yamaguchi reported for work like any other day, but his superiors sat him down to debrief him on the events in Hiroshima. He explained what he saw, but his bosses didn’t believe him. They thought there was no way a single bomb could cause so much destruction.

It was during this meeting that the sky once again lit up with fire. The building was destroyed and his bandages were blown away, but—once again—he survived. Worried for his family, Yamaguchi rushed home. Thankfully they were just as lucky.

Conséquences

Though Yamaguchi is the only officially recognized double-survivor of atomic bombings, as many as 165 people experienced both atomic weapons firsthand. Despite becoming sick with radiation poisoning, Tsutomu Yamaguchi survived until 2010, eventually becoming a vocal proponent of nuclear disarmament.


Voir la vidéo: Paholaisydin Atomipommi, joka piti pudottaa Japaniin. Tiedetrippi


Commentaires:

  1. Giolla Chriost

    Je mourrai de rire

  2. Basar

    Confidentiel, mon avis est alors évident. Vous n'avez pas essayé de rechercher sur google.com ?

  3. Arashicage

    Bien sûr, je m'excuse, mais cela ne me convient pas du tout. Qui d'autre peut aider?

  4. Garisar

    La même chose a été discutée récemment



Écrire un message